Si c'était à refaire, Norman Foster reverrait les parkings d'Apple Park

Florian Innocente |

Si la chance lui était donnée de changer quelque chose aux plans d'Apple Park, son architecte Norman Foster modifierait les parkings. Lors de la conférence Wired Business, Foster a hésité à la question de ce qu'il reverrait dans ses plans, puis il a cité les deux immenses parkings extérieurs (un autre est situé en sous-sol, sous le bâtiment principal, mais au vu de ce qu'il en aurait coûté de se reposer uniquement sur celui-ci, deux longs parkings jumeaux sur trois niveaux ont été construits à une extrémité du campus).

Norman Foster redoute qu'à un horizon de 10 à 15 ans la fonction de parking devienne obsolète, à la suite d'une révolution dans les transports, d'une diminution de l'importance accordée aux véhicules personnels et, par ricochet, à leurs garages.

Peut-être que le garage traditionnel doit être repensé et ce dès maintenant. Éventuellement, si j'avais une seconde chance, j'insisterais davantage pour essayer de les convaincre en disant "Agrandissez la hauteur sous plafond de "ça", de telle manière que si vous ne le remplissez pas de voitures à l'avenir, vous pourrez plus facilement le transformer en espace habitable.

Les deux parkings extérieurs d'Apple Park

Foster a rappelé à quel point Steve Jobs était pointilleux sur le moindre détail de son futur campus (lire aussi Apple Park : la vision de Steve Jobs pour les cent prochaines années d'Apple), sur sa volonté d'effacer la frontière entre le bâtiment et l'extérieur en se reposant énormément sur l'emploi du verre. Comme ces immenses panneaux de l'atrium, dans lequel se trouve la cantine, qui peuvent s'ouvrir en à peine 12 secondes.

Avoir un cahier des charges aussi précis avec un interlocuteur aussi obsessionnel n'empêche pas de réaliser des bâtiments flexibles dans leurs usages. Ce serait même le contraire, assure Norman Foster. Les meilleurs bâtiments sont le fruit d'une vision forte. Ils doivent être soigneusement réfléchis pour s'adapter à la manière dont les gens et la société vont immanquablement changer, et pour cela il ne suffit pas de faire de grands espaces ouverts.

Les lieux de travail qui vont le mieux résister à l'épreuve du temps sont ceux qui prennent en compte les aspirations profondes des gens qui y passent leur journées. Ils proposeront des circulations pratiques pour aider les personnes à se rencontrer. Au lieu de séquestrer les employés à l'intérieur de boîtes en verre, ils les encourageront à se connecter avec la nature, écrit Wired en résumant les propos de Foster.

Pour être efficaces, les architectes et les entreprises doivent penser au delà de la simple notion de productivité « Depuis le départ, j'ai contesté l'idée selon laquelle un siège d'entreprise, qu'il soit énorme ou minuscule, ne doit être qu'un lieu de travail. Il faut raisonner en termes de style de vie ».

avatar fosterj | 

C'est exactement ce que j'ai pensé depuis le départ .. Pour une société qui se veut a la pointe de la transition énergétique et ils le sont .. ça fait tache ces parkings .. ils pourront peut etre à terme y faire pousser des salades pour la cantine :)

avatar Florian Innocente | 
La faute à tous ces gens qui veulent se la péter écolo avec leur Tesla au lieu de prendre le car de l'entreprise pour venir travailler.
avatar stefhan | 

@innocente
Bien vu.

Est-ce que le choix d'excentrer les parkings est pour faciliter les futures possibilités ? Contrairement à l'anneau...

avatar LeGrosJeanLou | 

@stefhan

C'est quoi le problème de l'anneau pour les futures possibilités ? Un espace comme ça t'en fais à peu près ce que tu veux. Pas moins qu'un cube en tout cas.

avatar françois bayrou | 

Avec une Tesla tu n'as pas besoin de parking : Tu lui dis d'aller faire un tour, elle reviendra quand tu la bipperas.

avatar C1rc3@0rc | 

@françois bayrouv

Ben non, la tesla elle doit prendre le temps de se recharger, et ça c'est sur le parking.

Le probleme c'est que l'Apple Park est situé aux USA et en Californie, un pays ou toute l'activité dépend de la bagnole et des transports routiers. Sans meme parler de travail, simplement vivre aux USA implique d'avoir sa bagnole, et souvent une bagnole par personne. Sans bagnole, on est vu comme un handicapé lourd, et c'est concrètement le cas.

Une entreprise doit fournir 2 choses:
- l'assurance santé
- le parking pour la bagnole

La question du salaire vient ensuite.

L'idée de Foster est intéressante, mais elle se confronte a la réalité américaine et a sa culture. Techniquement il va falloir beaucoup de temps pour changer la mobilité et l'urbanisme: tout est pensé pour la bagnole.

Mais le plus gros écueil est culturel: meme si l'americain avait a sa disposition tous les transports commun les plus efficaces du monde, il voudrait pas lacher sa bagnole.

La bagnole c'est le symbole de la sortie de l'enfance, de l'independance, du pouvoir,... L'americain devient majeur a 21ans, mais il a le droit de conduire a 16ans! La carte d'identité d'un américain c'est son permis de conduire!

Et l'americain est pauvre, il faut donc que le petrole qu'il met dans sa bagnole soit tres bon marché, parce que la bagnole on la prend pas une fois par semaine pour aller en WE, l'americain fait des centaines de miles par semaine...

Faut partir de cette réalité pour comprendre les problèmes des urbanistes et des ecologistes dans ce pays.

avatar LeGrosJeanLou | 

Enfin un type intelligent.

Vous n'imaginez pas à quel point c'est compliqué de faire comprendre aux architectes d'aujourd'hui comme aux collectivités locales d'expliquer qu'il faut réfléchir dès aujourd'hui au futur de l'automobile et que "la place de parking" ne doit plus être la sacro-sainte priorité dès aménagements urbains.

C'est dramatique mais je suis obligé de dire à mes étudiants qui passent leurs diplômes d'ajouter des places de parking parce que leur correcteur pourrait être un sceptique...

Il y a une révolution des moyens de transport qui est en marche. Et dans 10 ans on regardera les places de parking comme on regarde les cabines téléphoniques aujourd'hui.

avatar MacGruber | 

@LeGrosJeanLou

En grande métropole peut-être.
Mais en campagne...

avatar Tomtomrider | 

@MacGruber

Ouais , les voitures volerons en stationnaire au dessus des immeubles

avatar C1rc3@0rc | 

Le jour ou le vol consommera moins d'energie et polluera moins que rouler, peut etre, d'ici la, le vehicule terrestre a encore de beau jour devant lui.

A ce sujet fais juste un petit compte de la masse d'animaux qui volent par rapport a ceux qui ne volent pas... Et encore, l'evolution a pas selectionné la roue qui reste un des systeme de déplacement terrestre les moins consommateur (en fonction).

avatar pecos | 

Hilarant ce genre de "prédiction".
Tu en a encore beaucoup comme ça ?

avatar Florian Innocente | 
Ben, en même temps, Airbus planche sur le sujet…
avatar jfvit77 | 

@LeGrosJeanLou

Bah je suis à moitié D'accord avec vous, ok peut être que une parti de la population vas se satisfaire des voitures partagé et autonome, et que la voiture retournera à son dépôt quand on ne l'utiliser à pas... Comme ceux qui sont satisfaits des transports en commun malgré les importantes restrictions en terme d'horaire, et d'itinéraires...

Mais je doute que tout le monde se satisfasse de ces systèmes, tu ne peu rien laisser dans la voiture, tu dépend d'un service extérieur pour te déplacer, les véhicules peuvent être dégradé par des gens moins respectueux (suffit de voir les transports en commun), il peut ne plus avoir de voiture suffisamment disponible dans le cas où tous le monde veux se déplacer en même temps...
Et évidemment le délais d'attente plus ou moins long après avoir commander le véhicule selon la distance par rapport au dépôt...

Je crois bien plus à la voiture électrique et autonome personnel, qui fluidifie le trafic avec sa conduite intelligente, diminue les accidents, et qui vas se garer soit sur un parking prédéfinis ou un place personnel à proximité (mais du coup il faut quand même des places, ou un garage à proximité du lieux de travail et du domicile). La voiture électrique personnel est le seul moyen qui laisse un degré de liberté infini de mouvement (sous réserve d'avoir de l'électricité bien sûr).

Donc je pense qu'il y aura sans doute moins besoins de place de parking, mais de la à dire que ce sera futile à l'avenir d'en avoir une, c'est selon moi exagéré...

avatar C1rc3@0rc | 

Je suis assez d'accord avec ces constatations.
Il y a aussi la part identitaire et culturelle de la bagnole qui est un gros obstacle a surmonter.

Il faut aussi prendre en considération un autre phenomene historique: nombre de ville ont ete construites autour des usines du debut de l'ere industrielle, justement pour resoudre le probleme de stockage et acheminement de l'ouvrier. De fait l'urbanisme de ces cités est lié au concept de dortoir a proximité du lieu de travail

Avec la desindustrialisation et la diminution mecanique de la masse de travail (et sa conversion vers le secteur quaternaire), la ville-dortoir autour de l'usine devient une relique inadaptée. Et paradoxalement, elle doit gerer de plus en plus de masse de bagnoles...
Un exemple de choc du probleme des transports est arrivé avec les congés payés "long" permettant de partir en vacance => inadaptation des villes et routes face au flux soudain, a l'exode temporaire vers les zones de villégiature.

Aujourd'hui tout le probleme de circulation dans les ville vient... du fait que les villes ont eté conçues justement pour eviter les transports, et transports individuels.

Il y a une chose intéressante a comparer les USA et l'Europe.

Les villes en Europe sont bien plus anciennes et sont plus etalées et reparties.
On voit de multiples "centres" anciennement construit autour des usines et des entrepôts.
On s'y deplace peu et surtout horizonalement, mais la circulation est repartie vers de multiples centres.

Les USA, plus en retard sur le developpement urbain, ont opté sur un systeme concentrique, avec un empilement remarquable au centre. On s'y déplace verticalement et vers un seul centre.
Une cité americaine, c'est caricaturalement, un centre de buiding tres haut mais peu etendu, une premiere zone autour semi residentielle, puis une serie de cercles residentiels de plus en plus pauvres et a 1 etage maximum. Apres il y a aussi les villes "agricoles" sans building, mais elles sont totalement differentes.

Penser les transports dans ces deux modeles est tres different. Et voir comment les cités industrielles vont evoluer dans l'ere post industrielle est aussi passionnant que complexe. Aujourd'hui on voit que les cite americaines sont plus adaptées a l'evolution vers le passage au monde du travail du secteur quaternaire. Le travail est basé sur la communication et l'echange d'information. L'organisation monopolaire et verticale et plus simple a adapter que la version multipolaire horizontale que celle d'Europe. Mais c'est temporaire et cela depend de la technologie. A terme le centralisme vertical americain est une impasse. Les building c'est bien quand ils sont peu nombreux et centralisés. La multiplication des tours sur une surface etendu posent des problemes a tous le niveaux et les couts explosent.
Et au fur est a mesure qu'on passe a une civilisation sans travail, et que le travail restant se limite au secteur quaternaire, les gens veulent vivre dans des espaces qui ne sont pas des dortoirs adossés a des usines. On parle de ville comme lieu de vie et les problematiques actuelles sont celles la et plus celle de l'optimisation du travail...

avatar leber726 | 

@LeGrosJeanLou

En même temps on vous demande sans doute d'enseigner du tangible à vos étudiants, et non pas sur la base de prédictions au doigt mouillé plus ou moins farfelues. Parce que le nombre de prévisions foireuses qu'on a eu dans les 50 dernières années, notamment au sujet de la place de l'automobile, vaut mieux en effet se contenter de travailler sur du concret.

avatar klouk1 | 

@leber726

Pas trop de.accord sur l'importance des 'prévisions foireuses'.
Je trouve au contraire il y en a eu des plutôt pertinentes, comme le sdaurp de 1965, même s'il a Été revu parla suite

avatar alfatech | 

@LeGrosJeanLou

"Il y a une révolution des moyens de transport qui est en marche. Et dans 10 ans on regardera les places de parking comme on regarde les cabines téléphoniques aujourd'hui."

T'as trop regardé "Retour vers le futur"… Dans 10 ans (voir 20) on en sera toujours au même point: On aura toujours une voir deux voitures par famille.

avatar klouk1 | 

@LeGrosJeanLou

Oui enfin quand on voit la façon dont sont qualibrées les estimations de trafic du grand Paris on ne peut qu'avoir des incertitudes sur la place de l'automobile en île de France. Quant à vos étudiants, s'il ne sont pas fichus de lire un Plu ou un pos, il faut les ré orienter

avatar NymphadoraTonks | 

Mouais. Le tout transport en commun je n'y crois pas. À San Francisco, même dans les transports en commun tu peux tomber sur des gens étranges, agressifs, sentant mauvais.
Le co voiturage oui. L'essor paradoxal du vélo oui ( paradoxal car c'était un moyen de transport vie comme désuet et maintenant hype). Mais le tout collectif bof.

avatar Pffffff | 

@NymphadoraTonks

En fait, le future n'est pas au transport collectif mais a la voiture connectée et partagée qui fera "Taxi": elle viendra de chercher chez toi et te poser au boulot. Puis repart pour véhiculer une autre personne.

Tu payeras a l'usage et non la possession d'une voiture qui dors dans un garage la plupart du temps 😎

avatar rikki finefleur | 

Pffffff
Quand tu vois l’état des autolib tu as vraiment envie d'y accéder. Faut juste aimer la crasse. Je sais pas ce qu'ils font avec, mais franchement ça craint.

avatar Fumomono | 

C'est pas un problème de partage mais d'éducation ça, il existe des pays ou les biens communs ne sont pas dégradés. La France ne va peut-être pas rester au moyen-âge de la politesse pendant encore une éternité.

avatar scanmb | 

@NymphadoraTonks

C'est le R.E.R. B dont vous parlez ?...

avatar sekhmet | 

@NymphadoraTonks
Sauf que les grandes compagnies ont leurs propre bus c'est pas des transports urbains .

avatar reborn | 

Oui c'est comme le bluray 3D, c'est l'avenir.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR