Interfaces : critiques sur le skeuomorphisme d'Apple

Florian Innocente |
Cuir, bois, textile, reproduction d'anciens mécanismes… les interfaces des récents logiciels d'Apple ont popularisé le terme de "skeuomorphisme". Alors qu'il préparait un sujet sur l'évolution des interfaces utilisateurs chez Microsoft, un journaliste de Fast Company a recueilli les doléances de personnes proches d'Apple ou d'anciens de ses designers, désolés de certains choix opérés.

Le skeuomorphisme se traduit par une volonté d'appliquer des codes visuels anciens à un objet contemporain. Par exemple l'habillage cuir dans Calendrier sur iOS et OS X ou dans (localiser) Mes amis ; le magnétophone à bande dans l'application Podcasts ; l'étagère en bois dans iBooks, etc.

Cette approche, rappelle Fast Company, peut rassurer des personnes intimidées par ces outils informatiques et qui vont reconnaître des éléments visuels familiers. Dans Calendrier sur l'iPad il peut être naturel d'avoir sous les yeux la reproduction d'une page et, partant, de littéralement la feuilleter avec le doigt.



Cette personnalité artificielle a aussi le mérite de permettre une meilleure distinction entre les applications. Sur un écran encombré, impossible de confondre un bout de fenêtre de Mail avec celle de Calendrier ou de Notes. Ça n'a pas toujours été le cas avec OS X où il est arrivé que toutes les applications se ressemblent, fusionnées dans une masse de gris.



À l'inverse, le magnétophone à bande dans Podcasts est purement gratuit, la croûte de cuir dans Rappels aussi. Dans iBooks, la représentation de l'épaisseur de l'ouvrage n'est là que pour façonner cette illusion de réalité. Car elle n'est d'aucune utilité puisqu'elle est visuellement identique, que l'on soit au début du livre ou à sa conclusion. Cette information de progression dans la lecture est donnée par les jalons placés en bas d'écran.

L’app Mes amis est toute revêtue de cuir, tel un objet sorti des ateliers d'une grande marque de luxe. Si ce n'est que cette application ne peut se raccrocher à aucune réalité. Il n'existait pas, il y a plusieurs dizaines d'années, d'objets remplissant ce rôle et habillés de cette matière.



Un ancien designer d'Apple a raconté à Fast Company que le cuir piqué de cette application était « littéralement basé sur une texture qui se trouvait dans le jet privé de Steve Jobs ». Le patron d'Apple a poussé à cette pratique du skeuomorphisme, au désespoir de certains de ses employés, racontent des interlocuteurs du journaliste « Il y a eu beaucoup de mail en interne entre les designers des interfaces utilisateurs, qui trouvaient que c'était gênant, tout simplement affreux ».

L'interface du Game Center a elle aussi donné des hauts le coeur « Steve a beaucoup insisté pour que tout - le feutre du tableau, les jetons de jeu - soit exactement comme dans la réalité. En interne, plein de gens étaient choqués par cette richesse de détails, ils se disaient que ça allait trop loin ».



Un ancien designer d'Apple parle de « masturbation visuelle » où il s'agit de gonfler ses muscles pour montrer sa capacité à recréer des objets réalistes « mais on s'en fout », assène-t-il.

Il y aurait deux camps chez Apple sur cette question. Scott Forstall serait l'un des promoteurs de cette philosophie du réalisme alors que d'autres hauts responsables s'y opposeraient, dont Jonathan Ive. Ce dernier avait d'ailleurs laissé transpirer des sentiments mitigés à l'occasion d'une interview récente (lire Jonathan Ive devient Chevalier et raconte son métier). Sans émettre d'avis qualitatif, il soulignait dans sa réponse qu'il s'occupait du matériel et qu'il n'était pas associé aux choix d'interfaces logicielles. On a vu soutien plus franc…



Apple n'a pas inventé le skeuomorphisme, on a vu et voit encore ce principe appliqué sur différentes plateformes au travers de multiples applications. Si l'on prend le seul exemple de l'étagère d'iBooks, l'application Library l'utilise depuis quelques années déjà. Mais Apple servant d'exemple, elle peut entraîner à sa suite des créateurs d'interface. Un blog - Skeu It - compile des exemples de ce type d'interfaces, et s'en délecte par des appréciations sarcastiques.

Des designers interrogés par Fast Company se désolent de cette direction prise par Apple. Ainsi le Suisse Yves Béhar (il a dessiné le petit portable One Laptop Per Child ou le décodeur noir et blanc de Canal+) « Utiliser la réalité comme métaphore visuelle de l'interface utilisateur, plutôt que de faire fonctionner cette interface par ses propres moyens, est quelque chose qui me contrarie depuis un bon moment. Une bibliothèque numérique ne fonctionne pas comme une véritable étagère. Vous me balancez tout ce bruit visuel qui vient parasiter et c'est déroutant. Mon cerveau, qui est habitué aux bibliothèques physiques, est déstabilisé par ces différences d'utilisation. C'est joli, mais pas spécialement utile. »

D'autres critiques vont dans ce sens en ajoutant que certains objets représentés n'évoquent rien à leurs utilisateurs. Un Rolodex pour ranger des cartes de visite est un OVNI pour un jeune utilisateur aujourd'hui. Même chose d'une certaine manière pour le broyeur de cartes montré par Scott Forstall dans l'application Passbook d'iOS 6. Combien de personnes au quotidien voient ou utilisent une déchiqueteuse à papier, demande un autre interlocuteur de Fast Company « Pour moi c'est comme de mettre du rouge à lèvres à un cochon, ce n'est pas la peine d'ajouter des paillettes à un produit s'il peut jouer son rôle sans elles ».



C'est d'ailleurs moins le skeuomorphisme dans son principe qui est rejeté que les excès auxquels il conduit, avec une surabondance de détails et d'ornementation. Ces mêmes personnes devenues critiques à l'endroit d'Apple ont à l'inverse signalé leur intérêt pour l'approche de Microsoft - objet du prochain sujet de Fast Company - avec sa nouvelle interface dans Windows Phone et maintenant Windows 8. Elle contient des références à des objets du réel (une enveloppe pour signifier le mail, un appareil photo…) mais uniquement par des icônes dont le dessin est tiré au cordeau. Les interfaces associées privilégient plutôt le minimalisme. Une direction quasiment opposée à celle d'Apple et qui voit les deux frères ennemis jouer à nouveau une partition différente.
Tags
avatar Anonyme (non vérifié) | 
[quote=damien83]@damien83 Moi ma maladie c'est de ne pas savoir écrire correctement sur un iPad .... [/quote] ou peut-être celle de commenter à tout va ? P.S. : ça ne fonctionne plus le [b]bbcode[/b] dans les commentaires de MacG ? P.P.S. : non, visiblement
avatar Le docteur | 
Le problème, c'est qu'Apple est passé d'une interface humaine et agréable (Tiger) a une interface inhumaine est peu accueillante, soi disant "classe" (depuis Léopard). Tiger avait créé un monde, Léopard-Lion l'ont fichu en l'air. Les interfaces rappelant des objets de bureau ou techniques visent à apporter un peu de chaleur dans ce qui a été refroidi. Personnellement je préfère iCal comme ça qu'en gris tristounet...
avatar Icarus | 
C'est une question de goût. Ça s'inscrit dans une certaine logique chez OSX, Bureau, Calendrier, Aperçu, Corbeille... C'est plutôt moche imo.
avatar damien83 | 
Le design des macs et IOS devise étant apuré et froid , une interface comme celle ci sont assez intéressante pour réchauffer l'atmosphère apple devise .
avatar Mark Twang | 
Dans l'essentiel, ces interface ne le dérangent pas, mais j'ai connu les objets de références (sauf pour "Mes amis en cuir", je n'ai pas fréquenté ce type de boîte ^^) ; en fait j'ai même versé ma petite larme sur l'interface de Podcast, ayant encore un magneto Revox et une collec de bandes des seventies dans mon grenier. Par contre, certains détails m'emm...quiquinent, comme la bande des pages déchirées dans Calendrier : inutile et moche. Et j'ai hâte qu'on n'ait plus à tourner les pages de contacts pour iOS.
avatar Mr Bob | 
J'ai déjà vu cet article quelque part, non ?
avatar damien83 | 
@mark twang Moi j'ai rien connu du tout et j'aime bien ( après moi .... )
avatar RickDeckard | 
J'ai toujours trouvé ça particulièrement ridicule. L'interface du Game Center, on dirait un vieux pop-up/spam pourri pour un casino en ligne. De l'ornement pour l'ornement, du rococo, rien d'efficace, une perte d'espace monstrueuse sur l'écran (Delicious Library, mon dieu), souvent agrementé d'animation faisant perdre du temps. De toute façon, épuré n'est pas synonyme de gris et froid. À partir du moment où la charte graphique est judicieusement choisie, la couleur n'est pas incompatible, au contraire. Le soucis chez MS, c'est que c'est vachement criard.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Et bien ça a commencé par le glossy à toutes les sauces… au point que tout est devenue glossy que j'en ai même balancé dans mon travail de graphiste pour faire plaisir au client (que je sois damné) ? Entre le glossy et le faux cuir et le faux bois, il n'y a qu'un pas. Quand j'ai vu windows 8… wouaouw quel plaisir visuel. Quelle classe ! Certe, il leur aura fallu du temps… Au point que je me demande après 24 ans sur mac si je ne vais pas passer de l'autre coté ? Pitié aidez moi !
avatar Rigat0n | 
@damien83 Oui mais une interface doit être _fonctionnelle_ avant d'être chaleureuse. On a plusieurs problèmes avec les interfaces d'Apple : - 1. C'est moche : ben oui, parfois c'est moche. "Find my Friends" est une appli moche. Bon une appli moche peut être ergonomique mais ça reste moche. - 2. C'est surchargé : comme c'est très bien expliqué plus haut, rajouter un tas d'engrenages et de rouages à une appli qui lit juste des podcasts est inutile. L'utilisateur va se demander si il peut interagir avec ces éléments et comme souvent ce n'est pas le cas, ça ne fait que le détourner de son objectif principal : écouter un podcast. Autre excellent exemple : l'appli Contacts sur iPad, une véritable absurdité. Non seulement elle est présentée comme un carnet alors qu'on ne peut pas tourner les pages (on a donc des fausses pages intournables sur le côté) mais en plus en mode portrait ce faux carnet se paye le luxe de n'utiliser que la moitié de l'écran, le reste étant noir. On a donc à la fois une interface surchargées (pleine de trompe-l'oeil inutilisable) et peu fonctionnelle (on occupe pas tout l'écran). Alors, oui, les interface Apple sont chaleureuse et plutôt jolies...quand on les voit en screenshots sur Google Images. Dès qu'on les utilise, on se rend compte de l'absurdité de certains éléments de l'interface et de l'inutilité d'autres. Tu comprends ? Ce n'est pas pour RIEN qu'une énorme partie des designers d'interfaces prônent le minimalisme et la pureté pour ne laisser la place qu'aux fonctions.
avatar daito | 
Le skeumorphisme chez Apple n'est pas nouveau, il existe depuis le premier OS de la marque et même dès fois indépendamment de Jobs. Il est donc étonnant que certains soient désolés des choix d'Apple pourtant dans la continuité de la marque. Exemples : - le plus évident, la métaphore du bureau popularisé avec le premier Mac. http://en.wikipedia.org/wiki/Desktop_metaphor - la première calculatrice. http://www.guidebookgallery.org/pics/gui/applications/office/calculator/macos11.png - le CD audio player du système 7. http://www.guidebookgallery.org/pics/gui/applications/multimedia/cdplayer/macos753-1-1.png - QuickTime 4. http://hallofshame.gp.co.at/index.php?file=qtime.htm&mode=original - Apple DVD player. http://screenshots.en.sftcdn.net/en/scrn/15000/15172/apple-dvd-player-3.jpg - l'interface Brushed metal qui avait pour but de mimer des appareils réels. http://en.wikipedia.org/wiki/Brushed_Metal_%28interface%29 - et....iTunes 1.0 http://www.tuaw.com/2006/09/14/itunes-from-0-0-to-7-0/ Ce qui faut comprendre peut-être est qu'Apple a toujours utilisé le skeumorphisme mais en préservant toujours l'utilité d'une interface classique. C'est la même chose avec les appli Calendrier, Game Center etc...de OS X ML. Malgré l'apparence Cuir, Calendrier reste une app très simple à utiliser.
avatar lmouillart | 
Tant que cela reste moche et sans goût ça passe, ce qui est ennuyeux c'est quand les détails sont pris pour des contrôles, ou que l'ergonomie et geste ne sont pas consistants d'une interface à l'autre alors que les textures laissent penser le contraire.
avatar expertpack | 
il faut juste se rappeller d'ou l'on vient et depuis quand dans l'informatique. on peut alors reprocher la forme de la poubelle sur le bureau, ou la croute de cuir . Mais l'objectif était d'apprivoiser le consommateur de ces ibidules, en retrouvant des environnements familiers, qui ont évolués. Maintenant , je ne suis pas sur que l'on fasse mieux. Regardez autour de vous, tout est froid, metallique, assez triste et uniforme. Jaguar continu de mettre du bois , du cuir dans ses auto, c'est plus sympa comme codage que la fibre de carbone et le nylon. l'important reste la fonction
avatar damien83 | 
Steve n'est plus la , vous allez être content ! Les désigner feront sûrement ce qu'ils veulent maintenant ! Et peut être que Johny prendra plus d'importance dans le choix des interfaces . Moi perso je m'en fou , j'aime bien .
avatar damien83 | 
@Rigat0n Oui .
avatar SugarWater | 
Ce design logiciel d'apple correspondait bien à une époque et à fait le charme de la maison mais en 2012, je ne suis pas convaincu. Forstall n'a plus besoin de faire de la lèche
avatar redchou | 
Steve Jobs un mec pas cultivé... Un discussion avec lui serait largement plus intéressante qu'avec une personne capable de sortir une telle connerie.
avatar TotOOntHeMooN | 
Skinner les applications ça ne date pas d'hier et le mieux reste à ce que se soit une option... Soit tout couleur système, soit pour chaque appli, on lui choisi une apparence personnalisée. Les skins Apple étaient très réussi et chaleureuse, mais malheureusement imposées et bornées à une poignée d'applications. Quand à ces "experts journaleux" qui s'expriment uniquement depuis que Jobs est mort, je les méprises autant qu'ils méprisent les droits de réponses.
avatar redchou | 
Et un article de Fast Company... Des lécheurs de métro... Même avec tout le lubrifiant du monde, il ne me feront pas gober que métro est une belle interface... Métro n'est pas une interface mais une non-interface, aucune personnalité.
avatar iBaby | 
La seule app d'iOS devant laquelle je reste bête, c'est Rappels, et elle n'est pas skeuomorphique. Elle ne cadre pas avec les interfaces des apps plus anciennes, elle est moins claire, pour moi. Le reste, vos interfaces soi-disant trompeuses à force d'être trop réalistes, le trompe l'œil du cahier de Contacts pour iPad, les textures qu'on croirait interactives, l'inutilité des cassettes de Podcasts, c'est pour moi du vent. Tant qu'on utilise ces apps pour ce qu'elles permettent, non pour ce qu'elles paraissent, elles sont parfaitement fonctionnelles et c'est ce qui compte. Je ne comprends pas qu'on puisse s'agacer une seule seconde qu'Apple ait consacré quelques pixels à reproduire le reste de pages déchirées dans Calendrier, bien au contraire.
avatar béber1 | 
"damien83 Le design des macs et IOS devise étant apuré et froid , une interface comme celle ci sont assez intéressante pour réchauffer l'atmosphère apple devise ." Y'a de ça. Si on prend une tablette comme l'iPad, c'est une ardoise assez froide et abstraite. Tout se trouve concentré dans ce qui apparait à l'écran, dans le contenu affiché, d'où le soin sur les matières, les icônes, les mises en pages des interfaces, etc... le tout concourant avec les effets de transitions divers à une meilleure compréhension et utilisation de l'appareil et des services proposés. Apple s'est toujours intéressée depuis Xerox et les projets Lisa et Macintosh a créer une métaphore du bureau, à ce que l'ordinateur soit une sorte de prolongement du bureau classique avec des objets comme la corbeille, les dossiers, l'horloge, etc Pour Jobs, le soin apportés aux interfaces, à la typo comme aux divers graphismes et au rendu de certaines matières n'a jamais été anodin. En tant qu'interface entre l'humain et la machine, l'interface graphique se devait pour lui de jouer son rôle de lien "physique" avec l'utilisateur, avec des petits relais, quelques points de rappels évoquant des objets usuels et connus sous formes de métaphores graphiques, le challenge consistant principalement à faire cela avec goût, de manière intégrée et moderne et en ne nuisant pas trop à l'unité de l'ensemble. Un des exemples dans l'iPad, c'est la reprise des effets des pages qui tournent dans un PDF ou un ebook. On maintient des habitudes passées de l'utilisateur, en substituant aux anciens supports physiques de nouveaux supports mais numériques cette fois Pour moi le skeumorphisme, qui n'est pas propre à Apple loin s'en faut, est source de création, dans le fait de prendre des éléments naturels pour créer des interfaces riches et parlantes qui sont plus ou moins des prolongements/repères de morceaux de la réalité, mais c'est aussi une étape de transition, le numérique créant peu à peu ses propres codes esthéti-visuels
avatar 8enoit | 
Ces designers sont des puristes, capables de refroidir et faire se ressembler toutes les interfaces. Pouah ! Je trouve l'approche d'Apple intéressante même si effectivement pas toujours de mon goût (game center). Mais au moins ça donne une identité à chaque app. C'est enfin la fin de ces app avec une colonne latérale bleutée sur la gauche, une barre d'outils au dessus sur fond gris. Tant que cela ne nuit pas à la simplicité et à l'ergonomie, no problem ! PS le métal brossé d'il y a 10 ans c'était déjà la même démarche me semble-t-il. Et dans le fond une fenêtre, une corbeille, un dossier… mac OS a depuis ses débuts en 1984 participé de ce skeumorphisme. C'est une continuité en somme.
avatar damien83 | 
Je suis désolé elle est cool l'interface de l'app podcast je viens de téléchargé l'app , j'aime beaucoup l'interface ! Sur quoi est elle basé ?
avatar damien83 | 
La quel interface apple que je trouve moche c'est game center , ma préfèrée iBook .
avatar Putko007 | 
@daito + 1

Pages

CONNEXION UTILISATEUR