MobileMe vu par Jean-Louis Gassée

Florian Innocente |
Que s'est-il passé avec MobileMe et quelles en sont les conséquences pour son avenir ? Jean-Louis Gassée revient sur les récents déboires d'Apple avec son service en ligne et pose la question de la capacité d'Apple à gérer un service sans fil de synchronisation de données pour des dizaines de millions de clients. Une analyse qui n'oublie pas de signaler des déboires du même acabit rencontrés par d'autres poids lourds.

Pour l'ancien patron du développement produit chez Apple (au milieu des années 80), la première erreur a été humaine. "Personne n'a eu l'intelligence ni les tripes de risquer une humiliation en levant la main et en disant : Chef, on n'est pas encore prêts, mieux vaut tout arrêter." Avec comme résultat ce lancement raté et le mail de Steve Jobs envoyé en interne.

"Un email qui explique l'évidence de façon rétroactive, le projet aurait dû être retardé ou au minimum lancé par étapes. Moins attendu, un nouveau patron est nommé, Eddy Cue, qui continuera aussi à gérer iTunes. Par charité, le nom du patron de MobileMe ainsi mis sur la touche est gratifié d'un anonymat. Peut-être a-t'il été mal informé par ses équipes, peut-être qu'il n'a pas posé les bonnes questions au bon moment, ça n'a plus aucune importance aujourd'hui."




Synchroniser c'est compliqué

S'en suit une analyse du versant technique du problème. En résumé, la synchronisation de données entre plusieurs appareils au travers d'une liaison sans fil est une affaire très compliquée. Deux personnes peuvent par exemple intervenir ensemble sur un même évènement de calendrier et le serveur devra faire avec.

Pour Gassée - qui a lui-même un iPhone - cette science de la synchronisation est aujourd'hui assez bien maitrisée par Microsoft avec ses serveurs Exchange ou par RIM, mais leur apprentissage a été long "Ca a pris des années pour RIM (fondé en 1984) l'inventeur du Blackberry (lancé en 1999) pour fignoler ce qui est aujourd'hui le plus vendu des smartphones dotés d'un système de synchronisation. Il faut prendre en compte toutes sortes de détails et corriger de petites erreurs subtiles ou originales. Le Blackberry a gagné ses galons en parvenant à allier simplicité, facilité et transparence de son système."

"MobileMe aspire à la même réussite en offrant une synchronisation parfaitement invisible pour les gens qui n'ont pas de serveur Exchange, d'où cette référence dans le slogan" poursuit Gassée "mais en voyant les problèmes du début, je me demande combien de gens chez Apple ont cessé d'utiliser un Blackberry avec un serveur Exchange. Dans le cas contraire ils auraient peut-être dégrisé et temporisé le lancement de MobileMe ou revu leurs prétentions à la baisse."

Le challenge de la montée en charge
"Un serveur ou 10 serveurs c'est pratiquement pareil. 1000 serveurs ou, dans le cas de Google, faire fonctionner un million de serveurs c'est une autre paire de manches. Ça implique des gens avec des connaissances différentes de celles nécessaires pour s'occuper du serveur de mail d'une société."

Avec la sortie de l'iPhone dans plusieurs dizaines de pays, MobileMe pourrait bien avoir à faire face à des dizaines de millions d'utilisateurs. "Est-ce que l'équipe de MobileMe avait l'expérience, les connaissances et la capacité à apprécier la taille du problème qui se posait à eux ? Très peu de gens en sont capables dans notre industrie."

datacenterappleEureka Drive à Newark en Californie, Apple y dispose d'un data center pour ses services Internet


Pour autant Apple n'est pas la seule à connaitre des problèmes, Gassée rappelle les récentes pannes de Gmail, des services web d'Amazon et le black-out qu'avait essuyé l'an dernier le réseau de RIM sur le continent nord-américain. "Mêmes les meilleurs traversent parfois des moments difficiles."

Il souligne aussi le fonctionnement sans gros problèmes d'iTunes qui répond à millions de clients par jour, ou encore de la distribution il y a quelques jours des centaines de megas-octet de la mise à jour de l'iPhone. Autant de faits d'armes d'Apple qui ne font pas la Une et qui montrent qu'elle est capable de faire fonctionner des systèmes de forte taille.

Mais Jean-Louis Gassée de conclure par une question "Si vous demandez à un abonné qui n'a jamais fait l'expérience de la synchronisation tout en souplesse d'un Blackberry, il vous dira qu'il adore MobileMe. Ça marche, c'est facile à configurer et dans les situations les plus simples de synchronisation entre un Mac/PC et un iPhone ça fonctionne comme promis. On verra comment tout cela va se comporter une fois que les iPhones seront vendus dans 21 pays de plus, soit 43 au total et ce, à compter du 22 août."

Sur le même sujet :
Belle solidarité entre Gmail et MobileMe
Eddy Cue le mari parfait pour MobileMe ?
MobileMe : Steve Jobs remet de l'ordre
MobileMe : les dessous d'un lancement raté
La fiche de MobileMe sur MACritique
La biographie de Jean-Louis Gassée sur l'Aventure Apple

avatar Anonyme (non vérifié) | 
Bravo pour l'article ! Jean louis Gassée: Comment va votre société BeOS ? --> Je connais la sortie !
avatar Pleinpopossum | 
@ptitmac : je sais que tu fais de l'humour alors ne le prends pas pour toi mais BeOS était un super système d'exploitation. Il était souple, extrêmement rapide et proposait quelques technologies vraiment sympas. J'aimais bien son look. Le problème qu'a eu la société est le même qu'ont eu des boites comme les distribs de l'amiga ou autres : la nullité des marketeux et certaines pratiques des concurrents d'en face. Comment positionner une alternative face à windows et ce qu'on sait de la façon de faire de Microsoft, Linux qui est gratuit, MacOS qui bénéficie d'un rayonnement mondial ? Ca laisse vraiment peu de place.
avatar Niejcas | 
BeOS est mort. Vive Haiku!!! Je l'attend avec impatience celui là.
avatar krigepouh | 
Article intéressant, c'est un beau challenge qui s'offre à Apple, ma foi.
avatar rodhot | 
C'est seulement un excès de confiance de la part d'Apple. le service .mac aurait dû fonctionner en parallèle pendant encore un an puis convertir les abonnements au fur et à mesure des expirations. Il n'y aurait pas eu de grogne de changement de tarifs, et l'augmentation en charge aurait été graduelle. Pour ce qui est de Jean-Louis Gassée, il a jadis été assis sur un milliard de dollars. Mais il a cru en Palm au lieu de croire en lui-même. Chapeau quand même!
avatar macbob (non vérifié) | 
Et bien à l'époque ou JLG croyait en Palm, tout le monde y croyait… D'ailleurs, on peut dire que les Palms sont toujours de super machines, qui malheureusement n'ont pas su s'adapter (pourtant c'était pas difficile vu d'où ils partaient… mais bon).
avatar bitonio | 
Mouais, tout ceci est bien politiquement correct mais il faut tirer le chapeau aux équipes d'Apple qui ont du subir une pression d'enfer pour respecter leur objectif. J'ai eu vent qu'il y en a qui ont levé la main pour signaler qu'ils iraient au devant de pb mais la pression de la direction a eux raison d'eux. La culture d'entreprise Apple est bien opposé à celle décontractée qu'elle véhicule chez ses utilisateurs. Longue vie au service en ligne et mobile, nous avons réellement franchi une étape technologique importante pour le plus grand plaisir du geek que je suis ;-)
avatar mmarc | 
JLG a le chic pour toujours donner des leçons sur ce qu'il fallait faire une fois la guerre finie, et une fois que les problèmes ont été ennoncés clairement, et donc leurs solutions. Cet article sur MobileMe le démontre encore. C'est un suiveur, de Steve Jobs d'ailleurs qu'il a toujours essayé de copier, mais n'est pas visionnaire qui veut. Ne sortirait-il pas d'une grande école pour que tout le monde le trouve génial en france ?
avatar kubernan | 
@pleinpopossum : "Le problème qu'a eu la société est le même qu'ont eu des boites comme les distribs de l'amiga ou autres : la nullité des marketeux et certaines pratiques des concurrents d'en face." Pas d'accord. Be Inc. était une petite société qui n'avait pas d'obscurs "marketeux" aux commandes. La direction de Be Inc. s'est vautrée (sans doute sous pression des actionnaires, mais aussi du fait du contexte : c'était l'époque de la bulle internet et tout partait dans tous les sens) en multipliant les revirements stratégiques, ce qui au final rendait cet OS complètement opaque pour les potentiels utilisateurs. J'ai vécu cette aventure de l'intérieur pour ainsi dire puisque j'étais développeur sur BeOS dès les premières release internes. Peux-tu préciser les pratiques des concurrents dont tu parles ?
avatar Pleinpopossum | 
@kubernan : si tu as vécu l'aventure BeOS de l'intérieur tu as probablement raison et je m'incline. Concernant les concurrents d'en face je parle des obligations de vendre une machine avec un OS, des accords (pressions ?) de microsoft sur les OEM, des "menaces" sur les prix de gros des licences sur les fabricants s'ils mettent sur leurs machines autre chose que Windows... Toutes ces "petites" choses qui, mises bout à bout, fait que la distribution d'un autre OS a été rendue difficile au moment où c'était possible et qui, maintenant que la plus part des gens est habituée à windows, rend commercialement risqué de faire autrement. Je me trompe ?
avatar pim | 
Ce qui est intéressant dans cet article c'est de voir que l'iTunes Music Store a toujours marché comme sur des roulettes, et cela depuis le début. Car Apple sait très bien que la moindre lenteur sur son magasin en ligne équivaut à un client perdu. En revanche pour .Mac et pour MobileMe, là c'est autre chose, la lenteur est ubuesque (sans parler de ces pannes qui n'ont concerné que moins de 5 % des abonnés). Pourtant il s'agit des mêmes serveurs, de la même société !
avatar iMagix | 
ptimac, j'ai eu mon éclat de rire de la journée, merci. C'était la conclusion la plus appropriée à faire.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
iMagix : A ton service ;-)
avatar Florian Innocente | 
@ pim : sans remuer le couteau dans la plaie des amateurs de SproutCore, il semble que cette techno soit totalement absente des Apple Store et des iTunes Store alors qu'elle est partout dans MobileMe. Ce n'est pas un hasard… et comme on l'avait expliqué dans un précédent article c'est une techno qui n'est pas assez mûre et qui a été utilisée à trop grande échelle. Mais vu que le créateur de SproutCore est justement parmi les responsables de MobileMe ça rend difficile l'auto-critique...
avatar Proudhon | 
Florian, bravo pour tes articles : du vrai journalisme! Mais juste une remarque : je pense qu'il est trop tôt pour jeter l'anathème sur SproutCore car on ne connait pas le degrés d'utilisation de SPC dans l'architecture de Mobileme. Par contre, regardes ce que SPC permet avec la gallerie .me/.mac et sans aucun bug majeur… SPC est juste un framework javascript et, pour avoir utiliser Prototype qui est un modèle du genre, la plupart des soucis viennent plutôt des navigateurs et de leur gestion du Javascript (Firefox compris! essayez de faire un simple window.location.replace() et vous verrez sa gestion si particulière du DOM)
avatar ispeed | 
Avec la sortie de l'iPhone dans plusieurs dizaines de pays, MobileMe pourrait bien avoir à faire face à des dizaines de millions d'utilisateurs. "Est-ce que l'équipe de MobileMe avait l'expérience, les connaissances et la capacité à apprécier la taille du problème qui se posait à eux ? L'expérience certes non, mais les connaissances certainement. Faudrait pas prendre Apple pour une petite PME sans cervelle :))
avatar averell | 
Tout ce débat me semble fort intellectuel... Moi, je trouve que MobileMe prends manifestement un autre chemin que dotMac. Et, abonné de la première heure à dotMac, je ne compte pas le renouveler cette fois-ci... Je ne trouve plus de valeur ajoutée à ce service, vu que je ne suis pas un obsédé du téléphone... Je dois certainement être un Martien, mais c'est juste mon avis...
avatar kubernan | 
@ Pleinpopossum : "Je me trompe ?" Ça je ne sais pas. Je dirai que BeOS n'a tout simplement pas eu le temps de se faire réellement connaître. Il vint un moment où cette société se devait être rentable et vite : j'imagine que les actionnaires on dû en avoir marre de voir s'extasier un petit comité de développeurs, se faisant plaisir à faire pivoter une théière en 3D (même en temps réel). D'où les revirements stratégiques (faire développer du hardware PowerPC pour finalement se tourner vers Intel), l'emballement (des soucis dans certaines APIs) et le n'importe quoi (si j'ai bonne mémoire, BeOS a été présenté sous deux aspects différents en peu de temps, une fois en Média OS (?) une autre fois en ... pouf j'ai oublié). En ce sens, je dirai que Be Inc. n'a même pas eu le temps d'être soumis aux pressions que tu cites.
avatar Gavroche1973 | 
Comme on peut tester pendant trois mois, j'ai donc créé un compte... Ma motivation première étant la synchronisation (agenda/contacts) entre mon iphone, outlook 2003 sur mon portable Windows au boulot et mon mac à la maison. De ce point de vue, Mobile Me fait le boulot très valablement... même si j'ai un peu galéré pour la première synchro... A cet égard, un grand principe élémentaire de sécurité : faire une sauvegarde de vos bases de données avant de se lancer dans la synchro... Car, personnellement, la première synchro m'a mis une belle pagaille (des doublons sur plusieurs mois dans l'agenda, prénoms et noms inversés dans mon carnet d'adresse,...) ce qui m'a contraint à effacer tout partout (sur mon Mac et mon iphone et dans Outlook) avant de repartir de Outlook, synchro Mobile Me, puis synchro vers Mac et, enfin, vers iPhone... depuis cela fonctionne très bien, et qui plus est, "over the air" (également en wifi) ce qui est magique et un vai plus en ce qui me concerne (puisque je n'ai qu'un cable de synchro à la maison et que je n'ai pas envie de le trimbaler ou d'en racheter un pour avoir un fil de plus au bureau)... Je précise aussi que Mobile Me est la seule solution valable dans ma configuration... l'iPhone n'aime en effet pas du tout la synchro par cable partagée entre en Mac et un PC (iTunes signale à chaque fois que l'iPhone a été synchronisé avec un autre compte utilisateur et demande s'il faut "merger" (ce qui faut la m...) ou "écraser" les contacts... brefs, la synchro n'est pas possible pour les contacts)... et les outils de synchro PC/Google ou Mac/Google sont loin d'être partfaits et sont assymétriques dans leurs fonctionnalités... et surtout il n'y a pas d'outil de synchro l'iPhone proprement dit, ce qui rend encore et toujours la synchro par cable nécessaire... Vu l'alliance entre Apple et Google, je ne pense pas que Google ira beaucoup plus loin, pour ne pas gêner ni Apple, ni son futur Androïd...
avatar Claude Pelletier | 
Que voilà un point de vue intéressant. Émanant qui sait ce qu'il y a dans le ventre des grosses sociétés. J'en profite pour exprimer le regret des chroniques de Jean-Louis Gassée qui paraissaient dans le journal Libération. Où sont-elles passées ?
avatar Zouba | 
Florian, bravo pour tes articles : du vrai journalisme! Sans vouloir dévaloriser le travail qu'abat Florian pour MacG depuis quelques mois maintenant pour notre plus grand plaisir, je ne ne vois pas en quoi la reprise d'une des opinions de JLG parue sur un autre site web (le lien est d'ailleurs en tête de son article) et reprise par des sites anglophones réputés comme roughlydrafted.com ou daringfireball.net, a de si extra-ordinaire qu'elle mérite qu'on souligne qu'il s'agisse de vrai journalisme ?!
avatar gaetanfo | 
NEXT ne se portait pas tellement mieux que BeOS avant que Steve Job ne revienne chez Apple. Il a choisi d'acquérir son propre système handicappé contre $200.000 $ - plutôt que le système développé par son ancien associé, supérieur selon certains. Rien n'étonnant à cela. Si je ne m'abuse NEXT est une version trèds évoluée de NEXT.
avatar Proudhon | 
Pour Zouba : Definition du mot journalisme : [quote]Le journalisme est l'activité qui consiste à collecter, rassembler, vérifier et commenter des faits pour les porter à l'attention du public à travers les média[/quote] Je ne crois pas que les articles de Florian (celui-ci compris) soient une simple traduction d'articles américains… Polémiquer pour si peu, c'est un peu ridicule, non ? Mais, je te l'accorde, mon commentaire n'est pas du vrai journalisme…
avatar languedoc | 
@ averell : je ne suis pas plus que toi, un obsédé du téléphone, mais je trouve super pratique de synchroniser mes fichiers calendriers, carnet and so on. et chez moi, désolé pour ceux qui ont eu de sérieux problèmes MM fonctionne parfaitement ;-)

CONNEXION UTILISATEUR