Les chiffres des Apple Store français de 2014 à 2016

Florian Innocente |

Moral en berne de certains salariés en Apple Store et coup d'œil sur certains chiffres de ventes spécifiques à la France, Challenges dresse un portrait en demi-teinte de l'activité retail de la Pomme dans l'Hexagone.

Image : Apple

Le site revient sur le conflit d'avant Noël entre la direction d'Apple Retail France (ARF) et des salariés agacés d'apprendre que la "prime Macron" allait leur passer sous le nez. Un mouvement de grève et des négociations plus tard, un accord fut trouvé.

Plus loin, Albin Voulfow, délégué syndical CFDT chez ARF critique le manque de formation aux nouveaux produits dont souffrent les salariés :

À chaque sortie de produit, on fait simplement 15 minutes de réunion avec un manager; Résultat, on ne retient rien et c'est compliqué d'expliquer dans le détail les attraits du dernier iPhone aux clients.

Certains useraient même d'une stratégie que l'on connait bien, ils achètent un nouveau matériel pour l'essayer puis ils le rendent avant la limite des 14 jours.

L'article livre également quelques chiffres spécifiques à la France, qu'Apple ne communique habituellement jamais :

En 2018, Apple a engrangé 713 millions d'euros de chiffre d'affaires en très légère progression pour un résultat de 9,3 millions d'euros, en baisse lui de 4%. Apple Retail France a bénéficié pour son exercice clos le 30 septembre 2018 d'un chèque de l'Etat français d'un peu plus de 3,2 millions d'euros au titre du CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi). Il avait été légèrement plus important en 2017, s'élevant à 3,3 millions d'euros.

Cette activité n'est toutefois que partiellement reflétée par ces chiffres puisqu'ils se concentrent sur les Apple Store, excluant la vente en ligne, les achats de contenus et tout le réseau des revendeurs et grandes enseignes.

Autres éléments intéressants, les volumes de ventes par gammes de produits au sein des Apple Store de l'Hexagone. Là encore, Apple ne les détaille jamais par pays, seulement dans leur globalité mondiale. Et encore, a-t-elle cessé de le faire à la fin de l'année dernière, pour ne plus communiquer que sur les chiffres d'affaires.

Les données de Challenges s'appuient sur une synthèse comptable réalisée par le cabinet Sextant auprès du comité d'entreprise. Un document que nous avons pu consulter également. Datée du 25 juillet 2018, elle couvre les exercices 2014 à 2016 de ces boutiques françaises d'Apple.

En 2016, Apple Retail France affichait un CA annuel de 623 millions d'euros (554 millions en 2015 et 463 millions en 2014).

En 2016, l'administration fiscale émettait un redressement à ARF pour l'utilisation d'une méthode de calcul des résultats qui aurait dû être abandonnée 3 ans plus tôt. Sans cet épisode ayant obligé à constituer une provision de 12,25 millions, l'activité aurait dégagé un résultat de 10 millions d'euros, toujours en progression.

On voit dans cette analyse la part respective des grandes familles de produits : augmentation de celle des iPhone et baisse sévère de celle des iPad. En 2016, il s'est écoulé dans les 19 Apple Store français quelques 317 800 iPhone, 134 400 iPad, 126 800 Mac et 51 000 Apple Watch.

La France n'avait pas échappé à la décrue de ventes d'iPad, la tablette s'était vendue à hauteur de 180 000 unités deux ans plus tôt…

Correction sur le montant du redressement fiscal.

avatar Vanton | 

Cachez ces chiffres que l’on ne saurait voir...

avatar oomu | 

ha ouais ? ben c'est rapé.

avatar cosmoboy34 | 

Sur 713 il ne resterait donc que 9 millions de benef ? Vive les montages financiers ?

avatar whocancatchme | 

Bientôt les mecs vont demander des aides aux entreprises en difficulté et se mettre en négatif de résultat

avatar oomu | 

vous n'envoyez pas de coupon restaurant à Apple ? z'êtes vraiment radin.

avatar Nesus | 

@whocancatchme

C’est déjà le cas.

avatar taxtax | 

@ cosmoboy34

Non, non, Apple ne fait pas de bénéfices (ou si peu), c'est bien connu au vu des cacahuètes qu'ils paient en Impôts dans tous les pays "riches"...
Mais la France à la solution: 500 Millions / an pour tous les gros d'Internet et la balance sera rééquilibrée !!! ? ? ?

avatar Kaserskin | 

Lol lol lol 10M de bénéf pour 600M de CA...

Vive les rescrits fiscaux, vive l’UE qui offre un beau cadre parfait pour favoriser au mieux l’évasion fiscale...

Tellement absurde cette situation... Vous vous rendez compte du fric qu’on sort du pays chaque année en achetant du Apple and Co ?

avatar RolandJDXI | 

Et en plus avec le CICE, cherchez l'erreur !

avatar oomu | 

le "ue" n'y est pour rien en tant que tel.

Imaginons un monde avec l'Empire de France couvrant l'entier saint-territoire de France et que lui (la France continentale, la Corse, la maison de Oomu, la Guyane, Martinique, Gouadeloupe, Réunion, etc)

Et cet Empire de France en Franco-France de Lui Meme est gouverné par des crypto-libéraux-de-droite d'un parti vendu vaguement centriste que je nommerais "En Avant Compagnon" et il a un Projet.

Ce parti serait le successeur d'une longue lignée de parties
- socia-gaucho-mou (par exemple: Le Parti Sympathiste),
- droite-énervée-avec-tic-des-épaules (le "Union de la Gesticulation Du Peuple"),
- d'un parti de droite pantouflarde en nostalgie d'un chouette général (MAIS PAS d'un infect maréchal ! NON !)

ce saint territoire de la Supra-Souveraineté-A-Nous-Que-J'Ai aurait accouché au final d'un fatras de lois, accords, et partenariats internationaux permettant aux Apple, Google, ma grand-mère, Nestlé, Renault, Total, Orange, Dassault,etc, la exacte même fuite de capitaux, accords d'échange non fiscalisés de valeur transformée en "propriété intellectuelle", etc.

Pourquoi ? parce que c'est pas la "structure" (union, désunion, cloitré du bulbe, internationaliste béat) qui compte MAIS LA POLITIQUE APPLQUEE PAR LES GOUVERNANTS !

L'UE est principalement le fruit de la FRANCE et d'un ramassis de voisins, dont principalement l'Allemagne et quelques autres.

La politique majoritaire au sein de l'UE est de droite, comme la France. D'où avant tout le primat du Marché, de l’échange des flux, de la dérégulation de la fiscalité. L'UE est mandatée pour faire les accords internationaux.

Ce mandat n'est pas tombé du cul d'un chevelu, mais des gouvernants eux même des états membres, en particulier de la France.

Prenons au pif une directive européenne récente en plein vote : La Directive sur le Droit d'auteur et les plateformes en ligne.

Elle est la transposition presque entière de la loi française récemment proposée, et de grandes lignes de choses déjà votées. A un tel point, que la France sera très facilement le premier état membre à appliquer cette directive dans son droit national (probablement cet été).

Cet exemple pour dire: l'UE c'est NOS GOUVERNEMENTS. Pas une Structure Etrange Dont On est Victime.

SAns l'UE vous aurez la même politique, voir encore plus extrème car non balancée par les intérêts et inerties propres aux autres états membres. Ces intérêts et inertie encouragent le ralentissement et donc un débat plus serein et plus de recul. Cependant on voit bien que France et Allemagne sont moteurs de la quasi majorité des directives les plus conséquentes (RGPD, Droit d'Auteur, Agriculture, et j'en passe).

Maintenant, imaginons un autre univers, bienheureux, meilleurs et de bon goût :

l'UE est dirigée par des Communistes. Chaque gouvernement ayant nommé des communistes comme commissaire, et les électeurs de chaque état membre (dont la Oomulande, heu la France) élisent des députés européens de listes communistes.

Ben l'UE pondrait et voterait des directive dans un esprit Communiste (naturellement Supérieur et Bonne Pour l'Humanité donc, il va de soi)

Et les gens aigris, de petite vie et qui n'aiment pas le oomu diraient "gnagnagna, les entreprises sont bridées, je peux pas créer mon propre profit, et quid des moyens de production que mon arrière grand père avait capitalisé ?! c'est la faute à l' UE !"

La faute à l'uuuuue. Non, la faute aux politiques.

Si la politique de l'Union (portée par la France) vous emmerde, et bien votez autre chose au sein de l'UE que des libéraux économiques et des dérégulateurs.

Bien que dans le fond, c'est très biaisé et injuste comme vision : malgré les idéologies et les pouvoirs nationaux, l'UE est aussi porteuse de projet fort et régulatoire comme REACH, Schengein (qui est censé être "vous payez TOUS pour gérer les frontières !", mais les gens veulent po payer pour l'italie, ça pue l'italie on dirait), comme RGPD et c'est aussi de là qu'à finit par emerger des exigences de transparence et de fin du secret bancaire de la Suisse.

La France-On-Est-Seuls-Avec-Oomu n'aurait certainement pas eu le poids de forcer la Suisse. Par contre, la masse de l'UE et en jouant sur les accords UE-Suisse, ben c'est passé.

Les _dirigeants_ nationaux (pour nous: macroné, hollandé, sarkozé, chiraqué, etc) comptent. Et non pas de croire aux Martiens de l'UE. Ils participent à la nomination des COMMISSAIRES européens (c'est ultra critique).

Et leurs partis participent à l'élaboration des listes européennes ("bon , qui a été vilain ? toi ! t'as dit une connerie à la télé, je te mets sur la liste, hahahaha")

Intéressez vous donc aux partis, élus et gouvernements des états membres, et en premier lieu la France. En second l'Allemagne. Oui, et après les autres, là, genre heu.. l'espagne, tiens.

avatar Applesoft | 

La dizaine d’Apple Store en France réalise un CA de 700 millions d’euros, soit environ 70 millions par Apple Store.

Apple possède environ 500 Apple Store dans le monde qui réalise 10% du chiffre d’affaire monde du groupe, autrement dit 10% de 200 milliards d’euros, soit 20 milliards de ventes réalisées en direct dans les Apple Store. Cela revient à un chiffre d’affaires moyen de 40 millions par boutique dans le monde.

Les boutiques françaises font de gros volumes par rapport à bien d’autres Apple Store, surtout ceux basés aux US qui concentrent la moitié des 500 boutiques car le maillage est bien plus dense.

Ensuite, oui il est incroyable mais pas étonnant de voir qu’ils arrivent à faire presque 0 bénéfice. Ils doivent probablement faire en sorte que chaque boutique paie un sacré paquet de redevances versées à une maison-mère en Europe ou aux Etats-Unis en suivant une logique de prix de transfert. D’autant qu’Apple est un groupe très centralisé donc c’est pas compliqué pour eux de jouer sur les prix de transfert.

Chaque boutique verse donc des redevances hors de France pour ramener la marge des ventes réalisée en France proche de zéro. Le siège d’Apple n’a probablement pas de mal à justifier tous les services rendus à chaque boutique dans le monde (marque, brevets, marketing, administration, etc etc) auprès des autorités fiscales en le justifiant par le support apporté à chaque boutique par les équipes Apple basées en Irlande, au Luxembourg ou aux US. Autant de marge qui fuit la France en matière fiscale et qui baisse l’impôt sur le bénéfice en France.

avatar Kaserskin | 

@Applesoft

Oui, merci pour cette explication détaillée. Si en effet Apple n’a aucun mal à justifier les royalties auprès des autorités fiscales, il n’en demeure pas moins que ce dumping fiscale autorisé entre pays membres de l’UE n’est pas acceptable.

Et la justification a des limites : faire passer 90% de la valeur d’un produit comme étant des frais d’utilisation d’un brevet c’est un peu se moquer du monde..

avatar Applesoft | 

@Kaserskin

Y’a pas que les brevets dedans pour ramener le bénéfice à zéro.

Déjà y’a les frais de personnel des Apple Store et on parle au moins de 1000 employés (minimum) en France. Ensuite y’a la location des Store et on parle de dizaines et dizaines de millions annuels. Puis les charges de fonctionnement. Puis etc...

Donc déjà à la louche, sur les 700 millions, y’en a une partie en charges « normales ».

Mais je pense que la plus grosse part du gâteau qui échappe à l’impôt français, ce sont les redevances en tout genre. Et là, ça devient un sujet hyper technique et compliqué. Ce n’est pas une science exacte. C’est surtout la capacité d’une boîte à justifier la redevance qu’elle va payer à une filiale pour un service rendu.

Je dis juste que pour Apple, c’est quand même facile de justifier tant ils ont des ressources hors France qu’ils apportent à chaque Store dans le monde. C’est justement l’exemple type du fonctionnement d’une boîte qui décide de tout, rend l’essentiel des services avec des unités basées hors de la France.

Or, pour rester simple, il n’y a rien d’illégal à facturer des redevances à une filiale quand on justifie les services rendus à sa filiale. Apple fait en sorte que chaque boutique ne soit qu’une coquille vide avec uniquement des vendeurs. Tout le reste, et dieu sait qu’une boutique qui fait 100 millions de chiffre ne peut se résumer à de la vente, c’est le siège qui facture.

Tout serait différent s’il existait une grosse filiale d’Apple en France qui par ex assurait des services à tous les Apple Store français. Mais il n’y a plus de centre en France pour Apple. Comme on le sait, c’est essentiellement en Irlande pour l’Europe pour des raisons fiscales. L’impôt sur le bénéfice y est justement peu élevé.

avatar Kaserskin | 

@Applesoft

C’est bien ce que je dis, et c’est pour ça que les groupes paient des avocats fiscalistes très très chers : car in fine tout se résume à un habile « bla-bla » plus ou moins rationnel justifiant le montant des redevances versées aux filiales.

Pour faire revenir l’argent en France, il faut donc agir d’un côté à l’échelle UE (limiter la concurrence fiscale) et échelle nationale (autorités et justice plus intransigeants sur la justification des grands groupes)

avatar Dodo8 | 

@Applesoft

Il n’y a pas que l’IP et les services rendus, faut tout simplement acheter les iPhone à Apple Irlande ou je ne sais quelle entité aussi.

avatar Applesoft | 

@Dodo8

Ça fait justement partie des services rendus (comme on les appelle dans le jargon fiscal). Apple Irlande assure par ex ce service (commandes, approvisionnement, stockage, logistique etc) pour tous les Store d’Europe.

avatar Dodo8 | 

@Applesoft

Oui je sais c’était juste pour être clair pour les autres. Vu que dans services et redevances on peut comprendre qu’il ne s’agit que de prestations « immatérielles » type marque etc quand on est un simple mortel.

avatar Applesoft | 

@Dodo8

En effet, tous les services rendus !
Immatériel oui mais surtout comptabilité, approvisionnement, logistique, marketing, prestation de siège, formation, bref tout ce qu’on veut d’une certaine manière tant qu’on le justifie auprès des autorités françaises.

Je dis juste que pour Apple, c’est fastoche à justifier. Les filiales françaises des Store ne sont que des coquilles vides avec des vendeurs. Toutes les autres fonctions sont à l’étranger. Il n’y a pas de filiale siège française qui assure les autres fonctions.

avatar Applesoft | 

@Dodo8

Apple Irlande facturera par ex une redevance pour chaque Store européen sur le chiffre d’affaires. Sur la base le plus souvent de ce que font habituellement les autres groupes. Si tu n’exagères pas, si tu prouves bien que sans Apple Irlande, chaque Store devrait alors dépenser en personnel et en ressources pour cette fonction, alors la redevance est justifiée auprès des autorités.

avatar thepianiste | 

Déjà je pense qu'Apple ne se vent pas moins cher à elle même qu'à ces revendeurs, il ne reste donc qu'environ 15% du CA ce qui fait 105 million, la dessus faut enlever la masse salariale, 1000 x le smic avec les part employeur, et tous ne sont pas payé le smic, ça fait dans les 36 millions minimum. Faut aussi enlever la location des locaux et là certain emplacement prestige coûte très cher. La deuxième année de garantie européenne qui légalement est à charge du revendeur, il serai donc stupide de faire remonter ces coûts à Apple Irlande.
Je ne pense donc clairement pas qu'Apple aie besoin de montage particulier pour qu'il ne reste pas beaucoup de bénéfice en France!

avatar oomu | 

vous croyez que c'est gratuit la licence d'exploitation de la marque Apple ? Ben non faut la payer.

Et les artistes qui ont fait le Logo et les zolis affiches ? ben faut les payer !

ça coute cher ma pov dame !

heureusement que c'est défiscalisé, vous savez, ça nous aide hein, mais à peine, on tient tout juste debout ha ma pov dame, la vie est bien dure.

-
(dans le genre très amusant, c'est l'organisation de Disney pour s'auto-ruiner ses parcs. Cette organisation fut remise en cause en France parce que le parc français avait justement du mal à faire venir des clients lors de ses premières années, ha ben vi là c'est balot... c'est auto-ruiner de la ruine...

en gros DIsney n'est pas Disney dans les pays étrangers. Ce sont des filiales ou des sociétés indépendantes qui paient à Ze Disney Compagnie des frais d'exploitations et licences de la marque et autres chouettes personnages rigolos. et c'est très très très cher

Cela est possible parce que les gouvernements élus de nos pays souverains de nos élus à nous de nos pays libres qui élisent des gouvernants se sont entendus pour permettre ce genre de pratique, créer le cadre légal, laisser "certains" états membre faire des accords avec des paradis fiscaux autour de la propriété intellectuelle, etc etc etc.

pas un accident.
).

avatar YARK | 

Je pensais à cette même comparaison et un dessin valant mieux qu'un long discours :

Apple -> Pomme -> Pomme empoisonnée -> Disney -> Disneyland...

http://disneyandmore.blogspot.com/2012/01/was-eurodisney-cursed-from-sta...

Devient pas facile à trouver cette photo... j'ai dû la chercher pendant 10 minutes.
Censure ? Inintérêt de la populace à l'info ?

Mes amitiés à votre grand-mère.

avatar oomu | 

! Je ne connaissais pas cette anecdote. Très intéressant. Merci beaucoup.

avatar Marco787 | 

@ Applesoft

"Apple possède environ 500 Apple Store dans le monde qui réalise 10% du chiffre d’affaire monde du groupe"

D'où vient ce chiffre de 10% ?

avatar Applesoft | 

@Marco787

Le chiffre de 10% vient des chiffres que communiquaient encore Apple il y a 2-3 ans sur ses ventes retail. Et on était sur 10-12% du chiffre d’affaires mondial réalisé dans les boutiques. Ça n’a jamais bcp changé. C’était plutôt en régression faible chaque année.

Je me rappelle même l’époque où Cook parlait de vouloir passer à 15% de vente en retail.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR