Tim Cook demande au Sénat américain de réguler la collecte des données privées

Florian Innocente |

Tim Cook s'est fendu d'une tribune publiée par TIME, dans laquelle il réclame pour les États-Unis un cadre législatif, au niveau fédéral, pour contrôler la collecte des données personnelles et passer un harnais autour du cou des entreprises qui font discrètement commerce de ces informations.

« En 2019, il est temps de défendre le droit à la vie privée — la vôtre, la mienne, celle de nous tous » écrit-il en introduction, avant d'exprimer un vœu pour les 12 mois à venir : « Les consommateurs ne devraient plus avoir à tolérer une année de plus où des entreprises irresponsables amassent d'énormes volumes de profils d'utilisateurs, des piratages de bases des données qui paraissent incontrôlables et ce qui ressemble à une incapacité de notre part à pouvoir maîtriser notre propre vie numérique. »

Un constat qui fait écho à des scandales récents comme l'affaire Cambridge Analytica chez Facebook — il n'en nomme toutefois aucun, ni ne désigne d'entreprises en particulier.

Le patron d'Apple en appelle au congrès américain pour se saisir du sujet dans le but d'imposer une réglementation et des réformes à l'échelle du pays, plutôt que d'espérer que chaque État agisse dans son coin. Ce problème peut être réglé assure-t-il, suggérant qu'il nécessite surtout de la volonté et qu'il n'a rien d'insurmontable techniquement.

Cook espère des avancées décisives sur 4 points :

  • que les entreprises limitent au maximum leur capacité à associer des données personnelles à un individu en les anonymisant ou qu'elles s'abstiennent tout bonnement de les collecter le cas échéant
  • que les consommateurs puissent savoir quelles données sont récupérées et dans quel but
  • qu'il y ait un droit d'accès à ces informations pour les modifier ou les supprimer
  • que soit établi un droit à la sécurité des données, seul gage à ses yeux d'une confiance entre les consommateurs et les entreprises

Sur les deuxième et troisième points, la RGPD en Europe a donné un exemple à suivre. Apple comme d'autres s'y est conformée en mettant en ligne les outils nécessaires pour que ses clients accèdent au catalogue de leurs données stockées sur ses serveurs (lire iCloud : comment récupérer ses données personnelles chez Apple).

Le portail d'Apple pour accéder à ses données personnelles mis en place après l'instauration de la RGPD en Europe

Tim Cook remet en fait par écrit des propos qu'il avait tenu à l'automne dernier devant le Parlement européen où s'étaient réunis les régulateurs de nombreux pays (lire Tim Cook sur la confidentialité : « Nous avons heureusement l'exemple européen devant nous »).

Dans un second volet de sa tribune, le patron d'Apple s'attaque aux "data brockers" ou "courtiers en données", ce qu'il avait appelé à Bruxelles le « complexe industriel de la donnée ».

Tim Cook à Bruxelles en octobre dernier, merci S.

Il illustre son propos par le cas d'une boutique en ligne qui transfère ou revend les informations liées à votre achat à un tiers, dont l'identité est généralement inconnue du consommateur. Lequel n'a même aucune connaissance de la transaction qui s'est opérée dans son dos : « La piste disparaît avant que vous sachiez qu'elle existait ». Ces données vendues une première fois, le seront à nouveau ensuite à d'autres protagonistes, tous appartenant à un secteur dérégulé qui agit dans les coulisses.

« Que les choses soient claires » martèle Cook « Vous n'avez jamais signé pour ça. Nous pensons que chaque utilisateur devrait avoir la possibilité de dire : Attendez un peu. Ce sont mes informations que vous revendez, et je n'ai pas donné mon accord ».

Là encore Tim Cook espère du Sénat américain qu'il pose un cadre à l'échelon national. Que la Federal Trade Commission crée un annuaire de ces acteurs, les obligeant à s'enregistrer et que les consommateurs puissent voir ce qu'il est advenu de leurs informations, entre quelles mains elles sont passées. Avec l'option de pouvoir faire aisément le ménage dans ce panier de données.

La FTC avait produit en 2014 un rapport sur ce business. Chez l'un des neuf "commerçants en données" qui avaient été étudiés, une base contenait 1,4 milliard de transactions de consommateurs et 700 milliards d'éléments agrégés. Chez un autre, 3 milliards d'enregistrements de transactions de clients venaient s'ajouter chaque mois. Un autre encore, qui disposait d'infos sur 700 millions d'internautes à travers le monde, pouvait s'appuyer sur 3 000 éléments descriptifs attachés à quasiment chaque consommateur américain. Un profilage d'ordre industriel et des valeurs qui remontent à plus de 5 ans. La croissance dans cette moisson a pu être exponentielle depuis.

« La technologie a le potentiel de changer le monde pour le meilleur, mais cette opportunité ne sera jamais rendue pleinement possible sans une foi et une confiance entière de la part des gens qui l'utilisent. » conclut Tim Cook, qui s'attend à un débat animé, avec des intérêts parfois divergents en la matière.

La tribune de Tim Cook survient alors que le sénateur républicain Marco Rubio a donné mission à la FTC de proposer un éventail de règles et la manière de les faire respecter au travers de sanctions.

Une communication grand format d'Apple il y a quelques jours à l'occasion du CES de Las Vegas

La vie privée, les données qui y sont associées et leur traitement sont un sillon qu'Apple laboure depuis l'époque de Steve Jobs. C'est devenu avec Tim Cook un sujet de premier plan pour la Pomme au fur et à mesure que l'iPhone et ses apps se glissaient dans de plus en plus de moments de notre quotidien. Il a tout intérêt à maintenir une pression forte sur ces questions et à faire en sorte qu'Apple soit perçue comme le bon élève de la classe, maintenant qu'il a fait de la santé — secteur où la confidentialité est cruciale — un axe de développement primordial pour son entreprise.

avatar donatello | 

Quand j’entends Tim Cook, je pense à ce slogan d’une grande marque de lingerie française : « si vous voulez changer le monde commencez par changer de slip. »

avatar ckermo80Dqy | 

@donatello

Passionnant. Tu en as d’autres dans le même genre ?

avatar Bigdidou | 

Tim a raison sur le fond et c’est bien qu’il dise de telles choses.
Après, il faut aussi qu’il les assume pleinement pour Apple et qu’il travaille à faire virer Google comme moteur de recherche paramètre par défaut. Par exemple.

Bon, je laisse les trolls se déchaîner.

avatar Dimemas | 

Et il faudrait qu'il soit irréprochable aussi ur le sujet ce qui n'est pas le cas...
Personnellement ça me pose un problème ce genre de position, parce que j'ai l'impression qu'il y a une volonté de redevenir dominant sur le marché en détruisant tout système gratuit qui empêche Apple de se développer. Bref, c'est de l'opportunisme

avatar Bigdidou | 

@Dimemas

« Et il faudrait qu'il soit irréprochable aussi ur le sujet ce qui n'est pas le cas... »

Il l’est peut-être, à titre individuel mais Apple ne l’est pas totalement et il est difficile de détacher totalement sa parole de celle du CEO d’Apple, c’est sûr.

Après, je crois pas qu’il faille être irréprochable sur un sujet pour en dire des choses intelligentes et proposer des améliorations.

avatar occam | 

@Dimemas

"Bref, c'est de l'opportunisme"

Les Tibétains mandant aux Esquimaux et au Tchouktchis de mettre fin à la pratique ancestrale de la chasse à la baleine, cela nous renseignerait plus sur les différences écologiques et agro-économiques entre les hauts-plateaux de l’Himalaya et le détroit de Behring que sur les vertus morales du Bouddhisme.

Comme le notait Adam Smith en 1776,
« La récente décision des Quakers de Pennsylvanie de rendre la liberté à tous leurs esclaves noirs nous apprend que le nombre de ces derniers ne saurait être très important. S’ils avaient constitué une part considérable de leur propriété, une telle résolution n’aurait jamais trouvé de majorité. »

Aussi nobles soient les intentions de Tim Cook, il ne fait que mettre en avant le modèle économique d’Apple.
De nécessité, il fait vertu. Il vend sa marque.

avatar webHAL1 | 

@occam
« Aussi nobles soient les intentions de Tim Cook, il ne fait que mettre en avant le modèle économique d’Apple. De nécessité, il fait vertu. Il vend sa marque. »

Tout à fait. En bref, Tim Cook, en position délicate depuis l'avertissement d'Apple sur ses résultats financiers, demande au Sénat de légiférer afin d'affaiblir les concurrents de la Pomme, Google, Amazon et Facebook en premier lieu.
C'est un peu comme si Microsoft plaidait auprès des autorités américaines pour une loi visant à fortement taxer les smartphones, mettant en avant leur impact écologique catastrophique : l'intention serait fort louable, mais l'objectif réel ne ferait aucun doute.

Le premier point soulevé démontre bien le but de la démarche de Tim Cook :
"que les entreprises limitent au maximum leur capacité à associer des données personnelles à un individu en les anonymisant ou qu'elles s'abstiennent tout bonnement de les collecter le cas échéant"

Il tente par ce biais de faire s'effondrer tout un modèle économique, sans mentionner que cela mettrait un coup de frein significatif au développement des assistants électroniques (qui vont devoir collecter de plus en plus d'informations et apprendre les préférences de l'utilisateur pour pouvoir être pertinents ; des données qu'il est nécessaire de stocker en ligne du moment qu'on veut pouvoir les exploiter sur plusieurs appareils).

avatar Dimemas | 

@ webhal et occam :
Whoah !
je suis content de voir que vous partagez le même point de vue que moi dit donc !
;)

avatar Un Type Vrai | 

C'est faux. Apple n'a pas besoin d'être irréprochable.
Tant que les lois n'existent pas, Apple peu les demander et se battre avec les même armes que tout le monde.

avatar bidibout | 

@Bigdidou

Sauf que ça rapporte de l'argent à Apple donc ça m'étonnerait que Google disparaisse des moteurs de recherches et encore moins par défaut puisque Google paie justement pour ça.

avatar pagaupa | 

@Bigdidou

« Bon, je laisse les trolls se déchaîner. »
Pas la peine, tu as très bien pointer le hic...et donc la belle hypocrisie de notre bon vieux Tim 😜

avatar XiliX | 

@Bigididou

"Après, il faut aussi qu’il les assume pleinement pour Apple et qu’il travaille à faire virer Google comme moteur de recherche paramètre par défaut. Par exemple."

Je pense que tu confonds deux choses qui sont pour moi très différentes.
1. Données privées
2. Tracking (moteur de recherche Google)

Lorsqu'on fait une recherche avec Google, il n'a pas du tout accès à mes données personnelles. A aucun moment mon adresse, mon numéro de téléphone...etc (données personnelles) ne soit accessible par Google que ce soit sur MacOS ou iOS.
En revanche, oui, Google enregistre "tes habitudes" de recherche...

C'est exactement le contraire avec FB. Pour utiliser FB, tu es obligé de t'inscrire, donc de donner à FB ce que tu veux donner. Si tu donnes tes informations personnelles, alors FB "possède" tes données personnelles.

Pour Android, bah, l'utilisateur "DONNE" ses données personnelles à Google... donc !

Donc pour moi, a aucun moment Google n'a accès à mes données personnelles lorsque je fais une recherche avec Google.

avatar DG33 | 

@XiliX

Ma géolocalisation, mon adresse IP, mon navigateur (donc mon smartphone si Safari), ma langue, mes horaires etc sont collectables/collectés à chaque utilisation d’un service Google.
Sans compter les cookies...
C’est bien suffisant pour en connaître beaucoup (trop) sur moi.

avatar pat3 | 

Plus ça va, plus l’impression monte que Tim Cook se prépare une carrière politique de candidat démocrate en guise de vie après Apple… c’est moi ou bien ça le fait à d’autres?

avatar Dimemas | 

tout à fait d'accord, je le pense depuis au moins un an...
Vive l'ère de la technocratie !

avatar debione | 

Ca va être tellement cool quand il mettra toutes les entreprises à 0,001% d'impôts...
Et qu'il démontra toutes ces conneries politiciennes...

avatar Dimemas | 

ah ? tu peux préciser ?

avatar debione | 

Se rappeler de son discours quand la loi l’a oligé a quelque chose... Se rappeler sur quoi lui et Trump sont sur exactement la même longueur d’onde devrait vous donner quelques pistes...

avatar Dimemas | 

ah oui ! :p
Je n'avais pas compris le sens de votre 2e phrase

avatar Hideyasu | 

@pat3

C’est souvent aux États-Unis cette impression, le fait est que là-bas les chefs d’entreprise hésite moins que chez nous à s’afficher publiquement pour une cause politique. Alors que chez nous c’est un peu plus tabou.

Je m’avancerai pas sur une éventuelle carrière politique, mais les prises de positions sont légions de l’autre côté de l’Atlantique

avatar DG33 | 

@pat3

Étant donné son discours à leur encontre, les G(🍎)FAM ne laisseront jamais Tim COOK arriver au pouvoir...
Cambridge Analytica bis s’y attellera...

avatar SyMich | 

"qu'il y ait un droit d'accès à ces informations pour les modifier ou les supprimer"

Ce qu'Apple ne permet pas aujourd'hui... à la différence de Google ou Facebook.
On peut acceder aux informations collectées par Apple, mais il est impossible de les modifier ou de les supprimer, de même qu'il est impossible de demander à ce que certaines (voire toutes) ne soient plus collectées. La seule alternative proposée par Apple, si on ne se satisfait pas de cette collecte, c'est de résilier ses comptes (iCloud, appleID, AppStore, iTunesStore...) ce qui n'est pas réaliste quand on utilise un iPhone par exemple.

avatar reborn | 

@SyMich

Par exemple, quelles données voudrais-tu supprimer ?

avatar SyMich | 

Juste quelques exemples partis la liste des données conservées (sans limite de durée!):
Activité ApplePay
Activité game center
Activité AppStore, iTunesStore, AppleBook, podcasts,
Communication Marketing, téléchargements et autres activités

avatar reborn | 

@SyMich

Si c’est relatif à des transactions/téléchargements gratuit ou payant c’est minimum 10 ans de conservation obligatoire il me semble 🤔

Pages

CONNEXION UTILISATEUR