Ellison consterné par le nouveau PDG de HP

Arnaud de la Grandière |
On croyait l'affaire Mark Hurd terminée, mais c'était sans compter sans le proverbial franc-parler de Larry Ellison.

L'affaire avait démarré par le limogeage de Mark Hurd, alors PDG de HP, et ami de Larry Ellison (lire HP/Oracle : du rififi dans la Silicon Valley). Le patron d'Oracle n'avait alors pas mâché ses mots : « Le conseil d'administration de HP vient de prendre la pire décision depuis que les idiots du conseil d'Apple ont viré Steve Jobs il y a bien des années de cela. Cette décision a failli détruire Apple, et l'aurait probablement fait si Steve n'était pas revenu pour les sauver ».

Il fait ensuite embaucher Mark Hurd comme co-PDG d'Oracle, mais HP considère qu'il s'agit d'une violation de son contrat de non-concurrence et que Mark Hurd pourrait faire usage des secrets de HP à la tête d'Oracle, et décide en conséquence d'intenter une procédure pour empêcher son embauche. A nouveau Larry Ellison ne cache pas sa désapprobation : « Oracle considère HP comme un partenaire important de longue date. En lançant cette procédure judiciaire vindicative à l'encontre d'Oracle et de Mark Hurd, le conseil de HP se comporte avec le dédain le plus absolu pour ce partenariat, nos clients communs, et leurs propres actionnaires et employés. Le conseil de HP rend la poursuite de la coopération et du travail commun dans l'industrie informatique virtuellement impossible pour Oracle et HP. »


Mais HP et Oracle finissent par se réconcilier et oublier cette vilaine affaire (lire HP et Oracle, amis pour la vie (finalement)). La trêve aura été de courte durée.

Car il restait à HP à se trouver un nouveau dirigeant, c'est désormais chose faite en la personne de Léo Apotheker, ancien PDG de SAP durant sept mois (précisément le principal concurrent d'Oracle dans le monde de l'entreprise).

Un choix qui semble-t-il n'est pas du goût de Larry Ellison, qui n'a pu s'empêcher de le faire savoir dans un email au Wall Street Journal : « J'en reste sans voix. HP avait plusieurs bons candidats en interne… mais à la place ils ont préféré choisir un type qui s'est fait récemment virer pour avoir fait du si mauvais travail à la tête de SAP. Aucun des membres du conseil d'administration de HP ne possède beaucoup d'actions HP donc ils n'ont pas grand chose à perdre. Mais les salariés de HP, leurs clients, leurs partenaires et leurs actionnaires en souffriront. Le conseil de HP doit démissionner en masse… immédiatement. Cette folie doit cesser. »


Et de fait, la Bourse n'a pas fait bon accueil au nouveau PDG de HP : l'action perdait 4 % après l'annonce de sa nomination, faisant disparaître 4,45 milliards de dollars des poches des actionnaires.

Une porte-parole de HP s'est contentée de déclarer que les propos d'Ellison ne méritaient pas l'honneur de leur apporter une réponse… suite au prochain épisode ?

avatar Hasgarn | 

C'est pas fini cette affaire ?
Dingue, ça vire à la gueguerre.

avatar Larme | 

HP pourrait filer des secrets via M. Hurd, à Oracle, mais Oracle ou plus précisément ici son concurrent SAP ne pourrait pas faire de même en allant chez HP via L. Apotheker ?
Dans la logique le procès lancé précédemment, non ?

avatar pval | 

"Et de fait, la Bourse n'a pas fait bon accueil au nouveau PDG de HP : l'action perdait 4 % après l'annonce de sa nomination, faisant disparaître 4,45 milliards de dollars des poches des actionnaires."

Pourtant rien de tel qu'un "Apotheker" pour soigner les bobos.

avatar MadMax | 

Oracle et SAP se détestent réellement rien a voir avec des duels bon enfant comme Nike/Adidas ou pepsi/coca. Kagermann et Ellison s'affrontaient quasi physiquement a chaque rencontre et leurs face a face en régates sont légendaires. Le second n'ayant pas hésite a montrer son Q en passant le premier.

Apotheker est plutôt grande gueule, très sur de lui, assez sympa, polyglotte (il vit a Paris) mais je pense pas que ça passe très bien au niveau des investisseurs et des ricains en général.

avatar vernius | 

Vas y Steve , rachète HP!

avatar Florian Innocente | 

@ MadMax :
Tu es en train d'expliquer qu'Ellison redoute surtout d'être doublé sur son coté grande gueule sûre de [lui] ?

avatar Macuserman | 

Excellent ! Bravo au PDG d'Oracle !

avatar iPeP | 

Apotheker ... ce n'est pas lui qui, au cours d'une régate décisive entre les bateaux SAP et Oracle s'était déculotté alors qu'il doublait son adversaire , montrant ses fesses à Larry en signe de victoire ? Ca date un peu mais Larry en a conservé une certaine rancoeur qui l'a propulsé jusqu'à a victoire en America Cup.
Bon, ceci étant dit, je me demande si, comme pour Apple, Larry n'a pas également des parts dans HP qui est un partenaire historique ... comme l'était Sun chez qui il avait également des parts. Avec l'arrivée d'Apotheker, il serait capable de racheter la boutique pour avoir le plaisir de le virer !

avatar Daviddds | 

Que Apple rachète HP et on en pale plus! Lamentable ce qui se passe actuellement depuis la pseudo crise créée de toute pièce par ce genre de personnages. Une petite révolution s'impose...

avatar dariolym | 

iPeP> Oracle a quand même aussi du avoir recours au tribunaux pour la gagner, cette coupe de l'America...
C'est un des trucs qui fait que je suis pas trop fan de Oracle en général...
Sinon, ça me fait bien marrer ces guerres en interne... C'est le moment de vendre vos actions Oracle et d'acheter HP ;)

avatar canola | 

Openindiana
LibreOffice

C'est toi qui devrait être mis à la porte Ellison. Sinistre incompétent.

avatar Nordlaser | 

Apotheker... comment peut-on donner un nom pareil ? Bonjour comment vous appelez-vous ? M. Pharmarcien.
À moins que c'est la famille qui ait inventé la profession, dans ce cas-là, j'air rien dit.

J'ai toujours trouvé amusant lorsque les gens donne des noms communs à des noms propres. :)

avatar Luneart | 

Un peu comme Dr Maison :-)

avatar fabricepsb | 

décidément ça vole pas haut certains commentaires de crétins boutonneux décérébrés

avatar Eurylaime | 

La phrase sur le retour miraculeux de Steve est quand même à mourir de rire. Jobs en 85 à quand même failli coulé Apple et a aussi coulé NeXT.

avatar Zoidberg | 

[quote]Il fait ensuite embaucher Mark Hurd comme co-PDG d'Oracle, mais HP considère qu'il s'agit d'une violation de son contrat de non-concurrence et que Mark Hurd pourrait faire usage des secrets de HP à la tête d'Oracle, et décide en conséquence d'intenter une procédure pour empêcher son embauche.[/quote]
Ca m'etonne ce fonctionnement, comment ca marche la clause de non concurrence chez nous, c'est au moment ou le gars s'en va que la boite dit qu'elle l'applique non? pas une fois qu'il est embauche ailleurs? je sais pas du tout en fait, le fonctionnement decrit ici m'etonne. si quelqu'un avait des infos ca m'interesserait.
Merci.

avatar Brewenn | 

En principe, à ce niveau de connaissance des projets en cours et a venir chez HP, une clause de non concurrence est justifiée pour protéger les intérêts légitimes de l'entreprise, mais tout cela doit être précisé dans le contrat d'embauche.
D'autre part HP ne peut pas empêcher son salarié d'exercer une activité conforme à son expérience et à sa formation, mais comme celui ci détient des informations sensibles sur des technologies pouvant être utilisée chez son nouvel employeur HP à quelques raisons d'être inquiète du fait que Oracle est désormais le propriétaire de SUN ex concurrent de HP sur le marché des serveurs.

avatar Leehalt | 

@Zoidberg
En fait c'est pareil en France : un salarié soumis à une clause de non-concurrence quitte son entreprise, cherche du boulot et trouve un autre job dans une boîte potentiellement concurrente de son ancienne entreprise. De par sa clause, il est tenu de lui soumettre son nouveau contrat de travail. Elle peut alors décider ou non de faire jouer la clause de non-concurrence. Si la clause est appliquée, le gars ne peut pas accepter le nouveau job et reçoit une compensation financière pour la perte de l'opportunité. En général ça lui permet de vivre correctement pendant toute la durée durant laquelle la clause s'applique. Une fois la durée de la cause expirée, le gars peut accepter un tel poste sans que son ancienne entreprise ne puisse y trouver à redire.

avatar pseudo714 | 

ellison ferait mieux de se meler de ce qui le regarde!

avatar YannK | 

"Apotheker... comment peut-on donner un nom pareil ? Bonjour comment vous appelez-vous ? M. Pharmarcien.
À moins que c'est la famille qui ait inventé la profession, dans ce cas-là, j'air rien dit.

J'ai toujours trouvé amusant lorsque les gens donne des noms communs à des noms propres. :)"

Loin de moi l'idée de vouloir péter ton trip, mais il semblerait qu'une énooooooooorme partie (si ce ne sont absolument tous) des noms de famille qui ne sont que des mots communs dans d'autres cultures, langues, et parfois la même langue. Souvent, une "description" (type surnom il y a très très longtemps, plusieurs siècles), parfois une appartenance à un groupe (qui parle une langue commune, qui fait partie d'une région, qui décrit une classe sociale, etc).

Mais en tout cas, quand on fouille un peu sur son nom de famille, on peut toujours trouver une origine, le mien par exemple, était la façon dont les habitants du Nord du Pays de Galles appelaient un sous groupe qui parlait un dialecte celte maintenant disparu. J'ai un ami dont le nom est une description physique qui remonte au moyen-âge et qui évoque la mâchoire proéminente, un autre dont le nom évoque la "géographie anatomique" des lèvres, et j'en passe.

Suffit de penser Dumoulin, Dupont, etc… ça donne déjà une certaine idée de comment naissent certains noms. Puis c'est pas comme si le nom de famille se choisissait quoi :p

avatar vonjos | 

SAP et Oracle se détestent surtout parce qu'Oracle n'a jamais supporté que SAP, un européen, viennent gagner sur leur terrain de jeu "le logiciel".

SAP est le N°1 mondial des softs pour entreprises et les américains sont très amers la dessus. De plus Oracle a racheté Siebel (CRM) et des tas d'autres entreprises pour essayer de rattraper SAP.
SAP a gagné d'énormes contrats face à Oracle.
SAP ne faisait qu'une chose : inventer du soft applicatif. Oracle a racheté à tout va des tas de boites pour essayer de courir après SAP mais n'a jamais vraiment réussi.
SAP est un gros monstre certe mais tellement utilisé que c'est devenu un truc commun comme word ou excel pour les fonctionnels.
Même Microsoft utilise SAP en interne pour sa gestion.

Oracle zigzague entre la base de données (son coeur de métier), le soft applicatif tout pourri, les boites de CRM et de data mining, etc et maintenant SUN. Par ailleurs, ils sont vraiment véner contre HP car Ray Lane, ancien patron chez Oracle a aussi été recruté par HP = bref tout pour bien faire ch.er Oracle :-)

Stratégiquement c'est un bon coup pour HP, il prenne un ex de SAP sachant qu'Oracle les déteste, mais oracle a tiré le 1er en piquant SUN. HP emmerde Oracle ET sur l'applicatif et sur les serveurs.
Ellison a un tel ego qu'il s'entend bien avec Steve Jobs :-)

Pour info, on doit beaucoup au renouveau d'APPLE grâce à SAP. Apple était totalement bordélique dans sa supply chain et en interne, SAP leur a permis de structurer.

avatar etoile80 | 

le renouveau d'Apple ne doit en rien à sa supply chain et encore moins à SAP...
C'est l'innovation qui fait du cash dans une boite technologique, pas la supply chain, les RH et autres fonctions subalternes.

avatar thierry61 | 

moui.. quand on connait la rivalité traditionnelle entre les 2 éditeurs Oracle et SAP et le coté grande gueule de LE, cette anecdote n'est pas surprenante.
Mais le fait qu'HP se soit intéressé à Apoteker est en phase avec le fait que le business SAP est très important pour HP (je crois, je n'en suis plus sur, que HP est le constructeur qui tient la plus grosse part de marché SAP).

Cela étant, HP, SAP et Oracle sont très liés par certains cotés (combien de comptes sont sur serveurs HP /bases Oracle / ERP SAP de par le monde ? un bon paquet... ). M'est avis que LE va bien être obligé un jour d'inviter LA à passer prendre l'apéro :-)

etoile80 : C'est notamment l'innovation + l'efficacité opérationnelle qui permet de faire du fric. En ce qui concerne Apple, faut se rappeler qu'une partie de ses pb du milieu des années 90 était lié à une érosion régulière de ses marges. structurer ses process et avoir une plate-forme de eCommerce qui tienne la route, ce sont des choses qui comptent

En passant, Apoteker avait fondé SAP France (il bossait en France au début des années 90), avant que de gravir tous les échelons de l'éditeur.

avatar fabricepsb | 

il ne faut pas négliger le "supply chain" quel que soit le secteur considéré et notamment dans l'internet où beaucoup se sont cassés les dents parce qu'il n'arrivait même pas à livrer les commandes.
C'est bien beau d'inventer un super produit innovant. Mais s'il n'est pas géré au niveau des stock et de la logistique, c'est comme s'il restait à l'état de prototype.

avatar oomu | 

@Daviddds [02/10/2010 12:01]

"Que Apple rachète HP et on en pale plus! Lamentable ce qui se passe actuellement depuis la pseudo crise créée de toute pièce par ce genre de personnages. Une petite révolution s'impose...
"

NON ! Il s'agit d'importantes sociétés, avec de nombreux employés, de nombreux prestataires accrochés derrières (et employés) et des investissements conséquents. Dans le domaine professionnel informatique, oui c'est important.

Larry Ellison a toujours été ainsi et cela lui a bien servi.

@Eurylaime [02/10/2010 14:43]

"La phrase sur le retour miraculeux de Steve est quand même à mourir de rire. Jobs en 85 à quand même failli coulé Apple et a aussi coulé NeXT."

non. Apple ne coulait pas en 85. bien au contraire. En 85 Steve Jobs n'avait déjà quasi plus de pouvoir. Steve Jobs s'étant (de gré puis de force) dévoué à la création d'un produit (je vous laisse deviner lequel) et non la gestion de toute la société.

Apple est allé mal des années plus tard, bien plus tard, vraiment plus tard, à cause d'un lent épuisement sous les coups de commerciaux avides et sans imaginations. (tels des vendeurs d'eaux sucrés quoi).

même en 1997 apple n'allait pas couler. La société n'avait pas de "futur" (pas de produits pour ouvrir le millénaire avec de la croissance) mais elle n'était PAS en banqueroute, loin de là. Au pire, elle aurait été vendue.

-
Ce que Steve Jobs a fait à son retour, c'est ce qu'il disait dans la presse depuis des années : contrôler les technologies du produit.

-
NeXT ne pouvait pas réussir commercialement. Mais sa réussite technique ne fait pas débat. Elle est au coeur des macs et autre ipads.

-
HP est appelé à devenir un concurrent de Oracle. Les relations n'iront qu'en se dégradant.

et Oracle se prépare en conséquence.

On peut lire dans tout cela un rapprochement entre HP et SAP. Forcément.. Oracle se doit de réagir.

avatar oomu | 

"Cela étant, HP, SAP et Oracle sont très liés par certains cotés (combien de comptes sont sur serveurs HP /bases Oracle / ERP SAP de par le monde ? un bon paquet... ). M'est avis que LE va bien être obligé un jour d'inviter LA à passer prendre l'apéro :-)
"

ca signifie que tôt ou tard (tôt) l'un des 3 va monter ou descendre dans les couches du système, concurrençant ses partenaires.

avatar Nordlaser | 

Holàlà, si on ne peut même plus rigoler... :-)

Pour votre info, j'habite un pays germanophone, je connais des M. Jardinier, M. Jardinier de forêt, Mme Patisserie, et j'en passe. Je trouve ça rigolo, et ce M. Apotheker me fait tout aussi sourire. Il n'y a rien de mal à cela. :-)
Toutefois, je le trouve plus pittoresque que les autres noms.

Sur ce, je clos le (mon) débat.

avatar simon_pr | 

Dans ma boite, il y a SAP... Je ne connais pas Oracle, ni les autres, mais ce que je peux dire, c'est que quand je dois aller sur SAP, il me viens une boule au ventre.... C'est l'HORREUR, c'est tout bonnement à la limite de l'utilisable. C'est puissant certes mais ça, je m'en fout. Pour une intervention de 5 min, je dois passer environs 30 min sur SAP pour renseigner au final que peut de choses.. Et je vous raconte pas le temps qu'il m'a fallu pour comprendre... C'est tellement abscon que personne ne veut l'utiliser et nos manager sont obligés de nous y forcer (parce qu'on les force aussi... Et oui, ça a couté tellement cher). Enfin, avec ce Apotheker, je vous dis pas la tronche des futurs HP....

avatar mirando | 

Évidemment qu'une grosse partie du succès et de la profitabilité d'Apple vient de son excellente supply chain. SAP a servi à discipliner la boite. Pour info c'est Tim Cook qui a mis la supply chain telle qu'on la connait.

avatar macmini33 | 

En même temps y'a pas beaucoup d'entreprise qui utilise SAP sans Oracle ... SAP ça fait vendre de l'Oracle.

avatar Yip | 

Bravo pval, elle est vraiment excellente !

avatar iPeP | 

@simon_pr
Tu n'es pas le seul dans ce cas, c'est le retour que font la plus part des clients SAP : complexe à mettre en oeuvre comme à utiliser... mais c'est le modèle SAP : en complexifiant on rend le client dépendant des partenaires qui effectuent le travail et payent pour être formés.

Les projets SAP qui débordent voir doublent leur planning et leurs budgets sont légions. Un ancien client (ou plutôt son liquidateur judiciaire) leur a même fait un procès car le projet SAP les a coulé corps et âme : ils ont banqué le double du budget, ont pris 1 an et demie de retard et se sont retrouvés avec un système qui ne fonctionne absolument pas et a bloqué leur activité au bout de quelques semaines. Le tout avec l'aide des spécialiste venus d'Allemagne.

N'en dépalise à @Vonjos, SAP n'est PAS le N°1 mondial. SAP et Oracle se tienent et leurs position de leader est fonction du secteur d'activité et du secteur géographique. Il suffit de regarder les rapports du Gartner Group pour le comprendre.

Si SAP est un leader en Europe dans le domaine du secteur public, c'est grâce à quelques aides dans les gouvernements et administration, ainsi qu'à des directives Européenne leur donnant une préférence que ces fameux "Gros contrats" ont été gagnés. Mais quand on voit ce que cela donne en France, avec des systèmes qui sont en permanence au bord de la paralysie...

@Vonjos, tu es l'un des rares SAP fanboy que je rencontre ! Mais si tu pouvais étayer, voir vérifier, ce que tu avance, ce serait plus crédible.

Maintenant, c'est vrai que SAP a été, pendant de longues années, le meilleur client d'Oracle en matière de base de données. Mais quand on voit ce qu'il en font ...

D'un autre côté, il faut être honnête, Oracle n'est pas blanc comme neige non plus. Certaines versions de leurs applications laissaient largement à désirer. Le rachat de PeopleSoft et JDE semble les avoir obligés à se poser un peu en attendant FUSION présenté à OpenWorld la semaine passée

avatar Eurylaime | 

@oomu : pour NeXT, je parle bien de l'aspect commercial pas technique. Aussi, on peut aussi discuter de la logique de mettre un système conçu à la base pour une station de travail dans des appareils mobiles (indépendamment de la formidable évolution de la puissance des machines).

avatar vonjos | 

@IPEP
SAP a toujours été loin devant Oracle sur le marché des softs applicatifs pour entreprises (ERP).

Au hasard je te sors la part de marché sur 2009 et sur 2008. SAP a le double de part de marché par rapport à Oracle :
----------------------------
Extrait "Journal du net" du 20/09/2010
"En 2009, le marché des ERP (Enterprise Resource Planning) a subi un important décrochage en raison de la crise. Le cabinet Forrester Research estime qu'il a chuté de 11% par rapport à 2008, pour totaliser 39 milliards de dollars de revenus.

Quoi qu'il en soit, cet effritement n'a pas bouleversé le haut du classement des deux plus grands éditeurs mondiaux d'ERP. Selon AMR Research, SAP est ainsi crédité d'une part de marché de 42% (11,75 milliards de dollars) contre 21% pour Oracle (6,04 milliards de dollars).

De son côté, IDC a indiqué pour 2008 une part de marché de 23,5% pour SAP et de 12,5% pour Oracle dans un marché global de 33 milliards de dollars - comprenant les revenus liés à la fois aux ventes de licences logicielles, à la maintenance ainsi qu'à la souscription de nouveaux contrats de support."
----------------------

Ce n'est pas pour rien que Oracle s'est mis à acheter comme un fou tous ces softs, peoplesoft, siebel, jde et SUN.
Oracle, c'est les rois de la base de données c'est tout, ensuite, ils sont allés acheter les autres softs et ont aujourd'hui un gruyère incohérent.
SAP a inventé, dans tous les secteurs, du nucléaire aux hopitaux et uniquement dans le segment des softs applicatifs.
SAP couvre 100% des besoins des entreprises. Si ce n'est pas dans SAP c'est que l'entreprise est mal gérée ou utilise un raccourci bidon en croyant avoir inventé la poudre.

Pour les projets, on ne remet pas en ordre une entreprise bordélique en 2 coups de cuillère à pot.
Cela arrivera toujours les projets qui dérapent car les utilisateurs se font une idée au fur et à mesure de l'avancement du projet. Ils ajoutent des fonctions qui n'étaient pas dans le périmètre initial.

avatar iPeP | 

@Vonjos,

Je n'aurais jamais imaginé un Troll pareil sur un site dédié Mac.

On fait dire ce que l'on veux aux chiffres sortis de leur contexte et aux bouts d'articles. La preuve : "Et encore 31 % de chute. Après avoir dévissé de 33 % au premier trimestre et de 40 % au second, les ventes de licences de SAP ont de nouveau déçu...BO - le spécialiste de la BI racheté en 2008 - comptait désormais pour environ la moitié des ventes de licences du groupe. Ce qui indique que la décroissance des ventes que connaît SAP se concentre sur le segment de l'ERP. - Globalement, c'est sur le Vieux Continent, premier marché de SAP, que l'éditeur résiste le mieux. Dans un communiqué, la société parle de signes de stabilisation. Ce qui ne l'empêche pas de dégrader de nouveau ses perspectives de chiffre d'affaires annuel : SAP prévoit désormais un recul compris entre 6 et 8 %, laissant augurer d'un quatrième trimestre dans la lignée des trois premiers.Comme lors des deux trimestres précédents, la maintenance permet de sauver les meubles." - Le MagIt (http://www.lemagit.fr/article/sap-maintenance-licences-decisionnel-bo-resultats-bi-erp/4671/1/resultats-les-ventes-sap-decoivent-nouveau/)

Je fais de la direction de projet IT depuis des années. J'ai eu des petits comme des gros clients. Des projets locaux comme internationaux. Et je peux te dire une choses : si les projets dérapent c'est que les chefs de projets sont incapables de dire non ou doivent composer avec les consultants qui vivent de ces dérives.

Le meilleur ERP, comme le meilleur logiciel ou le meilleur matériel est celui qui convient aux besoins et au budget de l'utilisateur. Le reste n'est qu'une question de point de vue et de capacité à relativiser les choses.

avatar vonjos | 

@iPep
c'est bien t'es gentil, tu sais lire les dernières news.
Je ne vois pas ce que vient faire ta citation ici. On parle de comparaison Oracle/SAP et pourquoi ils se détestent.
Que SAP ait fait des mauvaises ventes c'est un autre problème et je ne vais pas les plaindre. Je ne vois pas en quoi ça éclaire le débat sur Oracle.
Tu fais donc partie de ces gens qui ne peuvent faire des commentaires sans ajouter le mot TROLL.

Moi tout ce que j'en déduis c'est que tu es aigri d'être passé à coté de SAP au bon moment et aujourd'hui tu te traines avec des projets "ciel comptabilité" à 300€/jour.

Tu peux très bien donner ton point de vue sans insulter.
Je te rejoins totalement sur l'adéquation besoins/solutions et SAP n'est pas la panacée.

C'est pas la peine de me répondre, je ne dirai plus rien sur le sujet.
Je ne reviendrai même pas lire ta réponse.
Ici c'est un site mac pour les fans de mac.
Tu aimes le mac et moi aussi alors on s'aime :-)

avatar McRoger | 

Et oui, moi aussi j'aime le Mac et j'ai fait des projets SAP, comme chef de projet dont plusieurs en PME, un en secteur public, national/international et ce depuis 1999.

Quand ça foire c'est plutôt dû au fait que SAP est un ERP très puissant mais "structurant", si les écarts sont trop importants, faut pas commencer à développer des usines à gaz pour résoudre un problème qui peut l'être autrement, il faut adapter les processus. En outre, c'est un outil complexe qui demande des utilisateurs d'un "certain niveau". Donc implémenter SAP dans un environnement cloisonné, où le service A ne parle pas au service B qui est en aval, a des utilisateurs "neuneus" et des managers incapables de prendre une décision rapide/tranchée, oui ça foire. Sinon, ça peut être un outil formidable pour l'entreprise qui sait l'implémenter, l'utiliser et donc gérer ses processus.

Donc à n'implémenter qu'avec une bonne gestion de changement côté business et dans une entreprise où la direction, la volonté de changement associée au projet, ont été clairement annoncée et mises en place pour que cela soit possible, sinon le moindre petit chef assis sur son pouvoir, utilisateur rêveur peut faire déraper le projet.

My 2 cents.

avatar rikki finefleur | 

@Mc roger
Je ne savais pas que le rôle d'une entreprise était de s'adapter a un logiciel .. Je pensais meme que c'était l'inverse..
Que faire si une entreprise a 10 logiciels , elle est complètement déformée..?
Disons qu'il y a beaucoup "d'arnaques" dans SAP a commencer par le prix des consultants, qui ne sont même pas capable de planifier un délai et de le tenir..
J'aime bien la notion de petit chef, qu'un gars tenant une disquette de software, vient lui apprendre comment faire son métier..
Peut etre qu'un jour, un gars tenant une disquette va arriver dans votre bureau , et vous apprendre comment faire votre métier.. Espérons que vous le recevrez bien..

avatar McRoger | 

@rikki finefleur:
1) je viens du business et j'ai implémenté SAP dans mon entreprise, comme directeur logistique avant de le faire ailleurs, donc les procès d'intention... :)

2) SAP est basé sur un certain nombre de processus "standard" avec une "certaine" flexibilité. Quand on implémente SAP c'est aussi et SURTOUT pour standardiser ses processus. Si on ne comprend pas ça et qu'on accepte "on fait comme ça parce qu'on a toujours fait comme ça" dans sa boîte sans justifier d'une valeur ajoutée de cette façon de faire, il faut passer son chemin. Quand je parle de "petit chef", c'est parce qu'un ERP a pour vocation de "casser" les baronnies et silos fonctionnels, implémenter un ERP en acceptant qu'un service bloque parce qu'on lui ajoute/Retire des tâches, c'est aller au casse-pipe. J'ai vu un chef comptable refuser l'implémentation parce qu'un magasinier déclenchait une écriture comptable en entrant une marchandise en stock, voilà le "petit chef" dont je parlais.
3) Ensuite les consultants fonctionnels SAP ont plutôt des profils "business", comptables, Ecoles de Commerce, Ingénieurs et se spécialisent dans une industrie ou un type de processus. Limiter ça "à des gars avec une disquette", c'est un chouya réducteur.

Maintenant il y a des mauvais consultants, chefs de projets partout, mais il ne faut pas généraliser, c'est trop simple.

avatar meurten | 

je suis un "gars avec une disquette" pour simplifier et 100% d'accord avec toi, Mc Roger.
Certains devraient se renseigner avant de poster, ou ne pas poster...

CONNEXION UTILISATEUR