Pixelmator Pro rejoint la courte liste d’apps capables de gérer le WebP

Nicolas Furno |

Apple boude toujours le WebP, ce format d’image créé par Google en 2010 qui était censé devenir un standard sur le web. Malgré ses avantages, notamment une meilleure compression à qualité égale par rapport au JPEG ou encore la prise en charge de la transparence comme le PNG, le format n’a jamais vraiment décollé, même si Chrome et Firefox le prennent en charge.

Sur macOS, on a cru que Sierra allait le prendre en charge, mais c’était une fausse alerte. Aujourd’hui encore, si vous essayez d’ouvrir une image en WebP dans Safari, vous téléchargerez le fichier et… vous ne pourrez rien en faire. Coup d’œil ne sait pas afficher de vignette1 et Aperçu ne peut pas l’ouvrir. Il faut absolument une app tierce, et Pixelmator Pro (43,99 €) vient s’ajouter à la liste des éditeurs d’image capables de lire et écrire du WebP.

C’est la principale nouveauté de la version 1.6.4 qui vient de sortir. Pixelmator Pro peut ouvrir n’importe quel fichier WebP et enregistrer une image dans ce format. L’app gère les fichiers sans ou avec perte (configurez la réglette à 100 % lors de l’export pour un enregistrement sans perte), puisque le format imaginé par Google offre ces deux options. La transparence est aussi prise en charge quand c’est nécessaire.

Pixelmator était l’une des toutes premières apps sur macOS à prendre en charge ce format dès 2010, mais son successeur a attendu plus de deux ans et demi pour gérer le WebP. Une preuve de plus que le format de Google ne motive toujours pas les foules, dix ans après sa création…

En guise de bonus sympathique, Pixelmator Pro ajoutera son propre module pour enrichir Coup d’œil et ainsi permettre de visualiser les images en WebP depuis le Finder. De quoi éviter les tristes icônes génériques dont on doit se contenter par défaut :

macOS ne gère pas le WebP et le fait savoir.

Pixelmator Pro est vendue 43,99 € sur le Mac App Store (une démo est proposée sur le site officiel), son interface est traduite en français et l’app nécessite macOS 10.13 au minimum.


  1. Il est possible de corriger ce point précis grâce à un module.  ↩


avatar TR3NT | 

Dans l'entreprise ou je travaille, et dans celle ou je travaillais avant (une agence de presse), toutes les images exposées sur le web sont converties en WebP, le gain en bande passante / qualité de l'image n'est absolument pas négligeable, et du coup ça réduit drastiquement les temps de chargements quand il y a beaucoup d’images.
Safari est le seul gros navigateur web à ne pas supporter le WebP en 2020, chez nous il continue à recevoir des PNG/JPG quand tous les autres reçoivent du webP par défaut.

avatar lll | 

Incroyable qu'une société qui se dit si écolo refuse d'utiliser un fichier qui permet significativement de réduire la consommation en bande passante (et donc en énergie carbonée)... Ont-ils une position officielle là-dessus ? Faut-il une licence ?

avatar Derw | 

@TR3NT

Par curiosité, comment servez-vous des images différentes à Safari ? Et Quid d’IE 11 ?

avatar IceWizard | 

Une compression meilleure que le JPEG, avec une gestion de la transparence .. miam miam, ça fait envie. Des GPU sont capables de gérer ce format en natif ?

avatar ysengrain | 

« une meilleure compression à qualité égale »
Ce qui veut dire …?

avatar IceWizard | 

@ysengrain
« une meilleure compression à qualité égale
Ce qui veut dire …?"

Que pour un rendu graphique identique, un fichier WebP occupe moins d'octets qu'un JPEG.

avatar simnico971 | 

Plusieurs commentaires ici justifient l'usage du WebP par une meilleure qualité à poids égal dûe à une compression plus efficace.

Pourtant en tant qu'utilisateur à chaque fois que j'ai affaire à des fichiers WebP (ou WebM d'ailleurs, je ne sais pas à quel point les deux sont ou non liés techniquement), ils sont souvent de qualité assez médiocre.

Est-ce simplement parce que les gestionnaires de sites web en profitent pour pousser la compression à outrance en se disant que sa meilleure efficacité compensera de toute façon ?
Pourquoi trouve-t-on souvent le WebP/WebM utilisé pour des fichiers de faible résolution, alors qu'une compression plus efficace devrait être d'autant plus intéressante que le fichier contient d'information, et donc que la résolution est importante ?

J'ai l'impression que je rate une cause commune qui explique simplement cette corrélation à première vue illogique.

Toujours est-il que ça m'a donné un mauvais a priori de ce format, que j'évite soigneusement quand il s'agit de télécharger des ressources, lorsque c'est possible de les trouver dans d'autres – qui sont en outre plus largement supportés.

avatar oomu | 

"Est-ce simplement parce que les gestionnaires de sites web en profitent pour pousser la compression à outrance en se disant que sa meilleure efficacité compensera de toute façon ?"

très certainement.

"Pourquoi trouve-t-on souvent le WebP/WebM utilisé pour des fichiers de faible résolution, alors qu'une compression plus efficace devrait être d'autant plus intéressante que le fichier contient d'information, et donc que la résolution est importante ?"

pour consommer toujours - de bande passante. Pour un service en ligne, ça peut faire un gain substantielle en ressource.

Autrement dit: il ne s'agit pas d'améliorer la qualité mais d'économiser toujours +. WebP se rajoute à d'autres pratiques pour optimiser.

avatar Tibimac | 

Apple ne l'utilise pas car c'est un format propriétaire qui n'est jamais devenu un standard. L'équivalent, plus standard car pas propriétaire vers lequel Apple s'est tourné c'est HEIF HEVC.

avatar Derw | 

@Tibimac

Pourtant, même Safari ne supporte pas HEIF 🤷‍♂️

avatar oomu | 

Apple ne l'utilise pas car elle en a pas le contrôle et ça rentre en conflit avec une décision qu'elle a prise.

Mais pour l'utilisateur la vie d'Apple n'a aucun intérêt, l'utilisateur voit juste qu'il est confronté à un format que Safari en a rien foutre.

C'est bien pour une entreprise d'avoir une "opinion" et de proposer des produits avec une personnalité , une spécificité intéressante.

Mais le jusqu'au-boutisme devient une gène à l'utilisateur.

Concernant le webp et webm, Apple simplifierait la vie de ses clients en lâchant l'affaire et en les adoptant, et en assumant les risques de se retrouver avec des patents-trolls sur le dos. Elle a l'habitude.

avatar Microbd | 

Je récupère régulièrement des images ou photos sur des sites, il y en a de plus en plus. Sur le webp Apple est Hié 🙁

CONNEXION UTILISATEUR