Apple supprime l'app d'extrême droite Parler, Twitter suspend le compte de Donald Trump 🆕

Mickaël Bazoge |

Mise à jour 10/01, 2h — Apple a supprimé l'app Parler de l'App Store, un peu plus de 24 heures après avoir prévenu l'éditeur (Google a fait de même la nuit dernière). Dans un communiqué, le constructeur explique avoir toujours accepté les différents points de vue, mais qu'« il n'y avait pas de place sur notre plateforme pour les menaces de violence et d'activité illégale ». L'application n'a pas pris les mesures adéquates pour régler le problème de la prolifération de ces menaces, poursuit le constructeur. Parler sera suspendu de l'App Store tant que ce problème ne sera pas résolu.

L'application, qui a caracolé en tête du classement de la boutique d'Apple, ne peut donc plus être téléchargée. En revanche, ceux qui l'ont téléchargé avant le bannissement sont toujours en mesure de s'en servir. Selon le courriel envoyé à l'éditeur de l'application, Apple explique que le processus mis en place par Parler pour modérer le contenu ou empêcher la diffusion de contenus dangereux ou illégaux avait été insuffisant.

On apprend que Parler, qui se fait fort d'offrir la liberté d'expression la plus totale à ses utilisateurs, a une sorte de « task force » temporaire dédiée à la modération. Mais cette réponse a été jugée insuffisante par la Pomme, « étant donné la prolifération généralisée de contenus préjudiciables ». L'App Store ne ferme pas la porte à un retour de l'application, « si [elle] démontre votre capacité à modérer et à filtrer efficacement le contenu dangereux et nuisible ».

Les utilisateurs de Parler risquent de rencontrer de sérieuses difficultés dès ce dimanche : Amazon a en effet décidé de couper l'accès aux serveurs AWS qui hébergent le service. À moins de trouver un nouvel hébergeur dans les prochaines heures, Parler risque bien d'être complètement inaccessible.


Article d'origine 09/01 — Apple a donné 24 heures aux dirigeants de l'application Parler pour mettre en place une politique de modération. Le réseau social risque sinon une « interruption de la disponibilité de l'app sur l'App Store », autrement dit Apple a le doigt sur le bouton de suppression de l'application, explique Buzzfeed News sur la foi d'un courriel envoyé par le constructeur à l'éditeur de Parler. Cette demande risque d'être difficile à mettre en œuvre.

Lancé en 2018, Parler est un clone de Twitter qui se présente comme un espace de discussion sans modération. C'est devenu le repaire de toute l'extrême droite américaine, des néo-nazis aux complotistes, en passant par les suprémacistes blancs et bien sûr les fans de Donald Trump. Ce réseau social nauséabond a été créé par la société The Henderson, dont le credo est de proposer une « alternative » aux réseaux sociaux grand public en permettant l'expression complètement libre de la haine.

Apple explique avoir reçu plusieurs plaintes concernant du « contenu répréhensible » sur Parler, qui a servi à « planifier, coordonner et faciliter les activités illégales à Washington le 6 janvier ». Des événements qui ont entraîné des « pertes de vies, des blessures et la destruction de biens ». Des activités illégales qui se poursuivent encore aujourd'hui.

Évidemment, tout cela contrevient aux guidelines de l'App Store : « un contenu qui menace le bien-être d'autrui ou qui vise à inciter à la violence ou à d'autres actes illégaux n'a jamais été acceptable sur l'App Store », poursuit Apple dans son courrier. Plus précisément, l'app Parler enfreint les règles 1.1 et 1.2 qui touchent au contenu des apps.

L'assaut ahurissant du Capitole de Washington par des troupes de partisans violents de Donald Trump, chauffés à blanc par le discours hors sol du président américain, a finalement ouvert les yeux aux plateformes en ligne. Facebook a fermé le compte de l'hôte actuel de la Maison Blanche jusqu'à l'investiture de son successeur légitimement élu, Joe Biden, le 20 janvier. Twitter a bloqué le compte de Donald Trump pendant 12 heures, puis a fini par complètement le suspendre pour « incitation à la violence ».

Twitter a suspendu le compte @realDonaldTrump indéfiniment.

YouTube a grondé en prévenant que les vidéos comportant de fausses affirmations sur les résultats de l'élection recevraient un blâme synonyme d'exclusion pendant sept jours — le compte de Trump vit désormais sous cette menace. Reddit a fermé les portes de la communauté r/donaldtrump, un autre repaire de partisans du président US. Twitch a fermé le compte de Donald Trump. Même Shopify a bouclé les boutiques officielles de Trump.

C'est maintenant l'app Parler qui pourrait être supprimée des rayons de l'App Store. Et il est fort probable qu'elle le soit dans les heures à venir. John Matze, le CEO du réseau social, a expliqué qu'il n'était pas responsable de ce qui se passait sur sa plateforme. Mais ça ne suffira sans doute pas à sauver son application…

Source
Image d'accroche : Gage Skidmore, CC BY-SA 2.0
avatar macbookpro2016 | 

[Modéré. MB]

avatar Xap | 

@MacG

C’est fou, dès qu’un de vos article traite de l’extrême droite, du racisme, des avancées pour les droits des minorités en tout genre etc..., c’est de suite une ruée de la frange la plus nauséabonde de vos lecteurs.

J’ose espérer qu’il ne s’agit que d’une faible proportion de votre lectorat mais vous ne devriez pas hésiter à fermer les commentaires de ce genre d’article à l’avenir (il me semble d’ailleurs que vous l’avez déjà fait récemment).

Ça fera du bien à tout le monde et au passage ça apprendra peut être à certains comment les entreprises privées peuvent gérer la liberté d’expression comme elles l’entendent.

avatar bibi81 | 

J’ose espérer qu’il ne s’agit que d’une faible proportion de votre lectorat mais vous ne devriez pas hésiter à fermer les commentaires de ce genre d’article à l’avenir (il me semble d’ailleurs que vous l’avez déjà fait récemment).

Ce n'est pas en cachant la poussière qu'on la fait disparaître. Au contraire il vaut mieux laisser la possibilité de commenter et reprendre chaque commentaire nauséabond.

avatar Xap | 

@bibi81

Les reprendre comment?

En démontant leurs arguments 1 par 1?
En donnant des faits aux sources vérifiables?
En apportant des arguments rationnels?

Rien de tout ça ne fonctionne.

D’ailleurs on en a la démonstration dans les 300 commentaires ci-dessous: parmi les les personnes qui pensent que la liberté d’expression doit tout permettre, incluant l’incitation a la haine raciale et une tentative de coup d’état, combien ont changé d’avis?

0.

avatar Xap | 

*600 commentaires

avatar reborn | 

Du coup ils vont supprimer Telegram aussi ?

Et que va faire Google avec son PlayStore ?

avatar yocoman31 | 

@reborn

Ça n’a aucun rapport, Telegram est une application de messagerie tout comme WhatsApp ou Signal. Parler est un réseau social et tout ce qui est posté dessus peut être lu par n’importe qui.

avatar reborn | 

@yocoman31

Il me semble qu’Apple avait aussi menacé Telegram par rapport à la situation en Biélorussie

avatar yocoman31 | 

@reborn

Ça je saurai pas dire j’en ai pas suivi

avatar yocoman31 | 

@reborn

C’est un peu dans le même esprit que toutes les apps qui sont sur l’Apple store n’ont pas le droit de proposer du contenu pornographique. Genre il n’y a pas de films -18 sur MyCANAL, pas de canaux -18 sur Telegram mais sur d’autres plateformes (Android, PC, Web ...) tu peux avoir accès à ces contenus
Je suppose que l’incitation à la violence fait partie également des choses interdites dans les règles de l’App Store donc ils demandent à ce que ce soit censuré sur leurs plateformes

Après c’est sûr que c’est Apple qui a le dernier mot pour dire si un contenu ou un autre est offensant selon eux donc la décision prise peut être biaisée.
Mais bon dans le cas de l’application Parler s’il y a des menaces de morts, de l’incitation à la haine et à la violence disponibles pour tous cela ne me choque pas trop qu’Apple demande à ce qu’il y ait une modération des contenus

avatar superseb | 

🤔

avatar Wuhan | 

Merci Bazoge !

avatar saoullabit | 

Liberté d’expression... c’est réservé à qui cette liberté ?
A priori les gafam remplacent la Justice désormais...
C’est pas beau à voir.

avatar Mickaël Bazoge | 
Les plateformes privées ont le droit de faire respecter leurs règles, ça n'a rien à voir avec la liberté d'expression.
avatar saoullabit | 

@MickaelBazoge

C’est juste. Mais contredire des résultats d’élections n’enfreint pas de règles, pensez que la zone 51 est tartinée dOvni et non de Pastis non plus ... a priori.
M’est d’avis que ce ne sont pas aux gafam de définir ce qui peut ou pas être dit c’est à la Loi.

avatar Mickaël Bazoge | 
Ce que reproche Apple à Parler, c'est que les utilisateurs de cette app peuvent organiser des événements violents (certains parlent même d'aller tuer Mike Pence…).
avatar saoullabit | 

@MickaelBazoge

Y’a des fâchés punaise !
Ça marche aussi contre les gilets jaune cette règles ?

avatar yocoman31 | 

@saoullabit

Bah si tu émets des menaces de morts c’est considéré comme un délit donc c’est tout à fait normal d’être sanctionné. Que tu t’appelles Trump, Pierre Paul ou Jacques

avatar saoullabit | 

@yocoman31

Pas de soucis avec ça, je suis d’accord

avatar Dimemas | 

@saoullabit :
pourquoi tu projette quelque chose ?
Arrête de faire la vierge effarouchée, si tu avais été menacé, tu aurais demandé à ce que tout soit fait pour empêcher les autres d enuirE.

Et pendant ce temps, une grande partie de l'amérique se félicite de cette décision

avatar saoullabit | 

@Dimemas

Je ne projette rien si ce n’est de perdre ma virginité effectivement !
Je me fous si « une grande partie de l'amérique se félicite de cette décision », moi ça me plait pas et j’ai de droit de le penser.

avatar pocketalex | 

@ saoullabit
​
« Y’a des fâchés punaise !
Ça marche aussi contre les gilets jaune cette règles ? »

Les gilets jaunes ne sont pas mieux que les supématistes US et les Qanon ... et toutes ces factions qui se situent entre la secte et le faschisme et qui dénient la démocratie (et brûlent les voitures et les magasin d’honnêtes gens)

Je te rappelle que les 1er gilets jaunes interviewés dès le début du mouvement sur les plateaux télés nos ont expliqués rien de moins que leur objectif, naïf certes, était d’aller à l’Elysée et dégager le président démocratiquement élu

Si tu cautionnes les gens qui prônent la violence, la destruction et veulent installer un « président » juste désigné par eux memes car celui que le peuple a élu ne leur plait pas, le tout en mettant en avant nombres d’allégations sans preuves (on appelle ça le négationnisme), car aucune preuve crédible n’a jamais été présentée concernant les élections US, idem pour tous les « complots » du moment, oserais-je le rappeler

Donc quand ces mensonges et ces délires mènent à des occupations de lieux démocratiques et ... des morts, oui, il est temps de prendre des actions fermes

avatar Steve Molle | 

@pocketalex

Mon député est « démocratiquement » élu par 17% des inscrits.

La blague.

avatar pocketalex | 

@steve molle

Si les 17% représentent la majorité des électeurs, il n’y a rien à redire

Si il était élu à 99,8% je m’inquiéterais

Après je dis pas qu’il y a des améliorations à fournir à notre système, aucun souci.

Mais placer un quidam à la place des élus parce qu’une minorité d’excités nourris à la théorie du complot le décide, je sais pas pour toi, moi ça ne me convient pas

Pages

CONNEXION UTILISATEUR