Tim Cook : « transformer l’entreprise, c’est dans l’ADN d’IBM »

Mickaël Bazoge |

C’était l’annonce surprise du jour : Apple et IBM lancent ensemble une offensive vers l’entreprise avec MobileFirst for iOS. Le partenariat entre les deux entreprises, à la longue histoire commune et chaotique, est d’importance car il va permettre aux terminaux mobiles d’Apple de s’intégrer dans le milieu de l’entreprise d’une manière que le constructeur n’aurait pu réussir seul. IBM a les reins, la politique commerciale et l’expertise technique suffisante pour définitivement imposer l’iPhone et l’iPad sur ce marché (lire : Apple et IBM signent un accord mondial autour d'iOS).

Ginni Rometty et Tim Cook — Crédit Apple/Paul Sakuma

Tim Cook et Ginni Rometty, la CEO d’IBM, ont assuré le service après-vente en participant à plusieurs interviews, leur permettant d’aller un peu plus loin que le communiqué de presse ou le site web MobileFirst (très complet au demeurant). Le patron de la Pomme file, chez Re/code, la métaphore du puzzle : les pièces d’Apple et d’IBM s’emboîtent parfaitement. La relation entre les deux entreprises est saine, d’après Cook : « Nous ne sommes pas en concurrence sur tout. Et quand vous faites [ce genre de partenariat], vous finissez par construire quelque chose de meilleur que si vous le produisiez vous-même ». Une déclaration dont on goûtera l’ironie, venant du PDG d’une entreprise qui n’aime rien tant que contrôler la chaîne de bout en bout.

Ginni Rometty n’a elle aussi que des mots gentils pour son nouveau partenaire : Apple est « le standard pour les consommateurs ». Ensemble, les deux sociétés vont pouvoir répondre à la demande des grandes entreprises, ce qui créera de la valeur pour tout le monde, notamment en débloquant des situations difficiles dans le domaine du mobile. L’objectif est ici de combiner les solutions big data, analyses et informatique dans le nuage d’IBM avec la plateforme iOS d’Apple, si populaire (92 % des entreprises du Global 500 utilisent des iPhone et iPad), mais encore largement fermée à ce type d’applications. Apple profite largement du phénomène du BYOD (Bring your own device), qui autorise les employés à utiliser leurs terminaux personnels au bureau.

Les quelques 5 000 experts mobiles d’IBM auront accès à des ressources provenant de la meilleure source qui soit. L’entreprise, au travers de ses 100 000 consultants répartis partout dans le monde, vendra également des iPhone et iPad à ses clients professionnels. Ce partenariat d’une ampleur inédite pour Apple va notamment s’incarner au travers d’une garantie AppleCare spécifique et du développement d’une centaine d’applications (sécurité, analyse de données, gestion de flotte) fonctionnant majoritairement sur des solutions IBM (infrastructure cloud). Cela se fera sans toutefois supprimer de l’équation le propre nuage d’Apple qui servira comme à l’habitude aux besoins plus privés des utilisateurs. Les secteurs de la distribution, de la santé, de la finance et bancaire, du tourisme et du transport sont les premières cibles.

Les premiers fruits de cette collaboration seront visibles d’ici quelques mois : Apple et IBM orchestreront des démonstrations de ces services à l’automne. Les premières applications pratiques devraient elles être disponibles dans le courant de l’année prochaine.

« Nous sommes bons pour développer une expérience simple et pour construire des appareils », souligne Tim Cook. « Le type d’expertise industrielle dont vous avez besoin pour vraiment transformer l’entreprise n’est pas dans notre ADN. Il est dans celui d’IBM ». Pour reprendre une image un peu surannée, ce partenariat ressemble à un accord gagnant/gagnant pour les deux larrons.


Tags
avatar jefrey | 

Une pensée pour Paul Rand…

avatar Hugo-29 | 

Moi j'ai juste envie de sortir le téléphone de la poche de Tim Cook pour voir si c'est un iphone :D

avatar damiendu83600 | 

@Hugo-29 :
Bien évidemment que c'est un iPhone.

avatar Vanton | 

@damiendu83600 :
Fut un temps il avait un 5 blanc. Me demande quelle couleur de 5S il a aujourd'hui... Pour l'anecdote

avatar Hodd Dellatho | 

Sur les photos, les SVP d'Apple ont généralement un 5C.
Mais vu qu'avec le poste qu'ils ont, ils ne doivent pas ce privés, un 5S ou deux par-ci par la, ça ne serait pas -du tout- étonnant.

avatar Mr. THZ | 

C'est incroyable et triste ... Tim Cook se débarrasse des restes de l'ère Jobs et bafoue l'idéologie de l'entreprise de rester une startup :/

Le pire étant, qu'on ne sait pas si l'ère Cook sera meilleure que l'ère Jobs ? Peut être la nouvelle politique d'Apple améliorera sa situation ?
Je sais qu'il est horrible pour quelqu'un de changer les bases et les piliers d'un groupe comme Apple et j'espère que Cook ne bâclera pas l'affaire ... J'espère tant !

avatar Ali Baba | 

@Mr. THZ :
J'avoue que je ne comprends pas, mais alors vraiment pas ce commentaire. En quoi il bafoue quoi que ce soit ?

avatar lmouillart | 

" l'idéologie de l'entreprise de rester une startup :/"
Une startup de 600md$ qui à presque 40 ans, qui va bientôt faire 200md$ de CA annuel, qui a plus de 80 000 salariés, des milliers de fournisseurs, ... c'est tout sauf une startup, et peu importe l'organisation interne.

avatar Strix | 

@Mr. THZ :
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire...

On a l'impression que c'est la fin du monde...

avatar debione | 

Mais c'est la fin d'un monde... Celui d'Apple aux pieds d'argile...;)

avatar oomu | 

APPLE n'a JAMAIS été fragile !

Des les années 80 elle était une entreprise internationale gagnant des millions

Vers mi 90 l'entreprise se dirigeait vers l'obsolescence rapide, elle avait pourtant encore un trésor de guerre pour réinvestir et tenir.

En long et en large, cette société n'est pas et ne fut jamais une startup. Qu'importe comment elle se vit en interne.

-
Cet accord me semble très bien. IBM continue d'être dans son cœur de métier et Apple dans le sien. L'inverse totale de Microsoft et Google qui se sentent obligés de tirer partout.

De plus Apple est coutumière de ces accords (que ça soit avec Microsoft, Oracle ou Intel). Ici c'est juste, semble-t'il, plus gros et profite du succès de l'iPad. Ce qui rend la chose + excitante que d'habitude.

Mais c'est tout.

-
L'achat de Beats, voilà quelque chose qui sort de l'ordinaire pour Apple. (Achat + gros que celui de Next)

avatar iRobot 5S | 

@Mr. THZ :
Il continue ce que Jobs avait commencé avec Intel.

Et puis ça fait belle lurette qu'Apple n'est plus une startup, depuis la fin de ère Jobs et la présentation de Campus 2 c'est devenu en quelque sorte officiel.

avatar Neufouad | 

Après 40 ans… T'es plus trop trop une « start-up ». Dans la définition même du mot hein. :)

Après pour les piliers, Jobs, IBM… Tape AIM dans n'importe quel Wiki. :)

avatar Ajioss | 

@oomu

Apple n'a jamais été fragile ? C'est une nouvelle.

avatar Wissem95 | 

C'est drôle mais au début du mois j ai fait un rêve, j'y voyais un partenariat Apple-IBM qui donnerait naissance à un Siri évolué j y voyais Apple combiner Siri avec Watson d'Ibm (http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Watson_(intelligence_artificielle))
a mon réveil je me suis dit c'est impossible un partenariat entre ces deux ennemis (http://theredlist.com/media/database/muses/tribes/jobs-/023-steve-jobs-theredlist.jpg) et ben si c'est possible mdr

avatar Neufouad | 

Quels ennemis ? Ceux de 84 ? :)

Ou ceux qui ont, ensemble, bâti le consortium AIM (avec Motorola en guise de « M ») qui donna naissance entre autres aux PowerPC… Broutilles.

Après, chapeau pour la vision (bien que non confirmée) ; mais fallait pas te mettre la rate au court-bouillon non plus ! :D

avatar martinx | 

A lire certains commentaires on voit bien le syndrome franco français: ah non il ne faut surtout pas faire de partenariat, Steve jobs n'aurait jamais accepté etc... C'est en alliant ses forces que l'on devient plus fort et Apple cherche a s'imposer en entreprise pour intégrer l'iPhone et l'iPad au cœur des métiers de chacun. C'est comme ça qu'on s'impose et que l'on sortira samsung du jeu avec leur stratégie inexistante.

avatar nono68200 | 

De plus, Steve Jobs n'est plus là, donc il n'a plus son mot à dire sur les décisions ! :D

avatar Florian Innocente | 

@martinx :
Oui, puis vouloir à tout prix faire parler les morts... Personne ne sait ce que Jobs aurait fait, il va falloir se le mettre en tête une bonne fois pour toute.

avatar Neufouad | 

C'est Jobs lui-même qui s'est rapproché d'IBM… L'ère PowerPC ; ça parle encore à quelques intervenants ? :)

À moins que coller des processeurs frappés d'un emblème au cœur de ses machines soit un simple passe-temps. Un peu comme on s'offusquerait aujourd'hui de lire qu'Apple et Intel sont potes… Ha la la… La mémoire sélective… Quelle crasse. :)

avatar arekusandoro | 

Vous avez de la chance, je n'ai jamais connu SJ et je ne sais pas ce qu'il aurait fait....

avatar Andromadeus | 

Avec un tel partenariat, BlackBerry peut mettre définitivement la clé sous la porte non ?

avatar Brad64 | 

Une excellente nouvelle, je trouve que l'on assiste ici à un échange de bons procédés, ça ne peut que répondre intelligemment aux besoins des professionnels. Hâte de voir ce que vont donner les premières applications.

avatar macbookeur75 | 

Il faut avouer que c'est une sage décision

Apple sait très bien fabriquer des produits et séduire le grand public

Et beaucoup de professionnels utilisent leurs appareils perso dans leur boulot
Mais Apple n'a jamais su vraiment pénétrer ce marche

S'allier à un mastodonte comme ibm qui s'est réorienté sur les serveurs, l'ingénierie et les services, c'est plutôt malin

avatar Danielroibert | 

moins le sujet est important, plus les passions se déchaînent. ce post est décidément très drôle.

avatar Hodd Dellatho | 

Il y a beaucoup de gens qui ce disent "que Jobs n'aurait pas fait cette alliance avec IBM"
Vous savez, 1984 c'est vieux. Le monde a changer. Et ça fait -très- longtemps qu'IBM n'est plus "Big brother" aux yeux d'Apple.
Quand a l'alliance, ça n'est pas non plus la premiere fois que les deux compagnie font un bout de chemin ensemble. L'architecture PowerPC était née du pacte entre Apple, IBM et Motorola.

avatar Wolf | 

A priori c'est un bon deal. Il est loin le temps de ...1984 au Superbowl.
Et puis pour les grincheux, on a toujours dit que IBM ça voulait dire I By Macintosh ;)

avatar arekusandoro | 

La plupart des commentaires sont fait par des gens qui n'étaient pas né en 1984...quand on voit "Apple n'a jamais été fragile"...on doit pas avoir vécu les même années 90 où personne ne croyaient en Apple dans le grand public jusqu'à ce que SJ revienne

avatar USB09 | 

@Mr. THZ
C'est incroyable et triste ... Tim Cook se débarrasse des restes de l'ère Jobs et bafoue l'idéologie de l'entreprise de rester une startup :/

COOK assure les lendemains de la marque tout comme la fait j'observe avec INTEL.
Apple ne risque pas de passer de mode, il s'impose.

avatar USB09 | 

Le revers de la médaille serait que Google y mettre son goin et qu'au final IBM vende de l'android.

avatar Psylo | 

Il faut qu'on se prépare pour iOS/2 ???

avatar Darth Philou (non vérifié) | 

@Psylo :
Excellent ;-)

avatar marc_os | 

« [...] venant du PDG d’une _entreprise_ qui n’aime rien tant que contrôler la chaîne de bout en bout. »

Hmm... Une entreprise qui "aime"...
Apple serait-elle comme les ruches composée d'abeilles dotées d'une intelligence collective au delà de la conscience des individus ?

avatar sambucus | 

@Neufouad 1
Sur Mac Plus et Mac OS 4, un certain Word, 3ème du nom fonctionnait. Excel aussi. Bill Gates a fourni des fonds et s'est engagé à poursuivre la collaboration de Microsoft avec Apple au moment où Jobs avait fait son retour et défini ses plans de bataille (passage à Mac OS X et processeur Intel).

Donc, pour M. THZ et les autres qui sont peut-être trop jeunes pour se souvenir de cette partie de l'histoire de l'informatique individuelle, Microsoft et Apple sont issus d'un même collectif de jeunes entrepreneurs géniaux, qui ont pris des chemins différents pour exprimer leurs projets respectifs.

Parfois ils sont en concurrence, parfois l'émulation prend le pas au plus grand profit des uns et des autres. Aujourd'hui, on entre dans une phase de complémentarité, jusqu'à la prochaine où ils se crêperont le chignon.

Cool !

avatar Neufouad | 

100 % d'accord ! :)

Le public regarde un poil trop tout ça avec des yeux emplis de romantisme. Or on parle « business », « milliards » et même un peu « pouvoir »… Loin du romantisme et proche donc de toutes les manœuvres mercantiles possibles.

Après oui ; lors du lancement des PPC j'ai vu un piou rouge (la vache ; du big brother dans mon Mac quoi)… Idem avec Intel (han ! J'avais même pas de mots)…J'étais conscient de mon romantisme et me suis rangé, à chaque fois, au consensus. Enfin au « think different » quoi. :)

Le monde de l'informatique est tout sauf manichéen. Demain des produits co-brandés Google-Apple ? D'ailleurs ; ouvrez vos iPhone (joke hein !) et comptez le nombre de fois que vous y lirez « Samsung » sur un composant… Risqueriez d'être étonnés pour certains. Pourtant pas faute de se faire une guerre en coulisse les deux (gros) asticots. :)

Apple a toujours eu pour philo de prendre ce qu'ils jugeaient le mieux pour leurs produits afin de garantir ce qu'ils jugent comme être la meilleure expérience utilisateur possible. On peut difficilement leur retirer ça.

Un utilisateur peut être pro. IBM est maître en technologies pros. Ça coule pourtant de source. :)

Je suis même étonné de l'étonnement (voire du mécontentement) de certains. Vous connaissez une alternative ? Sur ce coup ; c'est plutôt Samsung/Google qui se prend un vent… Et pas un petit vent. Sur ce site un poil subjectif ça m'étonne donc de lire des commentaires négatifs.

C'est win-win cette histoire ; pour IBM et pour Apple. :D

Jusqu'à « demain » ; comme tu le dis bien ! :)

avatar Manao | 

C'est toujours marrant de voir à nouveau un rapprochement entre ces deux sociétés. Et ça finira mal…

avatar damiendu83600 | 

@Manao :
Pourquoi donc ?

avatar thierry61 | 

Apple vomissait IBM ??? mmm ils ont certes mis fin à leur aventure PowerPC, mais vomir ? ....

Certainement moins en tout cas qu'à la fin des années 80 tout début 90. - Alors même que les 2 cies allaient engager une collaboration plutôt étroite entre 92 et 95 avec tout un tas d'initiatives hard et soft (powerC, Taligent, Opendoc, initiative Power Open).

Bcp de choses n'ont certes pas eu les résultats escomptés, il n'empèche qu'à certains moment les développeurs des 2 boites se rencontraient assez souvent. Depuis, les 2 entreprises se sont éloignés car leur intérêts ne coïncidaient plus trop, mais on peut penser qu'avec les problématiques cloud + mobilité + soft, ils ont de nouveau matière à collaborer. Le fait que Tim Cook soit passé par chez IBM doit certainement faciliter les discussions.

avatar FreddyF | 

Ce Tim Cook est un génie. On savait déjà que c'était un magicien de la Supply Chain, mais c'est aussi un génie stratégique. Il n'a pas le sens de Steve Jobs pour les produits, mais il le sait et il a l'intelligence de se reposer sur Jony Ive pour ça.

avatar JohnDevil | 

Il ne faut pas oublier que Apple et IBM n'en sont pas à leur première collaboration, le Power Mac G5 avait déjà un processeur crée par IBM..

avatar Neufouad | 

Les PowerPC en général. Du 601 aux G5 (hormis le G4, exclusif à Motorola). De 1994 à 2006.
Donc le G5 n'était une première collaboration ; mais la dernière en date (officiellement)… ;)

avatar thierry61 | 

ha ça doit lui rappeler son jeune temps au père Cook. Il a quand même passé 12 ans chez Big Blue

avatar Manu | 

@arekusandoro

oomu a raison, Apple n'était pas fragile mais plutôt mal dirigé. Même après le retour de S jobs, ça tanguait un peu. Le bol d'air est arrivé avec l'iMac et surtout, le vrai génie de S Jobs, le lancement de l'iPod et tout ce qui a suivi. C'est l'iPod qui a véritablement sauvé Apple.

Je me souviens que malgré une période difficile, Apple arrivait quand même à remplir une semaine durant l'Apple Expo. C'est d'ailleurs à cet époque que poussé par un mouvement de coeur j'ai décidé d'acheter des actions Apple qui aujourd'hui ont été multipliées par près de 120!!

Cet accord avec IBM ajouté au développement d'Office pour iPad, augure tout simplement l'ère post-PC.

IBM va proposer à ses clients des iPhone et iPad qui demain seront les terminaux privilégiés permettant d'accéder aux différents services du Cloud. Wouaou!!!

Comme dirait Dylan, "The Times They Are a-Changin' " ou Sam Cooke "change is gonna come".

avatar Eurylaime | 

Pour convaincre les clients d'IBM, Apple devra donner de la visibilité. Une feuille de route et la certitude de la pérénité de l'offre seront indispensables.

avatar Neufouad | 

« Pour convaincre les clients d'IBM, Apple devra donner de la visibilité. »

Et réciproquement.

Si IBM et Apple signent ; c'est qu'ils ont les garanties suffisantes pour le faire… Enfin j'ose espérer qu'ils n'ont pas attendu nos commentaires pour le faire. :)

N'oublion spas que dans l'histoire ; ce sera IBM qui vendra des produits Apple… À IBM de faire preuve de pédagogie, de comm' en somme… Et à Apple de fournir des matériels. À savoir si ceux-ci seront spécifiques à IBM ou simplement pré-configurés en fait.

Mais là ; à moins d'être directement concernés ; on peut s'en fiche. :)

avatar ovea | 

Au final on voit bien que l'orientation "clientèle" évoquée est totalement maîtrisée par Apple tant l'utilisateur est au centre de ses préoccupations …
Mais pour quoi faire ?
Mumuse ?
Mais … oui !
C'est l'évidence même.

Le professionnel a besoin de faire le guignol avec ses données et c'est là qu'IBM est tout à son avantage, mais … en se concentrant sur l'utilisateur, pas sur le professionnel par trop imbibé des mauvaises habitudes qui prennent vite le dessus en entreprise.

Je l'avoue bien volontiers : je suis très impatient de voir comment l'utilisateur va se voir renforcé dans sa position toujours dominante sur le client professionnel.

avatar Ajioss | 

@Manu

https://fr.finance.yahoo.com/blogs/cafe-de-la-bourse/les-grandes-étapes-du-renouveau-d-apple-113324671--finance.html

http://www.forbes.com/sites/ericjackson/2012/03/01/steve-jobs-used-patents-to-get-bill-gates-to-make-1997-investment-in-apple/

Une boite au bord de la faillite n'est pas fragile ? Une boite qui fait appel à l'aide de son plus grand adversaire et concurrent direct n'est pas fragile ? Soyons sérieux.

Je ne pensais pas que le révisionnisme dans la tech existait mais là j'en ai la démonstration.

avatar Manu | 

Cet accord Apple-IBM, l'arrivée du langage Swift sont des signes très forts vers les Entreprises. Dans le monde mobile first, javascript avec Json qui est le format de prédilection des bases de données NoSQL, sonne à mon avis le glas du langage Java.

Swift j'en suis certain sera Open Sourcé tout comme CLANG également développé par Chris Lattner. IBM qui a promis lancer plus de 100 app mobile first pour iOS pour le monde de l'Entreprise, va certainement contribué au développement de ce langage qui va évoluer à 100 à l'heure et surtout adopté très rapidement comme jamais ne l'a fait un autre langage.

Pour moi l'avenir est aux langages Javascript pour le Web et Swift pour le natif. Pas étonnant que Json soit le format de l'objet NSDictionnary.

A tous ceux qui hésitent encore, je leur dis, il est temps de se lancer dans le développement.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR