Tim Sweeney, le patron d'Epic, aurait volontiers accepté un accord spécial avec Apple

Mickaël Bazoge |
Tim Sweeney

Tim Sweeney, le fondateur et patron d'Epic, a ouvert le bal des témoins juste après la présentation des arguments d'Epic Games et d'Apple hier. Sa déposition est désormais terminée et elle a révélé quelques unes des contradictions de l'éditeur de Fortnite.

L'avocat d'Apple a fait passer le message selon lequel le constructeur avait tout fait pour faciliter la vie d'Epic. Notamment en permettant aux joueurs de dépenser des V-Bucks achetés sur d'autres plateformes dans la version iOS de Fortnite. Ces achats ne rapportent rien à Apple. La Pomme a autorisé le jeu cross-play (inter-plateformes) et les transactions cross-wallet, ce qui n'est pas le cas de toutes.

Sweeney a confirmé que des négociations se sont tenues en 2018 entre Epic et Sony afin de permettre le jeu cross-play, avec un argument choc : interdire à un gamin de jouer avec ses amis présents sur d'autres plateformes placerait le constructeur de la PlayStation dans une « position intenable ». Sony serait accusé de « détruire des amitiés » et cela pourrait même ne pas être légal. Sous la pression, Sony a fini par autoriser le jeu inter-plateformes mais pas l'utilisation de V-Bucks achetés ailleurs que dans le jeu PlayStation. Une facilité pourtant offerte par Apple.


La défense d'Apple a passé un bon moment à parler des relations entre Sony et Epic. Si iOS ne représente que 5,5% des revenus générés par Fortnite en 2020, la PlayStation étant la plateforme dominante pour le jeu, aussi bien en terme de nombre de joueurs que de chiffre d'affaires. Si l'éditeur était si inquiet de la commission de 30%, pourquoi ne pas s'attaquer directement à la plateforme qui pèse le plus lourd dans les comptes ? Car Sony prélève la même commission qu'Apple.

Tim Sweeney a expliqué que les constructeurs de consoles sont plus ouverts à la négociation, ce qui rend le ratio 70/30 plus supportable. Microsoft par exemple n'hésite jamais à mettre le paquet sur le marketing, les partenariats et les petits avantages. Le patron d'Epic indique même n'avoir jamais négocié une baisse de la commission avec les consoleux.

Le principal argument qui, selon lui, différencie les consoles de jeux de l'iPhone, c'est que les premières sont largement des appareils qui ne servent qu'à jouer, tandis que le second est multi-usage. L'iPhone est même parfois le seul ordinateur que possède une personne. De plus, les constructeurs produisent leurs consoles à perte et se refont ensuite sur les ventes de jeux et donc, sur leurs commissions.


Tim Sweeney s'est peut-être tiré une balle dans le pied lorsqu'un des avocats d'Epic lui a demandé s'il aurait accepté un accord avec Apple pour baisser la commission de l'App Store. Un accord dont les termes n'auraient profité qu'à l'éditeur et à aucun autre développeur, un peu du même genre que celui signé avec Amazon : « Oui, je l'aurais fait », a-t-il répondu. On ne pourra pas lui reprocher sa franchise, mais en même temps qui aurait refusé ?


Dans des documents publiés à l'occasion du procès, on apprend par ailleurs que le patron d'Epic a conseillé directement à Tim Cook de transformer iOS en plateforme ouverte. Dans le courriel, Sweeney admet que l'App Store a fait « beaucoup de bien à l'industrie » mais qu'Apple ne pouvait plus être « le seul arbitre de l'expression et du commerce sur une plateforme [de distribution] d'apps qui approche le milliard d'utilisateurs ».

Sweeney suggère de séparer l'éditorialisation de l'App Store de la distribution des apps, qui seraient eux mêmes séparés du processus d'examen des applications. Dans ce schéma, Apple ne gérerait plus que les fonctions de sécurité sur sa plateforme, en décentralisant la distribution des applications. Bien sûr, Apple n'en a rien fait.

Dans sa réponse à Phil Schiller qui avait fait suivre le message de Sweeney, Tim Cook a simplement écrit : « Est-ce que c'est le gars qui était à une de nos répétitions ? » (sans doute une manière subtile de ne pas écrire : « C'est qui ce mec ? »). Trois semaines avant cet e-mail, une équipe d'Epic présentait la version Mac de Fortnite sur la scène de la WWDC…


Tags
avatar reborn | 

Va falloir faire un onglet spécial dans l’app pour suivre ce feuilleton de 3 semaines 😁

Sur ce.. 🍿🍿😎

avatar raoolito | 

@reborn

pas mieux :)

avatar iaddiction | 

Comment Epic peut se procurer des mails interne d’Apple et plus précisément d’échanges entre Cook, Schiller et Cue?

Toujours autant étonné de voir ces documents être révélés. Si quelqu’un peut apporter des précisions 🙂

avatar YetOneOtherGit | 

@iaddiction

Dans la phase préliminaire chaque partie à fait ses demandes au juge des pièces qu’elle pourrait obliger la partie adverse à produire.

EPIC a par exemple put demander : « notre CEO à adresser un mail au management d’Apple, nous voulons qu’Apple nous fournisse les échange interne suite à ce mail »

Et c’est à la juge d’accepter ou non la demande.

Tous les éléments fournis aux parties ont fait l’objet de tractations : que ce soit des mails, des chiffres, des memos …

Tout le jeu et d’essayer d’avoir une clé sur l’existence des documents potentiellement intéressants que possède la partie adverse, la demande devant être relativement précise.

Et il est très dangereux pour une des parties de faire de la rétention ou de botter en touche.

C’est un des gros boulot en amont des avocats des deux parties, avant l’analyse des éléments pour produire les Proposed Findings of Fact and Conclusions of Law qui s’appuie en grande partie sur les documents obtenus.

Celui d’Apple : https://www.scribd.com/document/502034437/Apple-s-Proposed-Findings-of-Fact-and-Conclusions-of-Law-in-Epic-Games-v-Apple

Celui d’EPIC : https://www.scribd.com/document/502036985/21-04-08-Epic-Games-Proposed-Findings-of-Fact-and-Conclusions-of-Law

avatar iaddiction | 

@YetOneOtherGit

Merci beaucoup pour ces explications précises et documentées 👌

avatar reborn | 

@YetOneOtherGit

Et il est très dangereux pour une des parties de faire de la rétention ou de botter en touche

Pourquoi ces échanges existent encore ?pourquoi ils ne sont pas simplement supprimé en prévention de ce genre de situations compromettantes ?

avatar YetOneOtherGit | 

@reborn

"Pourquoi ces échanges existent encore ?pourquoi ils ne sont pas simplement supprimé en prévention de ce genre de situations compromettantes ?"

Il y a de nombreuses obligations légales d’archivage et de conservation des échanges professionnels.

avatar reborn | 

@YetOneOtherGit

Ouais logique 👍

avatar oomu | 

@reborn

Selon les cas, ça peut même être des sanctions pénales si vous les détruisez

avatar Appleseed | 

@reborn
"Pourquoi ces échanges existent encore ?pourquoi ils ne sont pas simplement supprimé en prévention de ce genre de situations compromettantes ?"

Apple est une boite coté en bourse, il doit y avoir des obligations légales à ce niveau.

Ce genre d'échange à une double utilité.
Ils peuvent être utiliser pour se défendre, comme pour attaquer.
Par contre effectivement, ils peuvent aussi servir une société tiers pour les mêmes raisons dans la cadre d'une procédure judiciaire.

avatar Silverscreen | 

@iaddiction

Je pense une demande des avocats d’Epic validée par le juge et adressée à Apple, qui a ensuite fourni les emails.
ça aurait été difficile d’instruire un procès sans pièces à conviction…

Moi je me demande comment ces pièces du procès fuitent dans la presse…

avatar YetOneOtherGit | 

@Silverscreen

"Moi je me demande comment ces pièces du procès fuitent dans la presse…"

Elles sont publiques voir les Proposed Findings of Fact and Conclusions of Law mise en lien ci-dessus 😉

avatar YetOneOtherGit | 

@Silverscreen

"ça aurait été difficile d’instruire un procès sans pièces à conviction…"

Ne pas oublier que nous sommes dans un système de procédure accusatoire et contradictoire, pas dans une procédure inquisitoire.

On comprend en général assez mal le système US qui est fort différents de notre système.

Le juge doit être vu quasiment comme un arbitre entre les parties.

avatar Mageekmomo | 

J'adore le côté insignifiant de la note de Tim Cook à Phil S et Craig F, pour lui cette requête avait l'air de sortir de nulle part.

"C'est qui déjà ce mec ?" 😂😂

avatar Mageekmomo | 

J'adore le côté insignifiant de la note de Tim Cook à Phil S et Craig F, pour lui cette requête avait l'air de sortir de nulle part.

"C'est qui déjà ce mec ?" 😂😂

avatar gwen | 

Au moins il est honnête. Mais j’ai toujours du mal à comprendre l’angle d’attaque d’Epic sur ce dossier, surtout après ces déclarations.

avatar YetOneOtherGit | 

@gwen

"Au moins il est honnête."

Il ne prend pas beaucoup de risques en enfonçant une porte ouverte de ce type.

Aucun CEO n’aurait refusé un accord privilégié.

Je ne vois pas en quoi cela affaiblirait la position d’EPIC que de reconnaître que face à la mainmise d’Apple le pis-aller d’un accord préférentiel eu été une opportunité évidente.

D’autant plus que c’était en réponse à une question de l’avocat de son entreprise avec lequel l’audience a été préparée dans les moindres détails.

avatar mauy | 

Sous leurs airs de grands défenseurs du petit éditeur de "quartier" c'est surtout leur propre intérêts qui les intéressent.

EPIC voudraient profiter des plateformes des constructeurs gratos pour amasser le plus de bénéfices possibles. Les commissions dans ce domaine que ce soit Apple ou Sony ou Microsoft ou Nintendo pour les consoles sont les mêmes me semble-t-il dans le domaine des jeux.

EPIC s'attaque à Apple pour la pub que cela engendre et parce qu'il y a un air de fronde contre Apple depuis quelques temps de certains éditeurs qui voudraient surtout bénéficier de l'écosystème et de la rentabilité de la plateforme vs Android. Mais pas se faire prélever des commissions au passage. C'est de bonne guerre, seulement on ne prend pas l'autoroute sans un péage quelque part, car le gars qui l'a construite veut non seulement l'amortir mais également la rentabiliser. Là aussi, de bonne guerre.

Donc et derrière cela, c'est l'ensemble des commissions des différentes plateformes que EPIC veut voir disparaître pour toucher 100% des revenus générés de leur produits.

Se pose la question: est-ce que sans ces plateformes, pourraient-ils générer ces revenus ? Encore une histoire de poule et d'œuf.

Autant que l'on peut rapprocher cela de Facebook avec leurs grand cris d'orfraies pour défendre la veuve et l'orphelin soi-disant avec la dernière mise à jour d'iOS.

L'angle d'attaque est surtout de dire: laisse-nous faire ce qu'on veut sur vos plateformes et ne nous demandez aucune contrepartie.

avatar YetOneOtherGit | 

@mauy

"Sous leurs airs de grands défenseurs du petit éditeur de "quartier" c'est surtout leur propre intérêts qui les intéressent."

Ça c’est la part de communication pas les leviers de la procédure.

Le manichéisme gentil/méchant c’est pour la gallérie et les idiots utiles à chacune des parties.

La juge a suffisamment de bouteille pour savoir qu’elle a face à elles deux parties ne défendant que leurs propres intérêts business 😉

La juge et d’un très bon niveau et a dans ses mains le type d’affaires qui peut ouvrir les porte des circuits d’appel pour la suite de sa carrière. (Et qui sait un jour la SCOTUS)

Ce ne sont pas les arguments qui excitent les foules de fanatiques de l’un ou l’autre camp qui lui feront produire un des jugements les plus important en source du droit sur le champ d’application du Sherman Act depuis fort longtemps.

avatar YetOneOtherGit | 

@mauy

"EPIC s'attaque à Apple pour la pub que cela engendre"

Nope c’est sur des enjeux de stratégie de développement futur ambitieux et fondamentaux qu’EPIC se lance dans cette complexe et coûteuse procédure.

Les retombée « publicitaires » sur un microcosme déjà fanatisé sont absolument ridicules par rapport aux coûts des multiples procédures qui vont s’enchaîner jusqu’à la SCOTUS.

Là n’est pas l’enjeu d’une opération qui en cas de succès peut ouvrir des marchés d’expansion colossaux à EPIC.

C’est simplement la capacité pour EPIC et son actionnaire de référence Tencent d’utiliser dans le futur leurs grands moyens économiques pour devenir un acteur majeur de la distribution d’application sur absolument toutes les plateformes bien au delà de l’écosystème Apple.

avatar YetOneOtherGit | 

@mauy

"Donc et derrière cela, c'est l'ensemble des commissions des différentes plateformes que EPIC veut voir disparaître pour toucher 100% des revenus générés de leur produits."

Nope pour faire comme avec l’EPIC Game Sore face à Steam sur toutes les plateformes : acheter des PDM en s’appuyant sur les énorme moyen financier de l’entreprise.

La commission versée par EPIC pour accéder à la clientèle iOS est un enjeu anecdotique dans les objectif de la procédure d’EPIC.

avatar byte_order | 

@mauy
> on ne prend pas l'autoroute sans un péage quelque part, car le gars qui l'a
> construite veut non seulement l'amortir mais également la rentabiliser.

Parce que les iPhones sont vendus à perte, peut-être !?

> Se pose la question: est-ce que sans ces plateformes, pourraient-ils générer ces revenus ?

https://www.statista.com/statistics/882135/leading-devices-used-play-fortnite/

Sans iOS et Android, assurément.
Sans les plateformes sur lesquels les gens jouent le plus, non.
Mais, comme il le souligne, les consoles, contrairement aux PC, mac et smartphones, ne sont pas des ordinateurs multifonctions sous différentes formes. Elles sont dédiés au jeu, rien qu'à cela. En conséquence leurs constructeurs font naturellement plus de marketing direct autour de la disponibilité de tel jeu.

Mais on peut aussi se poser la question de savoir sans la disponibilité de Fortnine sur ces consoles, combien auraient fait de revenu ces constructeurs ces années là ?

https://www.forbes.com/sites/mattperez/2018/05/01/fortnite-might-have-boosted-revenues-for-xbox-and-playstation/?sh=49592e176039

Petite annecdote : je bosse sur des solutions de qualité de service pour des opérateurs de réseau mobile et fixe. A cette époque, quasiment tout nos clients nous ont demander de pouvoir rapidement extraire des résumés de volumes de traffic lié à Fortnite, parce que c'était devenu un enjeu commercial d'offrir au joueur en fixe comme en mobile (y'a pleins de pays où la connexion à Internet fixe n'existe pas, c'est en fait un modem 4G) le meilleur débit et latence possible, c'est dire comme cela a brasser max d'argent chez plein de monde, le succès de ce jeu (auquel j'adhère pas du tout, mais c'est pas le débat).

avatar DG33 | 

@byte_order

Et tu crois que les sociétés d’autoroutes ont construit et entretiennent à perte ?
La 🐓 aux 🥚 d’💰…

avatar byte_order | 

@DG33

Les sociétés d'autoroutes louent les autoroutes à ceux qui en sont les propriétaires : nous tous, car elles ont été construites par l'Etat, financées par le contribuable et dont l'empreinte est prise sur le territoire français, qui là encore appartient à nous tous, pas aux sociétés d'autoroutes.

Les iphones sont vendus par Apple. Si elle vend à perte, c'est son problème, nul part dans le contrat de vente d'un iPhone il est marqué que Apple conserve le droit unilatérale de faire ce qu'elle veut sur l'iPhone vendu, en particulier d'y installer comme bon lui semble toute activité commerciale complémentaire.

Le péage d'entrée sur les iPhones aux apps iOS de tiers, il est situé sur l'iPhone, pas chez Apple.

Les sociétés d'autoroute louent les autoroutes, en concession, et tirent un profit du péage, mais en contrepartie elles doivent entretenir à leur frais les tronçons d'autoroute et en garantir la sécurité. Et l'Etat, propriétaire, garde le contrôle sur l'encadrement des pratiques commerciales, au passage.

Les iPhones ne sont pas en concession à Apple. Apple garantie certes la sécurité des apps sur iOS, mais n'entretient nullement à ses frais les iPhones des utilisateurs. Et les propriétaires des iPhones n'ont aucun contrôle d'encadrement sur les pratiques commerciales d'Apple à partir de *leur* iPhone.

avatar fte | 

@mauy

"EPIC voudraient profiter des plateformes des constructeurs gratos pour amasser le plus de bénéfices possibles."

Pas exactement. Epic veut profiter gratis de la base installée d’appareils qui n’appartiennent pas aux constructeurs pour amasser le plus de bénéfices possibles. Or les constructeurs profitent gratis des appareils installés qui ne leur appartiennent pas pour amasser le plus de bénéfices possibles et excluent Epic et les autres.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR