Apple vs Epic : Apple ne veut pas du modèle Android

Florian Innocente |

Jardin fermé à dessein pour retenir ceux qui y sont entrés ou jardin sécurisé pour en protéger les occupants ? Epic et Apple ont une vision diamétralement opposée de l'App Store d'iOS. Leurs avocats respectifs ont encore eu l'occasion d'en faire état au premier jour du procès qui oppose les deux entreprises en Californie, et ce pour les trois semaines à venir.

« Epic veut que nous devenions Android, mais ce n'est pas ce que nous voulons », a déclaré Karen Dunn, l'une des avocates d'Apple, ajoutant « Et nos clients ne le veulent pas non plus. Ils veulent avoir le choix ». Le choix entre deux modèles. Celui d'Apple qui conditionne le téléchargement d'apps iOS à un passage par l'App Store, et celui de l'écosystème Android où l'on peut passer outre Google Play et aller chercher des apps ailleurs.

C'est tout l'enjeu du procès, Epic espère obtenir de la justice qu'Apple n'impose plus l'App Store (et, partant, son mode de paiement intégré) comme l'alpha et l'oméga du téléchargement et du paiement des apps et des contenus sur iOS.

« Le jardin aurait pu avoir une porte » a fait valoir Katherine B. Forrest, l'une des avocates d'Epic, affirmant que « Le plan d'Apple était d'enfermer les utilisateurs à l'intérieur et de les empêcher de changer et de quitter l'écosystème Apple ». Epic a produit plusieurs échanges internes montrant que les responsables d'Apple étaient parfaitement lucides quant à la capacité de leurs apps et de leurs services, lorsqu'ils sont réunis, à rendre plus compliqué un changement de plateforme pour les utilisateurs.

Sa consœur a renversé le point de vue, en se plaçant du côté des développeurs, et avancé la carte de la sécurité, une thématique sur laquelle Apple s'appuie systématiquement pour défendre son modèle : « Apple n'a pas créé un écosystème intégré et sûr pour empêcher les gens d'entrer », elle l'a fait pour « accueillir les développeurs sans sacrifier aux principes de confidentialité, de fiabilité, de sécurité et de qualité qu'attendent les consommateurs ».

Là encore, Epic a pu étaler, dans sa présentation préliminaire, des exemples où la surveillance du contenu de l'App Store par Apple a été prise en défaut, au grand dam de ses responsables.


avatar rua negundo | 

Avoir le choix ?
Disposer d’une alternative à l’App Store n’empêcherait pas de l’utiliser.
Si dans un village il n’y a qu’une seule boulangerie et qu’un jour s’en ouvre une deuxième, les clients de la première boulangerie conservent ont choix de continuer d’y acheter leur pain

avatar raoolito | 

@rua negundo

Sauf que dans le cas d’apple, le village EST la boulangerie. Donc ouvrir une seconde boulangerie dans la premiere plus grosse est-ce justifié?
(trad: attention aux comparaisons)

sur le fond, faites donc confiance aux avocats des deux cotés pour faire valoir les fond et la forme. Et surtout évitez les idées préconçues. Pour le coup, perso, je vais rester purement attentif.

avatar rua negundo | 

@raoolito

Vous réduisez l’iPhone à l’AppStore.

Or, certaines personnes utilisent peu l’Appstore : Safari, Mail, Photos, téléphone, sms, Notes,… autant de fonctionnalités disponibles lors de la première initiation de l’iPhone et accessibles sans utiliser l’AppStore. C’est cela le village. Il ne faut pas confondre iOS et l’AppStore.

L’AppStore est le grand commerce de ce village iOS. Pourquoi ne pourrait-il y en avoir d’autres ?

avatar Appleseed | 

@rua negundo
"L’AppStore est le grand commerce de ce village iOS. Pourquoi ne pourrait-il y en avoir d’autres ?"

Non.
L'Apple store est l'un des commerces du marché des applis sur mobiles.
Nombre d'applis sur iOS sont aussi dispo sur Android.
C’est le même marché.
Sur ce marché, il y a déjà une multitude de store.

Apple est propriétaire d'un magasin qu'elle exploite elle même en son nom propre.

Android est propriétaire d'un magasin dont elle vends des licences de marque, mais aussi des espaces de ventes (Android que est utilisable par une multitude de constructeur) dans lesquels vous pouvez installer votre magasin si vous n'êtes pas intéressé par le sien.

Aucun des deux systèmes n'est moins valable que l'autre.
Pour qu'un marché soit concurrentiel, les deux se doivent d'exister.

avatar CogipTelematique | 

Non il a raison

avatar Sgt. Pepper | 

@rua negundo

iOS n’est pas le village mais une boulangerie parmi d’autres

Il y a aussi des boulangeries Android, Harmony, Tizen,…
Bref le client a le choix d’aller où bon lui semble.

Mais le boulanger Android, ne devrait pas pouvoir vendre gratuitement sa marchandise dans la boulangerie iOS….
Si Android a préféré faire un Halle c’est son choix…

avatar zspy59 | 

@rua negundo

Oui, mais si la seconde boulangerie ouverte vend du pain nocif moins cher, où vont aller les clients ?

avatar roccoyop | 

@zspy59

Ils iront se plaindre dans un Apple store comme quoi les applis c’est tout pourri et l’image d’Apple va dégringoler.

avatar zspy59 | 

@roccoyop

C’est plus que certain

avatar Appleseed | 

@rua negundo
"Si dans un village il n’y a qu’une seule boulangerie et qu’un jour s’en ouvre une deuxième, les clients de la première boulangerie conservent ont choix de continuer d’y acheter leur pain"

Sauf que Apple n'est pas un village c'est un commerce dans le village dont vous parlez.
Les boutiques de tél, vous en trouvez d'autres.
Les boutiques d'applis, vous en trouvez d'autres.
A coté, vous avez le généraliste Android.
A coté encore la boutique privée Samsung, à coté la Xiaomi, à coté la Sony, etc ...
En quoi la boutique privée Apple devrait elle vendre du Android, du Xiaomi, du Sony etc ... si elle ne le souhaite pas ?
Et inversement pour les concurrents d'Apple.

avatar oboulot | 

@rua negundo

+1

Pour ma part j’aimerai avoir un store alternatif pour y installer des émulateurs de GBA, GeForce now ou Xcloud aussi.

« Epic veut que nous devenions Android, mais ce n'est pas ce que nous voulons », a déclaré Karen Dunn, l'une des avocates d'Apple, ajoutant « Et nos clients ne le veulent pas non plus. Ils veulent avoir le choix »

Bah justement Karen (!) on veut pas voir le choix ! Le choix d’utiliser un autre store lol

Ou comment se contredire en une phrase …

avatar Sillage | 

@rua negundo

Avoir le choix. Mais ensuite, un développeur veut utiliser un système parallèle. De ce fait, l’application n’est pas disponible sur l’AppStore.
De ce fait, le choix n’est plus. Si tu veux cette application (que tu es peut-être forcé d’utiliser pour diverses raisons), tu dois passer par cette alternative qui n’est pas sécurisée.

Donc forcer l’usage de l’AppStore a ses inconvénients, certes, mais ce qui semble être un choix au début ne l’est pas du tout.

Et vu la commission d’Apple, les développeurs iront sur la plateforme alternative.

Existe-t-il une solution parfaite ?
Si oui, je ne l’ai pas. Cela n’en rend pas moins mon analyse correcte.

avatar byte_order | 

@Sillage
> tu dois passer par cette alternative qui n’est pas sécurisée.

Pourquoi elle ne le pourrait pas ?
Pourquoi forcément penser que le processus de validation d'apps iOS ne puissent avoir lieu et n'avoir d'intérêt que si l'app est ensuite distribuée par l'AppStore d'Apple !?

Si Apple a véritablement à coeur de garantir la sécurité et la qualité des apps pour iOS, si un régulateur de marché lui impose d'ouvrir iOS a des stores alternatifs, elle n'a aucun intérêt à refuser de proposer son processus de validation des apps aux développeurs même s'ils distribuent ensuite en dehors de l'AppStore.

Pour ce qui concerne l'argument du risque que des apps ne soient disponibles que sur certains stores, il me semble valable en effet. Mais le marier avec une insécurité quasi automatique, nettement moins.

Apple peut parfaitement faire en sorte que iOS refuse, par défaut, tout comme elle l'a fait dans macOS, de lancer toute application qui ne dispose pas d'un certificat certifiant qu'elle a été validée par Apple (ou des tiers agréés par elle pour le faire pour elle, d'ailleurs, comme elle le fait déjà il me semble). Et laisser, ainsi, l'utilisateur seul responsable, tout comme sur macOS, s'il décide de passer outre l'avertissement.

Apple peut même en faire une condition d'annulation de garantie : toute app non certifiée conforme par ses soins trouvées sur l'iPhone annule toute responsabilité d'Apple.

> Et vu la commission d’Apple, les développeurs iront sur la plateforme alternative.

Comme si Apple ne pouvait pas baisser sa commission (comme elle l'a déjà commencé à le faire, en raison, justement, de la pression qui monte) pour rester compétitive.

> Existe-t-il une solution parfaite ?

L'imperfection d'une solution n'est pas une raison pour fermer les yeux sur les abus d'une autre, même présentée comme étant parfaite.

avatar AppleDomoAdepte | 

Le plan d'Apple était d'enfermer les utilisateurs à l'intérieur et de les empêcher de changer et de quitter l'écosystème Apple »

C’est vraie avec la valeur ajoutée de l’écosystème de la pomme mais est ce bien le cas pour les applications ?

N’est ce pas à celui qui fournit l’application disponible dans l’AppStore de fournir son équivalent sur le Playstore Android sans coût de transfert ?
Si c’est déjà le cas, ou est le pb ?
Si ce n’est pas le cas, en quoi est ce le pb d’Apple

Un joueur Epic sur IPhone retrouve son compte si il passe sur un tel Samsung, non ?

avatar byte_order | 

@AppleDomoAdepte
> N’est ce pas à celui qui fournit l’application disponible dans l’AppStore de fournir
> son équivalent sur le Playstore Android sans coût de transfert ?

Les devs d'apps iOS n'ont pas accès à la liste de leurs utilisateurs. Seul Apple sait ce que chaque Apple ID a acheté quoi sur l'AppStore, pas les developpeurs, non.

Pour pouvoir avoir de quoi être capable de transferer l'usage d'un utilisateur d'une app iOS vers la version Android de cette app, il faut que ses développeurs ajoutent à l'app une méthode d'identification complémentaire.
D'une part c'est mal vu par les utilisateurs de devoir s'identifier à part dans chaque app.
et d'autre part comme Apple impose dans ce cas là de devoir obligatoirement proposer également de "Se Connecter avec Apple", que les utilisateurs fans de la marque s'empressent d'utiliser, et que cette méthode présente aux développeurs l'inconvénient de dépendre toujours d'Apple, cela ne marche pas non plus.

Cela d'ailleurs été merveilleusement démontré dans le cas de Fortnite sur iOS, où une grosse partie des joueurs ayant découvert le jeu sur iOS ont créé leur compte de joueur via "Se Connecter avec Apple", dont Apple peut bloquer l'usage unilatéralement à n'importe quel développeur tier à n'importe quel moment sans justification :

https://www.theverge.com/2020/9/9/21429029/epic-games-accounts-apple-sign-in-system-date-september-11

Sous la pression médiatique et mesurant que cet aspect unilatéral nuisait à la réputation auprès des developpeurs tiers de son service "Se Connecter avec Apple" qu'elle présentait comme universel et multiplateforme, elle a fait machine arrière après quelques jours de silence et "exceptionnellement" accepté, en présentant cela comme un démenti, de laisser Epic de continuer à pouvoir se servir de cette méthode d'identification des joueurs de Fortnite sur les autres plateformes. Epic a toutefois fortement incité les joueurs à recreer un autre compte afin d'éviter qu'Apple ne rechange d'avis encore.

> en quoi est ce le pb d’Apple

Apple n'a pas créé un écosystème intégré et sûr pour empêcher les gens d'entrer, mais par contre elle a bel et bien crée tout ce qui faut pour empêcher les gens d'en ressortir.

> Un joueur Epic sur IPhone retrouve son compte si il passe sur un tel Samsung, non ?

Pas si le joueur s'identifie avec son Apple ID, non. Si c'est par "Se Connecter avec Apple", cela a failli être également non, et perso j'aurais pas franchement confiance sur la soit-disante ouverture de ce service à toutes les plateformes de manière pérenne, connaissant l'aspect arbitraire d'Apple concernant tout ce qui ne va pas dans son intérêt.

Un joueur qui avait créé son compte depuis une autre plateforme (PC, PlayStation, XBox), où là l'éditeur du jeu à accès à la méthode d'identification librement, y compris sa propre méthode, par contre, oui.

avatar DG33 | 

@byte_order

Si le log dans une App est une condition pour pouvoir changer de plateforme/crémerie facilement, alors cela ne devrait pas être un poids pour l’utilisateur.
D’ailleurs je ne compte plus les Apps que j’utilise quotidiennement ou régulièrement, et qui me demandent de m’authentifier.
Et c’est devenu si facile avec TouchID ou FaceID…
À moins que d’aucuns voient ici une possibilité supplémentaire de renforcer la dépendance à l’éco-système Apple ? Auquel cas les gestionnaires de mots de passe multi-plateformes ne manquent pas.

avatar Ali Baba | 

Le meilleur compromis pour les utilisateurs serait qu’on puisse télécharger des apps hors de l’App Store si on le souhaite, mais que les éditeurs aient obligation que chaque app disponible ailleurs soit aussi disponible sur l’App Store, au même prix.

Sinon, l’utilisateur n’aura plus le choix d’avoir un système sécurisé avec validation préalable par Apple. On va se retrouver comme sur Mac avec des éditeurs qui décident de quitter l’App Store et faire leur sauce.

Le problème c’est que je ne vois pas bien comment on pourrait rendre cette obligation effective. Et du coup la meilleure solution est le statu quo. Je n’ai aucune envie de voir détruit le modèle de validation d’Apple.

avatar quentinf33 | 

@Ali Baba

Sur macOS il y a le système de notarisation, il pourrait être appliqué aux apps iOS.

avatar Krysten2001 | 

@quentinf33

Pas assez sécurisé.

avatar quentinf33 | 

@Krysten2001

Certes, mais plus sécurisé qu’une app non signée du tout.

avatar Krysten2001 | 

@quentinf33

Oui mais non. La solution n’est pas au point pour l’instant 😉

avatar byte_order | 

@Krysten2001

Ah. Cela n'a pas empêcher Apple de la rendre incontournable à toute app native ARM, pourtant. Moi qui pensait que Apple ne sortait jamais rien qui n'était parfaitement au point, qu'elle laissait aux autres de sortir des trucs pas encore au point;, qu'elle préférait systématiquement avoir la bonne solution plutôt que de l'avoir en premier.

avatar mne | 

@Ali Baba

Je pense qu'il y aurait plein de solutions possibles :
- ouvertures des téléchargement mais notarisation obligatoire (donc validation par les serveur d'apple au moins du compte développeur)
- limitation de l'accès aux api critiques sauf en passant par le store
- Execution des applis téléchargées dans un bac a sable verrouillé
- Interdiction par défaut d'activer des applications téléchargées par ailleurs (avec passage dans les préférences système pour déverrouiller manuellement pour chaque appli, comme sur mac)

Personnellement j'aime bien la solution restriction des apis, ça se défend car les développeurs seront tous en mesure de créer une application gratuitement, mais devront répondre aux consignes d'apple pour utiliser leurs apis et se faciliter le travail. Ce qui fait partie de la défense d'Apple dans la justification des 30% (rémunérer le travail de développement sur lequel les devs s'appuient pour créer leurs apps)

avatar Appleseed | 

@nme
"- ouvertures des téléchargement mais notarisation obligatoire (donc validation par les serveur d'apple au moins du compte développeur)"

Donc Apple devrait gérer tout ça gratuitement ?

" - limitation de l'accès aux api critiques sauf en passant par le store"

Certains crieraient à la non liberté de concurrence.

" - Execution des applis téléchargées dans un bac a sable verrouillé"

Donc encore à Apple de gérer ceci gratuitement ?

"- Interdiction par défaut d'activer des applications téléchargées par ailleurs (avec passage dans les préférences système pour déverrouiller manuellement pour chaque appli, comme sur mac)"

Certains crieraient à la non liberté de concurrence.

"Personnellement j'aime bien la solution restriction des apis, ça se défend car les développeurs seront tous en mesure de créer une application gratuitement, mais devront répondre aux consignes d'apple pour utiliser leurs apis et se faciliter le travail. "

En gros vous préconisez le système des web app ...
Si vous ne voulez pas répondre aux consignes d'Apple mais être accessible sur iOS, web app, si vous voulez être présent sur son store et suivre ses consignes, appli.

avatar Nesus | 

@Appleseed

Et comment vous contrôlez ça et vous l’imposez quand n’importe qui peut installer n’importe quoi sur le téléphone ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR