Windows 8 : Intel relativise la concurrence d'ARM

Florian Innocente |
Malmené dans le monde mobile, Intel fourbit ses arguments vis-à-vis de l'arrivée du futur Windows compatible avec les plateformes ARM. En janvier dernier lors du CES de Las Vegas, Steve Ballmer avait annoncé que l'OS - officiellement toujours sans nom - fonctionnerait sur des architectures x86 (Intel et AMD) mais également sur des processeurs ARM. Des puces issues des designs d'ARM qui sont partout présentes, ou presque, dès lors qu'on parle tablettes (celles d'Apple ou Samsung) mais surtout smartphones.

windowsSOC


À cette occasion Ballmer avait présenté des prototypes signés Qualcomm, Texas Instrument et NVIDIA (qui venait de prendre une licence chez ARM). Afin de prouver que le client de ces futures machines n'aurait pas à soulever le capot pour connaître la nature du moteur. Le patron de Microsoft avait fait une démonstration de Word imprimant sur une banale Epson et celle d'une lecture de vidéos (lire aussi Microsoft au CES : À comme ARM et Avatar). Comme dans chaque tour de magie il y avait un truc, que Microsoft n'avait d'ailleurs pas caché, mais qu'Intel se fait un plaisir aujourd'hui de remettre en lumière : les applications Windows existantes doivent être recompilées pour fonctionner sur ARM.

À en croire Renée James, general manager d'Intel, qui s'exprimait lors d'une réunion avec des investisseurs, aucune solution de virtualisation ou de compatibilité n'est prévue par Microsoft “Nos concurrents ne pourront pas faire fonctionner les applications actuelles ou passées. Ni aujourd'hui, ni demain.” Les utilisateurs n'auraient donc que de nouvelles applications ou des services en ligne à se mettre sous la dent. Sauf à ce que les développeurs décident qu'il y a un intérêt commercial à recompiler, un scénario apparemment ignoré par Intel.

Ce dernier a donc beau jeu de faire valoir le critère d'une compatibilité applicative totale depuis les PC jusque vers les petits portables ou le marché des tablettes sur lequel Microsoft entend rattraper son retard avec ce Windows.

Le fondeur a consenti des efforts pour rendre ses puces plus aptes aux appareils mobiles et mettre un pied sur le terrain de l'extrême mobilité. Son patron vient également de démentir toute velléité de fabriquer des processeurs ARM, que ce soit pour Apple ou un autre (lire aussi Apple aurait approché Intel pour la production de puces ARM).

Renée James avance aussi un autre désavantage potentiel de ces machines ARM, chacun des acteurs engagés derrière Microsoft en livrerait sa propre interprétation (c'est aussi un gros avantage en terme de flexibilité pour certains clients au vu de leurs besoins spécifiques). À la clef il y aurait autant de versions de Windows 8 que de plateformes ARM. Microsoft avait annoncé trois partenaires, Intel en dénombre aujourd'hui quatre, laissant supposer que les rangs de ses futurs concurrents se sont renforcés d'un nouvel acteur.

http://static.macg.co/img/2011/4/x86vsarm-20110518-164647.jpg

Il faut préciser qu'il s'agit là uniquement de la position d'Intel. Celui-ci dit travailler main dans la main avec Microsoft sur le prochain Windows, avec une équipe installée à demeure chez l'éditeur. Est-ce que Microsoft prévoit néanmoins une solution surprise comme Apple en a usé lorsqu'il a fallu déménager avec le minimum de casse ses utilisateurs et leurs applications et périphériques 68K sur PowerPC puis sur Intel ? À voir.

http://static.macg.co/img/2011/4/rosettalogo-20110518-153208.jpg

avatar Almux | 
Hum! Avec pléthore de versions pour le seul ARM? Voir article (en anglais): http://www.bloomberg.com/news/2011-05-17/microsoft-to-make-multiple-versions-of-next-windows-intel-says.html ...Bon, vous me direz: "C'est Bloomberg qui le dit!" Donc, à prendre avec les usuelles pincettes!
avatar mricart | 
"68K sur PowerPC puis à nouveau sur Intel" ?? 68K, ce n'était pas du Intel, mais du Motorola.
avatar Lemmings | 
Etant donné que Microsoft a déjà une solution de virtualisation X86 (VirtualPC), intégrée dans les versions "pro" de Windows 7 pour avoir une compatibilité à 100% avec XP, rien n’empêche d'avoir une virtualisation identique pour les softs x86...
avatar xatigrou | 
A mon avis Microsoft veut faire comme Apple, ni plus ni moins. C'est à dire laisser son OS PC sur Intel, mais avoir une version modifiée et simplifiée pour les tablettes sous ARM, comme Apple le fait pour l'ipad et l'iphone. Le système serait commun mais les programmes qu'on voudrait faire passer d'un univers à l'autre devant être partiellement réécrits (en plus d'être adaptés au tactile). Tout ça afin de s'affranchir de la solution actuelle, ou Microsoft doit maintenir des OS différents vaguement dérivés de Windows CE (comme WPhone)
avatar ziggyspider | 
[quote]Almux [18/05/2011 16:02] Hum! Avec pléthore de versions pour le seul ARM? Voir article (en anglais): http://www.bloomberg.com/news/2011-05-17/microsoft-to-make-multiple-versions-of-next-windows-intel-says.html ...Bon, vous me direz: "C'est Bloomberg qui le dit!" Donc, à prendre avec les usuelles pincettes! [/quote] Bien vu … C'est aussi le cas chez Intel avec, par exemple, Photoshop pour X86 pour Mac et Photoshop pour X86 pour Windows, sans parler des versions 64 bits ! Ça compile, ça compile … et ça recompile !
avatar rom54 | 
Déjà il va falloir voir comment Microsoft s'en sort pour adapter Windows à autre chose que du x86. Ensuite Microsoft va se trouver face a deux options: soit ils optent pour une optimisation complète sur processeur ARM en devant donc abandonner le code x86, et a ce moment il faudra mettre en place une machine virtuelle pour faire tourner en émulation les softs x86, soit Microsoft utilise une technologie de virtualisation de l'OS qui permet de garder les instructions x86 au dessus d'un micro kernel... Et la il y a le risque que les performance en pâtissent sérieusement. Si la premiere option est prise ca veut dire que Microsoft a une opportunité de se débarrasser du code de Windows et DOS pour recréer un nouvel OS, moderne et adpaté ce qui ne peut être qu'une bonne nouvelle. Dans ce cas ca veux aussi dire que Microsoft est suffisamment dans une situation désespérée pour envisager de faire un tel bond, en laissant sur place les softs mal programmés (ce qui sur windows est la majorité d'autant plus dans les marché de niche). Et ça les speculateurs ne vont pas aimer du tout. Dans le second cas, si la solution est viable cela impliquera que les processeurs ARM sont vraiment loin devant Intel en terme de puissance et que le marché des serveurs tombera pour Intel. Dans les deux cas la situation est préoccupante pour Intel et Microsoft. Et en attendant l'evaluation technologique finale, ca va etre une guerre de com tous azimut, entraînant une instabilité sur la confiance envers ces deux mastodontes et donc une défiance des marchés prévisible, avec en arrière plan les constructeurs qui sont liés au couple Intel/Microsoft. Cela explique aussi pourquoi ces constructeurs sont si promt à sortir des prototypes d'iPadLike, même non fonctionnels: histoire d'avoir une béquille pour l'avenir sachant que le netbook est mort et que leurs ventes se portent déja mal. Par contre les gros bénéficiaires de cette histoire c'est Apple et bien sur ARM. C'est le moment d'acheter des actions...
avatar Florian Innocente | 
[b] mricart : "68K sur PowerPC puis à nouveau sur Intel" ?? 68K, ce n'était pas du Intel, mais du Motorola. [/b] A nouveau au sens nouveau déménagement.

CONNEXION UTILISATEUR