USA : Tim Cook fustige les émeutiers, Twitter et Facebook bloquent Trump 🆕

Florian Innocente |

Mark Zuckerberg a annoncé que le président Trump va rester privé de la possibilité d'utiliser ses comptes Facebook et Instagram, au minimum jusqu'au lendemain de la transition avec Joe Biden (programmée le 20 janvier). Extraits :

Les événements choquants de ces dernières 24 heures montrent clairement que le président Donald Trump a l'intention d'utiliser le temps qui reste en fonction pour saper la transition pacifique et licite du pouvoir vers son successeur élu, Joe Biden.

[…]

Nous pensons que les risques de permettre au Président de continuer à utiliser notre service pendant cette période sont tout simplement trop grands. C'est pourquoi nous prolongeons le blocage que nous avons placé sur ses comptes Facebook et Instagram indéfiniment et pour au moins les deux prochaines semaines jusqu'à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée.


Article original de 8h16

Tim Cook a réagi sur Twitter à la suite des événements survenus à Washington et l'invasion du Capitole par un groupe de partisans du président Trump.

« Aujourd'hui marque un chapitre triste et honteux de l’histoire de notre pays. » a écrit Tim Cook « Les responsables de cette insurrection devraient être tenus de rendre des comptes et nous devons mener à terme la transition vers l’administration du président élu Biden. C’est tout particulièrement lorsqu'ils sont mis au défi que nos idéaux comptent le plus ».

Le patron d'Apple a été à plusieurs reprises un interlocuteur privilégié de Donald Trump alors que ce dernier s'était lancé dans une négociation commerciale avec la Chine et que des taxes étaient imposées sur des produits d'importation. Apple, par la voix de son CEO, a défendu ses intérêts afin d'éviter que ses produits ne pâtissent de ces décisions. Les deux hommes s'étaient également retrouvés en novembre 2019 au Texas, dans l'usine qui fabrique les Mac Pro.

Le couple présidentiel américain avec Tim Cook, le 11 août 2018, pour un dîner à Bedminster, l'un des clubs de golf de Donald Trump. Image : @FLOTUS

Le leitmotiv de Tim Cook, lorsqu'il fut par le passé interrogé sur ses relations avec le gouvernement chinois ou avec Donald Trump, est qu'il « est préférable d’être impliqué, que vous soyez d’accord sur une question ou, plus important encore, lorsque vous êtes en désaccord sur quelque chose ».

Peu de grands patrons de l'industrie informatique se sont encore exprimés sur les événements d'hier. Michael Dell ou Satya Nadella et Brad Smith (respectivement CEO et Président de Microsoft) ont chacun retweeté une déclaration de Business Roundtable, une association de dirigeants d'entreprises américaines, qui fustige le chaos observé dans la capitale fédérale et appelle à une transition du pouvoir dans le calme.

Critiqués pour la lenteur de leur réaction, Twitter et Facebook ont pris des mesures dans la nuit vis-à-vis des comptes du président sortant. Dans un tweet, Donald Trump a publiquement excusé les auteurs de ces échauffourées (dans laquelle l'une de ses partisannes a trouvé la mort lors d'un affrontement avec les officiers de sécurité du Capitole), en réitérant qu'il s'agissait des conséquences d'un vol éhonté de son « énorme victoire aux élections », en dépit de la réalité des faits. Il a appelé chacun à rentrer chez lui, dans la paix et l'amour et de se rappeler de cette journée pour toujours : 

These are the things and events that happen when a sacred landslide election victory is so unceremoniously & viciously stripped away from great patriots who have been badly & unfairly treated for so long. Go home with love & in peace. Remember this day forever!”

Twitter et Facebook ont supprimé ces propos, notamment parce qu'ils rééditaient les affirmations sans fondement d'une tricherie d'ampleur durant la présidentielle.

En outre, Twitter a bloqué la fonction de publication du compte de Donald Trump pour 12h, avec l'option de prolonger ce statut si des infractions étaient de nouveaux observées plus tard, voire de suspendre le compte complètement. Facebook a pris une décision similaire pour une durée préliminaire de 24h, qui empêche Trump de publier quoi que ce soit.

avatar poulroudou | 

Une bonne chose...

avatar eric691 | 

@poulroudou

Vous validez la censure par des entreprises privées ?
C’est pourtant sans aucun doute ce qui se passe de plus grave dans notre monde

avatar totoguile | 
avatar IceWizard | 

@eric691

« C’est pourtant sans aucun doute ce qui se passe de plus grave dans notre monde »

C’est clair qu’une petite tentative de coup d’état par des partisans d’un président perdant, c’est rien en comparaison..

avatar Carbonized | 

Trump devrait lire les CGU comme tout le monde, il les enfreint il se fait couper le sifflet, c'est normal.
Twitter et Facebook ne sont pas des organismes publics, s'il n'est pas content il a beaucoup d'autres moyens de communiquer.

avatar flux_capacitor | 

@Carbonized

Un des posts supprimé par Twitter pour incitation au désordre et à la haine était une vidéo de Trump demandant aux manifestants d'arrêter les violences et de bien vouloir retourner à la maison dans le calme.

LOL

Quelle mascarade.

avatar sebasto72 | 

@flux_capacitor

... tout en réaffirmant une fraude massive et un vol de l’élection.
Trop facile d’émettre un message d’appel au calme tout en remettant une couche de fake news par dessus.

avatar ckermo80Dqy | 

@flux_capacitor

Tout en leur réaffirmant son "amour" et qu'ils avaient raison d'etre en colère d'avoir été "volés".
Le pompon de la mauvaise foi est pour toi.

avatar pocketalex | 

@eric691

Je suis anti-censure, mais la liberté d'expression à ses limites : racisme, antisémitisme, négationisme

Oserais-je vous rappeler que les allégations de fraude ont toutes été fact-checkées, par des journalistes, par des juges, et que personne, que l'on soit chez les responsables des éléctions, chez les juges, chez les responsables politiques démocrates et républicains, n'a trouvé la moindre trace de fraude

Les délires dans lesquels Donald Trump est en train d'emporter une faction radicale de son camp sont en train de provoquer des désastres d'une ampleur jamais vue (assiègement du capitole, tout de même) et ... des morts

Bloquer la parole mensongère et ô combien dangereuse de telles personnes n'est en rien de la censure au sens où vous l'entendez, c'est un moyen d'éviter des drames supplémentaires

Enfin, on l'espère

avatar jean512 | 

fact checké par les journalistes qui sont tous anti trump ! elle est bien bonne celle la.
les journaleux ont créé le fact checking uniquement pour ce donner plus de credit alors qu'eux meme balance des fake news...
Quand aux fraudes il y en eu, il y a plein de preuves. La question c'est est-ce que cela a fait basculé l'election ?

avatar marc_os | 

@ jean512
Non, fact checké également par des gouverneurs et élus Républicains qui finissent par s'éloigner de ce fachiste.

avatar Paquito06 | 

@jean512

"fact checké par les journalistes qui sont tous anti trump ! elle est bien bonne celle la.
les journaleux ont créé le fact checking uniquement pour ce donner plus de credit alors qu'eux meme balance des fake news...
Quand aux fraudes il y en eu, il y a plein de preuves. La question c'est est-ce que cela a fait basculé l'election ?"

😅
https://www.usatoday.com/in-depth/news/politics/elections/2021/01/06/tru...

Tu lis l’Anglais ou je traduis?

avatar oomu | 

@jean512

faits vérifiés par les inspecteurs mandatés des élections, par les gouverneurs des états, et aussi audité par des organismes indépendants.

M'enfin, on parle des USA ! Plus de 50 pays organisés de longues dates avec une longue habitudes des enjeux que sont ces élections (les électeurs n'ont pas fait que voter pour la présidence ce jour là).

Et chaque ETAT est garant de la bonne tenue des élections. Et Trump, qui n'est que le fédéral, n'a pas réussi à démontrer ou donner la moindre preuve de ses allégations

des recours furent déposés, des enquêtes furent faites, des gouverneurs ont validé.

Des _gouverneurs_ : ce sont des élus par leur population, dans des états qui ont parfois leur propre constitution.

C'est pas 3 cabanes dans la cambrousse de France.

avatar Bigdidou | 

@jean512

« Quand aux fraudes il y en eu, il y a plein de preuves. La question c'est est-ce que cela a fait basculé l'election ? »

Drôle de question.
Ben non, puisque malgré ses manipulations et ses mensonges Trump a perdu.

avatar ckermo80Dqy | 

@jean512

Oui oui, la Cour Suprême est anti-Trump aussi, c'est bien connu. Mais je compatis à ta souffrance.

avatar Pipes Chapman | 

oui c'est ça jean123

il y a plein de "preuves " de fraudes. sauf que aucune n'a été présentée

la seule la seule preuve de tentative de fraude elle est de l'autre côté, c'est la conversation enregistrée de Trump.
POINT BARRE !

avatar Bigdidou | 

@Pipes Chapman

« la seule la seule preuve de tentative de fraude elle est de l'autre côté, c'est la conversation enregistrée de Trump. »

Et oui.
Et s’il y avait possibilité de fraudes électorales massives, au regard des manips de l’équipe de Trump lors de son élection précédente, pour lesquelles il existe des indices et des rapports affligeants, je doute qu’il s’en serait privé :D

Les hurlements à la fraude contre Biden, ces gens habitent un univers parallèle, je ne sais pas.

avatar Sokö | 

@eric691

"Vous validez la censure par des entreprises privées ?
C’est pourtant sans aucun doute ce qui se passe de plus grave dans notre monde"

Oui. Et je suis étonné que peu de gens s’en inquiètent. Quoi que l’on pense de Trump, de ses diatribes, de ses tweets rageur et de sa grande gueule, la censure par des entreprises privées qui n’ont pas toujours le derrière très propre, est inquiétante !

avatar Dimemas | 

C’est justement une entreprise privée, elle fait ce qu’elle veut

avatar marc_os | 

@ Sokö
Twitter, Facebook and Co sont des entreprises privées.
S'il s'agissaient de services publics (à but non lucratif par définition), vous auriez raison.
Mais voilà, Mr Trump doit aussi se plier aux règles du système qu'il défend mordicus (le capitalisme).

avatar oomu | 

@Sokö

l'incitation à l'insurrection contre une démocratie est sans doute ce qui se passe de plus grave dans le monde.

Le reste ne COMPTE PAS.

voyez, c'est MON ego contre votre ego. lequel a raison ? c'est ma vision du monde qui est prioritaire.

vous voilà bien avancé...

avatar YAZombie | 

@eric691, "Vous validez la censure par des entreprises privées ?":
argument fallacieux. Il n'y aucune censure, il y a le refus par des entreprises, dans le respect du droit établi par le 1er amendement, de diffuser un message qui ne respecte pas le contrat établi entre celles-ci et l'utilisateur. Je n'ai pas connaissance qu'un journal soit tenu de diffuser tes créations littéraires, ou une télévision ta jolie vidéo.
Ce dont tu parles serait une obligation (donc une contrainte, c'est pas mal pour qui se prétend défenseur des libertés…) de diffusion, qui n'a jamais existé, et non une liberté d'expression, déjà garantie par le 1er amendement qui oppose justement le gouvernement aux personnes privées, qu'elles soient physiques ou morales. C'est-à-dire que le gouvernement (M. Trump par exemple) ne peut s'opposer à la liberté d'expression des personnes. Par conséquent, si M. Trump forçait les entreprises à diffuser son message, il enfreindrait leur liberté d'expression. C'est pas beau ça?

Par ailleurs, on rappellera que M. Trump dispose toujours des canaux habituels de la présidence pour diffuser son message, hein…

Bref, il vaut mieux éviter de monter sur ses grands chevaux quand on maîtrise aussi mal des notions de base. Ça fait rageux.

avatar hdam1959 | 

@YAZombie

Un grand merci pour cette excellente mise au point !
Il y a souvent un malentendu autour de l’idée de la liberté d’expression.

Sur le plan politique, la liberté d’expression est une garantie accordée par un gouvernement à ses citoyens qu’ils ne seront pas emprisonnés pour avoir exprimé une opinion, même si, et peut-être surtout si, cette opinion est critique à l’égard du gouvernement.

La liberté d’expression n’est pas une obligation faite à un diffuseur d’informations (que ce soit Facebook, la presse écrite, la télévision, …) de relayer des informations qui sont contraires, par exemple, à la charte ou aux idées du diffuseur. Ainsi, le New York Times n’a pas l’obligation de publier une op-ed qui est contraire à sa ligne éditoriale.

De plus, la liberté d’expression ne garantit pas à une personne que l’usage de ce droit n’aura pas de conséquences pour elle. La personne pourra par exemple être renvoyée par son employeur (pour autant que ce dernier ait respecté le rapport contractuel et la loi sur le travail) si elle révèle, par exemple, des informations confidentielles pouvant causer du tort à l’employeur ou aux clients de ce dernier.

La personne ne pourra juste pas être mise en prison pour avoir exprimé son opinion (sauf incitations à la violence, etc.)

Le vrai problème avec Facebook, et sa capacité à museler ses utilisateurs, ce n’est pas la liberté d’expression, c’est la nature quasi-monopolistique de l’entreprise, il me semble. Et c’est un problème qui n’a pas de solution facile. (Certains seront peut-être tentés de dire que « s’il n’y a pas de solution, il n’y a pas de problème » ?).

avatar Paquito06 | 

@hdam1959

D’accord avec toi.

Qu’entends tu par “museler ses utilisateurs”, cependant?

avatar hdam1959 | 

@Paquito06

"Qu’entends tu par “museler ses utilisateurs”, cependant?"

J’entends simplement le pouvoir de Facebook de contraindre les utilisateurs au silence sur ses plateformes (en bloquant leur compte).

Pages

CONNEXION UTILISATEUR