Fermer le menu

Mac Pro : les ports, c'est important, et pourtant…

Anthony Nelzin | | 18:00 |  77

Quinze, c’est le nombre de ports du Mac Pro : une entrée et une sortie audio, quatre USB 3.0, six Thunderbolt 2, deux Ethernet Gigabit, et un HDMI 1.4. Des ports qui se doivent d’être irréprochables, puisqu’ils représentent la seule voie d’extension des capacités de la station professionnelle d’Apple. Ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas, comme nous avons pu en faire l’expérience avec notre Mac Pro huit cœurs de test.

À l'allumage de la machine, les groupes de ports s'illuminent progressivement. En fonctionnement normal, seul le bouton d'alimentation reste illuminé, sauf si l'on tourne la machine pour brancher un câble : le Mac Pro contient un accéléromètre qui ne sert à rien d'autre qu'à détecter ce mouvement et déclencher l'allumage des diodes.
À l'allumage de la machine, les groupes de ports s'illuminent progressivement. En fonctionnement normal, seul le bouton d'alimentation reste illuminé, sauf si l'on tourne la machine pour brancher un câble : le Mac Pro contient un accéléromètre qui ne sert à rien d'autre qu'à détecter ce mouvement et déclencher l'allumage des diodes.

Thunderbolt 2 : c’est compliqué

Rien n’est simple dans le nouveau Mac Pro, pas même les ports. La station professionnelle d’Apple dispose de six ports Thunderbolt 2, mais de « seulement » trois bus. Il faut donc trois contrôleurs capables de gérer deux ports Thunderbolt 2, autrement dit trois contrôleurs Intel « Falcon Ridge » DSL5520.

Le Mac Pro dispose de six ports Thunderbolt 2, mais de « seulement » trois contrôleurs, autrement dit trois bus.
Le Mac Pro dispose de six ports Thunderbolt 2, mais de « seulement » trois contrôleurs, autrement dit trois bus.

Chacun de ces contrôleurs est censé être relié à quatre lignes PCIe 2.0 — or comme l’a montré Anandtech, le Mac Pro semble manquer de lignes PCIe pour faire le compte. À ceci près que les lignes liées au processeur, comme celles des cartes graphiques, de la RAM et des ports Thunderbolt, sont des lignes PCIe 3.0, qui disposent de deux fois plus de bande passante. Apple utilise un commutateur pour les « transformer » en un plus grand nombre de lignes PCIe 2.0 : chaque bus fait donc bien passer les 5 Go/s (2,5 Go/s par port) nécessaires à la norme Thunderbolt 2.

Une norme conçue pour prendre en charge les écrans 4K, puisqu’avec 1,25 Go/s de bande passante par canal, Thunderbolt n’était pas suffisant pour l’Ultra-HD, qui requière 1,58 Go/s en 60 Hz. Mais même en Thunderbolt 2, cela ne laisse que 920 Mo/s pour la sortie de données, puisque données et vidéos se partagent le même canal. Évitez donc de chaîner un écran 4K et du stockage Thunderbolt : l’écran monopolisera le port et ne laissera que portion congrue aux disques.

Ce graphique montre bien l'impact du chaînage d'un écran 4K sur les performances du Thunderbolt 2 sur le Mac Pro. Seul sur un bus Thunderbolt 2, le Promise Pegasus2 R6 atteint 1,3 Go/s (en vert). Branchez-y un écran 4K, et ses performances sont moins bonnes (en jaune) que s'il était branché sur un port Thunderbolt (en bleu) ! Image MacGeneration.
Ce graphique montre bien l'impact du chaînage d'un écran 4K sur les performances du Thunderbolt 2 sur le Mac Pro. Seul sur un bus Thunderbolt 2, le Promise Pegasus2 R6 atteint 1,3 Go/s (en vert). Branchez-y un écran 4K, et ses performances sont moins bonnes (en jaune) que s'il était branché sur un port Thunderbolt (en bleu) ! Image MacGeneration.

Même en séparant écrans et stockage, faites attention aux ports sur lesquels vous branchez vos appareils. Dans la documentation d’Apple, les ports Thunderbolt 2 du Mac Pro sont numérotés, de gauche à droite et de haut en bas, de 1 à 6. Les ports 1 et 3 sont associés au bus 1, les ports 2 et 4 sont associés au bus 2, et les ports 5 et 6 au bus 0. Branchez d’abord un appareil par bus, puis chaînez les systèmes de stockage jusqu’à saturer le port, puis enfin occupez tous les ports s’il le faut vraiment.

Image Apple.
Image Apple.

Vous pourriez préférer brancher un écran 4K en HDMI plutôt qu’en Thunderbolt pour ne pas avoir à vous soucier de ce genre de détails. Il faudrait déjà que vous trouviez un écran 4K doté d’un port HDMI, ce qui sera difficile en Europe, et ne vouloir l’utiliser qu’à 30 Hz alors que le Thunderbolt 2 permet de l’utiliser en 60 Hz avec le Multi-Stream Transport (quoique cela ne gênera pas forcément les vidéastes). Mais surtout, cela ne fera que repousser le problème : le port HDMI est lui aussi relié au bus 0.

Bien sûr, tous ces problèmes s’envolent si vous n’avez pas d’écran 4K. Avec de « simples » Thunderbolt Display (0,22 Go/s de bande passante), les choses sont beaucoup plus simples : vous pouvez brancher vos appareils comme vous le souhaitez sans craindre pour les performances. Ne reste alors qu’un problème, qui tient dans les ports eux-mêmes. Comme ils sont placés sur une section courbe et que leur fiche est trop courte pour opposer une résistance aux contraintes, il nous est arrivé de les déconnecter en tournant la machine ou en branchant simplement une clef USB.


USB 3.0 : c’est bien parce qu’il fallait en mettre

Parlons-en, d’ailleurs, de l’USB : le Mac Pro embarque quatre ports USB 3.0… que la plateforme Ivy Bridge-EP du Mac Pro n’est pas censée prendre en charge. Là encore, un contrôleur spécifique pallie le problème, ou en tout cas tente de le faire. Si l’USB ne vous sert pas à grand-chose de plus qu’à brancher un disque Time Machine et quelques accessoires, vous n’y verrez que du feu.

L'USB 3.0 du Mac Pro est à peu près aussi médiocre que celui d'un MacBook Air de 2012. Image MacGeneration.
L'USB 3.0 du Mac Pro est à peu près aussi médiocre que celui d'un MacBook Air de 2012. Image MacGeneration.

S’il vous sert par contre à connecter vos disques de travail, vous allez avoir une mauvaise surprise. Le contrôleur est en effet relié à une unique ligne PCIe 2.0, qui limitera le débit global à 500 Mo/s. Ni Intel ni Apple ne comptent parmi les plus grands promoteurs de l’USB 3.0, et ne s’en cachent pas : si vous voulez du stockage rapide, il faut passer par le Thunderbolt.

Ethernet Gigabit et Wi-Fi 802.11ac : on surfe à Mavericks

Il faut passer au réseau pour que les choses deviennent simples : en un mot comme en cent, fil et sans-fil se comportent comme on pouvait s’y attendre, c’est-à-dire parfaitement. Le Wi-Fi 802.11ac n’est pas encore aussi rapide que l’Ethernet Gigabit, mais il s’en approche suffisamment pour que la différence soit négligeable au quotidien. Le fil conserve toutefois tout son intérêt pour transférer des fichiers, surtout si vos équipements prennent en charge l’agrégation de liens offerte par les deux ports Ethernet du Mac Pro.


Pour conclure

Si vous comptez acheter un Mac Pro, soyez conscient des petites subtilités du fonctionnement des ports Thunderbolt 2 et USB 3.0, d’autant que ce sont les seuls canaux d’extension de cette machine. Certains diront qu’il s’agit là du prix à payer pour être aux avants-postes de la technologie, mais le fait est que les compromis effectués par Apple s’opposent directement à son discours commercial et sont difficilement compatibles avec les impératifs des marchés professionnels auxquels elle destine son Mac Pro. Un paradoxe caractéristique de la firme de Cupertino, qui ne se résoudra malheureusement pas avant la prochaine génération…

Catégorie : 
Tags : 

77 Commentaires

avatar Hideyasu 23/01/2014 - 18:12via iGeneration pour iOS

J'espère au moins que la prochaine génération résoudra les problèmes ...

Certains vont encore crier la mort d'Apple >

avatar Sebas101 23/01/2014 - 18:17via iGeneration pour iOS

Attention les raleur arrive !
"A ce prix ils auraient pu se forcer" et tous le reste.... Mais un point a clarifier cest que les Xeon ne sont pas compatible USB3 et que les port thunderbolt 2 monopolise deja tous les bus donc il n'y a aucune solution jusqua ce que intel fasse des Xeon qui gère nativement l'USB3 mais ils ne sont pas presser puisqu'il pousse le thundebolt a font sur les PC pro aussi...

avatar oomu 23/01/2014 - 19:04

la "solution" c'est la future évolution de PCIE (ça veut dire racheter) qui aura plus de canaux.

Mais encore une fois, pourquoi vouloir se brider à usb3 quand on se paye ZE facture pour une station de travail.

Je recommande de ne PAS acheter une station de travail.

avatar John Maynard Keynes 23/01/2014 - 22:13

../..

avatar John Maynard Keynes 23/01/2014 - 22:24

@Sebas101

Il y a en a au moins un qui comprend quelque chose ici ;-)

Le Mac Pro offre le meilleur compromis possible avec la donne actuelle.

Dans la vraie vie les limites mise en avant sont anecdotique face à ce que rend possible la machine.

avatar Francis Kuntz 23/01/2014 - 18:21

lol 6000€.

avatar Ipadhenry97 23/01/2014 - 18:22

Le problème n'est donc pas Apple mais bien les fournisseur, Apple est déjà en avance sur eux.

avatar patrick86 23/01/2014 - 18:22

Depuis FireWire, quasiment tous les Mac on eu MIEUX que l'USB.

FireWire 400 mieux que USB 1.1
FireWire 800 mieux que USB 2.
Thunderbolt mieux que USB 3.

avatar philoo34 23/01/2014 - 19:05

@patrick86

Disons que ça cumule plus de fonctionnalités ...

avatar patrick86 23/01/2014 - 19:12

@philoo34 :

… et de souplesse :)

avatar oomu 23/01/2014 - 22:35

et de performance soutenue

avatar Un Vrai Type 23/01/2014 - 18:24via iGeneration pour iOS

Ha ha !
M'étonnera toujours ces petites économies qui embêtent au quotidien leurs clients.
Par exemple : la suppression des câbles avec les MacBook Pro, l'USB 3.0 boudé, la qualité du casque audio ( je ne connais pas le nouveau, mais l'ancien, il faut vraiment être sourd pour accepter une qualité aussi médiocre...), la télécommande ...

Bref, ça tranche par rapport à la volonté de donner la meilleure expérience utilisateur...

Franchement, le graphiste en a rien a foutre de savoir comment il doit brancher pour ne pas perdre des performances. Il veut pas de connecteurs qui se débranchent quand la machine bouge... Il veut juste pas se poser ces questions.
Le mac, à une époque c'était :
Je branche et ça marche avec la meilleure performance quand j'en ai besoin.

Bref, je ne comprends pas l'argument: vous allez pouvoir brancher 3 écrans de la mort, mais bon, par contre, vous aurez des soucis avec vos disques...

avatar oomu 23/01/2014 - 19:01

"Franchement, le graphiste en a rien a foutre de savoir comment il doit brancher pour ne pas perdre des performances. Il veut pas de connecteurs qui se débranchent quand la machine bouge... Il veut juste pas se poser ces questions.
"

heu.. on parle de quoi ?

Le graphiste s'il veut du 4K, il doit se plier aux exigences délirantes de la bande passante de 4K 60HZ, j'espère pour lui que votre graphiste s'intéresse donc à son métier, parce que la facture est SALEE

"Le mac, à une époque c'était :
Je branche et ça marche avec la meilleure performance quand j'en ai besoin."

c'est le cas :branchez en TB2, point final.

-
Revenons au bon vieux temps d'avant (vous savez, celui où vous étiez jeune, beau et dynamique en un mot : un monde meilleur)

le mac avait donc des ports ADB (tellement mieux et Doug and Pray, je veux dire Plug'n'play) et des ports Séries et // (donc de merde)

Le graphiste, avec son photoshop acheté en boite (hoaa la préhistoire, je me rappelle windows était livré par le facteur en disquette) devait donc se dire que "ha oui c'est du série, donc faut que je configure le machin, alors que mon clavier et mon périphérique apple en ADB , non lui ça va"

BLABLABLABLA !

je sais , la machine coute 3000 euros (4000 euro à mon sens), ca énerve bien, mais je pense que c'est ici chercher des raisons pour être aigris et tenter de faire avec usb3 ce que la machine en a rien fiche.

Vous n'êtes pas censé vous payer 4000 euro de facture pour baser votre workflow autour de usb 3... j'aurais pris un pc avec un i5 pour ça et basta.

avatar Emile Courrier 23/01/2014 - 20:05

Aïe, aïe, aïe, une fois n'est pas coutume, Oomu a dit LA chose qu'il ne fallait pas dire : "Le graphiste, avec son photoshop acheté en boite (hoaa la préhistoire, [...]"

Mais cette partie spécifique-là de la préhistoire, il la regrette, le graphiste, il la regrette, Môssieur Oomu ;-))

avatar oomu 23/01/2014 - 22:21

:) Certes vrai.
Mon point est surtout, que oui la technique, dans tout ce qu'elle a d'abominable (on souffre, on souffre), fait partie du boulot du graphiste.

mais les petits jeunes que je suis en train de voir en école de graphiste (ceux que je côtoie chaque jour donc), eux n'ont jamais connu la "disquette", voir la "boîte", et ils ont sauté au "en ligne" en un éclair

comment ?

Via les licences campus de Microsoft (MSDNAA Dreamspark avec onthehub), Adobe CC (sur onthehub d'ailleurs) etc.

Pour eux, c'est cliquer dans un courrier, taper des chiffres dans des pages abscons, télécharger le client d'install et POF: ils ont le logiciel pour le devoir à rendre urgemment DEMAIN
("Allo service informatique j'écoUUUUUTe ? oui internet vient de tomber, oui c'est dommage, oui je comprends, nous ne savons pas quand ça va revenir, notre opérateur n'a pas dit, oui oui on fait le maximum" )

et pas UN pour me pleurer la joie des boites.

+ sérieusement, en ce qui me concerne, je ne regrette pas la boite, par contre je crains l'Abonnement.

avatar Un Vrai Type 24/01/2014 - 19:13

Mon point n'était pas "Bouhou y'a que 6 ports trucs et 1 port machin".

Mon point est :
"Il y a 6 ports trucs, mais si tu branche 1 et 2 tu n'as pas les mêmes performances que si tu branche 1 et 3"
Et il y avait des solutions ergonomique pour que ce soit visuellement compris et affiché.
Il y avait des solutions techniques pour que les 3 premiers branchés mangent plus que les suivants.

Il y avait aussi la solution Apple classique : Ne mettre que 3 ports (mais avec la meilleure performance possible sans jamais se poser de question).

Mais là, (à moins que je n'eu pas compris), si on branche 2 écran sur les ports 1 et 2, l'un des 2 ne fonctionnera pas correctement.

avatar BeePotato 24/01/2014 - 23:10

@ oomu : « Revenons au bon vieux temps d'avant (vous savez, celui où vous étiez jeune, beau et dynamique en un mot : un monde meilleur)
le mac avait donc des ports ADB (tellement mieux et Doug and Pray, je veux dire Plug'n'play) et des ports Séries et // (donc de merde) »

Non. Quel que soit le Mac, il n'avait pas de port parallèle. :-P

Et l'ADB était bel et bien plug and play.

avatar alushta 24/01/2014 - 23:13

@oomu
Le port série que tu considères comme de la merde, c'est encore très très utilisé dans l'industrie....

avatar kornichon 23/01/2014 - 20:35

@Un vrai type

"Le mac, à une époque c'était :
Je branche et ça marche avec la meilleure performance quand j'en ai besoin."

Toi t'as jamais connu la joie des périphériques SCSI...

avatar oomu 23/01/2014 - 22:21

y a le bouchon qui a sauté !

avatar anotuas 23/01/2014 - 18:26via iGeneration pour iOS

Joli article !

avatar Sebas101 23/01/2014 - 18:46via iGeneration pour iOS

@Un Vrai Type :
Les Mac ont thrs été comme ca... Apple a toujours jouer avec ses clients mais cest tjrs mieux que sur windows ou on t'arnaque en pleinne face avec des bonne tapes dans le dos et on te dit: "Bonne chance pour utiliser cette merde"

avatar Pahcixam 23/01/2014 - 18:54via iGeneration pour iOS

Y'a que moi que ça choque plus de 900Mo/s sur un câble ethernet 1000 ? 1000Mb/8bits ~ 110Mo/s. Je crois que votre graphique n'a pas la bonne unité ^^

avatar oomu 23/01/2014 - 18:56

j'ai appris à ne plus m'offusquer des erreurs entre mb et mo et ainsi je suis heureux (E R E !)

avatar Anthony Nelzin 23/01/2014 - 19:11

@Pahcixam : fallait bien que je fasse au moins une fois l'erreur !

Pages

Connexion utilisateur