D'anciens documents Apple retrouvés dans un prototype de Macintosh

Pierre Dandumont |

Le vidéaste Mac84, spécialiste des Macintosh, a trouvé une petite surprise quand il a voulu préparer une vidéo sur les 40 ans du Macintosh : dans les disquettes récupérées avec un prototype du premier Macintosh, il a trouvé des documents écrits par Joanna Hoffman, une des membres de l'équipe originale du Macintosh.

Joanna Hoffman est la seconde personne en partant de la gauche (image Folklore.org)

Visiblement, le prototype avait été donné par Joanna Hoffman à une personne (Rick Ross) qui l'a ensuite donné à Steve de Mac84. Les documents se trouvaient sur une disquette qui contient une version de test de Mac Write et Mac Paint, deux logiciels fournis avec le Macintosh. La récupération des fichiers n'a pas été simple et a nécessité un passage par divers logiciels, dont une ancienne version de Microsoft Word1, pour pouvoir proposer des versions en PDF. Nous vous laissons aller regarder le contenu des documents, mais ils évoquent le lancement européen du Macintosh et du Lisa ou comparent le Mac à d'autres ordinateurs équipés d'une souris, ce qui était rare en 1984.

Un extrait d'une des lettres.

  1. Une solution que votre serviteur a déjà dû expérimenter : les anciennes versions de Microsoft Word peuvent sauver en format RTF, encore lisible en 2024.  ↩︎

Tags
avatar Lukas Apple Fan | 

Les archives PDF ont été supprimées ?

avatar lolopb | 

En remontant au niveau supérieur qui propose tout un tas de choix de formats on peut y accéder : https://archive.org/details/1984-apple-computer-letters-by-joanna-hoffman/

avatar k2r | 

Hello, en plus de la coquille que je viens de signaler via l'app, il y a une coquille dans le renvoi (je ne sais pas comment la signaler autrement qu'ici) : "Workd" au lieu de Word (ou de Works, d'ailleurs).

avatar noooty | 

J’adore le "lancement européen du Macintish"
C’est un nouveau nom secret ?
🤪

avatar Bruno de Malaisie | 

@noooty

J’ai envoyé un rapport de faute à MacGé;)

avatar Steffb | 

Un peu de relecture avant d’envoyer, ne ferai pas de mal :
« Visiblement, le prototype avait donné par Joanna Hoffman … »

avatar sveireman | 

@Steffb

…ne ferai… ? Vraiment ? 😉

avatar oomu | 

oui, en effet, cela ne fait jamais de mal. Suivez votre sage conseil.

avatar scoubix | 

***

avatar Pierre Dandumont | 
Oui, désolé, j'ai fait une erreur en voyant le texte. Et le lien PDF est corrigé.
avatar Biking Dutch Man | 

Les anciens documents word s'ouvrent sans problème avec open office, mais plus avec M$ Word...

avatar occam | 

@Biking Dutch Man

Alors que les plus anciens documents Word enregistrés au format RTF sont toujours lisibles sans problème.
Les formats fermés, que ce soit ceux de Microsoft ou d’Apple, ne sont pas des formats de « garde ». À fuir impérativement.

Edit : j’oubliais ce lien instructif :
https://joinup.ec.europa.eu/collection/open-source-observatory-osor/document/complex-singularity-versus-openness

« Singularity vs Openness », le titre résume la question.

avatar Biking Dutch Man | 

@occam

Merci de vos commentaires instructifs!

avatar pfx | 

C’est un MacPaint qu’Apple devrait fournir par défaut !

avatar heidou | 

La VF
Un de or

avatar monsieurg33K | 

Je suis le seul à avoir de la pub plein écran au lancement de l’appli iGen ? Quelle horreur 😱

avatar occam | 

> « les anciennes versions de Microsoft Word peuvent sauver en format RTF, encore lisible en 2024 »

Encore ?
Encore et toujours !

En principe, toutes les versions de MS Word peuvent enregistrer les fichiers au format RTF.
Simplement, les nouveautés introduites dans Word depuis Word 10 n’ont plus d’équivalent automatique en format RTF.
Néanmoins, on ne dira jamais combien le format RTF a été, et est toujours, utile pour l’interoperabilité des textes formatés sur différentes plateformes. Utile, et souvent indispensable.

RTF est, fondamentalement, un fichier au format et au contenu texte (comme Markdown ou HTML). Il est « riche » au sens d’un balisage de formateurs assez fourni. Les codes de contrôle (control words) sont introduits par un backslash, “\”. En tant que texte balisé, son contenu est lisible et modifiable dans tout éditeur de texte.

Sur Mac, RTF est le « format riche » de TextEdit ; il fut par défaut celui de MacWrite et WriteNow. Il fut également le format d’interopérabilité de Pages, avant la descente en enfer instaurée par Pages 5.0. RTF est le format texte préféré des fichiers constituant un projet dans Scrivener. Il est bien pris en charge par à peu près tous les logiciels de texte libres.

avatar hugome | 

Quand j’ai vendu il y a 5 ou 6 ans un vieux mac de 1990, j’ai du sauvegarder les documents MS Word et MacTruc en format texte, car rien sur mon mac actuel ne pouvait les ouvrir.

avatar occam | 

@hugome

> "j’ai du sauvegarder les documents MS Word et MacTruc en format texte, car rien sur mon mac actuel ne pouvait les ouvrir"

Avez-vous essayé d’exporter ces fichiers au format RTF ? La plupart des programmes de l’époque en étaient capables. Cela permettait de préserver au maximum le formatage.

Comme je l’ai signalé plus haut, l’avantage du RTF est que les balises de format sont elles-mêmes du texte. Il est donc aisé de les faire interpréter automatiquement via Rechercher/Remplacer dans un éditeur de texte.
C’est faisable en TextEdit : https://support.apple.com/kb/index?page=search&src=support_book_welcome&locale=en_GB&bookid=16746e1b2abf0c196833fbc00ed59637&rurl=https%3A%2F%2Fsupport.apple.com%2Fen-gb%2Fguide%2Ftextedit%2Fwelcome%2Fmac&title=TextEdit+User+Guide&query=Rtf

En pratique, il n’y a que cinq ou six formatages essentiels structurant un texte. C’est pourquoi il est relativement simple de convertir le RTF en texte Markdown. Si on ne veut pas le faire soi-même, il existe des outils en ligne pour cela. Exemples :
https://products.groupdocs.app/conversion/rtf-to-md
https://www.rich-text-to-markdown.com

L’outil indispensable — et libre — pour tous ceux qui travaillent sérieusement avec du texte est Pandoc : https://pandoc.org
Or, Pandoc gère depuis quelque temps le RTF comme format d’entrée.

Il y avait pas mal de choses qu’on pouvait faire avec textutil, disponible depuis OS X 10.4. Outil Unix dans toute sa splendeur. Les discussions actuelles indiquent qu’il coince sérieusement,sur les versions récentes de macOS, surtout depuis Ventura, surtout sur Mx. N’ayant pas de Mac récent, je ne peux pas vérifier.

Si l’on veut s’amuser avec RegEx, on peut utiliser BBEdit pour la conversion des balises RTF vers Markdown.

Enfin, le processeur de texte sur Mac offrant la meilleure gestion de toutes les subtilités du format RTF est sans doute Nisus Writer. Et ce depuis toujours. Il mériterait un article à lui tout seul.

Howard Oakley, bienfaiteur de l’humanité, nous donne ce précis :
https://eclecticlight.co/2022/12/20/text-file-formats/

avatar Adrienhb | 

En parlant de vieux documents, quelqu’un connaîtrait un moyen d’ouvrir un document appleworks s’il vous plaît?
Là je dois passer par une ancienne version de Pages qui tourne sur Snow Leopard sur un vieux mac. C’est moyen pratique.

avatar jmbclub | 

@Adrienhb

Oui on peut les ouvrir avec open office

avatar occam | 

@Adrienhb

> "un moyen d’ouvrir un document appleworks"

Comme l’indique @jmbclub, les documents au format .cwk peuvent, en règle générale, être ouverts par LibreOffice.
Il y a cependant des exceptions suffisamment fréquentes qui sont signalées par des utilisateurs.

Pour les fichiers texte ou tableur, la conversion est normalement fluide, mais les formats ne sont pas toujours préservés. Les contenus sont lisibles, mais les formatages plus complexes sont fichus en l’air.
Pour les dessins et présentations, la conversion via LO n’est pas toujours évidente. Mieux vaut parfois les ouvrir dans Keynote sur un vieux Mac, si on en dispose.

Votre question en soulève une autre : pourquoi LibreOffice, logiciel libre et ouvert qui ne doit strictement rien à Apple, s’efforce de prendre en charge AppleWorks ? Et pourquoi Apple, qui a lancé AppleWorks, l’a matraqué et en a fait ses choux gras, s’en tape aujourd’hui complètement ?
La question n’est pas technique mais morale.

CONNEXION UTILISATEUR