Kaby Lake : Intel dévoile les processeurs des futurs iMac et MacBook Pro

Mickaël Bazoge |

Sans surprise, Intel a profité de cette semaine tournée vers Las Vegas et le CES pour lever le voile sur les processeurs Kaby Lake (la 7e génération) destinés aux ordinateurs de bureau et aux portables les plus performants. On en avait eu un avant goût en novembre, à la faveur d’une fuite. En ce qui concerne les portables moins gourmands comme les MacBook 12’’ Retina et les MacBook Air, ils ont déjà été servis l’été dernier, même si Intel a toujours du mal à livrer en quantité.

Le fondeur a, comme à son habitude, multiplié les modèles (40 en tout !), ce qui lui permet de noyer le poisson sous les superlatifs les plus ronflants. On s’en doutait un peu, et les tests réalisés par les sites qui ont pu mettre la main sur ces processeurs le confirment, cette génération n’apporte pas de grand bond en avant en termes de performances.

Cliquer pour agrandir

Hardware.fr a mesuré des gains de 9% pour le Core i7-7700K et de 10% pour le Core i5-7600K par rapport à leurs prédécesseurs directs Skylake. Un petit speed bump largement imputable à des fréquences de 200 à 300 MHz supérieures pour Kaby Lake.

Cliquer pour agrandir

D’une génération à l’autre et à fréquence égale, les tests de perfs réalisés par Anandtech montrent même que les processeurs Skylake sont un tout petit peu plus puissants que leurs homologues Kaby Lake !

Mais alors, quel intérêt ? Kaby Lake est surtout une optimisation de l’architecture Sky Lake, qui elle même s’appuyait sur la finesse de gravure (14 nm) introduite par Broadwell en 2014. Intel assouplit ici sa règle du “tick” (nouveau processus de gravure) / “tock” (nouvelle architecture), en introduisant dans cette valse un troisième temps (lire : Intel retoque son Tick-Tock).

Ces processeurs Kaby Lake sont gravés en “14 nm+”, qui est tout simplement une optimisation du processus du gravure qui a cours depuis 2014 et Broadwell. Comme prévu, c’est surtout au niveau du GPU qu’il faut aller chercher une réelle évolution dans les performances : les puces graphiques déchargent le processeur des opérations de décodage et d’encodage des flux vidéos HEVC /H.265 10 bits, ainsi que le décodage des flux VP9 8 bits.

L’HDMI 2.0 et le verrou numérique HDCP 2.2 sont également pris en charge. En revanche, il faudra se contenter du DisplayPort 1.2. Quoi qu’il en soit, voilà des caractéristiques qui devraient autoriser la lecture de fichiers 4K (y compris protégés) sur des ordinateurs qui n’auraient pas pu offrir cette possibilité auparavant.

Cliquer pour agrandir

La gamme U, en partie mise à jour l’été dernier, s’enrichit de nouveaux modèles de 15W à 28W qui pourront équiper des ordinateurs de type NUC. Apple exploite également cette famille pour le MacBook Pro 13 pouces ; les nouveautés ici sont la présence de GPU Iris “Plus” 640 et 650 (contre des Iris Graphics 540 et 550 sur les MacBook Pro actuels), dont les profils sont similaires à leurs prédécesseurs. Avec un cache identique de 64 Mo eDRAM, les performances graphiques devraient être du même niveau d’une génération à l’autre. Si d’aventure Apple voulait mettre à jour ses MacBook Pro, on imagine que ce ne sera pas avant la fin de cette année.

Cliquer pour agrandir

La gamme H, qui compte 7 processeurs Core i3/i5/i7 déclinés en deux et quatre cœurs (pour six d’entre eux), pourrait trouver une place dans les MacBook Pro les plus puissants. L’enveloppe thermique de ces puces ne dépasse pas les 45W. Secondés par des GPU Intel HD 630 (sans eDRAM), elles prennent en charge la RAM DDR4 à 2400 MHz, et LPDDR3 2133 MHz. C’est un petit gain par rapport à Skylake (respectivement 2133 MHz et 1866 MHz). Là aussi, on peut se demander si Apple a l’intention de renouveler si rapidement ses MacBook Pro.

Cliquer pour agrandir

La gamme S pourrait concerner les futurs iMac. Intel a notamment dans ses tuyaux des Core i5 (7600 à 3,5 GHz et 65W, 7600K à 3,8 GHz et 95W) et Core i7 (7700 à 3,6 GHz et 65W, 7700K à 4,2 GHz et 95W), qui tous embarquent un GPU HD Graphics 630. Ces puces auraient leur place dans les tout-en-un que l’on espère pour cette année.

Enfin, Intel a complété sa gamme d’E3 Xeon avec deux nouveaux modèles à quatre cœurs, qui s’échelonnent de 3 à 3,1 GHz, avec une enveloppe thermique de 65W. Difficile de parier un kopeck sur l’utilisation de ces puces dans une future tour pro, mais… qui sait (lire : Toujours pas de nouveau Mac Pro à cause du Thunderbolt 3 ?).


Tags
avatar macfredx | 

@MacisDead

T'es pas encore parti ?

avatar pocketalex | 

@MacisDead : tu sais, chez HP, ils se fournissent chez Intel, comme Apple

Si tu viens nous expliquer que PC c'est mieux, faudra quelques arguments solides. Pour le moment, tout ce que tu as déblatéré sur ce forum n'est que désinformation, haine et frustration, mais je suis sur qu'un jour tu vas nous sortir un truc sérieux, enfin j'y crois

HP ... HP Z mini ? La station de travail "révolutionnaire" avec Xeon et Quadro ... mais qui pour le moment n'est disponible qu'avec un i3 un i5 ou un i7 (6700K, celui de l'iMac) et pas de GPU dédié, et pour un prix de ... 1800$ en i7/32Go/512 SSD ? MOUHAHHAHHAHA

avatar mac_adam | 

"elles prennent en charge la RAM DDR4 à 2400 MHz, et LPDDR3 2133 MHz. C’est un petit gain par rapport à Skylake (respectivement 2133 MHz et 1866 MHz)."
Les Macbook Pro 2016 avec Touch Bar ont des Skylake et RAM DDR3 à 2133 MHz.
(Je chipote ; une façon de dire qu'il y a des lecteurs assidus pour ces articles techniques).

avatar alexccross | 

La dernière fois que l'évolution de la puissance des processeurs a stagné durablement, Apple a dit adieu au G5 et a abandonné Motorola/IBM pour Intel.

avatar fte | 

@alexccross

A chaque fois cependant Apple a migré sur une architecture plus puissante.

A part une machine hautement parallèle multi-CPU multi-cœurs ARM, genre 4 processeurs à 4 cœurs au moins, je ne vois pas de solution.

avatar fte | 

Pour ma part, je commenterai ces processeurs après examen détaillé des white papers et des chipsets assortis.

Avant, c'est sans objet.

avatar fte | 

@fte

En résumé, maîtrise de l'intégration, 4 lignes PCIe de plus, mémoire plus rapide, bug fixes cpu/chipset/firmwares, quelques centaines de MHz de plus.

Probablement un overclock un peu plus haut en conséquence. Sans overclock probablement un silicium un brin plus stable et durable, quoique ça ne soit pas vraiment un problème chez Intel depuis pas mal d'années.

Une bonne cuvée, dans la continuité, rien de révolutionnaire, rien ne justifiant de jeter son Skylake.

Vivement Ryzen. Bien que je doute qu'il rivalise côté IOs.

avatar LudwigVonMises | 

Normal. Déclin des marché desktop et laptop vers le marché mobile. ARM à déjà damé le pion à Intel.

https://twitter.com/stevesi/status/816349916796624896?lang=fr

avatar jmtweb | 

La pomme plombera le futur imac avec une carte graphique anorexique.
Quant aux ports, je me marre déjà.
Si l'utilisateur n'achète pas pléthore d'adaptateurs, c'est un échec pour la pomme.

avatar ataredg | 

Mais l'avantage de cette 'stagnattion' est que les machines anciennes (>4 ans) ne sont pas à la ramasse coté performance.

avatar CrashMidnick | 

Du coup ça peut être pas trop mal de récupérer du Skylake pas trop cher dans quelques mois pour ma nouvelle config :)

avatar NestorK | 

Moi, ce qui me fait rire - faut pas m'en vouloir, c'est tout ces commentaires qui pensent que 1/ Intel se fout de la gueule du monde parce que 2/ il nous faut des nouveaux CPU super puissants.

Je dois être le seul à penser que la stagnation, c'est tout bénef pour nous autres ? On a du matos stable, éprouvé, performant et durable dans le temps question perf. Mais euh... Que demande la peuple ? Vous avez tous envie de changer de matos tous les ans ? Vous avez tous des besoins stratosphériques inassouvis ?

Quand je pense que le roi de la team ARM (Fousfous ©) a absolument besoin de ces CPU super performants avec moult coeurs pour 1/ jouer à ses jeux sur son Chipset Graphique Intégré (ils sont plus fiables, sic) et 2/ surfer en écoutant de la musique... Ah merdouille, j'ai encore envie de rigolol.

avatar pocketalex | 

@NestorK

Je suis on ne peut plus d'accord avec toi, l'énorme majorité des utilisateurs - et des utilisations - ne requiert PAS de puissance CPU et le i5 d'un macbook Air ou le m5 d'un Macbook 12" est totalement à l'aise pour faire tourner l'OS et les softs courant de manière très fluide et très confortable. Testé et approuvé.

Il reste néanmoins des utilisations de niche, et mon métier en fait partie, où la puissance CPU apporte un réel confort de travail, d'ou un certaine attente pour du gain en puissance des nouvelles générations de CPU.

Et oui, tu fais bien de le souligner, il s'en trouve toujours pour nous expliquer que hors i7 6700K, le reste de l'informatique n'est bon qu'a taper des textes, et encore ... ça lague

avatar macfredx | 

@NestorK

"Je dois être le seul à penser que la stagnation, c'est tout bénef pour nous autres ?"

Je te rassure, tu n'es pas le seul ?

avatar alfatech | 

@NestorK

"Je dois être le seul à penser que la stagnation, c'est tout bénef pour nous autres ? "

non non tu n'es pas seul à penser ça, toute personne normale pensera comme toi......les autres non pas compris que le fait que ce soit aux dev de se sortir les doigts du Q pour faire des programmes qui tiennent la route est 1000 fois mieux que des feignants qui n'optimisent rien et se reposent sur la puissance brute des dernières machines sorties et qui rendent les autres obsolète et force au rachat comme c'était le cas il y a 10 ans.Là c'est tout bénef pour nous tous (pro compris) on a du matos qui tiens la route sur la durée.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR