Apple : Tim Cook fait sa révolution

Christophe Laporte |
C'est un coup de tonnerre ! Alors que certains observateurs, comme Adam Lashinsky, vantaient la stabilité du management d'Apple, meilleure garantie pour pérenniser l'héritage de Steve Jobs, la marque à la pomme vient d'annoncer une réorganisation complète de son équipe de direction.



Deux départs : Scott Forstall et John Browett


Celle-ci fait deux victimes : Scott Forstall et John Browett. Le premier n'avait pas que des amis au sein d'Apple. Sa position était fragilisée depuis les ratés de Siri et de Plans (lire : Une affaire Scott Forstall ?).

Adam Lashinsky, chez Fortune, a entendu dire que Scott Forstall aurait refusé de signer la lettre d'excuses d'Apple sur Plans, publiée à la fin du mois dernier. C'est en effet Tim Cook qui l'avait fait (lire Tim Cook présente ses excuses pour Plans).

Lui, qui se rêvait dit-on comme le prochain CEO d'Apple, quittera la société l'année prochaine. Il occupera le rôle de conseiller spécial auprès de Tim Cook pendant la transition. Un procédé assez classique pour rester en bons termes et surtout empêcher Forstall d'aller voir la concurrence…

Dans un courriel envoyé à l'ensemble des employés, Tim Cook a remercié Forstall pour tout ce qu'il avait fait pour Apple depuis toutes ces années. Une attention qui n'était pas présente dans le communiqué de presse. Présenté comme un mini-Steve, Scott Forstall a fait toute sa carrière chez NeXT puis chez Apple. S'il avait ses détracteurs et ses ennemis, il était également en quelque sorte l'un des protégés de Jobs. Sans doute n'avait-il pas le même statut auprès de Tim Cook.

Son absence, lors du dernier keynote, n'était pas passée inaperçue. Depuis des années, il est avec Phil Schiller l'un des principaux animateurs des conférences d'Apple. Cette éviction sur fond de mauvaises relations avec d'autres membres d'Apple et surtout du fiasco de Plans, rappelle des précédents.

Le patron de MobileMe avait été sèchement débarqué lorsqu'il était devenu clair que le lancement du service en ligne avait été une catastrophe. Même sanction pour Mark Papermaster dans le cadre de l'Antennagate (lire iPhone : Papermaster, responsable de tous les maux ?). L'histoire récente d'Apple n'est pas avare de tels exemples, mais il est plus rare qu'ils se produisent au sommet de la pyramide. Par le passé cela est survenu pour d'autres raisons que des échecs techniques, il y eu par exemple l'affaire des stocks-options anti-datées qui ont coûté leur place au directeur financier Fred Anderson et à la responsable juridique Nancy Heinen en 2006.

Concernant John Browett, cela ressemble fort à une erreur de casting. Ce manager anglais était arrivé chez Apple en avril dernier seulement, après de longs mois de recherche d'une perle rare. Mais il n'a pas réussi à faire oublier Ron Johnson au poste de responsable des Apple Store.

Sa tentative avortée de réorganisation des magasins a été très mal vécue en interne (lire : Apple Store : le premier faux pas de John Browett). Apple lui cherche activement un remplaçant. Dans son mail, Tim Cook a tenu à féliciter le travail « phénoménal » accompli par les employés de la division Retail. Les assurant du « respect », de « l'admiration » et du « soutien » d'Apple.

De tels termes ne sont pas innocents, c'est très certainement une manière de reconnaître que Browett avait péché dans sa gestion des équipes. Il n'est pas non plus exclu de penser que le couperet est tombé brutalement, John Browett était à Pékin il y a moins de quinze jours pour l'inauguration d'un grand Apple Store.

Les promus : Jony Ive, Craig Federighi, Bob Mansfield et Eddy Cue



Jony Ive, Craig Federighi, Bob Mansfield et Eddy Cue gagnent du galon. Le premier aura désormais une double casquette : responsable du design et responsable de l'interface utilisateur. Concernant le deuxième point, peut-être aura-t-on le droit à plus de cohérence entre les différentes solutions d'Apple. C'est aussi la preuve d'une volonté d'homogénéisation entre l'expérience utilisateur qui découle du matériel et celle des logiciels. Il ne s'agit pas seulement que leur intégration assure un bon fonctionnement, mais qu'ils expriment une même philosophie.

En tout cas, ses premiers pas dans le domaine seront suivis de près. Avec l'avènement d'iOS, Apple a joué à fond la carte du skeuomorphisme. L'idée derrière ce terme un peu pompeux est d'appliquer des codes visuels anciens à un objet contemporain. Par exemple l'habillage cuir dans Calendrier sur iOS et OS X ou le lecteur de bandes dans Podcasts. Entre l'épure des designs de Jonathan Ive et ces habillages plus chargés, il y avait comme une dichotomie.



Cette démarche du skeuomorphisme était paraît-il loin de faire l'unanimité au sein d'Apple. Elle faisait débat notamment entre Scott Forstall, promoteur de cette philosophie du réalisme, et Jonathan Ive (lire : Interfaces : critiques sur le skeuomorphisme d'Apple). Ce dernier avait laissé transpirer des sentiments mitigés à l'occasion d'une interview récente (lire : Jonathan Ive devient Chevalier et raconte son métier). Sans émettre d'avis qualitatif, il soulignait dans sa réponse faite en mai qu'il s'occupait du matériel et qu'il n'était pas associé aux choix d'interfaces logicielles. On a vu soutien plus franc…

Craig Federighi, qui rappelons-le, est aussi un ancien de NeXT, prendra en charge le développement d'iOS. Il avait succédé l'année dernière à Bertrand Serlet (qui a été aperçu dans l'assistance au dernier spécial event) pour superviser le développement d'OS X (lire : Serlet/Federighi : un relais préparé).

Il aura donc la charge des deux systèmes d'exploitation. Ce n'est pas anodin. Cook ne cherche pas à remplacer Scott Forstall. Il concentre entre les mains d'un seul homme l'avenir des deux OS qui depuis quelques versions multiplient les passerelles de l'un vers l'autre. Faut-il y voir une simple volonté de rationaliser et simplifier la supervision de ces deux développements majeurs, ou les prémices d'un rapprochement de plus en plus fusionnel ?

Craig Federighi avait été promu au rang de Senior Vice President en août dernier (lire : Apple : Bob Mansfield reste et deux promotions). La commercialisation dans les temps et sans accroc de Mountain Lion a sans doute poussé Tim Cook à donner plus de galon à cet homme très apprécié des développeurs pour ses qualités d'écoute.



Pour sa part, Eddy Cue, reprend les casseroles de Scott Forstall, à savoir Siri et Plans. Il gérera un pôle services qui comprend également l'App Store, l'iBookstore et iCloud. Ce n'est pas la première fois qu'Eddy Cue reprend en main des produits ayant connu des débuts difficiles. Véritable pompier appelé à la rescousse par Jobs, il avait été le grand artisan du redressement de MobileMe (lire : Eddy Cue le mari parfait pour MobileMe ?).



Alors qu'il était à deux doigts de la retraite il y a quelques semaines, voilà que Bob Mansfield est pour sa part appelé à mener un nouveau groupe baptisé Technologies. Cette organisation comprendra les équipes sans fil d'Apple et semi-conducteurs. Dans son communiqué de presse, la firme de Cupertino réaffirme avoir beaucoup d'ambition dans ce domaine. On l'a vu encore avec le processeur A6 (lire : L'Apple A6 et ses processeurs Swift). L'objectif de cette division : innover davantage sur le plan matériel. Mansfield s'est engagé à repousser sa retraite de deux ans.



La décision la plus importante de Tim Cook



Apple explique avoir procédé à cette réorganisation afin d'améliorer les synergies et la collaboration entre ses différentes divisions d'Apple. C'est sans aucun doute la décision la plus fondamentale que Tim Cook ait eu à prendre depuis qu'il a les pleins pouvoirs.

La vie sans Steve Jobs a poussé Tim Cook à revoir la manière dont Apple fonctionne en créant une équipe resserrée qui concentre tous les pouvoirs : Jony Ive pour le design et l'interface utilisateur, Bob Mansfield pour le matériel et Craig Federighi pour le logiciel. A cette liste, il convient d'ajouter Phil Schiller, le marketing étant quelque chose de fondamental dans l'ADN d'Apple. Cette nouvelle organisation est en place et le nouvel organigramme a été changé dès ce soir sur le site de l'entreprise.


avatar DrFatalis | 
Cupertino ton univers impitoyable Cupertino glorifie la loi du meilleur Cupertino malgré tes haters implacable Cupertino tu ne redoutes que la rumeur Cupertino patrie du Mac de l’iphone Cupertino tu ne connais pas la pitié Cupertino le «toujours plus» est ton idole Cupertino tu te raccroches à ton passé Cupertino malheur à celui qui n'a pas compris Cupertino un jour il y mettra le prix Cupertino ton univers impitoyable Cupertino glorifie la loi du meilleur
avatar damien83 | 
Le changement de CEO chez apple c'est plutôt bien passer , comparer à celui de HP par exemple . Il faut du temps pour que l'entreprise puisse adapter son organisation au nouveau ceo et vis versa . Steve jobs avait trouvé son organisation . Mais Tim Cook n'est pas steve jobs a besoin de sa propre organisation . Tout le monde sait qu'un changement de CEO est difficile , c'est pour cela que les années 2011 et 2012 ont été un peu en bazars , les années qui viennent seront sans doute très intéressante . Apple part d'un bon pied pour affronter une existence sans steve jobs .
avatar iHuman | 
en même temps, ravitailler des stores avec une brouette en 2012 c'était pas une bonne idée.... je suis déjà loin :-))
avatar Stech72 | 
@Damien Effectivement Apple est en restructuration .. Elle devient un Holding financier pareil a la Sony Corp et dans le même style de gestion . Regardez ou est Sony en ce moment .. L’ancienne reine de l'audio-vidéo .. Apple depuis plus d'un an prend ce qui existe déjà pour faire du réchauffé regarde le iPad Mini … Apple sortira des produits tendance pour maintenir la vague sans trop causer de vague .. Mais Apple quitte l'innovation pure et simple de plus en plus … Oui Apple se restructure pour devenir une nouvelle Sony …
avatar iHuman | 
par contre pour le prochain iPod la couleur Jaune Brouette ça aurait été pas mal..... (re) je suis déjà super loin !!!
avatar damien83 | 
@Stech72 Apple pourra continuer a innover , et même créer de nouveau standard sur la télévision par exemple . Apple se restructure pour mieux avancer , l'innovation va revenir , je n'en doute pas . Des nouveauté sur le design , l'os , les interfaces , les composants . Aujourd'hui tout est possible . Oui apple devient normal , mais c'était inévitable , oui apple est pousser par les financier , mais toutes les entreprise pas sont sous leur dogme hélas ...
avatar damien83 | 
@Stech72 Je fais confiance à Johnny IVE pour tout ce qui est interface et design , je fais confiance à bob pour les performances de nos machines et l'innovation des composants , et je fais confiance à Craig qui est un ancien de next et qui suis la politique de serlet pour les innovation logiciel et je fais également confiance à cue sur la stabilité de nos services et la nouveauté lié à eux .
avatar damien83 | 
@Stech72 En plus comme je te l'ai dit les produits de 2011 et 2012 sont lié directement a la restructuration en cours , et comme je te l'ai dit les produits qui vont arriver dans les années a suivre vont apporter beaucoup de nouveauté sans doute .
avatar damien83 | 
@Stech72 En plus comme je te l'ai dit les produits de 2011 et 2012 sont lié directement a la restructuration en cours , et comme je te l'ai dit les produits qui vont arriver dans les années a suivre vont apporter beaucoup de nouveauté sans doute .
avatar ispeed | 
Finalement on s'en fou, Qu'ils nous sortent une tour à 1000€ avec la possibilité de changer la CG la mémoire et mettre 5 DD et non pas des ordinateurs tablettes jettables
avatar shenmue | 
@showbiz787:"Ben après la catastrophe iPhone 5" En quoi, Consumer Reports, Anandtech, DisplayMate, placent ce smartphone au top, devant toute la concurrence : meilleur écran, meilleure puce, meilleure autonomie en 4G (et de loin), meilleure finition, l'un des meilleurs APN/Phone du marché. Alors quoi ? Mis à part sa taille d'écran le S3 de Samsung est mieux dans quele domaine ? C'est bien d'être critique, mais là on passe un cap, et voir à contrario la concurrence comme un monde parfait c'est quand même au final le signe qu'on a déjà pris une décision au delà fianlement de tout élément d'analyse un tant soit peu objectif.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR