Setapp : des exclusivités temporaires pour appâter le chaland

Stéphane Moussie |

TeaCode est un nouvel éditeur de code qui se distingue de la masse par son mode de distribution : il est lancé en exclusivité sur Setapp, le service qui donne accès à une centaine d’apps Mac contre un abonnement mensuel d’environ 10 €.

TeaCode

L’exclusivité est toutefois très légère. D’une part, elle est seulement temporaire. D’autre part, on peut télécharger une bêta de TeaCode sur le site de son créateur et même acquérir une licence dès à présent. Autrement dit, ce que propose Setapp est un accès anticipé à la version finale.

Le service avait procédé de la même façon au début de l’année avec Spotless, un utilitaire pour ranger ses fichiers. Ces deux exclusivités temporaires ne pèsent certainement pas lourd dans l’attractivité du service aujourd’hui, mais on ne reprochera pas à ce nouvel acteur de tenter des choses pour se faire une place.

Un an et demi après son lancement, le Netflix des apps Mac apparaît toujours en rodage. Le service a modifié sa période d’essai gratuite, la passant d’un mois à une semaine seulement, et mène des tests sur une nouvelle tarification. Setapp comptait plus de 15 000 abonnés au dernier comptage en janvier.


avatar Grug | 

Un beau catalogue d'applications tout de même, quelques jolies entrées récentes, au prix actuel, c'est plutôt une bonne affaire.

avatar macstaw | 

@Grug

Utilisateur de setapp depuis plusieurs mois, je confirme y trouver un vrai intérêt.

avatar bunam | 
avatar Amaczing | 

Un peu de mal avec ça mais pourquoi pas temporairement

avatar getnuts | 

@Julien Lavergne
Avec l'abonnement ? Moi aussi, ça me fait penser à un sketch des guignols : http://dai.ly/x5i40t
Sinon, je trouve que c'est quand même beaucoup d'app de seconde main... Ca semble être une bonne façon pour les dev de faire connaitre leurs apps, sans moyens marketing ou légitimité réelle, mais pour les abonnés, c'est pas franchement l'affaire du siècle...

avatar PiRMeZuR | 

Ce n’est pas cher mais ça fait quand même un budget logiciel que peu de personnes payent aujourd’hui pour leur usage perso.

Le prix du service est probablement plus attractif sur la côte Ouest ou en Scandinavie, où les Mac sont la norme et le salaire moyen est beaucoup plus élevé.

avatar Shralldam | 

On est vraiment dans l’ère des micro-transactions. Le problème, c’est qu’une fois accumulées elles prennent une toute autre dimension. J’y vois tout de même un risque à l’endettement.

avatar marenostrum | 

les non professionnels n'ont pas besoin de programmes, les programmes par défaut leurs suffisent largement. d'ailleurs ils n'ont pas besoin de ordinateurs, les smartphones et tablettes font déjà tout ce qu'ils ont besoin en informatique. peu à peu, le grand public va abandonner les ordis (des grands camions pour Jobs, un visionnaire).

les pros, vont passer tous à l'abonnement dans le futur proche. y en aurait pas pour eux, d'autres solutions.

CONNEXION UTILISATEUR