Apple n'aurait pas dit non à Flash sur iPhone, s'il avait marché

Florian Innocente |

Apple n'a pas rejeté d'un bloc l'idée d'avoir Flash sur iPhone, a clarifié Scott Forstall, l'ancien responsable du développement d'iOS, la Pomme a même apporté son assistance technique à Adobe mais les résultats furent jugés catastrophiques.

Témoignant dans le cadre du procès entre Apple et Epic Games, Scott Forstall a expliqué qu'il n'y avait pas eu une opposition de principe à l'idée d'avoir la technologie d'animation de contenus et de gestion de médias d'Adobe sur iOS, toutefois les utilisateurs n'y auraient pas trouvé leur compte :

Nous n'avons pas sorti Flash. Nous avons essayé de faire fonctionner Flash. Nous avons aidé Adobe. Nous étions vraiment intéressés. Encore une fois, c'est un domaine dans lequel j'ai pensé que si nous pouvions aider à le faire marcher, ça pouvait être formidable.

Flash a été un gros problème par la manière dont il s'intègre aux systèmes, ça a été un cauchemar pour les virus sur Windows, même sur Mac.

Et quand nous l'avons fait fonctionner sur iOS, les performances étaient tout simplement épouvantables et gênantes, il aurait été impossible d'arriver à obtenir quelque chose qui offre une valeur ajoutée aux consommateurs.

Kevin Lynch, Directeur technique d'Abobe qui fustigea en son temps le refus d'Apple. Consciente néanmoins de la valeur de l'individu, Apple l'embaucha après une première tentative ratée de Jobs. Depuis 2013, Lynch pilote le développement de watchOS

Flash sur iPhone fut un long feuilleton qui opposa Apple et Adobe, deux partenaires de toujours. En mars 2008, un peu plus d'un an après l'annonce de l'iPhone, Steve Jobs repoussa l'idée de voir ce player arriver sur son nouveau système mobile au motif que Flash y affichait des performances insuffisantes et qu'il ponctionnait trop la batterie.

Quelques jours plus tard, confiant dans ses capacités, Adobe assura de son intention de créer une version iOS en prévision de l'ouverture de l'App Store à l'été de la même année. Tout en admettant que l'aide d'Apple était aussi indispensable que souhaitée. En octobre 2008, une version iOS du player Flash était opérationnelle chez Adobe mais les portes d'Apple et de l'App Store restaient fermées.

Face à un Adobe qui distribuait des player Flash à tout vent sur les autres plateformes — non sans se heurter aux critiques sur leurs performances — et s'époumonait à critiquer l'intransigeance d'Apple Steve Jobs mit un terme au débat en avril 2010.

Avec le lancement de l'iPad en 2010, Steve Jobs publie ses « réflexions sur Flash » en page d'accueil du site d'Apple. Un réquisitoire contre la technologie d'Adobe

Il publia la fameuse lettre ouverte dans laquelle il alignait les nombreux arguments d'Apple à l'encontre de la technologie d'Adobe (lire aussi Steve Jobs avait bien essayé de recruter Kevin Lynch en 2010). Les mauvaises performances de Flash y étaient à nouveau citées, mais ce n'était plus le seul problème.

En deux ans, l'App Store était monté en puissance et tout le potentiel des apps sur iPhone avec lui. Flash n'était plus seulement vu comme un sucre jeté dans le réservoir de l'iPhone mais comme une plateforme logicielle à part entière, de nature à concurrencer le développement d'apps natives. Adobe ayant tout intérêt à pousser les développeurs vers son SDK plutôt que vers le kit de développement d'Apple.

Depuis ce 12 janvier, Adobe a enterré Flash sur toutes les plateformes et les navigateurs zappent par défaut tous les contenus encore en ligne.


avatar Garynho | 

En même temps ça fait pas déjà 10 ans qu’on était au courant de cette histoire?

avatar cybercooll | 

@Garynho

J’étais pas au courant moi, mince il va falloir que je recode tous mes sites en urgence!!
Je comprends pas, ça marche bien chez moi (je suis sous Windows millenium, mon IE6 est à jour avec la dernière version)

avatar armandgz123 | 

@Garynho

Je ne sais même pas ce que c’est flash

avatar marc_os | 

@ armandgz123

Le flash, c'est cette petite lumière à côté de l'objectif de la caméra et qui s'allume sur ton iPhone quand tu prends un photo de nuit. 🙃

avatar armandgz123 | 

@marc_os

Hum 😶

avatar DG33 | 

@marc_os

Je me disais bien que c’était une fake news, car on a tous le flash sur iPhone depuis le 4 😇

avatar xDave | 

Mais comme au final il ressemblait plus à un ver qu’à un mille-pattes on a lâché l’affaire. Au mieux il rampait mais impossible qu’il finisse par marcher.

Peut-être aurait-il pu fonctionner par contre. 🙃

avatar yurt | 

Ça y est ça va taper sur Flash, en oubliant tous les services de fou que cette technologie a rendu à une certaine époque…

avatar Azurea | 

@yurt
Effectivement, très utilisé dans la construction de site, mais surtout une véritable passoire à virus. Mise à jour pour combler une faille, paf ! deux autres se rajoutais automatiquement.
Flash avait du potentiel, faut le reconnaitre, mais quelle galère virologique.

avatar Celeri | 

"à une certaine époque" --> c'est exactement cela dont il est question. Flash est une des grandes technos des années 2000, mais pas des années 2010.

Soyons honnêtes : est-ce que l'absence de Flash a réellement pénalisé quelqu'un sous iOS ? Et est-ce que sa présence (toute relative) sous Android a été un avantage déterminant pour quiconque ?

avatar pocketalex | 

@Celeri

Son absence ne gêne personne, elle permet de payer 5€ des mini jeu sur l'app store que tu aurais eu gratuitement sur le web

Elle impose des sites avant tout rédactionnels et a tué toute initiative "d'expérience interactive" comme certains site l'étaient avant (pour le meilleur, et parfois pour le pire, mais au moins c'était "créatif")

Mais bon, on vit sans hein

avatar oomu | 

@pocketalex

merci pour ce rappel.

avatar Derw | 

@pocketalex

J’ai été animateur Flash (et développeur jusqu’à AS3). Effectivement, Flash c’était super pour faire des sites fun et créatifs. Mais ces sites n’était pas accessibles dans tous les sens du terme…

avatar pocketalex | 

@Derw

Il était tout à fait possible de faire des sites en flash parfaitement référencés

Sur l’accessibilité ... ça je sais moins

avatar Derw | 

@pocketalex

« Il était tout à fait possible de faire des sites en flash parfaitement référencés »

Allez dire ça à un SEO master ! 😉

Certes Adobe avait fournit des solutions de contournement à ce problème, mais cela restait du contournement… d’ailleurs, dès qu’on voulait sortir de ce que flash savait faire facilement (les animations, le multimédia), pour aller vers ce que le HTML, PHP, SQL… faisaient facilement (contenu facile à gérer, référencement, multilingue, accessible, imprimable…) c’était la galère. C’est d’ailleurs pour cette raison que la boîte dans laquelle j’étais était partie sur des sites avec du Flash et non pas des sites en Flash.

avatar DG33 | 

@pocketalex

App à 5€ permettant une rémunération de 70/30. 🤓

avatar cybercooll | 

@Celeri

Avant l’html5, pour faire des upload de fichier agréables il n’y avait pas de solution autre que flash.
On contrôlait la taille du fichier avant upload, on pouvait faire de la sélection multiple et uploader en tâche de fond.
Quel dev n’a pas utilisé swfupload?

avatar pocketalex | 

@ cybercooll

avant le html5, et même longtemps après son arrivée, il était compliqué de faire des vidéos intégrées dans des sites, des lives stream, des vidéos interactives, etc

Avec Flash c'était d'une simplicité religieuse, aussi bien pour la gestion des envois de flux que pour leur lecture sur le poste client (le visiteur)

Aujourd'hui on peut faire des choses en html5, mais c'est pas un dev sur une demi-journée ...

avatar Derw | 

@pocketalex

Puisque tu bosses dans la vidéo : sais-tu avec quoi on peut faire de l’animation aujourd’hui ? Ces un domaine que j’ai laissé tomber il y a plus de 10 ans, mais cela me dirait bien de m’y remettre…

avatar Trillot | 

@Derw

Hype

avatar Derw | 

@Trillot

Hum… j’avais testé la première version de Hype et n’avais pas été convaincu par le code généré ni par le fait qu’il y ait une taille à l’animation (depuis le web responsif, la notion de taille d’écran fixe pour du HTML semble bizarre…). Il faudrait que je teste cette version 4… reste que je posais la question surtout pour faire du film d’animation, pas du HTML 5 animé. Pour ça pour l’instant je le fais en code direct, je n’ai pas de gros besoins…

Mais merci quand même ! 😃 cela m’a remis ce logiciel en tête, je lui donnerai une seconde chance…

avatar pocketalex | 

@Derw

Animate CC pour tout ce qui est animations du style « dessins animé », personnages, etc

After Effect pour tout ce qui est animations type intro, générique, post production, etc

Première Pro ou FCP pour le montage vidéo

Pour les animations en HTML 5 on est plus vraiment dans la vidéo mais plutot dans le dev ... je suis moins au point sur les softs, j’ai jamais été vraiment Dev (je bossais avec des tueurs, mais moi j’avais vite mes limites) et je suis passé dans la créa pure : DA, motion design, graphisme, photo, soundtrack design, 3D et Cie. Je fais plus de technique, et je m’en porte bien mieux par ailleurs

avatar Derw | 

@pocketalex

Merci. Malheureusement Animate CC c’est Adobe et j’ai laissé tomber Adobe quand il sont passé à l’abonnement. Je fais déjà du FCP et je commence à m’intéresser à Motion. Toutefois, je doute que Motion soit adapté pour faire vraiment de l’animation au sens de ce que permettait Flash…

avatar oomu | 

@yurt

merci.

Dans ce forum, ça manque d'artistes ayant eu à distribuer leur travail :)

avatar yurt | 

@oomu

Ah j’en ai passé moi aussi du temps à bosser avec Flash

avatar DG33 | 

@oomu

De là à dire que ceux qui crachent sur flash ne sont pas des lumières 💡😇

avatar fernandn | 

Flash a été développé de mémoire car pas très compétant dans le domaine du temps dés connexions poussives et de l’absence de puces graphique. Donc tout était géré par le microprocesseur. A partir du moment où les débits ont augmentés que les puces graphiques dédiées sont arrivées l’intérêt de flash a disparu. Auparavant avec flash ont envoyait des coordonnées traitées par le micro à présent c’est l’image qu’on envoie.
Enfin dans les grandes lignes car c’est ça que j’ai compris !

avatar pocketalex | 

@ fernandn

Pas du tout

Flash a été developpé à la suite de Director, un outil d'animation multimédia pour ordinateurs, afin de permettre de créer des animations vectorielles (et bitmap) interactives pour le web

Rapidement, flash a permis de créer des "mini sites" et son étonnante simplicité a été un de ses plus gros boulet par la suite, laissant la porte ouverte à une myriade de "développeurs du dimanche" qui pondaient des sites "pas cher" mais très mal optimisés, lourds (consommant inutilement énormément de bande passante et de CPU) et ne respectant pas les règles de l'art

Mais Flash a aussi été un outil puissant et mis dans les mains d'agences web et de développeurs de talent ... permettant des choses totalement incroyables. Certains sites étaient de vraies expériences immersives et interactives, il y a avait une réelle émulation créative entre agences et entre talents

Adobe a trop poussé cet outil vers un environnement de dev complexe, au lieu de privilégier la légèreté et la sécurité avant tout, ça leur a pété à la gueule au final. C'est con, c'était vraiment un bon outil

Et concernant Apple, on pourra dire ce qu'on veut, la seule et unique raison qui fait qu'Apple a refusé, et donc tué, Flash, c'est la concurrence avec l'App Store

Pourquoi offrir gratuitement ce qui peut générer 30% de marge ?

avatar oxof | 

@pocketalex

Tout à fait. Et maintenant, pour remplacer Flash, on a besoin d'un tas de technos parfois difficiles à maîtriser : HTML, CSS, Javascript et toute la ribambelle de framework (React, Angular, Vue...). Et pour arriver à faire quoi ? Ce que Flash faisait beaucoup plus simplement, et mieux, il y a 20 ans.

Flash est mort car il a était mal développé par Adobe (on l'a dit), pouvait concurrencer les outils Apple en effet et, aussi, car Google n'indexait pas les sites en Flash.

Pour compenser la difficulté de construction des sites on a simplifié le design. Résultat ? Le "flat design"...

avatar morpheusz63 | 

@oxof

Rien n'y est gravé dans le marbre, développeur web c'est un métier qui nécessite de s'adapter aux évolutions informatique, les dev qui aiment les défis info ne regrettent pas la mort du flash, désolé

avatar oomu | 

@morpheusz63

- rien n'est gravé dans le marbre. Mais parlons de l'état actuel : faire l'équivalent d'une animation flash demande un fatras de langages dit "html 5" pas toujours mures techniquement. même en 2021

- "'est un métier qui nécessite de s'adapter aux évolutions "
Tout le monde sait cela depuis 60 ans. N’empêche qu'à la fin de la journée, nombre de gens le font pour des raisons professionnelles. "l'informatique" n'est pas leur motivation première, c'est: art, contenu journalistique, ergonomie pour vendre un service, autre

"les dev qui aiment les défis info ne regrettent pas la mort du flash"

Les artistes n'ont pas que des "défis" à régler dans la vie, mais des clients à satisfaire, un public à toucher, des oeuvres à publier. Le "défi" est un obstacle qui n'amuse que des esthètes.

Le "développeur", autre métier, n'a pas que des défis à faire, il doit fournir des outils fonctionnels, des services utiles aux clients, etc.

Une plateforme applicative doit être:
- efficace (bon ratio performance / temps de dev investi)
- productive (on écrit vite un truc qui sert à quelque chose)
- sans ambiguité (un problème : une solution, pas 150 façons de se gourer)
- bien documentée.

Elle n'a pas à être un "défi". Un défi, c'est cette fameuse Grande Vague que tous les Surfeurs rêvent un jour de dompter.

Je me permets d'être pédant ici, parce que non, on ne peut considérer l'informatique et les considérations d'autrui que comme un jeu de défis.

Ce sont des outils de travail.

avatar fte | 

@oomu

"Ce sont des outils de travail."

Tu. Ruines. Mon. RÊVE.

avatar pocketalex | 

@oomu

"Ce sont des outils de travail."

Ah bon ? A lire les gens ici je pensais qu’un ordinateur était une machine à ouvrir pour la bidouiller : changer la RAM sur slot, configurer les drivers, tweeker la carte mère, réparer les drivers qui marchent plus (mal configurés ?), changer les réglages bios, ajouter une carte PCI, re-réparer les drivers, remplacer la carte PCI qu’on avait installé juste avant, désinstaller les drivers, réinstaller les drivers, rebooter la machine et si tout va bien ... alors le logo Windows apparait

avatar morpheusz63 | 

@oomu

Merci de partager votre version des faits, c'est votre opinion et moi la mienne, pour certains c'est un outil de travail et pour d'autre un art , une philosophie etc, il y à boire et à manger pour tout le monde, tout le monde à raison..Après du flash pour faire de l'art, je reste sceptique, si vous,avez des liens à me filer je veux bien voir

avatar oxof | 

@morpheusz63

Oui c'est vrai. Mais je pense que la simplification du développement c'est surtout ça l'évolution de l'informatique. Avec notre iPhone on est tous en train de programmer mais on ne s'en rend même pas compte.

avatar pocketalex | 

@morpheusz63

"Rien n'y est gravé dans le marbre, développeur web c'est un métier qui nécessite de s'adapter aux évolutions informatique"

C'est très vrai, mais Flash était un outil aussi bien adressé aux développeurs qu'aux artistes. C'était sa force par ailleurs.

"les dev qui aiment les défis info ne regrettent pas la mort du flash, désolé"

Tu m'étonnes ... il faut 5 personnes sur 6 semaines pour faire ce qu'une personne faisait en 2 jours, du coup il y a gavé de boulot, normal que les devs soient content

avatar IceWizard | 

@pocketalex

« Et concernant Apple, on pourra dire ce qu'on veut, la seule et unique raison qui fait qu'Apple a refusé, et donc tué, Flash, c'est la concurrence avec l'App Store »

A ceci près qu’Apple n’a cessé de demander à Adobe, la première année de sortie de l’iPhone, le portage de Flash sous iOS. Son absence était même considéré comme un échec potentiel de l’expérience iPhone.

Il a fallu un an pour qu’une première version de Flash iOS sorte, développée à la vas-vite, toute moisie et inutilisable. D’où la colère de Jobs, grand narcissique devant l’éternel ! A mon sens c’est plus cette colère qui a causé la perte de Flash sur iOS.

Je n’ai d’ailleurs pas souvenir que Flash ai connu un grand succès sur Android.

avatar pocketalex | 

@ IceWizard

il y a même encore plus que ça. Une guerre larvée trainait entre Adobe et Apple, Steeve Jobs n'a jamais digéré qu'Adobe le laisse tomber à l'époque ou Apple était au bord de fermer

C'est une histoire complexe et je l'ai un peu trop simplifiée, mais il n'en reste pas moins que l'émergence de l'AppStore et son potentiel de business ont clos l'histoire

avatar Bigdidou | 

@pocketalex

« Mais Flash a aussi été un outil puissant et mis dans les mains d'agences web et de développeurs de talent ... »

A ton avis, est-ce que Flash a permis des choses qui n’auraient juste pas été possibles sans ou a t-il juste simplifié le travail et on aurait de toute façon vu les mêmes réalisations ?

avatar oomu | 

@Bigdidou

je m'incruste

je me permets de proposer cet angle là:

sans un outil simple et efficace, ce qu'était Flash MX pour créer des animations et des interactions, vous n'auriez pas pu justifier nombre de réalisations (trop de temps, trop couteux sinon)

d'ailleurs, on peut le voir depuis le HTML5 : les designs ont été hyper simplifiés, les expériences épurées. Le "flatteuh designeuh" n'est pas qu'une mode totalitaire, c'est aussi une nécessité face à des outils immatures.

J'ajoute néanmoins, qu'au moment de la grande époque de Flash, l'outil s'est répandu rapidement car il n'y avait rien d'équivalent en pur web (html 3/4 + css et du javascript) sauf à de considérables efforts de réinvention en javascript pour des performances atroces en comparaison de Flash.

avatar pocketalex | 

@oomu

Je me permet d'ajouter quelques détails supplémentaires :

- Flash intégrait les typos, il était possible de faire des mises en page très complexes avec des typos sympa, des chevauchements avec les visuels, etc. En html, on se contentait de rester sur un lot de 8 ou 10 typos de base dont on savait que tout le monde les avait. Il a été possible, par la suite, mais longtemps après, de télécharger ses typos en css pour les afficher dans la page web ... mais pas au début

- flash garantissait un affichage du contenu 100% fidèle quelque soit la machine (Mac, PC sous Windows, PC sous Linux, etc), quelque soit le navigateur (IE, Firefox, safari, Chrome et Cie). En HTML, ce n'était pas du tout le cas, et il fallait des heures et des heures de tests et de corrections pour que la moindre page web soit "plus ou moins" fidèle d'un poste à l'autre.
Ajoutez l'immense part de marché du pire navigateur de l'histoire : IE6, dont il fallait presque une version du site web dédiée à ce navigateur, et une pour les autres. J'exagère à peine.

- Flash gérait le multilangue. Un site ou une page en français, espagnol, italien, arabe, chinois et japonais ? super simple ! En HTML ça va aujourd'hui, mais longtemps ça a été une galère infernale

avatar Derw | 

@pocketalex

Hum, 3 petits bémols :
« flash garantissait un affichage du contenu 100% fidèle quelque soit la machine (Mac, PC sous Windows, PC sous Linux, etc), quelque soit le navigateur (IE, Firefox, safari, Chrome et Cie). »
Vrai, sauf pour la taille de l’écran… le contenu Flash n’était pas responsif. Cela a d’ailleurs été un des cailloux dans sa chaussure…

« En HTML, ce n'était pas du tout le cas, et il fallait des heures et des heures de tests et de corrections pour que la moindre page web soit "plus ou moins" fidèle d'un poste à l'autre. »

Pour les mauvais intégrateurs peut-être, mais quand on maîtrisait son sujet (notamment les hacks IE) on s’en sortait dans 80% ou 90% des cas sans encombre. Restent les cas où le designer demandait des trucs bizarres…

« - Flash gérait le multilangue. Un site ou une page en français, espagnol, italien, arabe, chinois et japonais ? super simple ! En HTML ça va aujourd'hui, mais longtemps ça a été une galère infernale »

Oui, enfin, ce n’était pas si simple que ça quand même… Disons qu’il n’était pas nécessaire d’être un ingénieur, mais il fallait quand même faire du dev… (AS).

avatar pat3 | 

@pocketalex

"Ajoutez l'immense part de marché du pire navigateur de l'histoire : IE6, dont il fallait presque une version du site web dédiée à ce navigateur, et une pour les autres. J'exagère à peine."

Non, tu n’exagères pas :)

avatar Bigdidou | 

@oomu

Oui, donc si je comprends bien ça paraît un peu simpliste de le rejeter en bloc à posteriori...

avatar oxof | 

@Bigdidou

Flash a permis des choses qui étaient impossibles avec les languages standards du Web de l'époque. Son, animations vectorielles, interactivité poussée (pour preuve, les jeux). Tout ça en plein écran, à l'époque où on arrivait à peine à passer une vidéo format timbre poste dans les tuyaux.

avatar fte | 

@Bigdidou

"A ton avis, est-ce que Flash a permis des choses qui n’auraient juste pas été possibles sans"

Flash permettait ce qui n’était pas faisable sans, pendant un temps. Le temps que les techno web rattrapent Flash. Techno web qui ont rattrapé flash sur le papier, mais en pratique, pas encore tout à fait.

Flash était brillant pour ce qu’il permettait de faire, mais assez mauvais pour ce comment il faisait. Brillante techno, terrible implémentation.

avatar Derw | 

@fte

Bon résumé !

avatar oomu | 

@pocketalex

j'ai toujours considéré que le principal soucis pour Apple était que Flash était autant une gène à son commerce, qu'un problème de plateforme applicative:

Apple avait expliqué vouloir s'assurer que les outils de développements pour ses plateformes exploitent totalement les fonctionnalités fournies par Apple.

Pour cela, il fallait éviter la situation qui s'était imposée sous macOs "classic" : l'émergence d'atelier outil/plateforme applicative/outils de développement qui divisaient les développeurs et forçaient apple, de fait, à en faire le support/conserver la compatibilité.

Adobe avait commencé à transformer Flash comme alternative applicative (faire des logiciels généralistes en flash), ce qui était en conflit avec ce que XCode était censé régler.

avatar oxof | 

@oomu

Parfaitement. Malgré ses défauts, Flash était sur le point de devenir un véritable outil de développement multi-plateformes (ce qu'il était déjà sur le Web à l'époque des incompatibilités entre navigateurs). Adobe avait d'ailleurs poussé auprès du W3C pour qu'ActionScript (language de Flash) devienne la prochaine évolution du Javascript.

avatar IceWizard | 

@oxof

« Malgré ses défauts, Flash était sur le point de devenir un véritable outil de développement multi-plateformes (ce qu'il était déjà sur le Web à l'époque des incompatibilités entre navigateurs). « 

Ah bon, dans ce cas j’aimerais qu’on m’explique comment Apple a bloqué l’utilisation de Flash sur Android, Windows, Linux et Web ? Et je répète la question que j’ai déjà posé plus haut dans ce fil, pourquoi est-ce que ce système génial n’a pas connu un succès tonitruant sur Android ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR