Apple : lorsque le design se heurte à la production

Florian Innocente |
Apple a-t-elle poussé un peu trop loin le curseur en matière de design produit en 2012 ? Avec comme conséquence des lancements entachés de problèmes, dont certains continuent aujourd’hui de produire leurs effets. Plus précisément, l’iPhone 5 et le nouvel iMac ont peut-être montré les risques et les limites d’une politique qui entend concilier l’excellence dans la création et la fabrication avec des volumes de production qui rendent ces exigences presque intenables.

« Jamais jusque-là nous n’avons fabriqué un produit avec un niveau de précision et de finition aussi extraordinaire » clamait Jonathan Ive dans la vidéo de présentation du nouveau téléphone. Un effort qui ne s’est pas traduit de manière aussi éclatante dans les faits, du moins les premiers temps.



Rayures, tâches, éclats dans le métal… on a vu des iPhone 5 pécher sur leur finition dès la sortie de la boite. Puis de l’intérieur de Foxconn sont très vite venus des échos sur la difficulté à produire ce nouveau design dans les volumes demandés par Apple et ses clients.

Une conception exigeante, demandant du temps à être maîtrisée et dont les premiers à en faire les frais furent les employés des chaînes de fabrication soumis à une pression inédite (lire Foxconn : une grève relative au contrôle qualité de l’iPhone 5).

Dans le cas de l’iPhone 5, bien plus que les clients, ce sont en effet les ouvriers qui se trouvent pris en étau. Il faut produire beaucoup, mais avec soin ; vite, mais avec précision. Et dès que l’on parle d’iPhone, les volumes se comptent rapidement en millions d’unités ramassées sur quelques semaines seulement (47,7 millions d’iPhone vendus ces trois derniers mois, mais en incluant les modèles 4 et 4S que l’on peut penser rodés dans leur fabrication). Des ouvriers qui subissent également la pression des clients, lesquels, dans un secteur où un produit chasse l’autre, veulent le dernier appareil dans les meilleurs délais. Patience et high-tech se conjuguant très mal.



Sauf à ce qu’une production entièrement robotisée ne devienne réalité un jour, le facteur humain risque de demeurer un certain temps une variable indépassable dans cette industrie et pour Apple en particulier.

iMac


Le cas de l’iMac est différent, mais tout aussi symptomatique. Ce n’est pas un produit qui connaît les volumes de l’iPhone, ce n’est pas une révolution en matière d’informatique personnelle, cependant la nouvelle génération peine à sortir des usines. Annoncé le 23 octobre et livré au compte-goutte depuis le 30 novembre, l’iMac affiche aujourd’hui encore des délais compris entre 2 et 4 semaines selon les configurations. On croirait presque attendre une nouvelle voiture lorsqu’on commande son 27". Pour comparaison, tous les autres Mac sont en stock.

Ce n’est que depuis trois jours que des échos de progrès dans la production sont arrivés, mais encore sans traduction manifeste sur l’Apple Store.

Apple n’a jamais expliqué les raisons de ce retard, affirmant simplement qu’elle vendait chaque modèle qu’elle parvenait à produire. A priori, l’écran serait le responsable. Entre sa lamination et le nouveau procédé de soudure par friction malaxage du bandeau sous la dalle et de la coque arrière, ce sont les seuls éléments vraiment nouveaux de cet iMac. Processeurs, disques durs, barrettes mémoires, SSD… aucun écho de pénurie sur l’un ou l’autre de ces composants n’a défrayé la chronique et ils sont tout ce qu’il y a de plus standard.

Apple avait par contre, dès la présentation de l’iMac, bien insisté sur la prouesse de cette lamination et de ses avantages. « Cela a représenté un énorme défi, nous n’avons jamais fait de lamination sur un écran aussi grand » expliquait Phil Schiller en assénant comme résultats : une dalle 45% plus fine et des reflets atténués de 75%.



D’aucuns trouveront peut-être que cela fait beaucoup d’efforts pour obtenir une finesse dont on ne profite guère une fois assis devant son iMac et pour faire disparaître des reflets qui n’existaient pas avant que l’industrie informatique ne décrète qu’il fallait maintenant des écrans brillants…



Rarement en tout cas une gamme de Mac ne fut freinée dans son lancement par des choix techniques qui ne traduisent pas une forte valeur ajoutée pour les clients. Soyons juste, si ces iMac étaient arrivés sans changement de design, Apple aurait été tout autant critiquée pour son manque d’imagination.

Mais avec cet iMac, comme avec l’iPhone 5, il y a ce sentiment que ce grand écart permanent entre désir de qualité, de bravoure technique et d’impératifs de quantité frôle un point de rupture. C’était manifeste avec l’iMac dont l’ancienne gamme avait été retirée des rayons tandis que la nouvelle se faisait attendre.

Ce type de situation n’est pas nouveau chez Apple, mais il n’avait pas autrefois les mêmes conséquences. Certains choix techniques ou de matériaux ont conduit à des problèmes plus ou moins vifs. Les rayures dans le châssis du Cube, la peinture écaillée des PowerBook Titanium (quand ce n’était par leur charnière qui se brisait net), les craquelures dans la coque des portables blancs ou le décollement de la surface en caoutchouc des MacBook, la couleur blanche de l’iPhone 4, etc. On peut aussi citer l’iMac tournesol au pied articulé adoré des clients, mais complexe et trop coûteux pour son inventeur.

Ces exemples ont été nombreux, mais ils arrivaient en fin de cycle de vie du produit, ou alors ils n’avaient pas d’impact sur la production, ou bien encore leur capacité de nuisance commerciale était plus relative (le G4 Cube a moins souffert de ses rayures que de son positionnement commercial saugrenu). Tout le contraire de ce qui s’est passé avec l’iPhone 5 et aujourd’hui avec l’iMac, c’est dès le premier jour et même avant leur commercialisation que les problèmes se sont fait sentir.

Il ne s’agit pas de reprocher à Apple sa volonté d’explorer de nouvelles pistes dans les lignes de ses produits, de rechercher une forme de perfection dans leur fabrication. La porosité de l’industrie électronique et informatique à ses idées montre d’ailleurs à quel point il est essentiel qu’elle ne dévie pas du chemin qu’elle a tracé depuis ses origines. En avançant, Apple fait avancer beaucoup de monde derrière elle, au-delà de son cercle de clients. L’entreprise a parfois cédé aux critères économiques dans la conception de ses matériels, mais ce fut pour de piètres résultats (ex : Power Mac 4400 en 1997, ci-dessous et encore on ne l’entend pas fonctionner…).



Le procédé de soudure par friction malaxage qui donne l’illusion que tout le châssis aluminium de l’iMac est fait d’une seule pièce au lieu de deux (si l’on prend la peine de chercher l’ancien trait de soudure quasiment à la loupe…) apportera peut-être d’autres avantages plus évidents à l’utilisateur dans de futurs produits. Ou pas…

Mais pour prendre une analogie avec l’automobile, peut-on aujourd’hui prétendre faire une Jaguar avec la qualité que cela suppose dans les volumes de production d’une Clio ? Jusqu’à quel point ces deux extrêmes peuvent-ils être réunis ? À écouter Apple, c’est tout à fait possible et elle s’y attache.

On peut toutefois se demander si avec les volumes de vente que sont devenus les siens, elle va à chaque lancement d’un produit au design plus élaboré, toujours plus sophistiqué, connaître les affres d’une montée en charge laborieuse, pénible pour les hommes dans les usines et périlleuse pour ses premières ventes.

Faut-il craindre de les voir se répéter lors des prochaines générations parce qu’ils sont foncièrement inévitables ? Faut-il s’inquiéter chaque fois que Phil Schiller parle du challenge technique que fut tel ou tel nouveau procédé ? Les prochains produits le diront et c’est certainement l’un des défis les plus compliqués pour Apple depuis ces toutes dernières années. Réussir à produire beaucoup, mais toujours avec un certain niveau d’excellence. Le possible iPhone "low-cost" sera l’occasion de voir si ce contrat peut être rempli à nouveau.

Sur le même sujet :
- Jonathan Ive sur l’iPhone 4 et la science des matériaux
Tags
avatar Akarin | 
@mick.simard.93 : 'Si vous voulez la performance avant le design, pourquoi vous vous intéressez à Apple? ' Parce que c'est la marque qui permet d'utiliser OS X, peut-être ? Revenir à Windows me rends un peu triste, surtout que 8, j'aime pas trop... ...mais bon, j'ai un besoin de performance gigantesque (je fais de l'optimisation pour des gros jeux et je dois les faire tourner avant qu'ils soient optimisés).
avatar qlb212 | 
Il y a aussi le problème de l'embout magsafe qui se casse à cause d'un morceau de plastique qui ne plaisait pas aux designers, si je me souviens bien. A ce propos, savez vous si ce problème est pris en charge hors garantie ?
avatar nogui | 
Daito a raison de dire qu'Abaxil n'a pas tort ..... Car , sinon regarde ce qui se fait en informatique , mais moins connu .. Il existe aussi des disques SAS à 15000 t/mn mais qui trouvent leur sens dans des serveurs de base de données avec 400 utilisateurs au cul .. Certains voudraient de tels disque dans leur Mac ? Oui , j'exagère , mais pour mieux marquer la différence . Donc pour une utilisation normale, un disque 5400 , comme dans les portables, suffit. Qui critique les performances des portables actuels , à part l'écran plus petit ? Je ne vois personnes dire "ce portable est à la ramasse avec son disque 5400"... Yen a même qui achètent un portable et un écran 21 pouces pour la maison pour brancher dessus .
avatar Nathansatva | 
Cela ne va certainement pas jeter un pavé dans la mare, mais davantage causer les foudres de ceux qui ne jurent que part Apple, quoi que cette entreprise produise et à quelle prix. Comment peut-on fantasmer sur les récent produits Apple ? L'iMac plus fin, moins encombrant plus performant ? Performant aux modèles avant, certes. Comparer à ce qui se fait avec les composants actuels ? Loin derrière. Et qu'elle est honnêtement l'utilité d'avoir un ordinateur de bureau de plus en plus fin ? Avec, il faut le rappeler, des composants d'un ordinateur portable ? Je vais être mis à l'index en déclarant que mon prochain modeste achat sera un PC monté de toutes pièces. Je possède un iMac 2011, un MacBook Pro 2009, un iPad. L'eco-système Apple est de très bonne qualité, en j'en suis heureux. Mais l'entreprise n'innove que dans le sens de faire passer des vessies pour des lanternes, soit de détourner ce qui est simple pour en faire un objet exceptionnel. Ce caractère exceptionnel me semble devenir de plus en plus vite de moins en moins le cas.
avatar nogui | 
@Nathansatva "Je vais être mis à l'index en déclarant que mon prochain modeste achat sera un PC monté de toutes pièces. Je possède un iMac 2011, un MacBook Pro 2009, un iPad" Pas du tout , mais ce qu'il nous manque pour juger ton choix , c'est l'utilité que tu vas en faire .. C'est un point essentiel .. Et si vraiment au final, ton PC va mieux s'en sortir pour ce que tu vas lui demander .. Après si c'est juste pour le prix , la ok ...
avatar Abaxil | 
@Stardustxxx Ah bon ? Bien sûr que les écritures/lectures sont différentes en vitesse selon la quantité d'information. Plus il y en a plus c'est rapide jusqu'à atteindre un plateau. Mais le raisonnement reste le même. Je suis quasi certain que pour la majorité des râleurs la différence en tant d'usage unitaire est de l'ordre du dixième de seconde, même si c'est 50 fois dans la journée. Cette différence n'est absolument pas perceptible pour eux. Mais eux ne voient que le chiffre de rotation. Ensuite excusez-moi, mais vous passez à côté de la comparaison : d'un côté 750 MO avec un avantage, allez de deux secondes dans la journée et de l'autre à peine 250 MO de plus, oh juste 30 %. Une paille. Pour en revenir à la finesse, outre l'aspect esthétique, il y a un aspect que nos amis à chaque fois évitent, eux qui crient contre la société de consommation dont Apple est le chantre tout en étant l'inventeur de cette fameuse obsolescence programmée. Un DD de 2,5" c'est moins de matériau, de volume, de poids, d'énergie qu'un 3,5". Un iMac plus fin et beaucoup moins lourd c'est énormément de matière première économisée, c'est toute l'énergie de transformation économisée, c'est toute l'économie du packaging, du transport etc. Cela se chiffre en millions de tonnes de matière première, en quelques barils de pétrole etc.
avatar Mad Max | 
Sans doute mais que coûte à l'environnement une machine, peut-être plus économe à la production, mais qui finira à la benne plus rapidement car non upgradable? Le port propriétaire mis par Apple pour empêcher de changer le disque dur est-il lié à un quelconque motif écologique ou esthétique?
avatar Stardustxxx | 
@nogui Pour juger son choix.... Sans blagues!!! En discuter ok, mais juger non. Pour revenir au fond du debat, oui amincir le iMac mais si c'est au défaut d'autre chose : difficulté de fabrication, compromis hardware, etc...Est-ce-que ca en vaut la peine ? La majorité des gens serait très heureux avec un iMac un poil plus épais, dispo tout de suite et avec une carte graphique plus solide. Je comprends la choix d'Apple, l'esthétique prime plus que d'autre critère. Je trouve juste ca un peu dommage. C'est comme le MBRP 15", je préférerai qu'il soit plus épais et qu'il y ai un port ethernet sur la machine. Leur saloperie d'adapteur thunderbolt a une fâcheuse tendance a se débrancher ou plutot qui ne tolere pas les petits mouvements de 1mm dans la prise. Et ca empeche pas que ce sont de belles machines. Mais elles ne sont pas parfaite.
avatar chezyom | 
Joli article, beaux commentaires. Ca fait plaisir ! Du côté de ma lorgnette, je pense qu'Apple a perdu une bataille. Les utilisateurs se posent des questions, ce qui n'était pas le cas avant. L'utilisateur Apple, il y a encore peu, se posait une ou deux questions : Le disque, je le prends en 1 ou 2 To ??? 8 ou 16 Go de Ram ??? Et point barre !!!! Maintenant, beaucoup regardent à 2 fois. La raison : Le prix, la fermeture et le blocage à un moment "T" d'une config pas donnée. N'importe qui se poserait la question. Le fait de dire "On fait une révolution vous allez adorer." Ca ne suffit plus. L'exemple du disque à 5400 tours/min est parfait. Je rejoins daito (et c'est pas gagné !) le commun des mortels, ne verra jamais la différence, et c'est pas péjoratif. Le seul hic, c'est que beaucoup de gens sont devenus exigeants avec leurs machines. iMovie, Garageband et des applis Pro à prix cassé genre FCPX demandent de la ressource, et beaucoup de gens s'en servent. Si effectivement la différence d'écriture / lecture n'est pas "énorme" entre des 5400 et 7200 trs / min, pour le temps d'accès, c'est pas la même limonade. Même entre des 7200, tu peux avoir le jour et la nuit. Je suis un gros consommateur de disque pour moi et mes clients, et j'ai vraiment des modèles de prédilection en fonction des usages. Dernier point, les pros... Je sais que c'est un sujet que certains ici adorent. On parle d'utilisateur de ProApps au sens d'Apple. Je maitrise un poil le sujet, et avant, la seule réponse à toutes les questions, c'était "Mac Pro" ! Depuis 2 ans, ça change. Carte graphiques pas géniales, Processeurs vieillissants, Pas d'USB 3 d'origine, pas TB, etc... Pareil pour les applis : pas de màj de Logic, FCPX, on en a parlé... Ca ne rassure personne, et là est le soucis ! Ca fait pas mal de point négatif, et pour toutes les raisons citées sur ce fil, Apple devra réagir. Car les utilisateurs ont fait Apple, ils peuvent le défaire. Le Too big to fail ??? Parlons-en à Kodac ou Nokia !!
avatar Thomforce | 
C'est (juste) le modèle économique d'Apple d'apporter constamment des améliorations au design ainsi qu'aux spécifications techniques et avec le même soin. Le produit finis doit avoir une homogénéité et une unité parfaite faisant oublier son caractère assemblé. Le design de Ive c'est avant tout ça ! Aujourd'hui il reprend le design logiciel et cela va lui permettre d'avancer encore vers l'unité et la cohérence pour faire de l'usage et de l'objet une simple expérience ... Apple. Au total on oubli l'objet, on oubli l'OS, l'unité est telle qu'il ne reste qu'une expérience Apple. L'unité de l'objet et de son fonctionnement le rendent transparent pour l'utilisateur, une transparence agréable grâce aux courbes qui invitent à l'usage, à la simplicité et à l'intuitivité qui en rendent l'usage transparent. Au final Apple fournis un service. Selon moi la nouvelle ligne de front est dans le service. Que faisons nous une fois sur nos machines ? Dés que nous abandonnons l'univers Apple et nous aventurons vers d'autres services ce n'est que publicité, fragmentation, risques viral et lutte pour le contrôle des données personnelles. Avec nos outils si transparents nous continuons à souffrir d'un monde qui ne l'est pas encore. Apple montre la voie cependant, nos objets s'inspirent des succès de la Pomme et c'est toute l'industrie qui comprend que oui, il y a là croissance et richesses. J'attend d'Apple qu'elle conquière et apporte son leadership dans les services. J'attend qu'elle innove et améliore le quotidien de nos usages de ses technologies. Pas qu'elle conquière le monde à l'affront de Google et Facebook, mais qu'elle innove et influe par sa vista sur ces autres. La prochaine décennie vas nous étonner si John Ive se saisis vraiment de ces nouvelles responsabilité.
avatar Abaxil | 
@Anthony Il y a possible confusion des auteurs. Quant à dire que je ne suis plus à cela près c'est votre droit de le penser, mais pour moi vous faites partie avec celui-ci d'auteur comme le prouve cet article, de ceux qui ont une belle propension à dénigrer très facilement Apple et à tordre les faits pour les faire entrer dans votre schéma de pensée. La plupart du temps je source mes interventions et je donne des arguments ceci pour répondre à votre remarque finale. C'est évidemment fâcheux de confondre les auteurs, je ferai donc attention de rendre à Judas ce qui appartient à Judas.
avatar Applesoft | 
@chezyom : 'Les utilisateurs se posent des questions, ce qui n'était pas le cas avant. L'utilisateur Apple, il y a encore peu, se posait une ou deux questions : Le disque, je le prends en 1 ou 2 To ??? 8 ou 16 Go de Ram ??? Et point barre !!!! Maintenant, beaucoup regardent à 2 fois. La raison : Le prix, la fermeture et le blocage à un moment "T" d'une config pas donnée. N'importe qui se poserait la question. Le fait de dire "On fait une révolution vous allez adorer." Ca ne suffit plus' Ça suffit plus car on entre dans du post PC. On utilise de moins en moins les PC à la maison, on utilise de plus en plus en plus des smartphones, des tablettes. Et ça avait déjà commencé avec la cannibalisation des fixes par les laptops. Quoi de plus normal que d'hésiter à remplacer un PC aujourd'hui ? A la limite, c'est même plus une question de savoir si Apple a raison ou pas de faire un iMac toujours plus fin, c'est plutôt de se rendre compte qu'on est moins enclin à investir dans un outil qu'on délaisse progressivement et qui n'est plus le hub numérique. Le IMac prend doucement la route du Mac Pro à mon sens.
avatar Stardustxxx | 
@Abaxil Le taux de transfert depend beaucoup de la densité de ton disque dur. Les disques durs actuels 5400 2.5" sont plus rapide que des vieux 7200 3.5" de 4 ans. Mais en regle général ce qui tue la performance d'un disque dur ce sont les petits fichiers, d'ou le focus sur les performances pour les block de 4k dans les benchmarks. A part pour les videos, et le son, la plupart des fichiers restent petits, une bonne perf en 4k c'est ce qui a de mieux pour les OSs. Comme tu le dit la plupart des gens ne voient pas la différence, mais je crois plutot c'est plus qu'il n'ont pas la possibilité de faire l'experience de la différence.
avatar Stardustxxx | 
@nogui Au lieu de mettre un disque dur de 15000 rpm, il faut plutot mettre un SSD. Tu gagneras nettement plus en perf.
avatar baltor | 
Les astons martins ne sont pas fabriqués en Roumanie ... Les iphones sont fabriqués en chine par des employés non qualifiés recruté sur le trottoir et formés en 2 jours , le voila le problème ... Apple commence a relocaliser aux USA et c'est tant mieux , par ce qu'un tourneur fraiseur qui a 30 d’expérience rayerait sans doute moins de coque qu un bleu de 3 semaines chez Foxconn Au final on en a toujours pour son argent : Fabrication peu cher = finition au rabais = pertes et retour important. Dans le monde de la photo , les nouveaux objectifs à la verrerie et aux éléments très complexes sont d'abord fabriqués au Japon par des ouvriers très qualifiés , ensuite quand le processus est maîtrisé , la production est transféré en Malaisie ou en Chine. Beaucoup de domaine procèdent de la sorte ...
avatar Marie-Danielle | 
Au Québec, nous attendons toujours les iMac dans les boutiques Apple Store. Pas de 21 pouces ni de 27.... Si c'est parce que la qualité du produit exige plus de temps, je veux bien attendre encore un peu... je suis quand même étonnée de ce retard....
avatar lmouillart | 
@baltor certes mais ils ne sortent pas xx millions de smartphones par trimestre. J'imagine bien comment seraient recrutés tes tourneurs fraiseurs de 30 ans d'xp aux US, pour pouvoir sortir la même quantité de produits. :) AM doit vendre moins de 6000 voitures chaque année.
avatar FollowThisCar | 
A lire l'article, j'ai soudain l'impression qu'en fait, Jonathan Ive serait le grand fautif ? Plus complexe à produire, moins user-friendly et plus cher, ce serait donc à cause de lui ? Je ne sais pas. Tout çà me rappelle le jour où Steve en personne présentait avec admiration le premier MacBook Unibody en 2008. Tout en une pièce, il était censé représenter un pas de géant dans la fabrication. Sauf qu'ils avaient dû enlever le port FireWire, et j'étais donc hyper content d'avoir acheté le dernier modèle d'avant !! Ainsi, récemment, alors que je filais un coup de main à un voisin, j'ai constaté avec horreur que je ne pouvais transférer plein de GB par la bonne vieille méthode FireWire, vu qu'il n'avait pas de port sur son MacBook Unibody ! J'ai aussi été très impressionné par les iMacs de 2011 et les ai recommandés chaudement autour de moi, plusieurs personnes ont suivi mes conseils et acheté comme moi. On est tous très heureux de ne pas avoir attendu les livraisons 2012 qui sont franchement ratées. Ma conclusion, c'est que si les choses continuent d'évoluer comme d'habitude, les prochaines retouches au design des Macs seront peut-être réussies, avec retour à des prix modérés ? J'espère en tout cas que 2012 n'était qu'un incident de parcours, pas le début d'une nouvelle politique désastreuse pour le consommateur.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Jonathan IVE : UN GÉNIE, UN PRO À L'ÉTAT PUR ! Perfectionniste, créatif et parfait dans le concept produit/design/utilisation. Rien à dire. Sans lui pas Apple ne serait pas là où elle est aujourd’hui. Utilisant des iMac depuis longtemps, le dernier iMac est, en ce qui me concerne, une réussite design et technologie INCROYABLE. On a hâte de voir ce qu'il va nous sortir concernant les nouvelles interfaces logicielles d'APPLE qui sont vieillissantes et plus vraiment fonctionnelles aujourd'hui par rapport aux concurrents. Aucun doute sur leur réussite.
avatar GrosPif | 
APPLE. a fais la même chose pour les premiers IMac alu ... délai de livraison énorme et y avait aussi des contraintes a l'époque . Faut bien nécessiter l'envie de l'avoir :-)
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Complément concernant votre excellent article : À CE STADE de la production et en terme de timing : Les problèmes industriels de production, de gestion de production et de contrôle de qualité n'ont rien à voir avec la qualité intrinsèque du design produit d’APPLE et de sa compatibilité technique à être industrialisé. Par définition, le mot DESIGN signifie un produit prêt à être industrialisé en volume, cela n’a rien à voir avec une œuvre d’art. En résumant, lorsqu'une entreprise veut faire fabriquer un produit, elle fournit un cahier des charges de son futur produit très précis en terme technique, financier et très rigoureux sur le plan légal aux différents fabricants qui « avant quoi que ce soit », le discutent, le négocient, font part de tous leurs problèmes techniques et autres pour le fabriquer. Une fois le cahier des charges accepté, un contrat de fabrication est signé qui encore négocié concernant l’ensemble de la production, qualité, quantités, des délais de fabrication, etc. Le concepteur du produit a donc la certitude et l’engagement juridique des fabricants que le produit sera bien fabriqué en conformité de son cahier des charges et de ses exigences en matière de livraison. Si Apple n’est pas livré en temps et en heure, le problème ne provient ABSOLUMENT pas du design Apple. Mais soit d’un problème de vérification des réelles possibilités des fabricants et de l’entreprise qui négocie le cahier des charges et le contrat de fabrication (souvent celui fabrique réellement le produit n’est qu’un sous-traitant ou un co-contracteur de celui-ci), soit en aval un problème de suivi production et contrôle qualité, soit un tiers a fait en sorte que le produit rencontre des « problèmes » lors de sa phase de fabrication ou de livraison. Affirmer qu’Apple n’a pas sérieusement étudié, négocié et contrôlé la fabrication de ses nouveaux produits est à 97% faux. Et affirmer que les problèmes d’Apple proviennent du DESIGN de leur produit, à ce stade, est à 100% faux.
avatar rikki finefleur | 
bof pierre, ce que tu dis n'es pas exact : "Affirmer qu’Apple n’a pas sérieusement étudié, négocié et contrôlé la fabrication de ses nouveaux produits est à 97% faux." tu inverses les rôles dans ton discours, c'est un matériel apple que tu achetes, pas celui d'un sous traitant.. Tu es train de me dire si ta voiture a un retard de livraison, c'est de la faute au constructeur d'amortisseur et pas de renault. A qui va tu te plaindre, au sous traitant d'amortisseur ou tu vas chez renault ? Renault est a 100% responsable du retard. Ici la fabrication " pour ne pas rater les fetes" certainement fut trop rapide. Quand au design, certes il est beau, mais c'est du tout soudé et collé , je ne te souhaite pas avoir une panne.. Quand a l'emplacement des entrées sortie , je ne te souhaite pas de placer ton ecran devant un mur ou encastré a moins d'avoir un torticolis. Bref on fait passer l'aspect, avant des ergonomies simples, comme le fait de monter ou pas l'écran. Un peu gênant parfois. HP avait en son temps construit un écran de ce type mais ultra modulaire, Ttrès facile pour changer des éléments soi-même ou par le sav. Une vraie réussite. Aussi bien d'aspect extérieur que de praticité. Ici dans le design de ive, seul l'aspect extérieur est retenu. Puis franchement ive et braun, c'est un lourd tribut de copie-plagiat. Loin d’être un de mes designers préférés. http://gizmodo.com/343641/1960s-braun-products-hold-the-secrets-to-apples-future
avatar rikki finefleur | 
tiens pour faire suite à l'autre lien je ne connaissais pas celle là à gauche Braun infrared emitter, à droite iSight camera (apple) http://bit.ly/WOEB9I bref...
avatar Totoleheros | 
Et si le nouvel iMac était un élément évolutif indispensable avant le prochain modèle? Au cours de l'évolution des espèces, la Nature a sélectionné parfois des animaux étranges qui ne semblent pas optimisés, mais qui sont pourtant des pierres angulaires de l'évolution sans lesquels les prochaines itérations n'auraient pas existés ou auraient été très différentes. N'en serait-ce pas de même pour ces nouveaux iMac. Car, je suis d'accord, l'apport de davantage de finesse (et un poids considérablement diminué, qui est un facteur tout aussi important, voire plus à de nombreux égards, ne serait-ce que logistiques) ne semble pas être un élément indispensable. Mais, se pourrait-il que cela soit indispensable pour la prochaine itération? ...
avatar Mad Max | 
Je me demande si beaucoup d'entre nous n'en ont pas après le paradigme même du hardware Apple (hégémonie du design au détriment du reste, matériel ultra-verrouillé...). En ce qui me concerne, j'aime Apple pour Mac OS, le design étant pour moi un critère largement secondaire. Performance, fiabilité, ergonomie passent pour moi avant le reste.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR