Le Mac en proie aux malwares : Federighi « travestit la vérité » pour défendre le modèle iOS, selon la juge

Stéphane Moussie |

« Aujourd'hui, nous avons un niveau de malware sur Mac que nous ne trouvons pas acceptable. » En plein milieu du procès contre Epic, Craig Federighi créait la surprise en déclarant que le Mac était en proie aux malwares. Cette déclaration choc était-elle honnête ? Dans le verdict rendu le 10 septembre, la juge en doute très fortement.

Craig Federighi. Image Apple / MacGeneration

« Bien que l'avis de M. Federighi sur les malwares sur Mac paraisse plausible, il semble être apparu pour la première fois lors de ce procès, ce qui suggère que M. Federighi a travesti la vérité pour aller dans son sens », écrit Gonzalez Rogers. La juge considère que le responsable de l'ingénierie logicielle a dénigré sans preuve concrète la sécurité du Mac, cela dans le but de défendre le modèle de distribution centralisé d'iOS, un élément attaqué par Epic.

Craig Federighi avait affirmé qu'il y avait un « problème de malware significativement plus important sur Mac [que sur iOS] », or la juge fait remarquer que cette déclaration n'a été appuyée par aucune donnée. « Durant l'audience, [M. Federighi] a reconnu qu'Apple avait uniquement des outils de collecte de données sur les malwares pour le Mac, et pas pour iOS, ce qui interroge sur sa connaissance des statistiques en question », note-t-elle. Et d'enfoncer le clou en soulignant qu'« avant ce procès, Apple a toujours présenté le Mac comme sûr et à l'abri des malwares. » « Par conséquent, la Cour accorde peu de poids au témoignage de M. Federighi sur ce sujet », assène la juge, à qui on ne la fait pas.

Elle va même plus loin en ajoutant qu'Apple pourrait concevoir pour iOS un système de validation et de distribution des apps similaire au Mac sans nuire à la sécurité de la plateforme mobile :

Au bout du compte, la Cour trouve que la validation des applications pourrait être faite de manière relativement indépendante à la distribution de manière convaincante. Comme M. Federighi l'a confirmé lors du procès, une fois qu'une application a été validée, Apple peut la renvoyer à son développeur pour qu'elle soit distribuée directement par lui ou bien dans une autre boutique. Ainsi, même si la libre distribution des applications devait diminuer la sécurité, des modèles alternatifs pourraient facilement être mis en place pour atteindre les mêmes objectifs.

En dépit de cet avis, la juge n'a pas forcé Apple à ouvrir la porte aux boutiques tierces ou à la distribution directe des apps sur iOS. À ce jour, Apple peut toujours imposer l'App Store comme seul et unique canal de distribution sur iOS. Epic n'ayant pas eu gain de cause sur ce cheval de bataille crucial, l'éditeur a décidé de faire appel du jugement.


avatar Yves SG | 

Oui y’en a plein de malware, dont certains sont meme populaires. Par exemple il y en a un qui s’appelle Chrome 😉

avatar Darkgam3rz | 

La fameuse distorsion de la réalité est toujours de mise donc 🤔

avatar Terrehapax | 

Je suis quand même surpris par la virulence, pour ne pas dire la violence, de beaucoup de commentaires non pas sur l’info elle-même mais en réponse à d’autres commentaires. Trop d’adrénaline refoulée à cause du Covid et de la fermeture des cours de récré ?

avatar adrien1987 | 

Comment on veut paraître cool avec des sourcils teintés et une chemise d'avocat ?

avatar Crunch Crunch | 

Merci EPIC. Vous n'êtes qu'un morveux gâté !
Aller, au lit, un bon dodo et ça ira mieux après…

avatar marc_os | 

Quand la mauvaise foi rencontre la mauvaise foi...

Et si la juge demandait leur avis aux spécialistes des antivirus ?
Elle verrait qu'au final Craig Federighi a quand même raison.

avatar YetOneOtherGit | 

@marc_os

"Craig Federighi"

Il a surtout été simplement mauvais lors de son audition sur la construction et l’articulation de son argumentaire comme sur sa capacité à être cohérent.

Un faux pas assez net, dans un exercice très délicat 😎

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit:

Il me semble pourtant que tu avais prédis que les cadres d'Apple ne risquaient aucun faux pas, car ils étaient parfaitement briefer par une cohorte d'avocat (et cela devait éviter le genre de propos que lui reproche la juge)...
Ou les cadres d'Apple ne sont pas si bon que prétendu, ou leurs avocats...

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Il me semble pourtant que tu avais prédis que les cadres d'Apple ne risquaient aucun faux pas, car ils étaient parfaitement briefer par une cohorte d'avocat (et cela devait éviter le genre de propos que lui reproche la juge)..."

Je sais bien que l’on ne prête qu’aux riches mais là tu me prêtes une interprétation de mes propos assez douteuse 😎

Il me semble que tu interprètes un peu vite mon propos que tu caricature: aucun faux pas ayant de grave conséquences ici 😉

Là on est sur du véniel Apple a fait passer le plus difficile avec les Web Apps sur les enjeux d’anti-trust.

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit:

Cela dépend de ce que tu entends par "aucun faux pas ayant de grave conséquences ici"...

C'est très ... relatif... :) Il y a un moment ou une chose, n'ayant pas de graves conséquences sorti de son contexte, peut être le point de bascule...
Un peu comme le fait de laisser les éditeurs mettre un lien externe à Apple, on peut voir cela comme rien du tout, perso je le vois comme une fissure sur une maison, à un moment, il peut y avoir la fissure de trop! C'est pas le cas ici je pense, mais c'est une fissure quand même, et si Apple se bat si fortement pour éviter toutes fissures, c'est pas pour le plaisir d'employer des gens à s'occuper de chose non-importante.

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"C'est très ... relatif... :)"

Nope cela se mesure parfaitement dans le jugement, les conséquences sont nulles 😎

C’est absolument pas relatif 😁😜

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit:
Si une seule personne achète une seule fois via un lien externe, alors les conséquences ne seront pas nulles! ;) Infinitésimales peut-être, mais en tout cas pas nulles...

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Si une seule personne achète une seule fois via un lien externe, alors les conséquences ne seront pas nulles! ;) "

Là tu sombres dans le sophisme.

C’est absolument négligeable et ce sera plus que cela mais ça restera absolument négligeable.

Nous ne sommes absolument pas face au grand soir de l’économie des app store.

On peut même estimer sachant que la part du lion des flux est aujourd’hui lié à des micro-transactions sur des jeux F2P où il est clairement documenté que toute friction dans le tunnel d’achat fait s’effondrer le taux de transformation que l’impact sera assez négligeable.

Plus encore quand on analyse en détails les implication du jugement quand il défini le champ des possibles.

On est sur un pet de lapin au niveau financier 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Un peu comme le fait de laisser les éditeurs mettre un lien externe à Apple, on peut voir cela comme rien du tout, perso je le vois comme une fissure sur une maison, à un moment, il peut y avoir la fissure de trop! C'est pas le cas ici je pense, mais c'est une fissure quand même, et si Apple se bat si fortement pour éviter toutes fissures, c'est pas pour le plaisir d'employer des gens à s'occuper de chose non-importante."

Je ne vois absolument pas comment cet petite ouverture pourrait avoir de graves conséquences.

Elle acte juste de limites en terme de pratiques anti-concurrentiel et impose à Apple des ouvertures qui étaient en préparation et sont pratiquement très peu propices à tirer des bénéfices pour une masse de tiers partie.

Il n’y pas de brèche sérieuse sur les enjeux de monopole.

Si le jugement restait en l’état après l’appel il poserait des bases jurisprudentielles très favorables à Apple.

Wait & See 👀

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit:

C'est clair qu'il faudra voir le futur! Mais c'est une petite fissure, et si par exemple s'ajoute à cela une autre fissure, genre comme en CdS le fait de ne pas devoir passer obligatoirement par le paiement Apple, cela en fera une autre, et on attend encore les européens sur le sujet...

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Mais c'est une petite fissure’

Wait & See 👀

Là, je ne peux pas mieux.

Pour moi c’est une égratignure sur l’armure pour toi une fissure, seul le temps nous départagera 😎😉

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"si Apple se bat si fortement pour éviter toutes fissures"

Encore faut-il accorder à cela le statut de fissure, on est bien plus sur une égratignure sur la surface de l’armure ici 😎

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit:

Vous sous-estimez la politique des petits pas... Un exemple type, c'est les mesures COVID, imagine un seul instant qu'au mois de février 2020 on essaie de faire passer d'un coup l'entier des mesures que l'on subit... Ca n'aurait jamais passé... Mais pas à pas, égratignure après égratignure on peut arriver à l'os...

Il faut regarder l'ensemble, non pas du jugement présent, mais des différentes choses ou Apple essaye de défendre sa position, et il y en a un paquet actuellement... Ca peut faire beaucoup d'égratignures :) au point ou la carrosserie pourrait devenir nettement tentante...

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Vous sous-estimez la politique des petits pas..."

Nope tu fais une comparaison douteuse et tu refuses de rester dans le paradigme juridique de l’affaire 😎😉

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit:

Et toit tu refuses de voir l'ensemble de l'édifice juridique DES affaires... Je vois cela comme des points de rouilles, ça à tendance à s'étendre, pas de raison qu'une fois que des états ont pris des décisions, elles soient copiées, où tout du moins pèsent fortement, dans des décisions semblables dans d'autres pays, c'est le premier pas qui coûte.
J'ai eu l'impression ces 6 dernier mois (impression hein) que les états ont décidé de sonner la fin de la récré pour les GAFAM (par exemple avec l'impôt mondial des hyper-entreprise). C'est à dire, passer au crible de la loi et d'un jugement un peu tous leurs aspects, et en profiter sans doute pour remplir au passage les lacunes (dont les GAFAM profitent à fond la caisse)

Mais il me semble que nous avons eu quasiment le même débat réthorique (sur un autre sujet) il y a un mois ou deux, avec les mêmes conclusions de chacun ;)

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Je vois cela comme des points de rouilles"

Tu es un poète 😄

Attendons de voir nos positions étant clairement irréconciliable 😎🖖

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"J'ai eu l'impression ces 6 dernier mois (impression hein) que les états ont décidé de sonner la fin de la récré pour les GAFAM (par exemple avec l'impôt mondial des hyper-entreprise). C'est à dire, passer au crible de la loi et d'un jugement un peu tous leurs aspects, et en profiter sans doute pour remplir au passage les lacunes (dont les GAFAM profitent à fond la caisse)"

Comme je le disais à Fte les espoirs d’évolution semble plus être sur le pan législatif où de nombreux lobby on réussi à faire porter le combat.

Pour l’instant on reste quand même pas mal dans l’agit-prop et la politique spectacle. Ma vieille méfiance reste assez sceptique quant à ce qu’il en sortira réellement des deux côtés de l’atlantique.

Et Apple est très loin d’être l’entreprise ayant le plus à perdre d’une éventuelle évolution réglementaire.

Ne serait-ce que sur l’affaire qui nous concerne une éventuelle perte du monopole d’accès à la plateforme aurait des conséquences économiques assez marginale pour Apple et certainement pas mortifère.

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"pas de raison qu'une fois que des états ont pris des décisions, elles soient copiées, où tout du moins pèsent fortement, dans des décisions semblables dans d'autres pays, c'est le premier pas qui coûte. "

Là ce n’est pas une décision étatique mais une décision juridique.

Et fort heureusement elle n’a strictement aucun poids dans la façon dont d’autres systèmes juridiques peuvent dire le droit.

Sur des initiatives législatives cela peut faire un effet effectivement et encore. Si par exemple l’Europe bougeait en premier cela pourrait au contraire entraîner des réactions de protection et de défense de fleuron de l’économie US.

Comme souvent le mouvement pour avoir des chances de succès doit venir des USA et l’importance des GAFAM dans la puissance économique du pays est tel qu’il y a de grosse question sur les évolutions concrètes.

Les USA ont souvent eu le courage de faire plier de puissants acteurs économiques sur des enjeux de marché intérieur mais quasiment jamais sur des enjeux pouvant avoir des répercussions sur leurs puissance à l’international.

Et dans un contexte de guerre économique avec la Chine les lobbyistes ne manqueront pas de faire tout leur possible pour faire comprendre aux politiques le danger d’affaiblir leur position pour faire plaisir à quelques “idéalistes”

Wait & See 👀

avatar r e m y | 

Rien ne dit qu'elle n'en a pas consulté ... ne serait-ce que pour avoir un avis neutre sur l'"horreur absolue des malwares sur Mac" que générerait l'absence de store unique contrôlé par Apple.

avatar marc_os | 

@r e m y

> Rien ne dit qu'elle n'en a pas consulté

Effectivement.
Mais vu ce que je lis, on dirait que non.
Elle peut reprocher à Apple d'avoir un double langage quant à présence de malwares sur Mac, mais reprocher qu'un représentant d'Apple dise enfin la vérité à ce sujet, c'est un comble. (Si Apple a implémenté GateKeeper, c'est pas pour s'amuser.)

avatar Shepherd | 

Qui « compile » les apps ? Apple durant la phase de vérification ou le développeur de l’app ?
Si possibilité de modifier du code après vérification par Apple, l’argumentaire du juge sur le plan sécurité ne tient plus la route dès lors que l’app aura quitté l’enceinte d’Apple.

avatar r e m y | 

Si l'app est modifiée, ne serait-ce que d'un octet, elle change de signature et sera refusée d'installation par iOS.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR