De Lyon à Cupertino, l’essor des navettes autonomes

Anthony Nelzin-Santos |

Dès le mois de janvier prochain, la navette Mia circulera dans la ZAC des Gaulnes à Jonage, dans l’est lyonnais. Pourquoi en parler ? Parce qu’il s’agit d’un véhicule autonome, qui évoluera sur route ouverte, dans le cadre d’un partenariat public-privé. Un nouveau déploiement qui montre l’essor des navettes autonomes, et pas seulement dans la Silicon Valley.

La navette autonome Mia. Image Eiffage.

Mia, pour « mobilité intelligente autonome », est née des besoins du groupe Eiffage. Pour rejoindre les locaux de la filiale Énergie Systèmes dans la ZAC des Gaulnes, les salariés doivent marcher 1,2 km depuis le terminus de la ligne 3 du tramway, le long d’une « voie » monotone. Ce cadre, ouvert mais relativement contrôlé, se prête particulièrement au déploiement d’une navette autonome.

Entouré de Berthelet, un groupe de transport local qui se réinvente en fournisseur de solutions de mobilités, et de Navya, concepteur lyonnais de véhicules autonomes, Eiffage a formé un groupement public-privé. Le Serl, chargé de la valorisation de la zone d’activité, la Métropole de Lyon, qui a consacré 180 000 € à l’aménagement de la voirie, et le Sytral, l’autorité organisatrice des transports de la région lyonnaise, sont partenaires de l’opération.

De gauche à droite : Christophe Pinel (Eiffage), Jean-Luc Da Passano (Serl), Fouziya Bouzerda (Sytral), Olivier Malaval (Eiffage), et Aurélien Berthelet (Berthelet), lors de la présentation de la navette sur le salon Pollutec. L’expérimentation coûtera un peu moins d’un demi-million d’euros sur deux ans, un coût assumé par les acteurs privés. Image MacGeneration.

Lyon avait déjà été témoin de « la première mondiale », pour reprendre les mots de Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral. Une paire de navettes Navya est déployée dans le quartier de la Confluence, sur une distance très réduite, une expérimentation reconduite cette année. Une troisième navette devrait desservir le Parc Olympique lyonnais, en s’articulant avec les moyens de transport existant.

Car il s’agit de « prendre le relais du transport public », explique Olivier Malaval, directeur régional d’Eiffage Énergie Systèmes. Le Sytral veut tester différents moyens de résoudre l’épineuse question du premier (du départ au premier transport public) et du dernier (du dernier transport public à la destination) kilomètre, « un enjeu majeur pour la mobilité urbaine. »

En l’état du cadre légal, un opérateur doit être présent à bord de la navette, qui communique avec la voirie. « Lorsque Mia approche du carrefour, explique Olivier Malaval,  les feux de signalisation sont prévenus et la navette devient prioritaire. » À l’issue de ce premier test grandeur nature, dans deux ans, le directeur régional espère que les navettes pourront communiquer entre elles pour régler la circulation.

De la même manière, alors que la batterie lithium fer phosphate de 33 kWh de la navette est aujourd’hui rechargée avec une borne traditionnelle1, elle pourra demain l’être par un abri photovoltaïque. Elle effectuera 40 à 50 rotations par jour, aux heures de pointe et à midi, avec 15 passagers à son bord. Avec une vitesse de pointe de 17 km/h, elle divisera par trois le temps de trajet des salariés, mais sera « ouverte à tous et gratuite », précise Eiffage.

Mia n’est que l’un des nombreux déploiements de la plateforme Autonom Shuttle de Navya. Ce gros cube de 4,75 m de long et 2,65 de haut est bardé de capteurs : deux lidars 360° et six lidars 180° pour cartographier l’environnement, une caméra à l’avant et une autre à l’arrière pour repérer les panneaux de signalisation et les obstacles, un capteur odométrique et une cellule inertielle pour confirmer la position du véhicule, et bien sûr une antenne GPS.

L’un des lidars de la navette. Image Eiffage.

La même navette roule sur le parvis de la Défense depuis le mois de juillet, dans le Michigan et à Las Vegas, ou encore en Suisse. Des déploiements parfois motivés par les opérateurs de transport public, mais plus souvent encore par les institutions et les entreprises. À Rennes, à Singapour, à Hong Kong ou en Australie, ces navettes circulent sur des campus universitaires. À Dunkerque, Berthelet opère le réseau privé du site mondial de formation de Total.

On retrouve le même mélange d’intérêt public et de volonté privée aux États-Unis et particulièrement dans la Silicon Valley, où les grands employeurs du secteur informatique planchent tous, d’une manière ou d’une autre, sur le sujet. Apple travaille ainsi sur sa propre navette autonome, qui améliorerait la desserte de ses différentes installations tout en lui permettant d’éprouver les technologies, à partir d’un van aux dimensions assez similaires à celles de la navette de Navya.


  1. Rappelons qu’Eiffage Energie a installé des centaines de bornes de recharge à travers la France, ainsi que huit superchargeurs Tesla en 2016. ↩︎
avatar caissonbulle | 

Dommage !...
Et encore quelques emplois de conducteurs “humains” qui auraient ainsi pu “vivre” de leur “travail” avec un “salaire” !... Tous ces robots sont un contre-sens par ces temps bien trop difficiles et j'ai bien peur que cela n'aille de pire en pire !...
Dommage !... Dommage !...

avatar marenostrum | 

ça va jamais marcher ce truc. c'est juste pour que quelques personnes touchent leurs salaires. c'est comme l'exploration du cosmos.

un système pareil le gars du jailbreak (geohot) l'a fait en quelques heures. bref tout le monde peut le faire, un véhicule qui roule sur une piste d'avions avec un gars qui surveille sur le volant). sur la route et avec plein d'autres autour c'est une autre histoire.

déjà une voiture de Uber a tué une personne innocente, dans une route sans circulation dense. y avait personne en fait, que la femme, et le système n'a rien vu. le conducteur étant occupé, accident direct.

avatar Moumou92 | 

@marenostrum

Joli troll...

avatar marenostrum | 

toi c'est le naïf. pire que le troll.

avatar MacGyver | 

deja que c'est le bordel dans mon immeuble dés que 3 personnes veulent prendre l'ascenceur...

avatar Minileul | 

@marenostrum

https://www.futura-sciences.com/tech/questions-reponses/technologie-10-i...

L’exploration du cosmos n’est pas si inutile que ça, sans parler du futur on retrouve déjà sur terre les avancées technologiques qui nous sont utiles chaque jour.

avatar DG33 | 

@marenostrum

Ah mais j’ignorais que Florian était décédé, vous autorisez pu mettre le site en berne tout de même !

avatar povpom | 

@marenostrum

Je n’ai absolument rien compris. A part votre frustration. Texte illisible. Faites un effort de syntaxe !

avatar IceWizard | 

@marenustrum
"un système pareil le gars du jailbreak (geohot) l'a fait en quelques heures. bref tout le monde peut le faire,"

Oui, il l'a conçu et réalisé en 3h52 mn, suivi de 4 ans d'efforts intenses pour débuger le système. Il y travaille d'ailleurs encore à cette heure .. La rumeur murmure qu'il a réservé tous ces WE jusqu'en 2037 pour avoir une chance de terminer le projet.

avatar Moumou92 | 

@marenostrum

La voiture ne marchera jamais... j’ai entendu à la radio qu’il y avait des centaines de morts par an à cause du conducteur peu attentif, au téléphone ou bourrée... les autorités ne laisseront jamais faire... oh wait!

Des centaines / milliers de morts par an à cause de conducteurs, c’est accepté par tous le monde, mais un seule mort a cause d’un ordinateur ça dérange... il y a un vrai biais cognitif sur le sujet, j’écoutais une émission à la radio sur le sujet: c’est un vrai problème étudié en psychologie...

La vérité c’est que la voiture autonome est bien plus fiable que la conduite humaine, influencée par la fatigue, le stress, les rêves, le téléphone, l’alcool, la drogue... le vrai soucis n’est pas du tout la technique mais la réglementation...

avatar bl@ck warrior_69 | 

Sauf que la on met en place des services qui n'auraient peut être jamais vu le jour s'il avait fallu y mettre des conducteurs humains. On ne remplace pas des lignes à conduite humaine existantes.

avatar showmehowtolive | 

@caissonbulle

Ça permettra surtout plus de rotation sur les lignes de bus et aussi la création de nouvelles lignes.

avatar lewax | 

Y’en a une depuis juin 2016 à Sion (Suisse).

avatar reborn | 

Pour rejoindre les locaux de la filiale Énergie Systèmes dans la ZAC des Gaulnes, les salariés doivent marcher 1,2 km depuis le terminus de la ligne 3 du tramway, le long d’une « voie » monotone. Ce cadre, ouvert mais relativement contrôlé, se prête particulièrement au déploiement d’une navette autonome.

?

Et le vélo ? C’est excellent pour la santé en plus

avatar raoolito | 

@reborn

Et quand il pleut averse ou qu'on a un bon froid voire une canicule ?

avatar VLF | 

Il y en a également, de manière expérimentale pour la RATP, pour aller de Château de Vincennes au Parc floral de Paris et dans le bois de Vincennes ?

avatar jb18v | 

Ah j’ai vu celle de La Défense. Sympa ^^

avatar soucolline | 

J’ai eu la chance de développer l’app iOS de Navya, c’est un très beau produit très prometteur

avatar charlie105 | 
avatar alixxx | 

Aloha!
Nous avons la meme sur la faculté des sceinces et technologies de Lille:
https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/metropole-lilloise-une-nave...

avatar iValou | 

Marrant de mettre cette actu aujourd'hui sans évoquer ce qui vient de paraitre ! https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/12/18/navya-pionnier-franca...

Ils en ont mis une dans une zone d'entreprise au Luxembourg pour le trajet jusqu'à la gare https://navya.tech/navya-et-sales-lentz-inaugurent-les-premieres-navette...
Mes collègues m'ont dit que dans les faits, d'attendre la navette et vu sa vitesse et bug actuel, c'est pas plus intéressant qu'à pied sauf quand le temps est capricieux

avatar Mageekmomo | 

À la Défense ça marche très mal, y'a tellement de piétons qu'elle passe plus de temps à s'arrêter et bipper qu'à rouler. Ils ont fini pour l'enlever, ça allait plus vite de marcher

avatar stefhort | 

Il y en a effectivement en Suisse depuis plusieurs années et qui fonctionnent plutôt bien : https://www.postauto.ch/fr/projet-%C2%ABsmartshuttle%C2%BB-0 ! Des navettes autonomes qui se promènent – loi oblige – avec un humain à bord prêt à reprendre le contrôle. Donc pas de perte d’emploi pour le moment ;-)

avatar Kusa78 | 

Je confirme que c’est assez inutile comme navette.. on en avait 5 sur le site de Civaux et bein... un fiasco, une chaleure insupportable l’été, pas chaud l’hiver, des freinages d’urgence violent pour un oui ou un non ( une feuille d’arbre devant le capteur et op arrêt ! Imaginez l’autonome...) et on avait plus vite fait de faire le trajet à pied, résultat ils les ont retirés et on a un bus hybride maintenant.. y’a de l’idée et de l’ambition mais bon.... en plus il y avait un opérateur par navette ce qui reviens au même que d’avoir un chauffeur...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR