Comment on scannait avant : notre série au complet pour les membres du Club iGen

Stéphane Moussie |

De nos jours, pour numériser un document, on se contente de le poser sur le bureau pour le photographier avec un iPhone. D'excellentes applications savent ensuite isoler le document, le redresser et en effacer les imperfections. Les puristes préfèreront le scanner à plat ou la photocopieuse du bureau qui dispose d'une fonction équivalente. Dans les deux cas, le document, posé sur une vitre, est balayé par un bandeau bardé de minuscules capteurs, numérisant ligne par ligne les couleurs du document pour l'enregistrer sous forme d'un fichier informatique.

Mais avant, comment faisions-nous ? Quand la photographie n'avait rien de numérique, quand la photocopieuse du boulot était aussi connectée que le paillasson de l'entrée, et quand un scanner à plat coûtait le prix d'une 205 GTI, avec quoi pouvions-nous numériser des images sur Macintosh ?

Mais quel est donc cet étrange objet ?

C'est la question à laquelle nous allons répondre dans notre série désormais au complet pour les membres du Club iGen.

Nous vous faisons découvrir trois exemples emblématiques : le Scanman de Logitech, qui numérisait avec votre main ; le MacVision, qui numérisait avec une caméra vidéo ; et le ThunderScan, qui numérisait avec… une imprimante !

Et pour compléter ce sujet, nous nous sommes intéressés à comment on scanne maintenant : avec une app sur iPhone, pardi !

Les avantages du Club iGen

L'abonnement au Club iGen supprime la publicité et donne accès à du contenu exclusif sur tous nos supports : le site du Club (qui rassemble les articles de MacGeneration, iGeneration et WatchGeneration), notre application iOS, notre application tvOS et notre application Android.

Le nouveau site web du Club offre de nombreux avantages, à commencer par un confort de lecture maximal, de nombreuses options de personnalisation, des filtres pour le contenu, un flux RSS dédié…

Trois formules d'abonnement sont disponibles : 4,99 € pour un mois, 45 € pour un an (3 mois offerts), ou encore 22,50 € pour un an (faibles revenus). Tous les détails sont disponibles sur le Club iGen.

avatar MarcMame | 

@sebasto72

"Zip100, les meilleures disquettes du monde !"

Iomega était connu pour ses gros problèmes de fiabilité. Autant pour les lecteurs que les disquettes.
Ce qui a fait leur succès n’est que du aux tarifs accessibles à tous.

avatar sebasto72 | 

@MarcMame

Dans le monde PC oui, sur les lecteurs IDE je me souviens qu’il y avait des soucis, et puis le « clic de la mort » si je me souviens bien du nom qui touchait de temps en temps les zipettes.

N’empêche, les zipettes de 100Mo comparées aux disquettes HD de 1,4Mo, c’était super.

avatar MarcMame | 

@sebasto72

"N’empêche, les zipettes de 100Mo comparées aux disquettes HD de 1,4Mo, c’était super."

Compare ce qui peut l’être sinon ça n’a pas de sens.

avatar sebasto72 | 

@MarcMame

Tu veux comparer avec quoi pour le grand public ? Pas de clé USB à l’époque. Le cdrom, même reinscriptible c’était pas pratique, et les disques durs coûtaient très cher sans parler de leur fragilité...

avatar MarcMame | 

@sebasto72

Syquest

avatar sebasto72 | 

@MarcMame

Dans mon souvenir c’était bien plus cher, on en voyait beaucoup dans le monde du print pour échanger les gros BAT.

Côté fiabilité, il n’y avait pas photo, c’est sûr. Mais on n’était pas trop dans un large déploiement

avatar MarcMame | 

@sebasto72

La concurrence de iomega a poussé Syquest à produire des systèmes à cartouches plus accessibles au grand public et toujours aussi fiable qui se sont très bien vendus.
Je me rappelle bien d’un système à mini cartouches de 135Mo

avatar Brice21 | 

@sebasto72

Disque Magneto-Optiques 650 MB.

avatar MarcMame | 

...

avatar MarcMame | 

@sebasto72

"Dans le monde PC oui, sur les lecteurs IDE je me souviens qu’il y avait des soucis"

Les lecteurs spécifiques aux Macs avaient les mêmes défauts.

avatar BingoBob | 

Je vous donne quelques idées de futurs articles en série :
- La parenthèse Next
- Petites et grandes histoires des OS d’Apple
- Les différents CEO d’Apple : quelles étaient leurs stratégies ?
- L’aventure Performa

J’en ai d’autres 😬

avatar gattuz | 

@BingoBob

👍🏼👍🏼👍🏼

avatar Marcos Ickx | 

Et les scanners irispen, du style stylo bille où il fallait « surligner » le texte et espérer que l’ocr faisait son job comme il faut.

Édit: toujours en vente d’ailleurs à 150$.
Y en a qui achète encore ce genre d’article ?

avatar iBaby | 

Bienvenue aux papys du Mac. 😌

avatar MarcMame | 

Et les photocopies du pauvre avec le fax on en parle ?

avatar andmag | 

Scanman ! Souvenir avec soit l’apple IIgs ou le mac LC ! Par contre quel câble encombrant et peu souple...

avatar ClownWorld 🤡 | 

Ça donne vachement envie mdrr

avatar noooty | 

Je me souviens de la photocopieuse d’un de mes oncle: il n’y avait pas d’encre, et les parties copiées avaient une couleur rouge foncée. C’était un papier avec un produit dessus qui réagissait à la lumière.

avatar MarcMame | 

@noooty

"Je me souviens de la photocopieuse d’un de mes oncle: il n’y avait pas d’encre, et les parties copiées avaient une couleur rouge foncée. C’était un papier avec un produit dessus qui réagissait à la lumière."

Probablement du papier thermique. Et donc sensible à la chaleur plus qu’à la lumière.
Sa « photocopieuse » était plus certainement un fax.

avatar gwen | 

Ah, le Scanman. Mon premier scanner pour faire mon fanzine avec le LC. J’en ai scanné des mangas et autres photos avec ça. C’était assez simple et fonctionnel. Et surtout pas cher.

avatar Napoba12 | 

Punaise mais oui
C’est ça
Merci MacG

Je vais inventer le paillasson connecté !!
Dans le club des IoT je suis sur qu’il n’a pas été encore inventé 😂😭😂😭😂

avatar sebasto72 | 

@Napoba12

Avec interaction avec la serrure électronique pour ne pas ouvrir si tu n’as pas suffisamment brossé tes semelles !

avatar yomi | 

@Napoba12

Je le veux mon paillasson connecté😭
Thanks for making it available🤩

avatar switch | 

Je me souviens de mon premier scanner en 1989 "Apple Scanner", qui ne scannait qu'en bitmap stochastique ou en niveaux de gris (mais gare à la taille des images). Il fut suivi par une version couleur, mais les concurrents (UMAX) étaient moins chers et plus rapides, même si pour scanner en couleurs il fallait 3 passes (une par couleur RVB) et ça prenait des plombes. Puis sont apparus les scanners couleur RVB à une passe: une révolution !
Concernant l'OCR j'ai d'excellents souvenirs d'Omnipage Pro, un must à l'époque car on pouvait lui faire "apprendre" les caractères inconnus et au final c'était très performant.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR