Intelligence artificielle, une béquille pour les humains

Mickaël Bazoge |

L’intelligence artificielle a de nombreux débouchés, mais Tom Gruber, cofondateur de Siri qui travaille toujours chez Apple, a donné une vision intéressante et peu courante de l’usage qui peut être fait de toutes ces technologies. Durant une conférence TED qui s’est tenue à Vancouver, il a ainsi présenté l’IA comme un moyen d’aider l’humain à se rappeler de tout. Véritablement : personnes rencontrées, sports favoris, membres de la famille, prononciation des noms, et même les repas.

De gauche à droite : Eddy Cue, Tom Gruber, Alex Acero (qui supervise les technologies de reconnaissance vocale) et Craig Federighi — Cliquer pour agrandir

« Je crois que l’intelligence artificielle va faire de l’amélioration de la mémoire personnelle une réalité. Je pense que c’est inévitable », a-t-il déclaré. Reste à savoir sous quelle forme : « Je ne peux pas dire quand ou dans quels facteurs de forme ». L’intérêt de cette mémoire toujours fiable est pluriel : les adeptes du fitness sauront en tirer profit, mais aussi les malades atteints de schizophrénie, de démence ou d’Alzheimer.

Ce lien permanent avec une mémoire qui peut faire parfois défaut, « c’est la différence entre une vie d’isolation et une de dignité et de connexion », a ajouté Gruber. On est en effet au delà des vannes de Siri ou du lancement d’un minuteur pour la cuisine. Il a ainsi présenté l’exemple de son ami Daniel, aveugle et quadriplégique, qui utilise l’assistant d’iOS pour rencontrer des gens en ligne. « Voici quelqu’un dont la relation avec l’intelligence artificielle l’aide avec les véritables relations humaines ».

Il n’en reste pas moins que cette mémoire perpétuelle pose des problèmes de confidentialité. Si ces données peuvent être utiles pour le particulier, elles représentent aussi une mine d’or dans laquelle les entreprises voudront piocher pour nous connaitre sur le bout des doigts. Tom Gruber en est conscient : « Il est absolument essentiel de garder tout cela en sécurité (…) Nous devons choisir ce que l’on peut conserver [en mémoire] ou pas ».

avatar SidFik | 

l'ia vas surtout finir par détruire l'emploi

avatar iPop | 

@SidFik

True, true...

avatar Nekhro | 

@SidFik
Dans le fonctionnement actuel de nos sociétés, c’est certainement négatif. Mais comme cela va arriver (ainsi qu’avec la robotisation), il faudra s’adapter et repenser nos modèles de société pour que ce ne soit plus quelque chose de négatif.

Et vu que l’innovation bouge plus vite que les mentalités, ça risque encore de se faire dans la douleur.

avatar fte | 

@Nekhro

D'aucuns prétendent que tous les changements qui en valent la peine se font dans la douleur.

avatar minipapy | 

@Nekhro

Exactement. L'emploi (et le plein emploi) ne sont pas des évidences. C'est simplement l'obsession actuelle de nos sociétés. Si l'humanité n'avait plus la nécessité absolue de travailler pour survivre, on pourrait se focaliser sur les choses qui nous font évoluer (culture, science, philosophie, travail manuel, solidarité,...). Chacun choisirait à quoi il occupe ses journées et de quelle façon il se sent le plus utile.

Aujourd'hui, on a des emplois qui s'annulent les uns les autres. Le travail de A est déconstruit par B. Combien d'ingénieurs qui voulaient faire progresser notre façon de vivre se retrouvent à devoir chercher comment réduire la durée de vie jugée trop longue de tel ou tel composant ? C'est absurde.

M'enfin, tout ça reste une belle utopie et une potentielle source problèmes aussi.

avatar Manubzh | 

exact !
Mais d'un coté vous avez des citoyens qui hurlent leur haine sur nos dirigeants parce qu'ils n'ont pas d'emploi et parce que la chômage reste élevé et d'un autre coté, on a des individus qui développe un monde qui vise à faciliter la vie de chacun et qui a terme détruira énormément d'emploi.
J'ai bien peur que les individus continuent à se monter les uns contre les autres comme actuellement, parfois sans raison (souvent pour des raisons identitaires alors que c'est stupide), parfois sans vraiment connaitre les enjeux ou savoir pourquoi ils deviennent aussi "radicaux" au sein de notre société, et que ce genre d'évolution risque de nous amener à une révolution

Ça fait froid dans le dos n'empêche...

avatar C1rc3@0rc | 

En effet, c'est negatif, dans nos sociétés actuelles. Mais ces societes etant dysfonctionnelles, cet élément négatif est au final positif dans l'absolu.

Phénomène inintéressant de stupidité sociale basée sur une croyance traditionnelle et des dogmes archaiques.

La condition ouvriere a fait emerger les mouvements politiques travailliste ainsi que l'idee que le travail est le fondement de la democratie et de la liberté (le travail rend libre...).

Lorsqu'on lit Zola, on s’aperçoit qu'une bonne partie de la société était définie autour de la mine et du mineur.
Le symbole du travail c'est la mine.
Mais la mine n'est pas la liberté et le bonheur, c'est le concentré de toutes les abominations, de tous les esclavages!
Lorsqu'on parle de la mine, c'est de l'exploitation qu'il est question.

Le travail rend libre, c'est le fondement de la societe democratique, mais alors pourquoi le mineur etait le centre de la reflexion et de l'action contre ce que certain nommaient alors "l'exploitation" et l'esclavagisme.
La condition du mineur a ete l'objet de toutes les luttes qu'elles soient sociales, culturelles, politiques ou ideologiques.
La condition du mineur est devenue alors le modele de la lutte des classes, de l'esclavagisme moderne. Le mineur souffre, la mine tue.

Lorsque dans les annees 80 l'evidence de la fermeture des mines s'est imposée, on a eu alors les plus grandes manifestations et combat politiques qui soient: pour sauver l'emploi du mineur.
Il a fallut passer par des annees de subventionnements massifs de l'emploi minier avant de fermer ces enfers!

Cette aberration historique contemporaine n'a rien changé.
Le mythe de la societe fondée sur le travail, travail qui rendrait libre et citoyen, est toujours aussi incrusté dans la conscience populaire.
On le voit dans l'election en cours. Si 1/4 du peuple s'est tourné vers le futur, les 3/4 restant se sont retourné vers le passé, avec au final le choix binaire entre le populisme poujadiste et la soumission au banquier, avec au final une forte probabilité d'un autre sarkozy pour le quinquennat a venir.

On va donc continuer a subventionner des emplois inutiles, ruineux, dangereux, inhumains,... laisser faire les institution financières et les multinationales pour sauver un délire idéologique, une superstition toxique, et pendant ce temps on prendra du retard sur le financement des vrais enjeux du futur.

avatar Léopold FEZEU | 

Il veut jouer à Dieu, celui la.
C'est pour une raison PHYSIOLOGIQUE que le cerveau oublié certaines informations. Cela aide par exemple à pardonner et à passer à autre chose. Par sur que ce soit une bonne idée d'outrepasser cette barrière.

Tiens, cela me fait penser à un épisode d'une série dont j'ai oublié le nom.

avatar SidFik | 

black mirror ?

avatar Léopold FEZEU | 

@SidFik

Tu me prends les mots de la bouche !!

avatar occam | 

@DrStrange

« I can't forget but I don't remember what »
--Leonard Cohen

avatar Domsware | 

@occam

? ?.

avatar Stardustxxx | 

Pas a dieu, mais a un ange gardien qui te previens ;)

avatar ovea | 

C'est bien comme parlote qui tient compte des bénéfices d'une techno pour un «handicap», plus simplement une différence …

Mais Apple est TRÈS loin de remplir cette condition, celle de l'altérité, ce dont a besoin l'autre, celui pour qui … des adaptations sont nécessaires

Parce qu'iOS seul ne peut rien

Les dictionnaires des langues régionales en dehors de l'anglais sont médiocres et ne peuvent être étendues pour des BESOINS SPÉCIFIQUES

… la prononciation de texte est beaucoup moins bonne et ceux qui en procurent de meilleurs ne peuvent l'intégrer au system

… la prédiction lors de l'écriture du texte n'est pas ouverte aux correcteurs d'orthographe et de grammaire beaucoup plus compétants pour tout le système

'aucune envie d'aller plus avant, tant ces quelques évidences prouvent la volonté d'Apple, de placer l'intelligence derrière une façade d'appropriation de la véritable intelligence de l'autre !!!!

Le problème n'est plus à regretter la pire attitude de dictât d'Apple … c'est d'affirmer que l'intelligence d'Apple et d'iOS est extraordinairement insignifiante, voir plus certainement inexistante, presque totalement «artificielle»

Non à l'intelligence artificielle !!!!
L'intelligence est réelle, humaine et de partage

Apple est mûre en tant que société boursière, comme banque.
Mais elle aura perdu l'essence, le carburants qui faisait d'elle un acteur de l'informatique majeur.

avatar occam | 

« Il était le spectateur solitaire et lucide d’un monde multiforme, instantané et presque intolérablement précis. »

Un des écrits les plus vertigineux de Jorge Luis Borges, « Funes ou la mémoire » (1942), effleure l'enfer d'un quidam, Ireneo Funes, affligé, à la suite d'un accident, d'une mémoire absolue.

http://clicetclicetphilogram.fr/funesoulamemoire.htm
Et pour ceux qui lisent l'original :
http://www.literatura.us/borges/funes.html

Il y aurait énormément de choses à redire, à l'encontre de cette interview mal ficelée de Gruber, mais l'essentiel a déjà été saisi par Borges :
« Il avait appris sans effort l’anglais, le français, le portugais, le latin. Je soupçonne cependant qu’il n’était pas très capable de penser. Penser c’est oublier des différences, c’est généraliser, abstraire. Dans le monde surchargé de Funes il n’y avait que des détails, presque immédiats. »

C'est justement l'intelligence, artificielle ou pas, qui se trouve délaissée dans l'interview de Gruber. Or c'est justement l'aspect créatif, novateur et potentiellement transhumain qui pourrait éclore à la jonction de "Big Memory" et "Deep AI".

Rarement un sujet aussi prometteur aura été aussi mal articulé.

avatar fte | 

@occam

La plupart des interviews, la plupart des conférences traitant d'IA sont mal ficelées. Le sujet est très mal compris, très mal abordé. Je ne prétends aucunement faire mieux en la matière cependant.

Je ne pense pas que ce soit la solution à tous les problèmes du monde, ni que ce soit le premier pas vers Skynet ou Faro Automated Solutions.

Je pense que l'humain vit avec la technologie et depend de la technologie depuis 12'000 ans. Nous sommes - en majorité - dépendants de nos vêtements, chaussures, maisons, moyens de communication, ordinateurs, smartphones... et toute cette technologie depend de nous pour exister et remplir ses objectifs. Homo sapiens technologicus, comme certains l'ont nommé, augmenté de ses créations et dépendant de ses créations.

Le potentiel que je vois dans l'IA, est une technologie qui n'aurait plus besoin de nous pour atteindre ses objectifs. Une technologie qui pourrait poursuivre des objectifs hors de notre portée. Et augmenter l'humanité en globalité au lieu des individus.

Cela va bien au delà d'une prothèse auditive ou d'une prothèse mémorielle, sans pour autant diminuer l'intérêt de ces prothèses évidemment.

Quant à une IA consciente de son existence, je suppose que nous en sommes encore assez loin.

avatar pat3 | 

@occam

Merci pour la référence. Quant à la réflexion, je suis autant d'accord avec toi qu'avec DrStrange: oublier permet le pardon, la résilience… de plus, la mémoire reconfigure sans cesse les souvenirs pour y puiser de nouvelles ressources : les souvenirs ne sont pas exacts, ils sont pertinents, ce qui n'est pas la même chose. L'hypermnésie promise par l'IA est un cauchemar.

avatar heu | 

C'est déjà le smartphone qui joue ce rôle. Le lien permanent avec la connaissance permet de se passer de mémoriser tout un tas de choses. C'est le point positif. Le point négatif, c'est que cette mémoire infaillible est potentiellement falsifiable.

avatar jopaone | 

Si déjà Siri pouvait se rappeler des résultats des présidentielles du premier tour ...

avatar Kriskool | 

L'intelligence artificielle aboutira à terme à un appauvrissement de notre réflexion, notre cerveau et nous conduira vers un asservissement total à ceux qui conçoivent les machines et leurs programmes. Qui saura distinguer les faux du vrai déjà qu'on a du mal aujourd'hui avec les réseaux sociaux et tous ces fakes news qui nous envahissent.
Je suis pour le progrès technologique ouvert ! Pas le progrès qui nous enferme et nous met à la merci des grands groupes qui nous mèneront par le bout du nez.

avatar fte | 

@Kriskool

Les calculatrices, ordinateurs, MathLab ou Julia n'ont pas réduit notre capacité à calculer ou faire des maths avancées. Au contraire.

Quelle étrange idée tu as de croire que ces nouveaux outils plus avancés et puissants auront l'effet inverse. Par quelle alchimie, je ne vois pas.

Je suis au contraire persuadé que ces technologies sont le moteur de l'évolution de notre espèce, allant bien plus loin et plus rapidement que notre évolution biologique. Cette dernière est insignifiante durant ces 12 millénaires de technologie.

avatar ovea | 

Le traitement intelligent de l'information, c'est permettre à chacun de mettre en place ses propres automatismes … ça ouvres des portes ? et ça permet de travailler ensemble !

Un vœu pieux qu'Apple semble faire reposer sur l'air du temps, de la centralisation artificielle, bien loin des préoccupations de l'utilisateur.

Ouvrir iOS aux profils d'utilisateurs permettrait la configuration instantanée intelligente du contexte d'utilisation … une nécessité pour partager avec un utilisateur spécifique des paramètres parfois trop artificielles à mettre en œuvre.

Et de permettre la gestion des conflits entre profils en réseau, par messages … au niveau système.

avatar Hideyasu | 

C'est dans black mirror, mais ça fait pas tant envie que ça

avatar ovea | 

En attendant de nouveaux Black Mirrors,
patienter avec
- Dimension 404
- saison 4 de Silicon Valley

avatar harisson | 

Réflexion intéressante de Tom Gruber, je n'avais pas envisagé l'aspect du recouvrement de la mémoire via l'IA, à creuser.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR