Quark a été vendu à un fonds d'investissement américain

Florian Innocente |

Quark, l'éditeur de XPress a été vendu à un fond d'investissement californien, Parallax Capital Partners qui possède déjà plusieurs sociétés technologies et éditeur (notamment DivX).

L'acquéreur de cet éditeur non coté en bourse évoque « l'impact transformationnel » (sic) de Quark dans de nombreux secteurs « redéfinissant totalement la façon dont les entreprises créent, gèrent, publient et diffusent les contenus critiques ». L'objectif annoncé est de pousser les solutions de Quark vers une nouvelle étape, celle de « l'automatisation de contenu d'entreprise ».

Ray Schiavone, PDG depuis 2006

Le PDG de Quark, Ray Schiavone, déclare de son côté « Grâce à l'automatisation de contenu, Quark offre aujourd'hui la possibilité aux plus grandes entreprises du monde entier de transformer l'expérience client, d’accélérer la mise sur le marché, d’améliorer la conformité et de réduire les coûts. En Parallax, nous voyons un partenaire qui partage la vision de permettre aux entreprises de valoriser leur contenu comme il se doit ».

Des explications et des projets qui ne font pas beaucoup état des indépendants et petites structures qui sont restés jusqu'à aujourd'hui insensibles aux charmes d'InDesign et qui apprécient le modèle économique de vente sans abonnement de l'éditeur de Denvers. Ce principe perdure avec la version 2017 d'XPress sortie en mai, cependant la clientèle s'est resserrée autour des grandes entreprises.


avatar misterbrown | 

Quark, les powermac... la fin d'une époque où les graphistes à souries mono boutons régnaient en maître.

avatar stefhan | 

Je resterais toujours surpris de voir que Quark est toujours vivant...

Plus personne de mon entourage - y compris chez les imprimeurs (qui ont quand même des postes encore équipés pour les rares clients restés sous XPress) - n'utilisent ce logiciel. Qui a fait son temps.

avatar Link1993 | 

@stefhan

Ils ont aussi DivX... ça explique tout ! ?

avatar occam | 

L'hypothèse improbable d'une totale inconscience mise à part, il faut une sacrée dose de cynisme (option réaliste) ou d'humour très, très noir (option angéliste) pour appeler une telle enseigne « Parallax ».

Pour mémoire, la « Parallax Corp. » est l'agence qui arrange les assassinats politiques clefs en main, pigeons identifiés comme tueurs solitaires y compris, dans le grand classique d'Alan J. Pakula, The Parallax View.
https://www.theguardian.com/film/filmblog/2013/nov/19/the-parallax-view-kennedy-assassination
http://www.rogerebert.com/reviews/the-parallax-view

Depuis, « Parallax Corp. » est devenue une métaphore sinistre.

Le groupe du même nom s'en est parfaitement inspiré.
https://www.youtube.com/watch?v=2hEVLXWHzGE

avatar Hasgarn | 

Ça ouvre un boulevard à la concurrence.
InDesign ne doit pas être la seul offre.

avatar iPop | 

Il devrait peut être se recentrer sur les indépendants puisque il n'y a pas d'abonnement et revoir leur tarifs, être sur le store comme pixelmator, ou acheter pixelmator.

avatar iPop | 

S'il revoit leur interface et leur tarifs en quelque chose de plus simple peut être que ça pourrait marcher. L'idée de l'application iPad n'est pas mauvaise.

avatar Kappy | 

Par curiosité, j'essaie régulièrement les nouvelles versions de Quarkxpress et je dois dire qu'en tout cas sur Mac, je le préfère de loin à InDesign. Je le trouve beaucoup plus réactif qu'InDesign. En plus, sur OS X, Quarkxpress prend en charge des fonctionnalités comme le plein écran ou la gestion des pop-up pour les lettres accentuées ce qu'InDesign ne fait pas. Les nouvelles fonctionnalités de Quarkxpress comme la possibilité d'éditer des PDF sont intéressantes.
Mais après, c'est clair: si on a besoin des autres logiciels d'Adobe et donc de la Creative Suite, on va pas dépenser 900 euros pour avoir Quarkxpress quand on a déjà InDesign qui fait le boulot tant bien que mal.

avatar huexley | 

Indesign bosse tellement mal que quasiment toute l'industrie Pao est passé dessus. Je me rappelle l'enfer de la gestion des licences de Quark et son QLA licensing qui etait une merde sans nom.

avatar fte | 

@huexley

Ils m’ont poussé chez Adobe avec ça précisément. Quark n’existe plus pour moi depuis des années maintenant. J’ai survécu.

avatar FCCreations | 

Encore un peu de patience ... Serif va nous sortir la version tant attendu d' Affinity Publisher, concurrent d'InDesign et Quark.
Et comme on sait que la politique tarifaire de Serif est de 50€ maxi par logiciel ..
eh bien on garde le sourire avec joie !
https://affinity.serif.com/fr/about/ (en bas de page)

avatar Almux | 

XPress risque de devenir un produit cher pour, au final, n'être plus qu'une sorte de WordPress...
Pour ma part, j'attend plutôt un InDesign killer d'Affinity. De chez Adobe, il n'y a plus qu'une vieille version d'InDesign qui me soit utile.

avatar alucardex | 

Un détail qui peut avoir son importance, pour l'instant les soft Affinity n'utilisent pas le moteur de création de PDF licencié par Adobe (APPE). Malheureusement, cela l'exclu pour l'instant d'une utilisation dans l'industrie graphique, les imprimeries, etc.. (puisque tout tourne autour du PDF).

Ce n'est pas grave pour un concurrent à Photoshop ou Illustrator. Se sera plus compliqué pour concurrencer InDesign..

Pour autant, j'ai posé la question par curiosité (sur le forum) et ils semblent prendre en compte ce point pour la sortie de Publisher. Espérons juste qu'Adobe n'est pas la main trop lourde sur les licences...

Suite au nouvel épisode.

avatar bledu | 

Quark utilise son propre moteur – en fait, il en licencie un, mais pas celui d'Adobe. Et ça ne prête à aucune conséquence pratique. Il y a des lustre que l'on a plus besoin d'Adobe Distiller ou d'un autre produits estampillé Adobe pour créer des PDF acceptés par toute l'industrie graphique et les imprimeurs.
Je fais un magazine avec QuarkXPress depuis 11 ans, et nos différents imprimeurs n'ont jamais trouvé le moindre problème à nos PDF qui passent partout comme une lettre à la Poste.
Il est totalement erroné de dire que seul Adobe a un moteur de création de PDF ! Il en existe un assez grand nombre en fait. La technologie PDF a été ouverte par Adobe, il y a des années déjà et n'importe quel développeur peut, s'il en a la capacité, réaliser ses propres produits basés sur la norme d'Adobe et donc son propre moteur de génération de fichiers PDF, y compris destinés à l'impression de magazines ou de livres.

avatar EricdeB | 

Je vous en prie, arrêtez de critiquer ce soft sur la base de souvenirs vieux de 10 ans. C'est d'un banal affligeant... Il a tellement changé.

CONNEXION UTILISATEUR