Online.net propose du stockage en ligne très bon marché

Nicolas Furno |

Online.net, filiale dédiée à l’hébergement d’Iliad (la maison-mère de Free), continue d’étendre son offre. Tournée à l’origine uniquement autour de l’hébergement mutualisé et les serveurs dédiées, elle s’est enrichie d’offres de VPS. Et on peut désormais utiliser le service pour stocker pendant des années des données sur les serveurs de l’entreprise.

C14 ambitionne de concurrencer directement les ténors du genre, d’Amazon S3 à l’offre Public Cloud Storage d’OVH. Online.net ne s’est pas contenté de copier ce qui existait toutefois, l’entreprise propose au contraire une offre originale avec un objectif en tête : proposer un espace de sauvegarde fiable et bon marché pour les années à venir. Si l’objectif est d’y placer des données importantes et de ne plus y toucher, c’est une offre imbattable sur les prix (jusqu’à dix fois moins chers que les concurrents).

Côté prix, Online.net a fait mieux que tous ses concurrents, y compris qu’OVH qui proposait déjà des tarifs cassés. Il y a deux grilles tarifaires, une standard et une nommée « Entreprise » qui affiche de meilleures disponibilités. Pour la première, C14 coûte 0,002 € HT par giga et par mois, plus 0,010 € HT par giga et par opération. Une opération étant une intervention sur les données déjà sauvegardées, qu’il s’agisse de supprimer un élément ou de le télécharger.

C14 ne fonctionne pas comme les autres services similaires. Quand on veut sauvegarder des données, on obtient d’abord un coffre-fort virtuel qui peut contenir jusqu’à 40 To de données. On a alors sept jours pour transférer les données en utilisant les protocoles habituels (FTP, SFTP, SCP, RSYNC) et ce n’est qu’après ce délai que le coffre-fort est transféré dans le data-center d’Online.net. On ne paye qu’à ce moment là, en fonction de ce que l’on a choisi de stocker.

Une fois le coffre-fort archivé, on paye chaque mois 0,002 € par giga et c’est tout si on en reste là. Si on veut récupérer une archive pour restaurer une sauvegarde, si on veut supprimer des fichiers ou toute autre opération, on paie alors 0,010 € HT par giga à chaque fois. Contrairement à ses concurrents, C14 ne facture pas la bande-passante.

La sécurité des données est la priorité absolue du service. C’est pourquoi le data-center sera situé dans un abri anti-atomique parisien à 26 mètres sous terre à partir du mois de septembre. C’est pourquoi, aussi, les opérations sont très lentes : l’intégrité des données est systématiquement vérifiée et il faudra patienter jusqu’à plusieurs heures si on veut restaurer une grosse archive. Toutes les données sont également chiffrées en AES–256 et répliquées au minimum 10 fois pour éviter au maximum les risques de panne.

L’hébergeur proposera d’ici la fin de l’année plusieurs outils pour intégrer sa solution à un processus existant. On pourra aussi compter sur l’import de bandes de sauvegarde pour les entreprises, sur une connexion directe et beaucoup plus rapide entre C14 et les serveurs d’Online.net dans ses autres data-centers, mais aussi un mode spécial dédié au streaming. Vous pouvez ouvrir un coffre-fort dès aujourd’hui, même si le stockage vraiment sécurisé ne sera disponible qu’à la rentrée, quand l’abri anti-atomique sera en production.


avatar rikki finefleur | 

Très intéressant pour des sauvegardes long terme.
Mais 7 jours c'est peu si on dispose pas d'une bonne connexion
Je ne sais pas si on peut disposer de plusieurs coffres.
Prix canon en tout cas. Bonne info.

avatar Nicolas Furno | 
@ rikki finefleur : on peut avoir autant de coffre que nécessaire, en effet. J'imagine que l'idée est de viser une taille que l'on peut rapidement mettre en ligne… et je suppose que la future API simplifiera la gestion de tous ces coffres.
avatar C1rc3@0rc | 

En fait ils ont réussi a trouver une utilité autre que touristique pour les catacombes: ils y stockent les vieux machins froids ;)

avatar R1x_Fr1x | 

ils limitent la bande passante le soir aux heures de pointes comme pour YouTube?
#OhÇaVa

avatar Ritooon | 

Et ça donne quoi au niveau de l'interface ?

avatar Nicolas Furno | 

@Ritooon Il n'y a pas vraiment d'interface, en tout cas pas pour le moment. Tout se fait avec un terminal ou un client FTP.

avatar chriseg | 

Intéressant, je regardais du côté d'OVH pour stocker des archives photographiques.
Il est possible que je change d'avis du coup pour C14

avatar r e m y | 

@chriseg
Pour des archives auxquelles tu tiens, il est peut être prudent de mettre ceinture et bretelles et donc de stocker chez 2 fournisseurs differents.
Ce serait bête que le jour où tu as besoin de récupérer tes archives, tu constates que le prestataire a mis la clé sous la porte (les sociétés craignant plus le dépôt de bilan que l'apocalypse nucléaire, le stockage en silo anti atomique est un argument marketing assez foireux, je trouve)

avatar rikki finefleur | 

remy
double sauvegarde sur disque usb dont 1 caché chez soi (pour le vol) plus une sauvegarde exterieure me semble bien

avatar chriseg | 

Merci pour cette remarque.
Je conserve mes photos sur 2 DD USB en parallèle pour un "archivage vivant"

avatar iDuplo | 

Cet abri "anti-atomique" est entouré de vides de carrières fermés. Espérons qu'ils ne détruiront pas ce patrimoine sur l'autel de la la sécurité.

avatar pim | 

Ils sont dans le 15ème arrondissement à 26 mètre sous terre. Ce qui signifie qu'ils ne sont pas très haut en altitude. J'espère qu'ils ont prévu un « plan B » en cas de crue centennale, beaucoup plus probable qu'un accident nucléaire – les évènements récents l'ont encore une fois prouvé : pendant que la Corée du Nord fait échec sur échec dans les essais de missile à tête H, le niveau de la Seine a lui été bien haut !

avatar Nicolas Furno | 
@ pim : on peut quand même imaginer qu'ils y ont pensé !
avatar iDuplo | 

Bah justement, c'était un abri anti-nucléaire, c'est donc facile à étanchéifier!
Et avant qu'une crue n'atteigne porte de vanves...

avatar deltiox | 

Plutôt qu'un accident nucléaire
Le risque de ne plus pouvoir rapatrier ses données en cas de faillite ou alors un mauvais coup de tractopelle au mauvais endroit (aka : le mauvais cable enterré) me paraît plus dangereux :-)

Sinon, une semaine pour transférer 40T en upload, il faut une belle bande passante

avatar PO_ | 

40 To = 40 000 Go = 40 000 000 Mo

7j = 7x24x3600 = 604800 s

66,14 Mo/s soit 600 Mb/s

D'après mes calculs (200 Ko/s en upload), il me faudrait 2315 jours ! soit 76 mois et me coûterait la bagatelle de 387 €. Cela dit, je n'ait pas 40 To de données,

avatar r e m y | 

Juste l'echange d'une expérience perso.... avec mon ADSL anémique, j'ai un upload de 100 kO/s.
Quand je dois mettre en ligne une petite video de quelques centaines de Mo, l'envoi du fichier en ftp sur mon serveur OVH prend plus d'1 heure.
Hors au bout de 3600 secondes exactement, si le fichier n'est pas transféré, l'upload s'arrête.
OVH m'a expliqué que c'est inhérent aux commandes ftp qui attendent confirmation du serveur de réception que le fichier est bien arrivé et si au bout de 3600s n'ont pas reçu confirmation, arrête l'envoi. Ils m'ont conseillé d'utiliser FileZilla (j'avais avant testé Transmit, Fetch, Forklift, Cyberduck... avec le même résulat: coupure au bout de 3600s)

Effectivement avec FileZilla (dont l'interface est ... je préfère pas vous dire ce que j'en pense), au bout des 3600s, le logiciel réenvoie une nouvelle commande d'upload pour poursuivre l'envoi.

Bref, vu la galère pour envoyer 400 Mo, je n'ose imaginer 40 To...

BackBlaze propose un service malin pour la sauvegarde initiale. On leur envoie un disque dur qu'ils archivent eux-meme. Idem si on a besoin de récupérer la totalité de l'archive... on peut le faire par envoi postal d'un disque.

avatar Bardyl | 

Par contre petite correction :
"Contrairement à ses concurrents, C14 ne facture pas la bande-passante." : Sauf erreur de ma part (et de mes factures), c'est faux.

OVH ne facturent pas non plus la bande passante sur leur office de public Storage (je parle surtout d'OVH puisque c'est celui que vous prenez en exemple).
Et ils ont quand même une sacrée longueur d'avance niveau utilisation du service je trouve... Même si ils devraient réagir sur le tarif.

Online ont pas forcément des services vraiment au top en comparaison et j'ai peut-être plus confiance dans la redondance du stockage OVH que dans l'abri anti nucléaire d'Online. D'ailleurs, sans être anti-nucléaire (quoi que), les datacenters des hébergeurs sont soumis à des sacrés conditions niveau sécurité due aux catastrophes naturelles (et pas naturelles aussi).

avatar fornorst | 

Il faut comparer ca plus à Amazon Glacy qu'à S3 : l'objectif est l'archivage pour C14 alors que c'est le servent rapide pour S3 ! Les coûts deviennent alors "comparables" bien qu'Amazon reste effectivement plus cher ;)

avatar MacAbdel | 

C'est sur que toutes ces boîtes dont l'utilisation des services est liée à Internet est plutôt merdique : dernier exemple en date, je m'offre l'année dernière une serrure connectée Okidokeys pour pouvoir donner un badge a des amis au lieu de dupliquer les clefs...et j'apprends que cette societe a déposé le bilan : donc j'ai un joli gadget inutile... Ça me fait penser à tous les outils du même type dont l'utilisation sans le "cloud" est quasi-nulle. Réflexion du soir...

avatar Vouzemoi | 

J'habite Paris, si le datacenter résiste à l'attaque nucléaire, je ne serais de toute façon plus là pour les récupérer mes données.

avatar jeremiecroupotin | 

@Vouzemoi :
C'est pas faux

avatar iPoivre | 

Je suis chez Scaleway, filiale de Online.net pour les serveurs ARM dédiés depuis leur lancement, jamais eu de problème, l'interface est super agréable, le SAV très réactif et les serveurs marchent au poil (4€ par mois pour un dédié c'est cadeau).

Hâte de tester ce nouveau service.

avatar guersouf | 

Mdr les prix

CONNEXION UTILISATEUR