HP quitte le PC

Florian Innocente |
hptouchpad
"Nous sommes incroyablement enthousiastes sur les opportunités autour de webOS, ainsi que le sont nos 300 000 employés, nos 110 000 commerciaux et intégrateurs, nos 13 000 partenaires dans la grande distribution… beaucoup de monde est emballé par le potentiel de webOS, mais nous avons aussi beaucoup de travail devant nous”.

Ces propos tenus durant une interview à This Is My Next par Stephen DeWitt, Senior Vice President de la nouvelle division webOS global Business Unit ne datent pas d'avril 2010, au lendemain de l'annonce du rachat de Palm, mais d'il y a seulement un mois. Et le reste de l'interview, conduite avec la compagnie de Jon Rubinstein, ex patron de Palm, était à l'avenant. Pleine de superlatifs sur la manière dont HP allait gérer l'avenir de la plateforme, diversifier l'offre produit, améliorer l'OS et soigner sa relation avec ses clients. Honnête aussi dans la reconnaissance de certains problèmes qui avaient entaché le lancement de la première tablette webOS.

On serait prêt à parier que l'entrain et la bonne volonté qui émanaient de ces propos étaient sincères : les équipes en charge de webOS n'auraient pas appris la nouvelle avant la sortie du communiqué de presse… (lire : HP : la TouchPad handicapée par son manque de puissance ?). De même, 24h avant, le site d'HP France mettait en ligne un nouveau modèle de TouchPad à 64 Go au lieu de 32, une coque blanche et une puce plus rapide…

touchpoadblanc


En un mois tout a basculé. Un mois, c'est aussi le temps qui a suffi à Google pour négocier le rachat de Motorola et passer dans le camp des fabricants de téléphones. En un mois donc, toute la stratégie d'HP qui allait jusqu'à faire de l'OS mobile un quasi challenger de Windows - il était prévu que webOS accompagne celui de Microsoft sur ses PC - a volé en éclats. Pulvérisée sans sommation aucune. Rarement on a vu une famille de matériels, passer aussi rapidement de vie à trépas, un peu plus d'un an après leur rachat en grande pompe ! (lire aussi chez 01Net les réactions chez HP France).

On assiste depuis quelques années à des mouvements massifs, rapides et d'une incroyable brutalité. Dans le mobile par exemple, le revirement stratégique chez Nokia aux dépens de Symbian son OS historique. On a observé la descente aux enfers de Windows Mobile et sa remise à plat au profit d'un Windows Phone qui peine toujours à marquer des points, de l'aveu même du patron de Microsoft (lire Steve Ballmer : entre défaite et victoire). On voit que RIM est à la peine, bousculé et en pleine transition système. On a vu éberlué hier la manière dont HP a froidement abattu sa tablette et ses téléphones. Sans oublier bien sûr le règne, inimaginable il y a quelques années, d'Apple et de Google, à l'origine tous deux étrangers à ce milieu.

Dans le secteur informatique, les résultats financiers d'Apple qui détonnent tous les trimestres et cette décision d'HP de se redéfinir en éloignant le PC du coeur de son activité témoignent de la même dynamique. Les lignes du paysage changent, les frontières bougent, mais pas par touches discrètes, au gré de véritables séismes.

hpweboslineup


Léo Apotheker, le PDG d'HP a donc annoncé hier plusieurs mouvements d'ampleur et une volonté de "transformer l'entreprise” afin de la diriger vers des secteurs à plus “grande valeur ajoutée” et assurant une “croissance des marges plus importante”. Des terrains qui excluent désormais le grand public au bénéfice unique des administrations et des petites et grandes entreprises. Une réorientation qui préserve l'activité imprimante, mais débarque l'ordinateur personnel, les smartphones et les tablettes.

Cela passe aussi par le rachat pour environ 10 milliards de dollars (7 milliards d'euros) d'Autonomy Corporation. Une société anglaise, dont HP était l'un des clients, spécialisée dans les logiciels de gestion de l'information et de l'exploitation de bases de données.

La division Personal Systems Group (PSG) - qui comprend les PC, webOS, la tablette TouchPad et les smartphones Pre, Veer - va être détachée de l'entreprise et devenir autonome. Mais HP ne ferme pas la porte à sa revente pure et simple. Ce processus ne va pas se faire en un claquement de doigts, il pourrait durer entre 12 et 18 mois, sauf pour les terminaux webOS qui ne seront plus vendus à partir du prochain trimestre. Apple avait également utilisé ce principe de filialisation avec sa plateforme Newton, avant que Steve Jobs, arrivé peu après, ne la réintègre pour mieux la supprimer quelque mois plus tard. Un autre exemple, plus positif celui-là, est FileMaker Pro, qui vit sa vie en marge des activités de son propriétaire à Cupertino.

HP ne se contente pas d'éloigner webOS, il stoppe tout futur développement matériel le concernant. La tablette TouchPad n'aura donc vécu qu'un mois et demi. Il y avait eu hier des rumeurs de niveaux ventes catastrophiques pour ce produit dans une grande chaîne américaine (lire HP TouchPad : peut mieux faire). HP a confirmé que cette activité matérielle autour de webOS avait pesé sur ses comptes : 332 millions de dollars de pertes sur ce trimestre et des perspectives couleur grisâtre.

Nos appareils webOS n'ont pas généré assez de ventes auprès des clients sur le marché et cela aurait pris trop de temps pour remonter la pente” a expliqué Catherine Lesjak la directrice financière. À peine lancée au début juillet, la TouchPad avait essuyé des critiques sur le manque de finition de son OS (lire HP TouchPad : une toute nouvelle tablette derrière l'iPad) et la pauvreté de son catalogue. En aucune mesure elle ne pouvait dans sa forme actuelle offrir une alternative à l'iPad.

Immédiatement ou presque, son prix - alors équivalent à l'iPad - avait été abaissé de 100 $ (ce qui en soi n'est pas rassurant en plein lancement). Mais ce fut en vain et au prix de marges encore plus rognées. Dès lors HP a préféré jeter l'éponge, non sans prévoir une dépense supplémentaire d'environ 1 milliard de dollars pour gérer l'arrêt de ses périphériques webOS.

Le rachat de Palm avait coûté 1,2 milliard, il avait été réalisé sous la houlette du précédent PDG d'HP, Mark Hurd. Léo Apotheker, appelé il y a neuf mois à le remplacer et venant de l'Allemand SAP (de grosses solutions de gestion d'entreprise, autant dire à des kilomètres du monde de l'ordinateur personnel et du grand public) s'était fait néanmoins l'avocat de cette opération et de ses opportunités (lire HP prépare un nouvel "App Store" et une bêta de webOS pour PC). Mais il aura certainement eu moins d'états d'âme à tirer un trait sur une décision de son prédécesseur.

http://static.macg.co/img/2011/4/touchpadhpline-20110630-145543.jpg

Dans le communiqué annonçant cette résolution, l'avenir de webOS est flou. HP dit étudier plusieurs options pour "optimiser la valeur de ce logiciel”. Cela peut passer par des accords de licence. Il a été fait mention à un moment aussi de l'utilisation de webOS dans les périphériques de HP, ce qui était prévu au départ. Mais c'est l'incertitude qui règne en premier lieu. Même si en coulisse certains propos se veulent rassurants.

Lors d'une réunion interne, raconte This Is My Next, Stephen DeWitt a clairement expliqué à ses équipes qu'HP allait continuer d'investir sur webOS avec l'intention de signer des accords de licence avec des fabricants de matériels. “Nous ne nous éloignons pas de webOS” aurait-il plusieurs fois déclaré.

Un plan doit être détaillé ces 15 prochains jours, mais il a aussi concédé que des inconnues subsistaient. Un participant a posé la question d'un accord avec HTC ou Samsung. Todd Bradley, l'un des vice-présidents d'HP a répondu qu'actuellement l'OS était conçu pour les processeurs de Qualcomm. Il faudrait d'abord arriver à réduire cette dépendance pour attirer de tels partenaires. DeWitt a ensuite admis que l'un des facteurs d'échec de webOS résidait dans la qualité du matériel qui l'accompagnait et que HP devait cesser “d'essayer de se forcer à mettre sur le marché des produits non compétitifs”.

HP s'éloigne de ses origines

La relégation de la division PC vers l'extérieur d'HP et le recentrage sur le service est un autre signe fort de la manière dont évolue l'industrie informatique. IBM avait procédé de même en décembre 2004 en revendant son activité d'ordinateurs personnels au chinois Lenovo pour devenir un groupe tourné vers le service. À l'époque le directeur financier d'IBM avait souligné l'avantage de l'opération “Nous aurons un chiffre d'affaires moins élevé, mais cela améliorera notre profil financier”.

Dire que cette décision d'Apotheker est un tremblement de terre est un euphémisme. Ce n'est pas un obscur fabricant qui réajuste ses priorités, HP n'est pas moins que le premier vendeur d'ordinateurs au monde. Il avait en 2002 racheté un autre protagoniste célèbre, Compaq, une marque toujours utilisée. Cette division PSG, qu'il éloigne, a réalisé un chiffre d'affaires de 41 milliards de dollars en 2010. Le nom d'HP, né en 1939 en Californie, est synonyme d'ordinateur au même titre qu'Apple. C'est au début des années 80 qu'il s'est lancé dans la micro informatique. Voilà ainsi un acteur historique de l'informatique qui laisse derrière lui une grande partie de l'activité qui a participé à le définir et à modeler cette industrie. Mais les résultats sur cette activité deviennent pesants. Si les ventes de PC HP auprès des pros ont augmenté de 9 % ce dernier trimestre, celles auprès des particuliers ont chuté de 17 %.

leohp
Léo Apotheker, lors de la présentation des résultats trimestriels, a eu cette observation qui rend compte des bouleversements en cours. “Il se produit clairement un mouvement séculier dans l'espace grand public. La situation économique a joué sur nos ventes et l'effet tablette est réel". Ce constat sur la tablette dont l'influence est mesurable, Apotheker l'a fait à deux reprises durant cette réunion.

La tablette ne va pas remplacer l'ordinateur, qui reste incontournable pour quantité d'activités, mais elle commence à se voir dans le paysage. L'ordinateur, lui, s'est fondu dans le décor. Il est devenu un produit de consommation courante au profil commun d'une marque à l'autre. À partir du moment où ses grandes masses (OS, processeur, carte mère et carte graphique) proviennent du même fournisseur, la marge de manoeuvre pour se différencier se réduit à peau de chagrin. La dernière variable de différenciation est celle du prix, avec à la clef un impact négatif sur les marges, donc sur la rentabilité et in fine l'attrait de cette activité pour ses actionnaires.

Apple a su se tenir à distance de ce siphon. Non qu'elle se fournisse chez des fabricants inconnus de ses concurrents, mais par le recours à des critères distinctifs plus forts : le design en est un et l'OS en est un plus important encore. Mais pas seulement. Par sa taille et sa volonté aussi de ne pas être à tout prix présente sur tous les marchés, elle a pu tenir une gamme resserrée et dégager de confortables marges.

Mieux, elle se permet de déjouer l'effet de gravité qui tire les fabricants de PC vers le sol. En février dernier, Tim Cook, le directeur général d'Apple, rappelait qu'il s'agissait du 21e trimestre consécutif où la croissance des ventes de Mac dépassait celle des PC, et de loin. Cela dure donc depuis cinq ans !

Encore cette semaine, les chiffres de Gartner, sur le dernier trimestre et pour l'Europe de l'Ouest, montraient qu'Apple avait réussi à vendre plus de machines que l'année précédente alors que dans le même temps, ses voisins affichaient des croissances négatives. Quand ils ne s'effondraient pas à l'image d'Asus et Acer, les spécialistes du pas cher (lire Gartner : Apple entre dans le top 5 en France).

Mais au-delà de cette capacité de différenciation et de cette bonne gestion, il y a tout l'écosystème Apple. Appareils mobiles, applications, boutiques de contenus et de logiciels… Apple ne vend pas un Mac elle vend un environnement au sens très large du terme, jusque par ses propres canaux de distribution, formation et SAV avec les Apple Store. Une solution globale qu'aucun autre constructeur n'a pu reproduire dans son ensemble. Et vu le temps mis pour assembler ce puzzle, on imagine mal un fabricant y parvenir de sitôt, quand bien même en aurait-il la volonté.

portablesmac


Sur cette notion d'écosystème les propos d'Apotheker sont sans ambiguïté “Le marché de l'ordinateur personnel évolue très rapidement avec de nouvelles formes de produits et des écosystèmes d'applications. Au vu de cette réalité, HP estime qu'il est dans l'intérêt de la société et de ses actionnaires d'explorer de nouvelles voies pour le Personal Systems Group, qu'il puisse se repositionner et réagir à ces changements rapides, afin de maintenir sa position de leader en technologie et en part de marché”. Si cela se traduit par une revente, ce sera au nouveau propriétaire de se débrouiller pour trouver la recette.

Il va être intéressant de voir si cette annonce aura des effets auprès des concurrents d'HP. Tous sont confrontés au même dilemme, mais au moins HP a cette capacité de pouvoir élaguer l'une de ses activités sans disparaître pour autant.

Sur le même sujet :
- Palm est mort, vive HP
- HP a bien failli ne pas racheter Palm
- Avec Palm, HP s'offre sa liberté

Tags
avatar tigerjeff | 
HP c'est comme un gosse de riches ! Des qu'il veut quelque chose, on lui paye et une fois fait il le casse et le jette ! Je parle en connaissance de cause j'ai fait 4 ans chez eux...
avatar Paddy92 | 
@jb18v Ouf enfin une nouvelle rassurante ! Peut être vont ils laisser tomber les consommables?
avatar Terence993 | 
On ne saura donc jamais à quoi ressemble un ordinateur WebOS.
avatar Dark Phantom | 
il faut voir le temps que Apple a mis pour construire son iOS, l'ipod, l'iphone puis l'ipad. Et les constructeurs de pc voudraient que ça marche en claquant des doigts ? Il faut bosser les amis, perdre de l'argent, innover, inventer des nouveaux produits, avoir des design attractifs, et des prix en conséquence. c'est sûr que c'est plus facile de fabriquer des pauvres netbooks sous atom et d'y coller windows starter. ça fait plus de dix ans qu'ils pourraient tous faire quelque chose avec linux, mais non... rien dans la tête. Punition méritée... et ce n'est pas le dernier à mon avis. La fin de l'année 2011 va les voir s'écrouler un à un comme des vieux débiles sur le marché des tablettes.
avatar Lucieaus | 
C'est le plus beau jour de ma vie.
avatar Nicolarts | 
Bye bye HP !
avatar Wolf | 
@Lucieaus : 'C'est le plus beau jour de ma vie.' C'est sur que ça va plaire a ta femme ;)
avatar Lucieaus | 
Quand on regarde les chiffres du 2ème trimestre 2011 http://www10.edacafe.com/nbc/articles/view_article.php?articleid=980394 , les ventes de PC se sont améliorées comparé à l'an passé. A part pour Acer. Au premier trimestre par contre ils étaient en baisse http://static.macg.co/img/2011/5/macgenration_1305624392.png
avatar marvelous | 
Pas sûr que HP ait une véritable stratégie. Si HP change d'orientation à 180 degrés chaque fois qu'il y a un nouveau CEO, pas sûr que ça dur encore longtemps. Abandonné maintenant signifie à mes yeux : - mauvaise décision il y a 12 mois, si Apotheker a entériné la décision alors EXIT illico - tout a été fait pour planter les produits (ou plutôt rien a été fait = guerre politique sous couvert de difficulté d'intégration de PALM) Au fait ça me rappelle l'histoire d'une société qui elle aussi était en perte de vitesse, à trois mois de la faillite mais qui a réussi à remonter la pente (et ça ne s'est pas fait du jour au lendemain). Mais lorsque je lis : "la (HP) diriger vers des secteurs à plus 'grande valeur ajoutée' et assurant une 'croissance des marges plus importante'." tout est dit. Ce n'est plus une affaire de ce que HP doit être, le rôle qu'elle doit occuper et ce qu'elle pourra apporter comme pierre à l'édifice, mais comment maximiser le plus rapidement les sousous maintenant. Gestion à court terme : désolant, navrant.
avatar DrFatalis | 
Mouais, assez pathétique. Comme souvent lorsque des dirigeants ne connaissant rien de rien au produit se radinent et s'imaginent qu'il suffit de "gérer" comme une banque... On a vu ce que cela a donné dans l'automobile, ou chez Apple lorsque Mr Pepsi est venu aux manettes... Sinon en appellant la nouvelle "entité" PSG, c'est sur qu'ils prêtent le flanc à une critique facile et à nombre de jeux de mots foireux... vous pensez bien qu'on ne va pas s'en priver... ;-) Mais HP devrait réfléchir, n'est pas IBM qui veut... surtout au niveau de la R & D...
avatar Chirbou | 
S'il vous plait, quelqu'un pourrait-il m'éclairer ... Je n'ai pas tout compris ... HP va abandonner et le PC et webos si j'ai bien compris. Dans ce cas que lui reste il a exploiter ? Quel est l'intérêt de cette manoeuvre ?
avatar Feroce | 
"HP va abandonner et le PC et webos si j'ai bien compris. Dans ce cas que lui reste il a exploiter ? " Euh, HP ça n'est pas que le PC à 500 euros pour la famille. Ce sont des serveurs, des machines sous HP/UX, des imprimantes grand format, des baies de stockage haut de gammes, des solutions de sauvegarde, etc. Il suffit cependant d'aller sur leur site pour en prendre conscience.
avatar MixUnix | 
Combien de licenciements a Grenoble ?
avatar Sealbirman | 
Même la bourse est dubitative sur cette nouvelle stratégie...sanction immédiate -20% sur le titre. Les actionnaires apprécient l'annonce, visiblement. En tout cas le boss est prévenu : si ce revirement stratégique foire, faut pas être devin pour deviner qu'une tête va tomber dans la fange, en compagnie des nombreux oubliés qui ont crus pouvoir égaler le divin Jobs...fin de l'homélie!
avatar pasdepb | 
Et oui plutôt que de de battre sur les prix ils feraient mieux de se battre sur la qualité! Les produits HP aujourd'hui sont mal finis et bourrés de logiciels inutiles! Qu il essayent une fois de vendre 1 pc bien fini (comme Apple) et Windows "nu" et je suis presque sur que ça marchera mieux que la concurrence! Si Apple attire tant de gens ce n est pas uniquement pour Mac os ou "l absence" de virus, mais aussi pour la qualité de fabrication, le SAV et l absence de logiciels inutiles en version demo! Apres peut être qu hp est incapable de concevoir un tel ordi!
avatar thierry61 | 
Chirbou : il reste pas mal de chose à HP en dehors de la micro. Depuis quelques années, HP se tire la bourre avec IBM pour occuper la 1ère place du classement des fournisseurs informatiques. Son chiffre d'affaire annuel est de l'ordre de 130 milliards de dollars. L'entité PSG (Personnal System Group) contribue pour environ 1/3 de ce chiffre d'affaire. Cependant la contribution du PSG au bénéfice de la boite est relativement faible (moins d'un cinquième en 2010). Outre la micro de la PSG, les activités de HP se ventilent notamment dans les organisations suivantes : -Services -ESSN (Enterprise Server Storage and Networking) - imaging and printing group - HP Software voir notamment le compte rendu du dernier trimestre fiscal : http://h30261.www3.hp.com/phoenix.zhtml?c=71087&p=irol-newsArticle&ID=1598003&highlight= et le rapport annuel 2010 : http://h30261.www3.hp.com/phoenix.zhtml?c=71087&p=irol-reportsAnnual Pour conclure sur ce sujet : le mouvement de HP est brutal et à ce titre surprenant. Mais il n'est en rien rarissime. Des boites qui disent blanc pour faire noir la semaine d'après, pour par exemple des raisons de changement de stratégie ou de rachat, ça se voit de temps à autre. Une division te vend par exemple en toute bonne foi une superbe road map d'un certain produit, alors que la corp a déjà décidé en secret de tuer le produit. Déjà vu ça.
avatar xtof.2x | 
HP veut revendre le Personal Systems Group (PSG) ? je crois que des investisseurs du Qatar sont intéressés...
avatar Feroce | 
"en compagnie des nombreux oubliés qui ont crus pouvoir égaler le divin Jobs" Egaler Steve ? Vous pensez vraiment ce que vous dites ? Il y a quelques tentatives de faire certains produits proches, mais de là à penser que HP et Apple font le même travail... Rien à voir. HP se sont des pros au service des (parfois très grandes) entreprises. Apple fait essentiellement du consumer et de la petite entreprise.
avatar manu1707 | 
Oh les cons !!!! Mais ils sont idiots ou quoi ??? Bon bah RIP HP ...
avatar manu1707 | 
@ Lucieaus : Lol
avatar larems | 
Moi j les aime bien,HP, c est grace a eux que j suis passer sous mac il y a 6 ans
avatar Manu | 
@Feroce Justement, égaler Steve en sachant faire du très bon consumer et de la petite Entreprise.
avatar Sealbirman | 
@Feroce Non bien sûr c'est une provoc de ma part...
avatar Chirbou | 
@Thierry61 Merci beaucoup pour tes explications très claires =) !
avatar pmphilipps | 
Vous rirez moins quand Apple quittera le Mac pour se concentrer sur les itrucs...
avatar Philou1789 | 
Mais où est ce qu'on va là, faut arreter. si cela continue, il n'y aura plus que des fabriquants bas de gamme et Apple descendra aussi la qualité, Tout cela tire le marché vers le bas. Et en plus, ils sont idiot :Mettre en vente un produit et annoncez que son OS s’arrête, non mais on aura tout vu !!
avatar Jackdu59 | 
@xtof.2x : Énorme :)
avatar daito | 
Moi dans cette histoire de l'abandon du PC grand public par HP, je ne veux voir qu'un seul type de réaction. Je veux que les PC-fanatiques anti Apple nous commentent l'argument qu'ils nous ressortaient à chaque fois à savoir qu'Apple n'est rien dans le marché de l'informatique par rapport aux autres marques car Apple a (soit disant) une faible pdm. Je veux!!
avatar Par1s1en | 
@Thierry61 : et HPFS pour être exhaustif...
avatar Jside86 | 
Microsoft va aussi prendre un coup avec tout les licence windows. Vendu dans chaque ordinateur HP Je vais faire mon lutin et profiter du malheur des uns a mon bonheur avec mon écosystème Mac complet!!
avatar Feroce | 
Daito : ça n'est pas un argument, c'est un simple fait chiffré.
avatar daito | 
@feroce, Un fait chiffré bancal qui ne voulait rien dire et qui était utilisé comme argument par nos amis PC-fanatiques pour étaler la suprématie virtuelle du PC.
avatar nibelungen | 
Je suis extrêmement impressionné par tous ces avis de spécialistes sur les stratégies industrielles de multinationales high tech !! Il va de soi que tous ces grands cerveaux qui daignent nous honorer quelques instants sur Macdégénération de leur science seront contactés dans les plus brefs délais par les actionnaires d'HP pour remplacer l'actuel CEO. Pour répondre au bas-du-front Daito, Apple est TOUJOURS un nain dans l'industrie de l'ordinateur personnel. Cette annonce n'a pas fait bondir les PDM d'Apple d'un seul coup..... Et si on parlait des serveurs, du storage, des services... etc (Innocente se croit obligé de préciser dans l'article qui est SAP. C'est dire le niveau du blaireau moyen qui fait mumuse avec son iPad 12 !!!). IBM en son temps avait aussi quitté l'industrie du PC pour se réorienter sur le service. Les PC Wintel existent et existeront toujours. C'est seulement devenu un autre métier...
avatar oupsman | 
L'activité Unix propriétaire d'HP étant moribonde, cet abandon du monde PC (faut pas réver, l'activité PC sera revendue à quelqu'un, comme pour IBM) n'annonce rien de bon pour les équipes HP ...
avatar Rufus | 
Les grandes entreprises informatique quittent le marché grand public avec raison. TI qui s'est débarrassé de ses portables il y bien longtemps, IBM qui a fait de même plus récemment et HP qui suit avec retard (la periode Carly Fiorina a fait perdre beaucoup de temps). L'avenir est au cloud et aux bases de données et les grands acteurs seront Microsoft, HP, IBM, VMware, Citrix, Oracle, l'opensource et quelques acteurs encore peu connus mais qui sauront tirer profit de cette (r)évolution inévitable. Les autres continueront à fabriquer des terminaux, avec profit certes (Lenovo est en pleine croissance) mais sans grande créativité (et je n'aimerais pas être un de leurs employés : payé au lance-pierre pour un travail particulièrement rébarbatif et sans grand intérêt). HP a toujours été une entreprise innovante, la voir quitter le marché grand public n'est donc en rien une surprise.
avatar Rufus | 
A ceux qui voient dans ce retrait du marché des PC et des terminaux en général une faiblesse de la part d'IBM, TI ou HP, je peux simplement leur dire que les objectifs de ces entreprises ne sont non pas les PDM ni le chiffre d'affaire mais les profits. Etre le premier ne leur suffit pas. C'est le drame de Dell qui n'est rien d'autre qu'un constructeur de PC et non une entreprise informatique. EDIT Une précision : La plupart des articles qui parlent du rachat d'Autonomy par HP ne donnent pas beaucoup de détails sur son activité et ce que ce rachat représente réellement. Cela me laisse penser que ces chers journalistes n'ont pas vraiment compris l'activité d'Autonomy ni la portée de cette annonce. La baisse en bourse du titre HP confirme l'ignorance du marché. C'est fort dommage.
avatar Le docteur | 
C'est honteux. Les pauvres gars (et filles) qui ont acheté leur tablette alors que l'offre logicielle était encore faiblarde, en leur faisant confiance...
avatar Rufus | 
@Le docteur Au contraire, ils ont acheté un collector...
avatar daito | 
@nibelungen "Pour répondre au bas-du-front Daito, Apple est TOUJOURS un nain dans l'industrie de l'ordinateur personnel. Cette annonce n'a pas fait bondir les PDM d'Apple d'un seul coup....." Non mais ce que ta petite cervelle ne comprends pas mais qui est pourtant évident c'est que la réussite et la place d'une compagnie ne dépend pas du volume de ce qu'elle vend mais du revenu de ce qu'elle vend. En d'autres termes une société est en bien meilleure posture si elle vend moins en volume mais gagne beaucoup en revenu que si elle vend beaucoup en volume mais gagne peu. Il est dit justement dans l'article qu'Apple n'est pas rentré dans le marché des ordinateurs bas de gamme pas chers (ce qui rend en passant l'argument de la pdm complètement débile puisque on compare des pdm globale alors qu'Apple est absent du marché où les autres marques font leur plus grosse pdm) là où HP s'est embourbé. Conséquence : la division ordinateur d'Apple est très profitable là où celle de HP est à la ramasse et est abandonnée. Donc la réalité est que HP est le nain et Apple....bien un géant de l'industrie de l'ordinateur personnel (en passant ce n'est pas un scoop puisque c'est quand même Apple qui a fait émerger ce marché).
avatar marvelous | 
@nibelungen pour memo, la tétralogie finit sur le Crépuscule des Dieux ;-) Alors avant de défendre n'importe quoi : le problème ce n'est pas d'abandonner la production de machines, c'est de faire volte face dans un délai aussi court depuis l'acquisition de Palm. Ce n'est pas une stratégie, c'est du vol à vue. Apple = nain. Pfffffffffff. Primo je ris. Deusio mais alors je ris.
avatar Rufus | 
Daito, un article qui devrait t'intéresser : http://arstechnica.com/science/news/2011/08/users-treat-criticism-of-favorite-brands-as-threat-to-self-image.ars
avatar zoubi2 | 
@nibelungen: Extrait de Wikipedia: "[b]Les Nibelungen, dont le nom signifie[/b] « ceux de la brume » ou « [b]ceux du monde d'en bas[/b]" Je te cite: "Macdégénération" "bas-du-front" "blaireau" Ben moi je te merde somptueusement.
avatar ICoppo | 
Une entreprise qui change d avis alors que ses pc et tablettes sont en vente n est pas fiable . Je precise' sauf un ancien ibm il y a 10 ans, tous mes PC avant que je passe a Mac ont été des hp. Lamentable. Dernier point je pensais prendre un serveur hp ben finalement non.
avatar fongi | 
Superbe article!!! HP réagit assez vite vis à vis de ce qui se joue sur le marché de l'informatique... maintenant je dirais pas que c'est la meilleure des solutions. C'en est une certes mais que va devenir HP maintenant? Wait and see...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Bonsoir, cela fait longtemps que je travaille avec du HP, calculettes, oscilloscope, PC, serveurs... et un jour le patron de SAP a pris la direction de HP. Tout est dit !
avatar zoubi2 | 
Ben HP fait comme IBM, non? Est-ce que ça coulé IBM? Que non point!! Avec ses imprimantes (enfin, ses cartouches), ses serveurs et ses services qui rapportent largement plus que les misérables 3% des PC, HP a largement de quoi voir venir...
avatar daito | 
@Rufus, de l'article "Consumers are highly resistant to brand failure to the point that they’re willing to rewrite history" C'est pour le pauvre nibelungen que tu cites ça?
avatar gloupsy | 
Tout ça était quand même assez prévisible : Apple a pris une avance considérable sur le marché des tablettes aussi bien en terme de qualité matériel que logiciel. C'est évident que la mise au point de l'ipad a commencé il y a des années pour qu'Apple puisse sortir un appareil aussi bien pensé. On comprend mieux pourquoi Apple tient tant à garder tout secret : en l'occurence la sortie de l'iPad aura vraiment été un tremblement de terre pour toutes ces grosses boites qui tentaient en vain de faire des tablettes. Maintenant on ne peut plus nier que l'ipad crée réellement une révolution (... et à l'évidence, au vu de cette news, pas seulement pour l'usage qui en est fait).
avatar manu1707 | 
@ zoubi2 : Et avec moi on est 2 a lui dire merde !!! Espèce de crétin arrogant !
avatar Adk3rn | 
@showmehowtolive : Aussi bon que Final Cut Pro X... Atchoum ! @MacGé : Super bon article.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR