Flash se retire des navigateurs web mobiles

Arnaud de la Grandière |


Incontournable sur les ordinateurs, Flash n’a pas réussi à négocier le virage du post-pc. Bloqué par Apple sur iOS, Adobe a échoué à créer un véritable engouement sur les autres plates-formes. L’éditeur de San Jose a donc décidé d’arrêter les frais, d’adopter une nouvelle stratégie et ouvre ainsi un boulevard au HTML5. Explications…

Flash est né sous le nom de FutureSplash à une époque où le débit des modems se mesurait encore en bauds, et pour cause : au lieu de faire transiter des images par le réseau, les fichiers Flash se contentaient d'envoyer la "recette" (définition des points, courbes, couleurs) qui permettait au plug-in de reconstituer ces images vectorielles en temps réel côté client.

Ce que Flash permettait d'économiser en bande passante était donc déporté en matière de ressources matérielles : pour animer une image vectorielle, il fallait plus de mémoire et plus de ressources du processeur. Un sacrifice bien volontiers concédé au vu du résultat et de la rapidité à faire transiter une jolie animation sur si peu de bits par seconde. Si la vidéo est plus gourmande encore pour le processeur, ça n'est qu'à cause de la compression, qui rapproche l'affichage d'une image bitmap de celle d'une image vectorielle, en exigeant du processeur qu'il reconstitue l'image à partir de ses éléments de base.

Les animations vectorielles n'ont à vrai dire rien de bien nouveau : elles permettaient déjà de suppléer à l'impossibilité matérielle d'afficher de la vidéo sur les machines d'antan. Ainsi, la démo State of the Art du groupe Spaceballs permettait dès 1992 de présenter des animations de toute beauté, en plein écran sur un Amiga 500, alors même que QuickTime, mis sur le marché à la fin de  l'année précédente par Apple, se limitait à de véritables timbres-poste (160x120 à 3 images par seconde) sur des machines autrement plus puissantes.



Et pour cause puisque QuickTime était autrement plus versatile : à l'inverse des animations vectorielles, le logiciel d'Apple pouvait prendre en charge n'importe quel type d'images et d'animations (lire QuickTime X : Tabula Rasa). En 1991, Eric Chahi publiait son jeu Another World, dont toutes les cinématiques étaient également en animation vectorielle.

Flash s'inscrit donc dans cette tradition, et s'est donc trouvé parfaitement adapté aux premiers pas du web. Mieux encore, avec l'ajout d'un langage de programmation de type script, Flash permettait à peu de frais de proposer une expérience interactive et homogène sur tous les navigateurs, et faisait office de lingua franca à une époque où précisément Internet Explorer faisait la pluie et le beau temps tout en faisant gaillardement fi de tout standard : Flash était la seule voie du salut.

C'est fort de sa base installée impressionnante que Flash est devenu le standard du web de facto, ouvrant à tous des fonctionnalités que les navigateurs ne proposent pas encore en standard, comme la vidéo. Et tout comme pour Internet Explorer, c'est le même statut qui l'a propulsé dans l'immobilisme.

En dépit des services qu'il a rendus, Flash est devenu très encombrant pour les industriels qui en sont devenus dépendants. Les utilisateurs de Mac ne le savent que trop bien : Flash s'est illustré depuis quelques années par son incroyable gourmandise matérielle, la moindre lecture d'une vidéo avec Flash faisant surchauffer le processeur, lancer les ventilateurs à pleine charge, et mettait la machine à genoux. Adobe s'est réfugiée derrière une excuse toute trouvée, en déplorant le fait qu'Apple n'avait pas ouvert l'accès à l'accélération matériel pour le décodage de vidéo sur Mac OS X, tout en occultant bien commodément que tous les autres logiciels gérant de la vidéo étaient logés à la même enseigne sans pour autant présenter les mêmes symptômes. Le prétexte n'aura d'ailleurs pas tenu longtemps puisqu'Apple proposait peu après cet accès sans que les choses ne changent fondamentalement pour Flash. Si Adobe a manifestement été aiguillonnée par les remarques acerbes de Steve Jobs et a fait des progrès en terme d'efficacité sur Mac (il faut dire qu'on partait de loin), le constat reste très mitigé pour Flash.

Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202011-11-09%20a%CC%80%2022.51.15

Comment donc espérer que Flash puisse être un tant soit peu exploitable sur les plateformes mobiles si Adobe se montre déjà incapable de tirer un meilleur parti de machines autrement plus puissantes ? Si un MacBook Air gagne jusqu’à 30 % de longévité sans Flash, que dire d'un appareil de poche (lire Le MacBook Air se porte mieux sans Flash). Et s'il est bien une preuve que Flash est résolument trop gourmand pour ces processeurs plus sobres, c'est le fait qu'Adobe elle-même ait distribué un "Flash light", expurgé de nombre de fonctionnalités pour pouvoir être tout bonnement exploitable sur les appareils les plus modestes.

Les problèmes ne s'en tiennent d'ailleurs pas là, puisque Flash s'est montré particulièrement instable, Apple l'accusant d'être responsable de la grande majorité des plantages sur Mac OS X. Pire encore, de nombreux trous de sécurité dans le code du plug-in exposent les machines aux hackers mal intentionnés, et seule Adobe est à même de pouvoir les combler sans qu'Apple ou Microsoft y puissent quoi que ce soit. Apple n'a manqué aucune occasion de souligner l'inadéquation de Flash sur iOS, en rappelant que l'absence de clavier physique et de souris rendait inexploitables nombre de contenus en Flash qui les exigeaient.

Mais c'est bien la faille du post-pc qui aura été le dernier clou dans le cercueil de Flash. Dans une dispute particulièrement acerbe et publique avec Adobe, Apple a pointé du doigt tous les manques de Flash, et y ajoute sans doute le pire d'entre tous : Adobe s'est avérée incapable de proposer à Apple une version de Flash qui soit à la fois réactive et économe en énergie, deux conditions indispensables à la viabilité sur les plateformes mobiles.

Adobe aura bien tenté de donner tort à Apple par les faits, en proposant une version de Flash sur Android, webOS et QNX, mais les critiques sont sans appel, validant au contraire le choix d'Apple. Entre temps, Adobe n'avait de cesse que de promettre que la version suivante y mettrait bon ordre sans que rien ne vienne le démontrer dans les faits, et les supporters d'Android avaient au moins cet "avantage" à mettre en avant, quelle que soit sa validité. Dorénavant, on pourra faire l'économie de ce faux débat. Gageons que ce qui était autrefois garanti comme indispensable ne méritera demain que peu de regrets de la part de ses défenseurs d'hier, et que ceux-ci se consoleront de cette défection sans trop de difficulté. Apple et Adobe avaient laissé le consommateur arbitrer leur querelle, en tout état de cause, il semble que le support de Flash n'ait apporté aucun engouement notable pour les tablettes Android.

Mais de la même manière que Flash a offert aux développeurs web la voie de la moindre résistance par rapport aux limites et incompatibilités des navigateurs de naguère, son absence sur iOS a été la faille qui lui a fait perdre son statut de plateforme universelle (lire Quand Adobe et Apple se disputent le web). Toutes les plateformes mobiles ne sont pas capables d'exécuter du contenu Flash, mais toutes sont capables d'afficher du HTML5 à l'aide du moteur Webkit, qui devient donc le plus grand dénominateur commun sur ces machines. Et maintenant qu'Adobe jette officiellement l'éponge sur le marché mobile et qu'IE6 sombre dans l'oubli, la contagion finira par s'étendre aux ordinateurs : HTML5 offrira la voie de la moindre résistance, permettant aux développeurs web de ne développer qu'une seule fois pour s'adresser à tous les écrans connectés, comme autrefois Flash permit de le faire. En somme, la prophétie de Steve Jobs était autoréalisatrice. Flash ne disparaîtra pas, car il continuera de rendre des services qu'il est seul à même de pouvoir fournir, mais il n'aura plus l'importance et l'influence qu'il a eue naguère.

Mais après tout, Adobe ne vend pas son plug-in, et sa popularité n'est qu'un garant en termes de vente des logiciels qui permettent de réaliser le contenu compatible : il lui suffira de proposer un export HTML5 pour ne rien perdre au change. C'est du moins l'argument qu'Adobe avance depuis la fameuse discorde, mais celui-ci n'offre qu'un tableau incomplet. Avec son plug-in, Adobe restait seule maîtresse des fonctionnalités qu'elle jugeait bon d'y ajouter ou non, désormais elle sera tributaire de celles que le W3C implémentera dans son standard, et sera logée à même enseigne que tout autre éditeur de logiciel. Elle y perd donc un avantage stratégique de poids.

Tags
avatar Timekeeper | 
Ne le prenezas pour l'acte irréfléchi d'un adolescent boutonneux, ce message est au contraire très profond : PREUMS !
avatar Timekeeper | 
Preums sur la mort (le debut de la fin) de Flash, c'est hautement symbolique.
avatar Oliange | 
Ça me fera toujours rigoler de parler d'ère post-pc. En attendant, l'article est rédigé sur un PC non ? Vu que les Mac partagent la même architecture. :)
avatar simnico971 | 
@Oliange : Rendez-vous dans dix ans ?
avatar Hello. | 
@Oliange L'ère Post-PC, c'est aussi l'ère Post-Mac.
avatar lmouillart | 
A noter qu'adobe arrête aussi Flash sur les TV.
avatar TheYomansland | 
L'Ere Post-Mac c'est aussi l'ère Post-machine à écrire
avatar Marc Duchesne | 
Les macs ne sont pas des camions.... Vous vous méprenez. Un PC est une boite ressemblant à un gros toaster qui est souvent fait de pièces de très piètre qualité provenants de milliers de manufacturiers asiatiques. Tout sa rafistelé sur une version de Microsoft Window$. Un mac est l'intégration totale hardware software, sa fonctionne c'est tout... Tout conne une Sony Playstation ou autres plateforme stable et bien contrôlée.
avatar Almux | 
Est-ce qu'Adobe va appliquer le même "bon sens" en nous proposant (enfin) des applications web "modernes", autant en codes qu'en prix allégés?
avatar Benlop | 
@ marc duchesne [10/11/2011 20:28] Dans la citation d'origine, c'est PC au sens large, Personal Computer. Mac comme PC Windows, sans différence.
avatar Hello. | 
Si, les macs (de bureau) sont des camions, mais d'EXCELLENTS camions :)
avatar lmouillart | 
@marc duchesne "Vous vous méprenez. Un PC est une boite ressemblant à un gros toaster qui est souvent fait de pièces de très piètre qualité provenants de milliers de manufacturiers asiatiques." C'est pour ça que les PC d'assemblage sont souvent très mauvais et qu'il faut préférer des bonnes marques de PC comme Lenovo.
avatar Jeckill13 | 
Flash n'est absolument pas indispensable sur un ordinateur sous windows ou un Mac, dans le web au vu du mauvais résulta produit pour le SEO (optimisation du site pour les moteurs de recherche) avec un site en flash, et sa non validation par le w3c, l'utilisation de flash se limite souvent juste au jeux sur Facebook et au publicités. Après graphiquement je suis d'accord pour dire que un site en flash offre plus de possibilités pour les animations mais sorti de ça …
avatar Le Gognol | 
Aaaaaaaah, State of the Art ! Une disquette ! Et quelques temps plus tard, 9 Fingers ! Deux disquettes... http://www.youtube.com/watch?v=RF-RfTaxcMw
avatar Lemmings | 
Si les faits de base sont similaires, j'ai pas vraiment la même conclusion : http://www.bheller.com/2011/11/09/adobe-abandonne-flash-sur-android-steve-jobs-avait-il-raison/ ps : Cessez un peu avec votre expression "post-pc", ça ne veux absolument rien dire et c'est tout sauf quelque chose de concret à ce jour !
avatar Lemmings | 
@marc duchesne : comme les derniers iMac et leurs soucis de cartes graphiques ? ha oui ok :D
avatar Lemmings | 
@Le Gognol : à l'époque, MTV diffusait la demo à l'antenne ! C'est dire !
avatar supermoquette | 
«Flash se retire des navigateurs » Du sonnyboy tout craché...
avatar SugarWater | 
Tu me manques steve :(
avatar Timekeeper | 
@Lemmings "ps : Cessez un peu avec votre expression "post-pc", ça ne veux absolument rien dire et c'est tout sauf quelque chose de concret à ce jour !" Va dire ça à ceux qui n'utilisent presque plus que leur tablette. Ça ne s'utilise pas comme un ordinateur, même portable. On l'active plus souvent, moins longtemps (ou pas), … Bien sur ça rest des "ordinateurs" avec processeur, interfaces avec l'utilisateur, … mais la mentalité n'est plus la même. L'autonomie et la compacité passent avant la puissance pure par exemple. D'où les problèmes d'Adobe et la facilité de surfer de l'allumer partout tout le temps comparer à un lourd portable.
avatar Lemmings | 
@timekeeper : j'ai un iPad, je ne l'utilise jamais... Tellement moins versatile qu'un bon PC (allumé tout le temps chez moi) et moins mobile que mon téléphone...
avatar pat3 | 
@Lemmings : si c'est un iPad 2, je veux bien discuter av toi d'un bon prix d'occase,
avatar lmouillart | 
@Lemmings idem, j'ai mon kindle que j'utilise pour lire. le smartphone dans la rue, en déplacement etc ... et sinon laptop/fixe. L'ipad j'y ai pas touché depuis un moment ...
avatar BenUp | 
Voici un schéma de base pour Adobe : Flash ne rapport pas de d'argent, laissons le tomber au profil d'une nouvelle technologie payante et donc plus rentable.
avatar Lemmings | 
@pat3 : c'est un ipad 1, lent et lourd, que je n'utilise que pour le dev.
avatar Lemmings | 
Tiens, amusant, Adobe vient de publier une mise à jour de flash sur l’android market…
avatar Zouba | 
En semaine, je ne touche plus à mon ordi à partir du moment où je quitte mon bureau. iPhone, mais surtout iPad l'ont remplacé, et on peut y faire un sacré paquet de chose, pas seulement surfer sur le net ou consulter ses courriels. Lire, apprendre, écrire, développer, concevoir, administrer, bref, comme d'habitude la majorité des gens n'arrive pas à admettre que Steve Jobs à raison avant que le changement des habitudes s'impose à eux. Ça me manquera :(
avatar Zouba | 
[quote]Tiens, amusant, Adobe vient de publier une mise à jour de flash sur l’android market…[/quote] Parfaitement cohérent avec le communiqué de presse d'hier, je vois bien, amusant, j'ai un peu plus de mal à comprendre :-)
avatar Mithrandir | 
@Lemmings : j'utilise mon iPad tout le temps, lecture, jeux, surf, travail sur des présentations, des CR de réunion, etc...
avatar Jimmy_ | 
La fameuse ère, blabla, post-PC.
avatar USB09 | 
@marc duchesne : Aie ça fait mal aux yeux !
avatar Jean-Jacques Cortes | 
J'ai vomi Flash dès le premier jour, en 1998, lorsque j'ai voulu voir sur mon Mac LC-475, le site web http://the-avengers.warnerbros.com/ écrit tout en Flash. Le résultat fut un plantage complet de mon LC-475. Honnêtement, on a expédié bien des gens au bûcher pour moins que ça... Mon Power Mac G3 beige n'étant pas encore assez puissant, j'ai dû attendre mon Power Mac G5 de février 2004 pour voir sans saccade ce site.
avatar joneskind | 
@BenUp C'te blague! Sans déc' Ben, tu peux pas être sérieux! Tu sais bien que Flash n'a jamais été un standard ouvert depuis le rachat de macromedia. La seule dimension payante de l'HTML5 vient des droits d'utilisation des codecs vidéo. Tout le reste est totalement libre. Adobe se fait du fric avec son éditeur HTML5, mais ça n'a rien de comparable avec le flash, qui est propriétaire. Vieux Troll va !
avatar Batracien | 
Click for flash, est magique aussi!
avatar Chanteloux | 
Il y a deux clientèles majeures pour le iPad: - les fétichistes de la Pomme: eux achèteraient un âne s'il y avait une poème dessus - et les millions de personnes mal informées, connaissant mal l'informatique... Eux autres pensent que les reflets sont normaux et inévitables, que les sites web inaccessibles sont dûs à des dysfonctionnement d'Internet, et que les traces de doigts, et bien faut vivre avec. Le iPad fait tout, et tout mal. Impossible d'y regarder un film dans le TGV, reflets , de lire une revue sur son balcon... Le iPad, c'est l'idée la plus géniale d'Apple, avec la réalisation la plus pitoyable
avatar lmouillart | 
@chanteloux à mort les écrans brillant sur les produits grand publique...ou alors supprimons le soleil.
avatar J.C | 
"Flash est né sous le nom de FutureSplash" Le gars était devin, non?!?
avatar Almux | 
@Lemmings Mon épouse a un iPad 1. Ce n'est pas aussi raide que le Mac Pro... mais, au contraire de certaines remarques vue ici, je suis chaque fois époustouflé comme cette petite plaquette est réactive! @chanteloux Tu es trop catégorique pour être dans le vrai. Pour ce qui est du HTML5: vivement que les "standards" deviennent les mêmes pour tous les butineurs! Parce que, pour l'instant, la guéguerre Mozilla - Apple - Microsoft - Opera - etc. fait ch..r tout le monde avec ses scripts différents pour faire passer les effets voulus sur tous les butineurs... Mais, évidemment, chacun veut avoir raison: comme si chacun avait sa religion!
avatar malcolmZ07 | 
@lmouillart Je ne sais pas si je suis le seul ... mais je crois moyennement au fait que tu possèdes un Ipad .... Ta mauvaise foi légendaire peut tout expliquer ...
avatar rikki finefleur | 
Retirer le flash , une stupidité sans nom. La solution proposée par adobe , des applications.. Donc une myriade d'applications propriétaires pour faire tourner chaque truc...Quelle avancée ! Adobe dit : Le navigateur n'est pas apte a lire de la vidéo..! " On se croirait retourner à l'époque du browser 1.0. Une décision incompréhensible et stupide. D'autant que flash ne sert pas qu'a faire des sites fulls mais des micro applications dans le web. Le JS est un vaste moulin avec aucune cohérence entre les éditeurs.
avatar Goldevil | 
Je suis extrêmement déçu de la qualité de cet article. En particulier de l'argumentaire. Limiter Flash aux animations vectorielles pour la pub et à la vidéo est incroyablement réducteur. C'est comme présenter l'iPad comme une console de jeux. Ce n'est pas parce que plus de 60% des applications iOS sont de jeux que l'iPad a été conçu exclusivement pour cela. J'ai l'impression que l'auteur n'a qu'une vague idée, très ancienne, de ce qu'est le langage ActionScript et le framework Flex. Pourquoi ne pas se documenter un peu, voire à demander à quelqu'un qui développe avec cette plateforme ce qu'elle propose. Nous avons tous deux bonnes raisons de faire quelque chose. Une bonne raison et une vrai raison. Je suis fermement convaincu qu'Apple a rejeté Flash pour des raisons purement commerciales. Au lancement de l'iPhone, il n'y avait pas de kit de développement. Jobs avait bien précisé que pour créer une App il fallait utiliser HTML + Javascript. Ensuite, il a été possible de faire des applications natives avec XCode mais la distribution se fait exclusivement via l'AppStore et Apple prend 30% sur chaque vente. Le problème de Flash est qu'il permet de faire des applications qui s'approchent des possibilités et des performances d'une application native. Mais surtout sous forme de Plugin au browser il permet de vendre des applications sans passer par Apple. Vu le chiffre d'affaire et certainement la marge importante que dégage l'AppStore, il s'agissait de laisser la concurrence rentrer dans un marché totalement monopolistique. Les arguments sur les performances ne sont pas faux, mais exagérés et les phrases du genre "Si un MacBook Air gagne jusqu’à 30 % de longévité sans Flash..." me font bondir. Il suffit donc d'installer un plugin, pour que l'autonomie baisse ? Plus encore, Sans le plugin je pourrai donc faire les mêmes opérations, accéder aux mêmes sites tout en économisant ma batterie ? Quel sites ? C'est tout de même réducteur.
avatar rikki finefleur | 
Le pire étant qu'a ce jour aucun navigateur ne supporte le full html5. Pas plus chrome, que firefox, que ie. Safari lui étant dans les derniers avec ie avec seulement 68% de compatibilité. Donc des navigateurs qui supportent des fonctions , d'autres non..bien le bonjour pour les développeurs de web..et pour les utilisateurs aussi... Une vraie avancée en quelque sorte. http://html5demo.braincracking.org/
avatar nogui | 
@Lemmings "j'ai un iPad, je ne l'utilise jamais... Tellement moins versatile qu'un bon PC (allumé tout le temps chez moi) et moins mobile que mon téléphone..." Mais tu ne fais peut être partie du profil type de l'utilisateur standard.. Tu as une famille ? (c'est pas une critique attention ! ) Tu es le seul utilisateur dans le foyer ? Partant de là , si on prend une famille de base, disant donc un couple avec 1 ou 2 enfants, qu'est ce qui se passe ? Vous faites la queue devant le PC ?? et ça juste parce que y en a un qui veut juste regarder un mail, l'autre juste pour voir un truc sur facebook ? etc .. etc ... Dans ce cas l'iPad rend énormément service , je peux te l'assurer ! On est plus à l'époque ou l'ordinateur n'était utilisé que par le geek de la famille ...
avatar Obidjoule | 
Bah ouais les gars il va falloir faire ce que la plupart des mecs de ma boîte sont réticents à faire : se sortir les doigts et changer ses habitudes, arrêter de facturer à outrance pour "3 carrés rouges qui se tranforment en rond bleus" (j'exagère... Enfin, des fois faut voir...), apprendre un nouvel outil, TRAVAILLER QUOI... Oui je sais ce mot fout la gerbe à nombre de graphistes et webmasters... :-D
avatar Mathias10 | 
Perso, je switch regulièrement de l'un à l'autre... Mac pour le travail et le divertissement, si je change de pièce je passe en tablette, rer tablette, metro iphone (car ipad dans metro = m'as tu vu à mon sens) J'utilise même splastop...donc tout est complémentaire, en revanche je ne vais pas me lever du lit ou du canapé pour checker mes mails après avoir entendu le petit "tiiiiiing"-> tablette Aujourd'hui je ne pourrais plus me passer de l'ipad
avatar lmouillart | 
@malcolmZ07 si j'ai un ipad 2, j'ai longtemps hésité avec une tablette android mais quand j'ai pris le mien en avril elles étaient moisi. Et je préfère les apps standard ipad que iphone. Je m'en sert principalement pour les films, la tv et les comics. Je m'en sert par pour les mails, calendrier etc, car comme on est plusieurs à l'utiliser et que ça ne gère pas encore le multicompte je ne prefere pas @nogui sinon chez moi y a pour le moment pour 2 geek : 1 imac 27, 1 ipad 2, 1 galaxy SII, 1 iphone 4s, 1 thinkpad, 1 kindle, 1 sony reader, 2 macbook. Les non geeks chez ma mere qui est toute seul 1 imac 21", 2 macbook, iphone 3GS et elle me harcelle pour le 4S et un ipad 2. chez mon grand pere 1 mac mini ppc, et un laptop hp chez mon frere un netbook, 2 laptop et un imac 17 ppc, 2 iphones 3GS, 2 iphones 4, et 2 4s. Et je parle pas des PS3,wii,psp et nds qui ont aussi un navigateur permettant de consulter quelques sites léger. Donc la question c'est plutot sur quoi regarder facebook etc...
avatar françois bayrou | 
Belle empreinte écologique ! Heureusement qu'on ne multipliera jamais tout ça par 7 milliards :)
avatar Goldevil | 
Je trouve que Flash a pallié au fait que la norme HTML a évolué très lentement notamment pour l'affichage de la vidéo. Ce n'est pas la fonction principale de Flash, loin de là, mais cela a permis à des sites comme Youtube ou Dailymotion de fonctionner sur une majorité de plateformes. Le fait que la norme HTML5 propose enfin un tag pour la vidéo est une bonne chose même s'il y a encore de gros nuages sur l'adoption à cause de la bataille entre les sociétés supportant H.264 et celles supportant WebM. Le problème des applications Flash, les vraies applications un peu lourdes, comme le jeu Settlers en ligne, c'est qu'elle ne pourront pas être converties facilement en HTML5. Comme le fait remarquer justement certains intervenants : - La norme n'est pas supportée de la même manière par tous les navigateur. D'ailleurs, je pense que le HTML5 n'est pas encore finalisé. - Il y a de bien plus grandes différences de performances et d'utilisation de la RAM entre les différentes plateformes. - HTML5 ne permet pas tout ce qui est proposé par la plateforme Flash. Le développeur Flash peut utiliser Flex/Air pour produire des applications Flash "natives" pour toutes les plateformes. Elles s'intègrent mieux à l'OS et peuvent utiliser des ressources bloquées par la security sandbox d'une application remote. Autant je ne veux pas qu'un site accès aux fichiers de mon iPad, que j'aimerais qu'une application Flash/Air de retouche d'image puisse le faire. - Javascript est un langage interprété et n'est en général pas plus rapide que du code compilé (XCode) ou précompilé (Flash, Java, C#). Même un bon compilateur JIT ne permet pas d'y ariver. - Il est bien plus compliqué de faire de grosses appli en HTML5 qu'avec XCode, FlahBuilder ou Eclipse (java). En gros, que Flash ne soit plus la pour faire tourner des vidéos sur mon ordi est très bien. Par contre, Flash, SilverLight, JavaFx, OpenLaszlo... continueront à être plus intéressants pour des applications plus sérieuses
avatar nogui | 
@ lmouillart Ok tu habites à la FNAC ... au rayon info ..
avatar lmouillart | 
@François bayrou au taff on change 400 000 postes tous les 3 ans et on est loin d être les seuls à le faire, alors l empreinte écologique.... @nogui non j habite pas la Fnac , y a plus de trucs de geek chez moi :-)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR