Apple : un quatrième trimestre fiscal en fanfare avant le feu d'artifice de la fin d'année

Mickaël Bazoge |

Le quatrième trimestre fiscal d'Apple (le troisième du calendrier) revêt depuis quelques années une importance toute particulière. Le constructeur de Cupertino y révèle l'étendue du succès (ou pas) de la vente de Mac suite à l'opération Back to school (terminée le 9 septembre), et c'est également l'occasion de percevoir les premiers effets du lancement de la nouvelle génération d'iPhone (le 19 septembre, soit une dizaine de jours avant la fin du trimestre). Un quatrième trimestre, c'est aussi le moment de faire le point sur l'année fiscale écoulée; celle-ci s'est montrée particulièrement agitée, notamment pour les ventes d'iPad, en recul sur les deux derniers trimestres.

Image (cc) Franco Folini.
Image (cc) Franco Folini.

Plus besoin de se cacher la vérité : malgré des iPad encore en recul (et au vu des nouveautés présentées durant le dernier special event, il est probable que la tendance ne puisse s'infléchir), ce quatrième trimestre est excellent. « Notre année fiscale 2014 est une année record en tous points, et notamment le plus gros lancement d'iPhone avec l'iPhone 6 et l'iPhone 6 Plus », s'enorgueillit Tim Cook. « Avec d'incroyables innovations au sein de nos nouveaux iPhone, iPad et Mac, ainsi que iOS 8 et OS X Yosemite, nous allons aborder les fêtes de fin d'année avec la gamme de produits la plus solide à ce jour. Nous sommes également très enthousiastes au sujet de l'Apple Watch ainsi que d'autres fantastiques produits et services à venir en 2015. ».

Chiffre d’affaires et bénéfice

Apple a généré des revenus de 42,1 milliards de dollars durant son quatrième trimestre fiscal, pour des profits de 8,5 milliards ou encore 1,42$ par action. Pour mémoire, ces résultats avaient été l'an dernier au même trimestre de 37,5 milliards de chiffre d'affaires, 7,5 milliards de profits et 1,18$ par action. La marge s'établit à 38% (+1 point par rapport au T4 de 2013). Les ventes à l'international représentent 60% des revenus de l'entreprise.

L'année fiscale 2014 a été exceptionnelle, avec 183 milliards de revenus, soit 12 milliards de plus qu'en 2013. Apple a vendu 243 millions de terminaux iOS, 19 millions de Mac. Les revenus tirés d'iTunes ont atteint les 18 milliards… plus que les ventes annuelles de deux tiers des entreprises du Fortune 500.

Ventes d’iPhone

L'iPhone fait partie des satisfactions du trimestre : avec 39,2 millions d'unités vendues durant le dernier trimestre, Apple fait bien mieux que les prédictions des analystes (38 millions), et bien évidemment mieux qu'au même trimestre de 2013 (33,8 millions). Durant l'année fiscale, Apple a vendu rien moins que 169,2 millions d'iPhone (150 millions en 2013), soit 590 millions de smartphones depuis 2007. Le chiffre d'affaires en fonction des produits montre clairement que l'iPhone est définitivement — et de loin — le principal poste de recettes chez Apple, tandis que la part de l'iPad se rétrécit sérieusement :

Cliquer pour agrandir

Les iPhone 6 sont sur les bons rails pour être disponibles comme prévu dans 115 pays d'ici la fin de l'année. En plus des nouveaux modèles, les smartphones plus anciens se vendent toujours très bien. Les revenus tirés de l'activité iPhone sont en hausse de 21%.

À l'international, l'iPhone s'est particulièrement bien vendu un peu partout dans le monde, notamment en Europe de l'ouest (+20%), en Amérique Latine et au Moyen Orient (+50%), de 17% aux États-Unis. Sur le terrain de l'entreprise, l'iPhone détient 69% du marché américain.

Ventes d’iPad

Du côté de l'iPad, il ne fallait pas s'attendre à des miracles : le recul des ventes se confirme une fois de plus avec 12,3 millions de tablettes écoulées, soit pratiquement deux millions de moins qu'au même trimestre de l'an dernier. Sur l'année fiscale, le constructeur a écoulé 68 millions d'iPad, ou encore 273,2 millions d'ardoises depuis le lancement de l'iPad de première génération. Apple explique le recul du trimestre par l'anticipation du lancement des nouveaux modèles. Petite satisfaction : au Japon, la tablette a connu une croissance de 46%.

Ventes de Mac

C'est sans aucun doute l'autre satisfaction de ces résultats trimestriels : le Mac se porte comme un charme avec 5,5 millions d'ordinateurs vendus. Le trimestre des vacances d'été est toujours profitable pour le Mac, comme le prouvent les résultats du même trimestre de 2013 (4,5 millions). Mais la gamme d'ordinateurs proposée par le constructeur pour cette saison a visiblement plus séduit qu'à l'habitude. Le Mac n'a jamais eu une part de marché aussi élevée depuis 1995, et s'est montré particulièrement populaire sur les marchés émergents (+40%).

Autres chiffres de ventes

L'iPod va t-il bientôt complètement disparaitre des résultats d'Apple ? Les anciennes vedettes du catalogue du constructeur ne cessent de piquer du nez, avec 2,6 millions de baladeurs vendus, contre 3,5 au T4 2013.

Du côté de l'App Store, Apple a comptabilisé 85 milliards de téléchargements depuis le début de cette aventure, avec une croissance de 36% des téléchargements sur un an. Les revenus de l'iTunes Store dans sa globalité ont atteint les 18 milliards de dollars durant l'année fiscale 2014. Apple a recruté un total de pratiquement 10 millions de développeurs (+22%); les développeurs « entreprises » ont été aussi nombreux à s'enregistrer (+30% sur les douze derniers mois).

Autres données financières

Luca Maestri, l'heureux (on peut l'imaginer…) directeur financier d'Apple se dit ravi de la hausse de 20% du revenu par action (1,42$), ainsi que par le flux de trésorerie (cash flow) généré ce trimestre, qui se monte à 13,3 milliards de dollars. Apple va poursuivre « agressivement » son programme destiné aux actionnaires (au grand bonheur, sans doute, de Carl Icahn) : l'entreprise leur a reversé 20 milliards de dollars durant le seul T4, pour un total de 94 milliards. Le conseil d'administration s'est entendu pour verser 0,47$ par action, des dividendes qui seront versés le 13 novembre.

Après la clôture de la Bourse à New York, les investisseurs s'en donnent à cœur joie :

Pour le premier trimestre fiscal 2015

Sans surprise, le T1 2015, qui correspond au dernier trimestre de l'année, rime avec revenus substantiels et profits en adéquation. Apple prévoit un chiffre d'affaires compris entre 63,5 et 66,5 milliards de dollars et une marge entre 37,5% et 38,5%.

Pour l'avenir, Apple va modifier quelque peu sa manière de présenter ses catégories de produits : l'Apple Watch, Beats, l'Apple TV, l'iPod, les périphériques et les accessoires vont rejoindre le poste « Autres produits », les Services regrouperont iTunes, les logiciels et services, les licences, les apps, ainsi qu'Apple Pay. Au premier trimestre 2015, il n'y aura donc plus que 5 catégories : iPhone, iPad, Mac, Services, et Autres produits.


avatar John Maynard Keynes | 

Et voilà les seule choses qui permettent de mesurer la pertinence des choix d'Apple. :-)

avatar marveyhumus | 

@John Maynard Keynes :

Et c'est partit pour les dizaines et les dizaines de messages de John MK qui va encore nous casser les c***** en pensant avoir la vérité absolue..

avatar Florian Innocente | 

@marveyhumus :
Sa vérité s'appuie sur des données chiffrées et incontestables...

avatar geneosis | 

Il lui arrive d'être un peu pédant quand même.

(sans rancune)

avatar John Maynard Keynes | 

@geneosis

Yep ;-)

Et même au sens premier du terme :-)

avatar Ginger bread | 

@marveyhumus :
Ahaha grav encore 1 qui manque d affection

avatar John Maynard Keynes | 

@marveyhumus

En premier lieu, contrairement à beaucoup ici, je ne pense pas détenir la vérité absolue et je ne risque pas à des délires prétentieux sur des sujets que je ne maitrise pas.

En second lie, tu n'auras pas droit à des dizaine et des dizaine de contribution de ma part sur le sujet.

Les chiffres parlent d'eux même, même pour les plus mal comprenant d'entre vous :-)

avatar rikki finefleur | 

" En premier lieu, contrairement à beaucoup ici, je ne pense pas détenir la vérité "

Évidement j'ai ri.

Manifestement lui a compris.. Et il conclu, antithèse de son introduction.
"Les chiffres parlent d'eux même, même pour les plus mal comprenant d'entre vous"

J'ai ru deux fois. Lui a compris c'est sur .. Les autres.. on n'est pas sur...

avatar John Maynard Keynes | 

@rikki finefleur

Le retour du prince consort des mal comprenants :-)

Si tu ne vois pas la différence qu'il y a entre compréhension d'un sujet et détention d'une illusoire vérité absolue ... tant pis pour toi comme pour tant de tes limites et de tes faiblesses ...

avatar rikki finefleur | 

" pour tant de tes limites et de tes faiblesses"
Pour un gars qui ne détient pas la vérité, voilà un beau compliment..

avatar joneskind | 

@rikki finefleur

Continue de jouer sur les mots si tu veux, mais tu ne trompes que toi. En attendant les chiffres parlent d'eux-mêmes. Ça t'embête ?

avatar Fumée | 

@marveyhumus

Je ne te le fais pas dire...

avatar bugman | 

@John :
Tiens, j'en profite, comme tu traines dans le coin...

"L'ordinateur individuel n'est plus aujourd'hui l'épicentre de la vie numérique de la population et c'est une sacrée révolution."

Comment expliques tu la perte de vitesse de son 'remplaçant' ?

avatar John Maynard Keynes | 

@bugman

Je viens juste de dire que je n'aurais pas à poster beaucoup ici car les chiffres parlent d'eux mêmes, même au mal comprenant, je me trompais visiblement.

Regarde mieux la structure du CA d'Apple avant de dire des bêtise, l'ordinateur individuel y est nullement l'épicentre, très loin s'en faut ;-)

Le jour où tu regarderas mais propos pour ce qu'ils sont au lieu d'y projeter tes visions ce sera un grand pas.

avatar bugman | 

@John :
Ce n’était pas la question.
Je te demande juste comment tu expliques cette perte de vitesse.
Si je te pose la question à toi c'est que tu sembles calé sur le sujet (d'où la citation). Mais, libre à chacun d'y répondre.

"même au mal comprenant"
T'es stone ? :p

avatar John Maynard Keynes | 

@bugman

"même au mal comprenant"
T'es stone ? :p

Non c'est une expression sommes toute classique ;-)

Ce n’était pas la question.

Ce n'était peut être pas la question mais en mettant en exergue ma phrase concernant le déplacement du centre de gravité des usages informatique à quoi donc voulais-tu que je réponde ?

Si je te pose la question à toi c'est que tu sembles calé sur le sujet (d'où la citation)

Je ne prétend pas être particulièrement calé sur le sujet quant à ma citation l'usage que tu en fait dans ce contexte, prouve simplement que tu ne l'as pas comprise ;-)

bugman je te le dits depuis pas mal de temps, malgré les efforts, la communication ne passe pas entre nous, tu ne comprends pas mes propos que tu ne cherche pas à comprendre en tant que tel mais dans lequel tu projette systématiquement tes visions.

Ce n'est pas bien grave, on a essayé ça ne fonctionne pas entre nous ... that's life ;-)

avatar bugman | 

@John :
Pour le "t'es stone" c’était juste un private joke. j’espère que tu l'as bien compris. :)

"Ce n'était peut être pas la question mais en mettant en exergue ma phrase concernant le déplacement du centre de gravité des usages informatique à quoi donc voulais-tu que je réponde ?"
Je ne sais pas... (:rolleyes:) Il est déplacé sur quoi le centre de gravité des usages informatique ? Les portes clés Apple ou les iMachins ?

"bugman je te le dits depuis pas mal de temps, malgré les efforts, la communication ne passe pas entre nous, tu ne comprends pas mes propos que tu ne cherche pas à comprendre en tant que tel mais dans lequel tu projette systématiquement tes visions."
Ne soit pas si dur avec les autres. On ne se comprend pas, certes, on a fait l'effort, certes, mais je refuse de prendre l'exclusive responsabilité de cet échec.

"Ce n'est pas bien grave, on a essayé ça ne fonctionne pas entre nous ... that's life ;-)"
Non, ce n'est pas grave... That's all folks !

avatar John Maynard Keynes | 

@bugman

Non, ce n'est pas grave... That's all folks !

Mais l'incommunicabilité est toujours source de frustration :-(

C'est vraiment chiant de ne pas y arriver même quand il y a de la bonne volonté des deux côtés ;-)

avatar bugman | 

@John :
Dans d'autres circonstances cela aurait certainement été différent. Perso je m'en remettrais, j'ai vu bien pire ici.

Par contre, on va peut être arrêter là, par respect pour les autres lecteurs, nous sommes complétement HS maintenant, si loin de la question posée.

avatar SMDL | 

@bugman :

Bug, le "camion" n'existe plus chez Apple : il s'agit aux yeux de Steve non du poste fixe, mais du PC configurable, de dix ou vingt kilos, que l'on glisse sous la table tellement il est joli.

Le dernier camion Apple était le précédent Mac Pro, métamorphosé depuis en urne (quelle symbolique !!) ultra dense SF, transportable. Un pick up luxueux à la limite.

L'iMac est fixe, oui. Mais Jobs l'a rêvé comme un tout en un racé, un simple écran suspendu et dont le dernier lien est la prise.

Pour le reste, ce ne sont que portables ultra fins et autonomes, et plus mobiles encore, l'iPad et surtout l'iPhone, qui représente à lui seul plus de la moitié des ventes. Et non, ce n'est pas un téléphone, mais un micro-ordinateur ultra mobile à quasi tout faire hormis des champs particuliers qui nécessitent de grands écrans, de la puissance et des interactions riches et précises.

Il a utilisé la métaphore du camion pour ouvrir les yeux des utilisateurs sur l'usage immodéré et quelque part absurde de camions pour des transports qui devraient nécessiter l'emploi de véhicules particuliers voire de motos, scooters, vélos, trottinettes.

Adapter l'informatique à l'usage. C'est de l'écologie. Mais Apple n'a pas renoncé pour autant à la puissance. Le Mac Pro dodéca-coeur est là, et sous une forme nouvelle, un des plus beaux gestes techniques d'Apple, de tous temps. Ne t'inquiète pas pour le Mac ;)

avatar bugman | 

@SMDL : Ok, je te suis. Merci pour cette réponse qui est effectivement rassurante.

Mais pourquoi Jobs se sent il obligé de sortir ces arguments (formats/usages) "aujourd'hui" sachant que les gammes existent chez Apple depuis des lustres.

Avant hier : Mac Classic/SE, LC, FX, PowerBook...
Hier : iMac, Cube, ibook, OldMP...
Et aujourd'hui, la gamme que l'on connait.

Enfin, je veux dire qu'il n'y a rien de transcendant, les machines évoluent niveau formes mais il en existe de toutes puissances, comme hier en fait.

avatar SMDL | 

@bugman :

"Mais pourquoi Jobs se sent il obligé de sortir ces arguments (formats/usages) "aujourd'hui" sachant que les gammes existent chez Apple depuis des lustres."

Parce qu'il a voulu enfoncer le clou en pleine ascension - tout de même extrêmement récente - de l'informatique mobile, plus loin encore que simplement transportable ou portable. Le MBA est un mac à part entière, mais c'est aussi un geste technique dans ce sens.

Les frontières ne sont pas véritablement entre les gammes, c'est un lent dégradé qui comporte des ruptures techniques, OS, interaction pur tactile ou non, form factor, parce qu'aux usages correspondent des machines et IHM particulières. Non parce que l'informatique est segmentée /a priori/, qu'on doit produire le même objet dans toutes les tailles et puissances pour satisfaire à la demande...

L'iPad est apparu entre l'ultra portable et le smartphone pour cette raison, ajouter un chaînon à ce dégradé. Le vide était trop grand entre les deux. Un vide que les netbooks, modèle réduit en tout des portables, y compris réduit en qualité et en efficacité, ne savait, et de loin, remplir. Au lieu de gadgétiser le Mac, Jobs a recréé avec ses équipes l'ardoise, qui est depuis des millénaires un pupitre ultra-portable, limité mais très efficace.

Jobs a voulu faire de la pédagogie, tout en enfonçant un peu plus le clou dans les difficultés que rencontre la concurrence pour correctement réfléchir (après, copier, s'inspirer grassement, critiquer un détail en oubliant la récupération d'un paradigme tout cuit à peu de frais, elle sait faire) ;)

avatar bugman | 

@SMDL :
C'est plus clair pour moi. Merci d'avoir pris le temps.

avatar John Maynard Keynes | 

@bugman

SMDL a des talents que je n'ai pas ;-)

Contant qu'il est été capable de te faire passer des messages que je n'arrivais pas à te transmettre ;-)

avatar bugman | 

@John Maynard Keynes :
Peut être le fait qu'il ne m'a pas parler de geeks ne faisant pas partie des clients d'Apple (ce que j'ai certainement trop entendu ici).
Je ne sais pas. En tout cas son message, je l'ai trouvé clair ouvert et rassurant. Si en plus tu le valides, c'est un bonheur complet.

Je garde espoir qu'un jour nous trouverons (vions ?) juste les mots pour nous comprendre. ;)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR