Fermer le menu
 

Realmac satisfait de Setapp, le "Netflix des logiciels Mac"

Florian Innocente | | 15:04 |  2

L'éditeur britannique Realmac dresse un premier bilan de sa présence sur la boutique Setapp. Les ventes sont encourageantes sur cette plateforme qui se pose non pas en concurrente mais en alternative au Mac App Store. Le modèle étant celui de Netflix.

Cliquer pour agrandir

Conçu par MacPaw, Setapp se présente comme le Mac App Store sur la forme (on y trouve et télécharge des applications pour Mac) mais plutôt comme Netflix sur le fond (tout le catalogue est accessible sur abonnement). Les formules sont de 9,99 $ H.T par mois (ou 8,99 € H.T moyennant un engagement d'un an). Le premier mois est gratuit, sans besoin d'enregistrer une carte de paiement.

Depuis son lancement il y a un an, le nombre d'applications a atteint le cap des 100. MacPaw s'est fixé un palier maximum de 300 afin de maintenir un certain niveau de qualité dans sa sélection (lire Setapp : prise en main du Netflix des applications Mac).

Dan Counsell, co-fondateur de Realmac, écrit que Setapp a généré un chiffre d'affaires de 11 000 $ (environ 9 300 €) depuis avril. Il a deux applications sur Setapp : Rapidweaver son éditeur de sites web et Squash, un outil d'optimisation de la taille des images. Hors de Setapp, ils sont vendus sur le Mac App Store et en direct (à respectivement 79 € et 15 €).

Apparemment c'est un bon chiffre pour un début mais pas encore au niveau de ce qu'en attend l'éditeur sur le plus long terme. Son objectif est d'arriver à multiplier ce montant par quasiment 3 ou 4 et à dégager un CA mensuel d'au moins 4 000 $ sur Setapp. Impossible de dire si c'est jouable, au moins la tendance va dans le bon sens pour le moment.

Les ventes de Realmac sur Setapp depuis le printemps Cliquer pour agrandir

Une présence tous azimuts dans les modes de vente que Counsell justifie par la volonté d'avoir une visibilité maximale. Comme d'autres produits que l'on trouvera dans différents circuits de vente.

Une stratégie qui permet aussi aux clients de choisir le modèle économique ou la plateforme de distribution qui leur sied le mieux. Vous n'aimez pas l'abonnement ? Achetez en direct. Vous préférez une plate-forme Apple intégrée ? Allez sur le Mac App Store.

Si ce n'est que le Mac App Store, en tant que logiciel, est l'un de ceux qui reçoit le moins d'évolution de la part d'Apple depuis quelques années. Autant donc ne pas mettre ses œufs dans le même panier, quand bien même d'autres éditeurs, comme Pixelmator, ne se plaignent absolument pas du service d'Apple et en font leur seul véhicule de ventes.

Realmac n'est pas le seul à tenter l'aventure sur Setapp. L'allemand Ulysses aussi, toujours en complément au Mac App Store ou encore BinaryNights, éditeur du client FTP ForkLift.

Cliquer pour agrandir

Counsell souligne un autre aspect intéressant de Setapp pour son activité, le nombre réduit de logiciels : « Avoir moins d'apps sur le service signifie qu'il y a moins de concurrence pour les développeurs et, en retour, qu'ils peuvent dégager un chiffre d'affaires plus appréciable ». Sous réserve que chacun y trouve son compte sinon des éditeurs seront tentés de se retirer et la plateforme perdra vite de son attrait.

Pour le moment, les ventes de Realmac sur le Mac App Store n'ont pas souffert de cette présence sur Setapp affirme Dan Counsell. Les deux plateformes ne se phagocytent pas : «Les ventes de RapidWeaver et de Squash [sur le MAS] sont restées au même niveau, mais nous avons attiré plus d'utilisateurs (et de chiffre d'affaires) via Setapp ».

Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


2 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar macstaw 21/10/2017 - 07:41 via iGeneration pour iOS

Client de setapp depuis plusieurs mois, je m’y retrouve.
Des app de qualité, un budget maîtrisé et la possibilité de tester sur de longues périodes.
Aujourd’hui je dois utiliser une bonne quinzaine de logiciels.

avatar pat3 21/10/2017 - 16:12 via iGeneration pour iOS

L’idée de SetApp bonifie au fur et à mesure que les développeurs des apps présentes sur le service passent eux-mêmes à l’abonnement. Quand SetApp est sorti, j’avais déjà sur mon disque dur toutes les apps intéressantes du service, ce qui le rendait inintéressant pour moi. Mais si beaucoup d’apps suivent le chemin de Soulmen (Ulysses), peut-être qu’il faudra que je reconsidère mon point de vue...
Mais pour l’instant, j’ai plutôt abandonné les apps qui sont passées abruptement au modèle de l’abonnement, surtout quand elles usent de fallacieux prétextes :
- Blogo, qui a modifié drastiquement ses fonctionnalités pour faire passer son modèle d’abonnement avec des fonctions inutiles (bien avant les autres, ça date déjà de quelques années),
- Ulysses,
- DayOne que pourtant j’adorais, mais dont je me sépare avant d’être mis devant le fait accompli (j’étais déjà resté sur DayOne Classic, la v2 ne m’apportant rien), au cèdes dernières évolutions du logiciel.

J’ai remplacé d’un coup ces trois applis par MWeb, qui me permet d’avoir un journal, de pouvoir pré-écrire mes billets et de les poster sur le blog de mon choix, et de structurer des articles longs dans un dossier dédié avec autant de sous dossiers que je veux.

Du coup, en tout cas en ce qui me concerne, l’abonnement c’est plutôt bye bye.