Aperçu du MacBook 12" début 2015 à 1,1 GHz

Stéphane Moussie |

Nous avons en notre possession le MacBook 12" depuis quasiment deux jours maintenant, soit suffisamment de temps pour se faire un premier avis. Précisons qu’il s’agit d’un modèle de prêt envoyé par Apple, les MacBook que nous avons commandés sur l’Apple Store n’arriveront pas avant mi-mai.

La machine entre nos mains est le modèle d’entrée de gamme à 1 449 €, équipé d’un processeur Core M 1,1 GHz, 8 Go de mémoire et 256 Go de stockage, en finition argent.

Un netbook de luxe

Le premier contact avec la machine est réjouissant. On a beau avoir vu et revu le MacBook en photos, on est surpris par sa compacité et sa légèreté au sortir de la boîte. Fermé, l’ultraportable est plus petit qu’une feuille A4.

C’est aussi une franche réussite sur le plan esthétique. S’il fallait le comparer à un autre Mac, on dirait un MacBook Pro Retina aplati et raboté au maximum.

Ce MacBook donne un coup de vieux au MacBook Air qui fait tout pataud à côté — alors qu’il était l’ultraportable par excellence il n’y a encore pas si longtemps.

La fabrication du MacBook est impeccable. On apprécie la discrétion des trous situés au-dessus du clavier pour les haut-parleurs et la dissipation thermique. Ils ne jurent pas avec le reste. Il faut également souligner la charnière qui n’est plus en plastique, mais en métal. Un changement qui vient parachever la conception unibody des portables Apple.

Un écran qui flatte la rétine

Les réjouissances continuent quand l’écran s’allume. Les possesseurs de MacBook Pro Retina ne seront pas éblouis outre mesure, habitués qu’ils sont des millions de pixels, mais pour un utilisateur de MacBook Air comme l’auteur de ces lignes, l’écran Retina 12" du MacBook fait forte impression.

Impossible de distinguer les pixels individuels à l’œil nu, les textes et les éléments graphiques du système sont parfaitement définis. Depuis la sortie du premier MacBook Pro Retina en 2012, le « Retina » s’est également démocratisé dans les applications tierces et sur le web.

La définition native du MacBook est de 2 304 × 1 440 pixels (226 ppp), mais l’espace de travail n’est constitué que de 1 280 x 800 pixels par défaut. On dispose donc de moins d’espace que sur un MacBook Air 13“ (1 440 x 900) ou même un 11” (1 366 x 768) — mais le rendu est bien plus net. Heureusement, on peut monter la définition d’un cran pour afficher plus de contenu à l’écran. Le maximum permis par OS X est 1 440 x 900 pixels.

Si on veut pousser encore plus, on peut utiliser un logiciel comme SwitchResX qui débloque des options supplémentaires. Mais passé les 1 440 x 900 pixels, les textes deviennent vraiment très petits.

La définition par défaut du MacBook (1 280 x 800) - Cliquer pour agrandir
La définition supérieure (1 440 x 900) - Cliquer pour agrandir
La définition native (2 304 × 1 440) débloquée avec l'utilitaire SwitchResX - Cliquer pour agrandir

La colorimétrie est parfaite et les angles de vision excellents — ça change de l’écran TN du MacBook Air qui vire au noir quand on le regarde d’en dessous.

Un clavier transformé

Le clavier du MacBook a été une source d’interrogations, voire d’inquiétudes. Il faut dire qu’Apple a tout changé : frappe plus courte, touches plus grosses, mécanisme « papillon », changement de police et nouveau rétroéclairage.

Comme on s’y attendait, ce clavier demande un temps d’adaptation. L’espacement réduit entre les touches et leur finesse font que l’on se repère moins instantanément à l’aveugle au début. Les touches pleine taille des flèches gauche et droite déconcertent également. C’est un autre point de repère de perdu.

Mais le temps d’adaptation n’est pas forcément très long. Me concernant, il aura fallu moins d’une heure pour m’y habituer. Maintenant, c’est le clavier du MacBook Air qui me paraît étrange avec ces petites touches.

Un autre journaliste de la rédaction a ressenti comme un mal de doigt après avoir tapé sur le MacBook pendant plus de deux heures, ce qui peut s’expliquer par la frappe plus courte. Il faudra voir si cette contrariété disparaît avec l’habitude.

Une utilisation unique

Avec ce MacBook reçu un peu « en avance » (l’expression est entre guillemets car il est officiellement disponible depuis le 24 avril, mais introuvable en magasins dans les faits), nous nous trouvons dans une situation inédite : impossible de brancher le moindre périphérique. Ni moniteur, ni disque dur, ni clavier, ni… Rien.

Les Apple Store et les autres revendeurs n’ayant toujours pas d’adaptateurs USB C, le seul connecteur du MacBook (avec la prise casque pour être tout à fait juste) est un cul-de-sac pour son matériel habituel. Ces fameux adaptateurs arriveront dans les prochaines semaines et l’USB C est amené à être la norme la plus répandue à terme, mais pour l’heure, on est coincé.

En voyant le côté positif de la chose, on se dit que c’est l’occasion d’utiliser le MacBook comme Apple le promeut, sans le moindre câble… mais on déchante vite. Pour transférer plus de 100 Go de données stockées sur un disque dur (nos utilitaires et fichiers de démo pour les tests), il a d’abord fallu un second Mac. Puis on a initié le transfert via AirDrop, mais l’opération s’est révélée très laborieuse en plus d’être longue. Les transferts de dossiers supérieurs à 500 Mo ont irrémédiablement échoué.

Le NAS de la rédaction n’étant pas un foudre de guerre, on a fini par utiliser Dropbox pour récupérer les fichiers sur le MacBook. En comptant les nombreuses tentatives infructueuses avec AirDrop, il aura fallu plus de deux heures pour transférer 100 Go. Ça n’aurait pris que quelques minutes avec un câble.

Bien sûr, cela sera un mauvais souvenir dans quelques semaines quand les adaptateurs et produits USB C sortiront. Toujours est-il qu’à l’heure actuelle, cet unique port USB C complique bien les choses.

Le câble allant avec le chargeur est USB C des deux côtés

Si le MacBook est en avance sur son temps sur le plan de la connectique, il fait en revanche un bond de quelques années en arrière concernant les performances.

Le système est parfois sujet à des saccades alors que seulement une poignée d’apps sont lancées. Ces ralentissements se produisent notamment quand on active Mission Control, que l’on défile dans le Finder ou dans une app et que l’on passe d’un logiciel à un autre.

Insistons sur le fait que ces saccades sont occasionnelles et brèves. Nous allons examiner cela pour voir si une application particulière est en cause. Le cas du MacBook fait en tout cas penser au MacBook Pro Retina 13" de première génération ou à l’iMac Retina d’entrée de gamme, pas assez bien équipés pour faire tourner de manière fluide OS X.

Nous reviendrons plus en détail sur ce MacBook, avec notamment notre batterie de benchmarks, dans notre test complet à venir dans les prochains jours.

Pour aller plus loin :
Tags
avatar JeremyW | 

Vu la fin de l'article, il faudra donc à priori plutôt commander le modèle 1,3 Ghz pour un minimum de pérennité de l'investissement. Dommage...

avatar jazz678 | 

@JeremyW :
tu tires une conclusion à partir d'un seul test qui est loin d'être complet.
Dommage...

avatar JeremyW | 

@ jazz678

C'est une conclusion rapide, certes, mais personnellement la seule chose que je regarde est le confort d'utilisation du système (hard et soft).

Je me dit simplement que si un ordi neuf (donc avec une clean install) ne fait pas tourner de manière parfaitement fluide son OS d'origine, qu'en sera t'il avec les suivants ?

J'ai quand même hâte de voir les résultats des tests de MacG car ce petit jouet me plait quand même beaucoup :-)

avatar jazz678 | 

@JeremyW :
Voilà une conclusion plus raisonnable ;0)
Toujours se baser sur un maximum d'éléments (sources diverses) et sur son expérience propre si possible...si je puis me permettre le conseil
(PS: moi aussi il me plait)

avatar JeremyW | 

@ jazz678

Tu peux te permettre le conseil ;-)

J'avais fait de même en 2008 lors de la sortie du tout premier MBA, présentation devant laquelle j'ai fait "WAOW". Quelques échanges avec des membres de ce forum pour me rassurer et un mois plus tard le précieux était à moi.

Que de bonheur ce mac, je ne m'en suis jamais lassé :-)

avatar C1rc3@0rc | 

En fait la version 1.3Ghz est encore plus defficiente que la version 1 Ghz.
En theorie les 300 Mhz de plus devraient donner un peu plus de puissance mais il faut compter avec 3 choses:
- la puissance de base c'est 800 Mhz, pas 1.3 Ghz (selon Intel c'est up to 1.3Ghz...)
- le mode turbo est plus "large" sur les basse frequence
- la montée en temperature conduit a une forte degradation des perfromances

Il faut comprendre que depuis 5 ans les performances des Core des processeurs n'ont pas subit d'amelioration. La ou Intel a beaucoup gagné c'est sur la finesse de la gestion de l'alimentation. Les core consomment pratiquement toujours autant pour la meme puissance de calcul, mais Intel a optimisé fortement ce qui doit etre eteint ou alimenté en fonction de l'activite.

Autrement dit, le Core M aura bien des performances similaires a celle d'un Core i5 de 2011... en mode turbo, avec un seul core actif, sans traitement graphique en cours et pendant un laps de temps determiné par la temperature.

Le Macbook etant une boite a sardine, il est clair que le turbo va pas tenir 1 heure, et on va se retrouver en realite avec un processeur fonctionnant sous les 900 Mhz.
Faut rajouter a ca que la gestion de l'ecran retina met a genoux l'unite graphique du Core M, et des qu'on passe a des affichages un peu lourds, la consommation explose, la temperature aussi...

Bref soit on prend un MacBook a 1Ghz, soit on prend un Macbook Air ou un Macbook Pro...

avatar Neilichon | 

Ca se tient comme raisonnement : à voir dans la pratique ...

avatar Alberto8 | 

Question hs : peut on gagné de l'argent en trouvant une faille de sécurité importante sur iOS ou OS X ?

avatar oomu | 

non.

pas en étant aussi vague. Genre "ho ze bug du siècle! vite écrivons à apple" ? non.

-
par contre, il existe des concours, dans des circonstances bien précises, où sont récompensés financièrement l'équipe qui réussit le défi.

-
dans la pratique, soit vous êtes un employé d'une entreprise RECONNUE de sécurité, soit déjà en relation avec l'industrie (Apple ici donc), soit très très courageux et très rigoureux avec la loi, la lettre de la loi et l'esprit de la loi.

avatar Alberto8 | 

@oomu
Merci pour ta réponse mais je n'ai pas tout compris En l'occurrence le dernier paragraphe.

avatar C1rc3@0rc | 

@Alberto8

Moins qu'avec une faille trouvé dans Windows ou Android, mais oui.
Le souci c'est qu'il faut savoir ou et a qui vendre la faille. Faut pas compter la vendre a Apple, non seulement ils ne paieraient pas mais en plus ils lanceraient un proces contre toi.

Par contre il y a tout un marché parallele pour les failles de securite et les acheteurs sont nombreux. A commencer par les officines de securite officielles et ensuite les groupes de hacker plus ou moins intriqués avec diverses mafias et agences de securites nationales (en gros des mafias aussi).
Le souci c'est que si tu pose la question c'est que tu n'es pas dans le secteur et que tu as les memes risque que dans n'importe quel secteur lié a la criminalite... Donc le conseil c'est de laisser tomber l'espoir de te faire de l'argent, de signaler la faille a une boite comme Vupen ou de la signaler directement a Apple comme un bug... Et surtout pas la signaler avec une demonstration!

avatar Neilichon | 

Parfait, merci pour cet avant-goût :). Je n'attends qu'une chose : l'article complet pour me décider sur la version du Macbook à acquérir.
Si les ralentissements s'avèrent fondés avec le modèle à 1.1Ghz, je pars sur la version à 1.3 Ghz qui aura plus de jus, aussi simple que cela.
Faut quand même rajouter 200 euros, ça fait mal ...

avatar Olivier Berard | 

@MacG merci pour vos premières impressions, vivement la suite

avatar Un Type Vrai | 

"Le câble allant avec le chargeur est USB C des deux côtés"

Comment faire de la pingrerie jusqu'au bout...
Un USB-C - USB-A (ou mini USB) aurait permis d'économiser un câble au moins...

Haaaaaa il est loin le temps où en achetant un mac, on avait tout pour le faire fonctionner partout...

avatar patrick86 | 

"Un USB-C - USB-A (ou mini USB) aurait permis d'économiser un câble au moins..."

Hein ? oO

Moi j'y vois que y'a pas besoin de se poser la question du sens du câble. ENFIN (des années que j'attend ça de l'USB).

avatar joneskind | 

@Patrick86

Moi aussi ! Je me suis toujours demandé pourquoi ces foutus câbles avait un sens !

Sinon, à lire son commentaire, j'aurais plutôt l'impression que le pingre c'est lui !

Quand tous les périphériques seront passés à l'USB-c on aura un chargeur d'avance. Mais que veux tu, y a des gens tournés vers l'avenir et d'autres desespérement accrochés au passé.

avatar C1rc3@0rc | 

Parce que l'USB est un foutoir et que la conception se fait par essai erreur.

Cette fois avec l'USB-C on a un cable qui a ete pense avant d'etre normalisé. C'est un progres majeur, mais ca reste de l'USB.
La connerie c'est de l'utiliser pour tout et surtout pour l'alimentation... dans le cadre d'un unique connecteur.

Mais bon le Macbook, c'est une vitrine, un concept, c'est pas une machine de travail. Deja le processeur est anemique, le coup du connecteur unique est une imbecilite et en plus le prix est delirant.

Apple va recuperer l'ecran, le trackpad, l'USB-C dans la version "late 2015" des Macbook Air, alors tant qu'a faire faut attendre 4 a 6 mois et prendre un MBA retina avec SES ports, son Core i5 ou Core i7 et payer entre 900 et 1200 euros...

avatar Pommeduverger | 

@C1rc3@0rc :
Sauf que tu rêves à mon avis ^^ le MacBook va certe évoluer mais représente l'avenir des MacBooks.

Comme l'a été le MacBook Air en 2008.

avatar patrick86 | 

"Mais bon le Macbook, c'est une vitrine, un concept"

Oui. Il montre d'avenir du Mac portable.

"Apple va recuperer l'ecran, le trackpad, l'USB-C dans la version "late 2015" des Macbook Air, alors tant qu'a faire faut attendre 4 a 6 mois et prendre un MBA retina avec SES ports, son Core i5 ou Core i7 et payer entre 900 et 1200 euros..."

Il n'y a pas grand chose à attendre de l'évolution du MacBook Air. Il reste au catalogue quelques années, le temps que MacBook soit plus accessible et perde ses lacunes de "concept computer", puis disparaitra.

A moins qu'Apple ne s'en serve encore un peu d'entrée de gamme qui n'évolue plus, comme l'est actuellement le MacBook Pro 13" non Retina.

avatar C1rc3@0rc | 

@patrick86
C'est un Macbook, une gamme qui a ete toujours instable et a servie soit de bouche trou, soit de piste d'essai.
Le Macbook Air, comme le Macbook pro sont coherents et repondent a des vrais besoins.
Le Macbook, situé en dessous du MBA a pourtant un prix qui le positionne dans la gamme Macbook Pro. Mais il a une puissance et des fonctionnalites qui le positionne comme un iPad.
C'est totalement incoherent!

Le Macbook Air a encore une grosse marge de progression, mais ce qui manque c'est un processeur ayant un gain de puissance suffisant. Apple a fait un rafraichissement qui lui a permis de monter les tarifs, mais sinon c'est du surplace, la faut a Intel qui s'est bien planté avec Broadwell.
Cet automne le remplacant de Broadwell, Skylake arrive et avec lui des performances en hausse et une unité graphique qui va etre un vrai bon en avant. Donc pour passer le MBA en retina, ce sera pertinent.

Le Core M broadwell, lui est une calamite et va certainement etre "discretement" virer de la gamme, a moins qu'Intel le positionne en remplacant de la famille Atom, ce qui serait pertinent...

avatar patrick86 | 

@C1rc3@0rc :

"C'est un Macbook, une gamme qui a ete toujours instable et a servie soit de bouche trou, soit de piste d'essai."

Le MacBook avait été remplacé par le MacBook Air.

Il me parait évident que ce MacBook conservera ses grandes lignes, qu'il s'appelle MacBook ou MacBook Air à l'avenir. Donc dire que le MacBook Air évoluera dans le même sens revient à dire qu'il disparaitra au profit du MacBook. Parce que les nouveautés du MacBook sont très conforment à ce que doit être un ordinateur portable selon Apple et inscrites dans la ligne directrice de l'entreprise. A savoir:
- la finesse, ou plus globalement, le faible encombrement. MacBook Air et Pro allaient déjà en ce sens. Mac Pro et Mac mini aussi.
- Le poids réduit autant que possible (rien de nouveau ici non plus).
- Consommation réduite au bénéfice de l'autonomie ET du faible encombrement (avec comme d'habitude un compromis entre les deux).
- Ventilateur le plus silencieux possible (MacBook Pro Retina, Mac Pro… G4 Cube), donc totalement absent si possible.

Le MacBook n'est pas condamné à n'avoir qu'un port USB-C dans ses prochaines versions. Il se peut qu'il en ait un deuxième, ou même un Thunderbolt.
1er MBA n'avait qu'un USB.

Le CPU : là encore, Apple fera évoluer sa machine en fonction de technologie disponible, donc du Core M, du Core i qui chauffe moins… ou de l'ARM.
Apple est capable de pondre un MacBook sous ARM, si elle peut lui donner des performances supérieures au Core M pour moins de consommation et de dégagement de chaleur.

--

Bref. Savoir si ça s'appellera MacBook Air, ou simplement MacBook, relève du chipotage. Les grandes lignes sont là.

avatar Keysertom | 

NetBook de luxe ! Ça correspond bien à cette machine j'ai l'impression ! Attendons de vie au fur et à mesure !

avatar duc998 | 

Un bien belle machine, hélas limitée par sa connectique inexistante. J'ai besoin en quasi permanence de deux ports USB et d'une connexion vers un projecteur pour diffuser mes cours. Mon MBA a encore de beaux jours devant lui.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR