Tesla a présenté le camion (et la voiture) le plus rapide au monde

Nicolas Furno |

Tesla a tenu une conférence de presse dans la nuit, essentiellement pour présenter… un camion. Le constructeur exclusivement électrique a dévoilé officiellement le Tesla Semi, un semi-remorque électrique qui devrait sortir en 2019. Et Elon Musk avait une petite surprise à la fin, sous la forme de la voiture de série la plus rapide au monde, tout simplement.

Le Tesla Semi est beaucoup plus aérodynamique que la moyenne, ce qui lui donne aussi une bouille étrange. Cliquer pour agrandir
Le Tesla Semi est beaucoup plus aérodynamique que la moyenne, ce qui lui donne aussi une bouille étrange. Cliquer pour agrandir

Le passage à l’électrique et les technologies habituelles chez Tesla apportent plusieurs nouveautés susceptibles d’intéresser les conducteurs et surtout les entreprises de transport. Le Tesla Semi devrait être plus résistant que la moyenne, notamment grâce à ses quatre moteurs électriques (un par roue arrière) qui nécessitent moins d’entretien. La transmission est garantie pour fonctionner pendant un million de miles (environ 1,6 millions de km), alors que c’est un composant fragile sur les camions traditionnels.

Les freins, autre composant qui doit être régulièrement remplacé en temps normal, ne seront presque jamais utilisés, puisque le semi-remorque s’arrêtera en rechargeant sa batterie. Le pare-brise a été renforcé et il est censé être d’un niveau militaire, alors que c’est un autre élément qui doit être changé en moyenne une fois par an, d’après Elon Musk.

La cabine intérieure ressemble davantage à un poste de conduite de train. Le conducteur est en position centrale pour maximiser la place, le confort et la sécurité. À noter que le volant et les deux écrans proviennent de la Model 3. Cliquer pour agrandir
La cabine intérieure ressemble davantage à un poste de conduite de train. Le conducteur est en position centrale pour maximiser la place, le confort et la sécurité. À noter que le volant et les deux écrans proviennent de la Model 3. Cliquer pour agrandir

Pour un camion plus que pour une voiture de loisir, la question du coût est centrale, c’est quasiment la seule qui compte. Tesla a voulu rassurer ses futurs clients, sans donner de prix précis, mais le constructeur affirme que son semi-remorque sera moins cher à exploiter qu’un camion diesel. Il s’agit du prix au kilomètre, donc le prix de l’essence et de l’électricité entre en jeu, ce qui fait largement pencher la balance en faveur du Tesla Semi.

Mais ce n’est pas tout, ce camion devrait aussi être le plus rapide pour une production de série, avec une accélération de 0 à 100 km/h évaluée à vingt secondes avec un chargement complet de 36 tonnes. C’est énorme par rapport à une Model S — 2,7 s pour le modèle le plus rapide —, mais le Tesla Semi laissera tous les modèles diesel loin derrière dans son rétroviseur (numérique).

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Faire le camion le plus rapide peut sembler futile, mais il y a un intérêt économique. La vitesse de croisière du Tesla Semi en charge sera environ de 100 km/h, bien au-dessus de la moyenne, ce qui assure des déplacements plus rapides et donc plus rentables. Sans compter que la recharge de la batterie pourra se faire à destination et limiter les arrêts sur la route.

À ce sujet, le constructeur a surpris en annonçant une autonomie de 800 km, sur autoroute et avec une charge complète. De nouveaux chargeurs nettement plus puissants seront déployés en même temps pour recharger un camion Tesla plus rapidement. Il faudra compter une demi heure de charge pour 650 km d’autonomie, d’après les chiffres donnés par le constructeur.

On distingue sur les deux écrans les rétroviseurs numériques. Les fonctions de pilotage automatique seront disponibles en standard dans le Tesla Semi, mais le constructeur n’a pas promis une conduite totalement autonome à ce stade. Cliquer pour agrandir
On distingue sur les deux écrans les rétroviseurs numériques. Les fonctions de pilotage automatique seront disponibles en standard dans le Tesla Semi, mais le constructeur n’a pas promis une conduite totalement autonome à ce stade. Cliquer pour agrandir

À défaut de dévoiler les tarifs, Tesla devrait rapidement ouvrir les réservations pour son semi-remorque, au moins aux États-Unis. La production devrait commencer en 2019, mais étant donnés les retards actuels sur la Model 3, on prendra cette date avec de grosses pincettes. Un acompte de 5000 $ (4248 €) sera demandé pour une réservation.

One more thing…

Après avoir présenté son camion, Elon Musk avait une petite surprise… une nouvelle voiture Tesla, d’ailleurs sortie de l’un des Tesla Semi. Comme promis, le constructeur va relancer son Roadster, le modèle de course qui a lancé la marque dans les années 2000. Sauf que cette nouvelle version a des ambitions encore plus folles : être la voiture de série la plus rapide jamais produite.

Elon Musk a glissé pendant la conférence qu’il voulait remettre l’industrie automobile traditionnelle à sa place avec le Roadster. Cliquer pour agrandir
Elon Musk a glissé pendant la conférence qu’il voulait remettre l’industrie automobile traditionnelle à sa place avec le Roadster. Cliquer pour agrandir

Les chiffres affichés par le constructeur donnent le tournis : le 0 à 100 km/h en 1,9 secondes battrait effectivement le record et ce serait la première voiture de production à passer sous la barre des deux secondes. La vitesse maximale devrait dépasser les 400 km/h, mais le chiffre exact n’est pas encore connu.

Pour rouler à des vitesses normales, le Roadster devrait aussi battre des records du côté de l’autonomie en atteignant les 1000 km sur une seule charge. Sa batterie de 200 kWh est deux fois plus grosse que celle qui équipe aujourd'hui les Model S et Model X. Et Tesla se paie le luxe de glisser quatre sièges, même si les deux arrières ont l’air très petits, mais aussi un gros coffre. Une manière de rappeler que l’électrique occupe moins de place, tout en offrant de meilleures performances que les énergies fossile.

L’intérieur est très futuriste, notamment avec ce volant aplati. Le toit est partiellement ouvrant, mais pas complètement, sans doute pour maintenir les performances aérodynamiques du véhicule. Cliquer pour agrandir
L’intérieur est très futuriste, notamment avec ce volant aplati. Le toit est partiellement ouvrant, mais pas complètement, sans doute pour maintenir les performances aérodynamiques du véhicule. Cliquer pour agrandir

Les voitures de Tesla n’ont jamais été bon marché, mais ce modèle exceptionnel sera logiquement hors de prix. Les tarifs commenceront à 200 000 $ et les personnes intéressées pourront réserver un modèle pour 50 000 $. Et si vous êtes pressé et riche, vous pouvez réserver l’un des mille premiers pour 250 000 $. C’est très cher et en même temps, pas tant que ça si le constructeur atteint le niveau de performances promis. À titre de comparaison, l’Agera RS de Koenigsegg tient le record actuel de vitesse à 447 km/h et elle est vendue à partir de 1,5 millions d’euros.

Le tout ne sera pas produit avant 2020, là encore, sous réserve que Tesla règle enfin ses problèmes actuels de production. À ce rythme, la Model 3 ne sortira pas vraiment avant 2018 des chaînes de production, alors que la date prévue auparavant était déjà un gros retard par rapport à la date initiale.

https://www.youtube.com/watch?v=5n9xafjynJA

avatar L'Ornithorynque | 

C'est vrai que c'est quand même suréaliste de voir à quelle point ils cartonnent en communication ! Et ça marche ! ?

avatar sekaijin | 

ça pourrait devenir intéressant pour les bus (lille - nice)
Car en électrique c'est un autre confort.

Mais il va falloir que les chauffeurs de camion s'adaptent à la conduite électrique.

Pour avoir un véhicule électrique j'ai pu comparer deux façon de conduire.
Ma moitié a conservé sa façon de conduire (c'elle d'un véhicule essence) alors que j'ai complètement revu ma façon de faire.
par exemple je n'utilise plus ou presque le frein. je ne l'utilise qu'en cas d'urgence. à la place j'utilise le ralentisseur. la différence est que pour ralentir la voiture le frein transforme l'énergie cinétique en chaleur dispersée par les disque (d'où les disque ventilé sur les modèle sportif). alors que le ralentisseur capte l'énergie cinétique pour charger la batterie.

Ce simple fait m'a poussé à anticiper bien plus qu'avant. Mes accélérations et mes ralentissement sont moins francs qu'avant (plus long)

En général j'ai 20 à 30% d'autonomie de plus par rapport à elle (mais j'ai aussi une moyenne inférieur de 3 à 5 km/h).

Mais, car il a toujours un mais, il y a une limite: la batterie pleine. lorsque cela ce produit c'est comme si le frein lâchait lorsque vous arrivez à un feu. ça ralenti et d'un coup presque plus rien. mais les indicateur permette de le savoir avant.

La conduite des routiers (au long cours) et plutôt bien adapté pour l'électrique généralement ils préfèrent les accélération progressive et ralentissent avec le telma (https://fr.telma.com/produits/fonctionnement). Mais les transporteurs qui livrent localement ont eux la tendance inverse. accélérer très fort et freiner au dernier moment. et là avec un véhicule électrique c'est le pire qu'on puisse faire.

pour revenir à l'article le moteurs dans les roues est un concept ancien qui revient souvent. cela offre d’énormes avantages, il n'y à pas de transmission. qui est un organe d'usure. cela libère de la place dans le véhicule. ce qui peut être très intéressant sur un bus.
pour un traceur de semi ça laisse de la place pour les batteries. Mais prisonnier de la roue il est difficile à protéger des poussière et autre indésirable tout en permettant de le refroidir. Autre difficulté il faut calculer la répétition de la charge motrice. avec un moteur central on envoi à un différentiel qui répartie automatiquement la motricité. dans un virage la roue intérieure fait moins de tour que la roue extérieure. là aussi c'est un phénomène bien connu si la répartition est mauvaise la tenue dans le virage sera instable voire dangereuse.
supposons que les deux roues arrière tournent à la même vitesse avec la même force motrice. vous pouvez tourner le volant vous irez tout droit ou presque.
enfin si le moteur est dans la roue où met'on le frein ?

Aucuns de ces points ne sont rédhibitoires mais ils demandent de la mise au point.

A+JYT

avatar Ron Dex | 

Quelle est l’accélération, le zéro à 100 km d’un camion semi-remorque standard ?

avatar alfatech | 

@RonDex

Aucune idée mais les semi remorque sont bridés (d'ailleurs avec un simple aimant bien placé un camion monte à 160 km/h), sachant qu'il faut préserver les marchandises dans la remorque le 0 à 100 n'est vraiment pas important.

avatar macinoe | 

Un camion est fait pour remorquer des masses très variables. Le chiffre du zero à cent ne signifie donc rien du tout.

Et le but d’un camion c’est de transporter sa cargaison d’un point A à un point B dans un temps donné et pour le moins cher possible.

Accélérer comme une brute et freiner autant est contre productif pour atteindre ce but.

Sur un camion, ce genre de performance n’est donc ni pertinente, ni même souhaitable.

On atteint les limites du paradoxe Tesla qui, avec beaucoup de com et Green Washing, parvient à faire croire qu’écologie et grosse consommation d’énergie sont compatibles.

Ca ne l’est pas.

avatar harisson | 

@macinoe

En tout cas, ça semble efficace sur les investisseurs (et c'est ça le plus important pour le moment ^_^). Après pour le reste, il faut voir ce que ça donne dans le monde réel pour le client us...

avatar macinoe | 

Le plus important pour quoi ?

Pour entuber des personnes à fort pouvoir d'achat en leur permettant d'assouvir leur vanité tout en ayant un faux alibi écolo ?

Oui certainement. Et en effet ça à l'air de très bien fonctionner.

avatar r e m y | 

@macinoe

Un nouveau bidule sans pot d'échappement c'est ce qui fonctionne le mieux pour enfumer tout le Monde....

avatar fredsoo | 

20s 0/100km/h....
Bonjour les litiges, ou comment foutre un chargement par terre en 20s.
Plus important la capacité a s'arracher en pleine charge et en douceur, l'avantage viendra de la linéarité de l'accélération typique de l'électrique.

avatar gavroche68 | 

Moi je pense que je vais acheter le camion il a l'air bien lol En plus il 800 km d'autonomie parfait pour aller en vacance dans le Sud.

avatar sekaijin | 

c'est sur que l'accélération n'est pas une performance en tant que telle recherchée sur un camion.

il y a une différence fondamentale dans la façon dont un véhicule électrique accélère par rapport à un véhicule à moteur thermique.

Lorsque un véhicule thermique accélère l'accélération est très faible le temps que le moteur monte en régime. puis il atteint la phase où il a son meilleur rendement. là l'accélération est forte. puis il dépasse cette plage de son régime et l'accélération devient plus faible.

l'accélération avec un moteur électrique est plus proche d'une droite l'accélération est continue.

dans le test du passage de 0 à 100 le moment où la marchandise et les passager sont le plus exposé à des dégâts est celle où l'accélération est la plus forte. hors cette différence fait que l'accélération avec un moteur électrique n'atteint pas le niveau de celle du moteur thermique à son apogée. Mais comme elle est plus régulière l'accélération globale est meilleure.

pour livrer au plus vite le mieux est d'arriver à la vitesse de croisière le plus tôt possible. (maximisation de la duré de la vitesse de croisière) si cela ce fait avec une accélération instantanée moindre qu'avec le moteur thermique la marchandise en est d'autant plus préservée.

en tant que tel cette performance pure n'a pas d'intérêt. mais dans le coût d'un transport il y a deux facteur le temps et la consommation d'énergie.

travailler à une technologie comme la formule un est très paradoxal pour une voiture de tous les jours mais cela permet de maitriser la technologie et donc de produire une voiture qui est mieux adapté à nos routes. il en va de même avec les camions.

être capable de maitriser son accélération globale et instantanée permet d'optimiser le transport et donc de baisser son coût.

Ce n'est donc pas absurde loin de là.
A+JYT

avatar Sic transit | 

OK, OK, c'est un zoli camion…

Mais le rapport avec le Mac ? Apple ? L'informatique ? etc.

Est-ce que c'est simplement parce que Musk se prend pour Jobs que vous relayez ce genre d'info ?

avatar fte | 

@Sic transit

Musk se prend pour Musk je pense. Il a suffisamment de grains pour ne pas avoir à imiter ceux des autres. Fussent-ils morts.

avatar DouceProp | 

C'est cool ! Que des camions électriques sur les routes ça ferait moins de CO₂ ! Et plus de nucléaire, ok. Et pour les calendriers Pirelli ? Ils seront diffusés sur les écrans ?

avatar r e m y | 

@DouceProp'

L'accroissement mondial de la consommation electrique se fait plutôt par des centrales charbon, que par des centrales nucléaires... alors la diminution de CO2 elle est très relative!

avatar fte | 

@DouceProp'

Pas moins de CO2 non. Plus en réalité. Mais localisée, moins de particules fines et poussières, etc. Potentiellement moins nocif pour l'environnement et la santé. Potentiellement.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR