Apple : un quatrième trimestre fiscal en fanfare avant le feu d'artifice de la fin d'année

Mickaël Bazoge |

Le quatrième trimestre fiscal d'Apple (le troisième du calendrier) revêt depuis quelques années une importance toute particulière. Le constructeur de Cupertino y révèle l'étendue du succès (ou pas) de la vente de Mac suite à l'opération Back to school (terminée le 9 septembre), et c'est également l'occasion de percevoir les premiers effets du lancement de la nouvelle génération d'iPhone (le 19 septembre, soit une dizaine de jours avant la fin du trimestre). Un quatrième trimestre, c'est aussi le moment de faire le point sur l'année fiscale écoulée; celle-ci s'est montrée particulièrement agitée, notamment pour les ventes d'iPad, en recul sur les deux derniers trimestres.

Image (cc) Franco Folini.
Image (cc) Franco Folini.

Plus besoin de se cacher la vérité : malgré des iPad encore en recul (et au vu des nouveautés présentées durant le dernier special event, il est probable que la tendance ne puisse s'infléchir), ce quatrième trimestre est excellent. « Notre année fiscale 2014 est une année record en tous points, et notamment le plus gros lancement d'iPhone avec l'iPhone 6 et l'iPhone 6 Plus », s'enorgueillit Tim Cook. « Avec d'incroyables innovations au sein de nos nouveaux iPhone, iPad et Mac, ainsi que iOS 8 et OS X Yosemite, nous allons aborder les fêtes de fin d'année avec la gamme de produits la plus solide à ce jour. Nous sommes également très enthousiastes au sujet de l'Apple Watch ainsi que d'autres fantastiques produits et services à venir en 2015. ».

Chiffre d’affaires et bénéfice

Apple a généré des revenus de 42,1 milliards de dollars durant son quatrième trimestre fiscal, pour des profits de 8,5 milliards ou encore 1,42$ par action. Pour mémoire, ces résultats avaient été l'an dernier au même trimestre de 37,5 milliards de chiffre d'affaires, 7,5 milliards de profits et 1,18$ par action. La marge s'établit à 38% (+1 point par rapport au T4 de 2013). Les ventes à l'international représentent 60% des revenus de l'entreprise.

L'année fiscale 2014 a été exceptionnelle, avec 183 milliards de revenus, soit 12 milliards de plus qu'en 2013. Apple a vendu 243 millions de terminaux iOS, 19 millions de Mac. Les revenus tirés d'iTunes ont atteint les 18 milliards… plus que les ventes annuelles de deux tiers des entreprises du Fortune 500.

Ventes d’iPhone

L'iPhone fait partie des satisfactions du trimestre : avec 39,2 millions d'unités vendues durant le dernier trimestre, Apple fait bien mieux que les prédictions des analystes (38 millions), et bien évidemment mieux qu'au même trimestre de 2013 (33,8 millions). Durant l'année fiscale, Apple a vendu rien moins que 169,2 millions d'iPhone (150 millions en 2013), soit 590 millions de smartphones depuis 2007. Le chiffre d'affaires en fonction des produits montre clairement que l'iPhone est définitivement — et de loin — le principal poste de recettes chez Apple, tandis que la part de l'iPad se rétrécit sérieusement :

Cliquer pour agrandir

Les iPhone 6 sont sur les bons rails pour être disponibles comme prévu dans 115 pays d'ici la fin de l'année. En plus des nouveaux modèles, les smartphones plus anciens se vendent toujours très bien. Les revenus tirés de l'activité iPhone sont en hausse de 21%.

À l'international, l'iPhone s'est particulièrement bien vendu un peu partout dans le monde, notamment en Europe de l'ouest (+20%), en Amérique Latine et au Moyen Orient (+50%), de 17% aux États-Unis. Sur le terrain de l'entreprise, l'iPhone détient 69% du marché américain.

Ventes d’iPad

Du côté de l'iPad, il ne fallait pas s'attendre à des miracles : le recul des ventes se confirme une fois de plus avec 12,3 millions de tablettes écoulées, soit pratiquement deux millions de moins qu'au même trimestre de l'an dernier. Sur l'année fiscale, le constructeur a écoulé 68 millions d'iPad, ou encore 273,2 millions d'ardoises depuis le lancement de l'iPad de première génération. Apple explique le recul du trimestre par l'anticipation du lancement des nouveaux modèles. Petite satisfaction : au Japon, la tablette a connu une croissance de 46%.

Ventes de Mac

C'est sans aucun doute l'autre satisfaction de ces résultats trimestriels : le Mac se porte comme un charme avec 5,5 millions d'ordinateurs vendus. Le trimestre des vacances d'été est toujours profitable pour le Mac, comme le prouvent les résultats du même trimestre de 2013 (4,5 millions). Mais la gamme d'ordinateurs proposée par le constructeur pour cette saison a visiblement plus séduit qu'à l'habitude. Le Mac n'a jamais eu une part de marché aussi élevée depuis 1995, et s'est montré particulièrement populaire sur les marchés émergents (+40%).

Autres chiffres de ventes

L'iPod va t-il bientôt complètement disparaitre des résultats d'Apple ? Les anciennes vedettes du catalogue du constructeur ne cessent de piquer du nez, avec 2,6 millions de baladeurs vendus, contre 3,5 au T4 2013.

Du côté de l'App Store, Apple a comptabilisé 85 milliards de téléchargements depuis le début de cette aventure, avec une croissance de 36% des téléchargements sur un an. Les revenus de l'iTunes Store dans sa globalité ont atteint les 18 milliards de dollars durant l'année fiscale 2014. Apple a recruté un total de pratiquement 10 millions de développeurs (+22%); les développeurs « entreprises » ont été aussi nombreux à s'enregistrer (+30% sur les douze derniers mois).

Autres données financières

Luca Maestri, l'heureux (on peut l'imaginer…) directeur financier d'Apple se dit ravi de la hausse de 20% du revenu par action (1,42$), ainsi que par le flux de trésorerie (cash flow) généré ce trimestre, qui se monte à 13,3 milliards de dollars. Apple va poursuivre « agressivement » son programme destiné aux actionnaires (au grand bonheur, sans doute, de Carl Icahn) : l'entreprise leur a reversé 20 milliards de dollars durant le seul T4, pour un total de 94 milliards. Le conseil d'administration s'est entendu pour verser 0,47$ par action, des dividendes qui seront versés le 13 novembre.

Après la clôture de la Bourse à New York, les investisseurs s'en donnent à cœur joie :

Pour le premier trimestre fiscal 2015

Sans surprise, le T1 2015, qui correspond au dernier trimestre de l'année, rime avec revenus substantiels et profits en adéquation. Apple prévoit un chiffre d'affaires compris entre 63,5 et 66,5 milliards de dollars et une marge entre 37,5% et 38,5%.

Pour l'avenir, Apple va modifier quelque peu sa manière de présenter ses catégories de produits : l'Apple Watch, Beats, l'Apple TV, l'iPod, les périphériques et les accessoires vont rejoindre le poste « Autres produits », les Services regrouperont iTunes, les logiciels et services, les licences, les apps, ainsi qu'Apple Pay. Au premier trimestre 2015, il n'y aura donc plus que 5 catégories : iPhone, iPad, Mac, Services, et Autres produits.


avatar Dwigt | 

Florian ne parlait pas de la réussite commerciale de la PS4, mais de la capacité de Sony à faire produire 10 millions de PS4 en l'espace de quelques mois, qui n'a pas dû être si facile que ça vu que la PS4 était pendant longtemps en rupture de stock. Et dans le lot, il y a eu fatalement quelques unités qui ont grillé quelques minutes après leur mise en marche, d'autres qui ont lâché, sans qu'on fasse une fixation dessus, vu que les cas ont été étalés sur x mois.

Apple, en comparaison, a été capable de faire fabriquer, de distribuer et de vendre 10 millions d'iPhone 6 commandés pendant le premier weekend de commercialisation. Ça demande un savoir-faire industriel et logistique énorme, dont on n'a l'équivalent nulle part ailleurs y compris dans l'industrie du smartphone, ce que l'on a tendance à oublier. Sur ces 10 millions, il y a là aussi fatalement des exemplaires qui débloquent et qui ont échappé aux contrôles qualité, et là, certains brandissent ça comme la preuve irréfutable que la qualité de fabrication se ramasse chez Apple. Parce que personne ne parle des trains qui arrivent à l'heure.

avatar IGerard | 

On aura une pensée émue pour l'époque où faire du dev pour Apple était vu comme une pure hérésie... Sans regrets.

Qui plus est superbe boulot sur les API et les outils de dev, belle conséquence de leur réussite.

Et l'API WatchKit sort en Novembre...

avatar John Maynard Keynes | 

@IGerard

On aura une pensée émue pour l'époque où faire du dev pour Apple était vu comme une pure hérésie...

Et sur celle, que tu as peut-être connu, où la lecture d'Inside Macintosh relevait du pensum.

La blague de l'époque : pour comprendre un chapitre d'Inside Macintosh il faut avoir lu tous les autres ;-)

avatar supertroll | 

Ouahou!!!!

Je suis tellement content pour Apple, tout ces résultats mirobolant.
Certes je n'ai pas d'actions chez eux et l'entreprise est à 7000km, mais étant donné que j'ai acheté un iPhone à 1000€ (qui ne marche pas bien ceci dit) j'ai l'impression d'être de leur famille (on me la dit à l'Apple store).
Et puis vu que j'arrête pas de les défendre sur les forums, ces résultats de sont aussi un peu les miens eheh!

Bon bha c'est pas tout faut que j'aille rembourser mon crédit pour l'iPad air 2.

Quand Cook est heureux, je suis heureux et je suis sur que c'est pareil pour lui.

avatar Goundy | 

La question que je me pose "Est ce que les héritiers de Steve Jobs profite de cette argent? Et comment? "
Car on entend jamais parler de moindre héritier.

avatar sopcaja | 

@Goundy

La fortune des Jobs vient principalement de Disney (Vente de Pixar, et entrée de Steve dans le CA de Disney) et non d'Apple.

Faut pas oublier que SJ s'était fait viré d'Apple. Il n'est revenu que pour être PDG, mais l'entreprise avait cessé depuis longtemps d'être son "bébé".

avatar Dwigt | 

Jobs avait démissionné d'Apple dans les années 80, et il avait revendu ses actions sur quelques semaines ou quelques mois.

Quand Apple a racheté NeXT en 1996, Jobs avait été payé sous la forme de 1,5 million d'actions Apple. Mais il était tellement énervé par la façon dont Gil Amelio et les autres géraient la boîte qu'il a tout revendu en avril 1997, se faisant 22 millions de dollars dans l'opération, avant de prendre la direction de l'entreprise.

http://news.cnet.com/2100-1023-202239.html

Aujourd'hui, ça représenterait 42 millions de titres, et ça vaudrait plus de 4 milliards de dollars.

En tant que PDG, Jobs a bien entendu reçu des stock options comme les autres dirigeants, sauf qu'au début des années 2000, il y a eu le krach des valeurs technologiques et que le cours de l'action était inférieur au cours d'exercice des options, ce qui ne les rendait pas intéressantes. On a alors autorisé les détenteurs d'options qui le voulaient à acheter à la place moins d'actions, mais à un cours plus intéressant. Il a eu 5 millions d'actions, ce qui représentait 75 millions de dollars de l'époque.
Si Jobs les a gardées et léguées à ses gosses (ce qui n'est pas sûr, il ne cherchait pas à être actionnaire majeur), ça ferait aujourd'hui 70 millions d'actions, et 7 milliards de dollars.
Mais s'il avait choisi l'autre scénario et qu'il avait exercé toutes ses options, il se serait retrouvé avec 27,5 millions de titres, ce qui avec les splits représenterait aujourd'hui 385 millions de titres, et 38 milliards de dollars de valeur.

http://appleinsider.com/articles/10/05/18/steve_jobs_missed_out_on_10_billion_from_stock_options_adjustment

(Depuis 2010, le cours de l'action a bougé et il y a eu le split en 7)

avatar finaleSportivo | 

Ce serait cool que la rédaction organise un MacG café ou nous pourrions tous nous rencontres. ;)

avatar finaleSportivo | 

Quelle sera la part de la Watch dans le CA 2015? Ce marché en sera t'il chamboulé?

L'iPad représente quasiment la même part que les Mac, l'un baisse et l'autre monte.

Cette tendance semble perdurer pour les prochaines années à venir.

avatar ergu | 

Ouais, Apple fai tout plin du pognon
mai pour linstan !

Apple a perdu son ame en meme tant que Steve !!!
quan on voi les nouvo mac mini on c'est bien que ses le débu de la faim pour Apple !!!

avatar melaure | 

De beaux résultats en effet. Et enfin le Mac qui progresse de nouveau, pour moi c'est plus important (enfin surtout OS X) que les iBidules.

Dommage quand même que cela se fasse au détriment de l'upgradabilité des matériels ...

avatar IGerard | 

On n'est jamais plus esclave d'une chose que lorsque l'on croit mordicus en être libre...

avatar John Maynard Keynes | 

@IGerard

Ce truisme en énerve pourtant certains ici ;-)

avatar saji_sama | 

Et si on parlait des résultats d'Apple ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR