Test du MacBook 12" début 2016

Stéphane Moussie |

Un an après sa renaissance, le MacBook a droit à sa première mise à jour. À l'extérieur rien ne change, si ce n'est cette finition or rose qui vient tout droit des derniers appareils mobiles d'Apple. À l'intérieur, l'évolution est minimale. Comme seules nouveautés, un processeur Skylake ainsi que de la mémoire vive et du stockage plus rapides. Qu'est-ce que ça change ? Réponse dans notre test.

Cliquer pour agrandir

Une gamme identique

La gamme de MacBook début 2016 est identique à celle de l'année dernière, au mégahertz près. À 1 449 €, la machine est équipée d'un processeur Core m3 bicœur à 1,1 GHz (Turbo Boost jusqu'à 2,2 GHz) et de 256 Go de stockage flash.

Si on veut plus de stockage, il faut nécessairement se tourner vers la configuration supérieure à 1 799 €, qui comprend un SSD de 512 Go et un processeur Core m5 à 1,2 GHz (Turbo Boost jusqu'à 2,7 GHz). La seule option disponible est une puce Core m7 cadencée 1,3 GHz (Turbo Boost jusqu'à 3,1 GHz) facturée 180 ou 300 € selon le modèle de base choisi.

Vous aurez peut-être remarqué la nouvelle nomenclature des processeurs du MacBook. À l'instar des Core i5 et i7 disponibles sur les autres Mac, le portable de 12" a désormais droit à des Core m3, m5 et m7. Mais attention, ne vous jetez pas sur le Core m7 en pensant que les performances seront décuplées, il n'en est rien.

On reste dans tous les cas sur un processeur bicœur et la fréquence de base ne varie que de 100 MHz entre chaque Core m, alors que la différence est de 600 MHz entre le Core i5 et le Core i7 du MacBook Air, par exemple. Il y a un écart plus grand entre les fréquences Turbo Boost maximum, mais auparavant cela ne suffisait pas à faire entrer une puce dans la catégorie des x7. En bref, de la hiérarchie Core i3, i5 et i7, Intel n'a repris que les suffixes, ce qui conduit à une différenciation artificielle des Core m.

Toutes les configurations ont sinon 8 Go de mémoire LPDDR3 cadencée à 1 866 MHz et une puce graphique Intel HD Graphics 515.

De l'or rose au bout des doigts

Extérieurement, rien ne permet de distinguer le MacBook début 2016 de celui sorti l'année dernière... à part la nouvelle finition or rose. L'arrivée de ce coloris n'est pas une surprise. Le Mac, qui était déjà disponible en trois finitions, bénéficie logiquement de la quatrième apparue sur les derniers terminaux iOS et l'Apple Watch.

Cliquer pour agrandir

Tout comme l'or jaune avant lui, l'or rose est proposé en premier lieu pour le marché chinois, friand de cette palette de couleurs. Est-ce qu'il saura aussi séduire les Occidentaux ? C'est une question de goût personnel avant tout.

Comme nous l'avons noté dans notre aperçu photos, la teinte change sensiblement en fonction de la lumière. En intérieur avec un éclairage blanc, le rose saute aux yeux, mais il a toujours un aspect légèrement cuivré qui le maintient à distance du style Barbie. À la lumière du soleil, le rose devient pâle et se fait presque oublier. En tout cas, on ne se plaindra pas qu'Apple nous donne un peu de choix de personnalisation.

Finition or rose et gris sidéral. Les stickers assortis sont inclus. Cliquer pour agrandir

Le reste est sinon strictement identique. On a toujours affaire à un portable surprenant de finesse (1,31 à 0,35 cm), de légèreté (920 grammes) et de silence puisqu'il n'a pas de ventilateur. Le MacBook Air, qui a longtemps été le mètre-étalon en la matière, paraît pataud à côté.

Ce dernier prend aussi un vilain coup de vieux quand l'écran Retina 12" du MacBook s'allume. Grâce à ses 2 304 x 1 440 pixels (résolution de 226 pixels par pouce) et sa technologie IPS, cet écran met une grosse claque à la dalle TN du MacBook Air qui reste désespérément ancrée dans le passé.

MacBook et iPad Pro 9,7" or rose. Cliquer pour agrandir

Les angles de vision sont très larges (pas d'écran qui vire au jaune quand on le regarde de côté ou d'en dessous), la colorimétrie est excellente et l'affichage parfaitement net. La définition par défaut est de 1 280 x 800 pixels, mais une option permet de monter jusqu'à 1 440 x 900 pixels, soit pareil que le MacBook Air 13". On peut même aller au-delà grâce à l'utilitaire SwitchResX.

Il faut également rappeler — et saluer — la conception et la fabrication impeccables. Apple ne s'est pas contenté d'aplatir le MacBook Pro 13", elle a parachevé la conception unibody en unissant l'écran à la charnière, qui est ainsi en métal. Les haut-parleurs situés au-dessus du clavier délivrent par ailleurs un son étonnement riche et puissant pour une machine de cette taille.

MacBook et MacBook Air 13". Cliquer pour agrandir

Le clavier à la frappe très courte et aux touches moins espacées surprend au départ, mais après un temps d'adaptation, il se révèle confortable et efficace — sauf pour une minorité d'utilisateurs qui n'arrivent pas à s'y faire malgré leur bonne volonté. Pour titiller, notons qu'Apple n'a pas corrigé le défaut mineur de rétroéclairage non uniforme sur une poignée de touches.

Le trackpad Force Touch est une autre innovation qui a été introduite avec le MacBook 2015. Un an plus tard, on apprécie toujours autant ce trackpad capable de reconnaître la pression et de faire sentir les interfaces, mais il reste toujours sous-exploité. Espérons que le successeur d'El Capitan en tire plus parti.

Par contre, on aurait préféré que la caméra FaceTime 480p ne soit pas reconduite, surtout quand tous les autres Mac en ont une de 720p.

Une machine à l'intégration poussée et non évolutive

À l'intérieur du MacBook début 2016, pas de changement non plus, ou presque. La batterie n'a plus une capacité de 39,71 Wh, mais de 41,41 Wh. On reviendra plus tard sur l'autonomie.

Crédits : iFixit CC BY-NC-SA. Cliquer pour agrandir

Les vis de la charnière sont maintenant enduites d’un produit qui se désagrège lorsque l’on y insère un tournevis. Le message d'Apple est clair : n'ouvrez pas la machine, sinon on le saura. Il est de toute façon impossible de réparer ou remplacer soi-même un composant, tout est soudé à la carte mère, comme sur un iPad. Dans la même veine, le port USB-C et sa nappe ne font plus qu'un dorénavant.

En parlant de port USB-C, il est dommage que celui-ci n'évolue pas vers le Thunderbolt 3 alors que des concurrents ne s'en privent pas. Le nouveau MacBook ne gère toujours que l'USB 3.1 Gen 1 (jusqu'à 5 Gbit/s). Pour mémoire, le Thunderbolt 3, qui exploite le connecteur USB-C, englobe le protocole USB 3.1 (Gen 2, jusqu'à 10 Gbit/s), le DisplayPort 1.2 et fournit en plus un débit jusqu'à 40 Gbit/s et une compatibilité avec les périphériques Thunderbolt 1 et 2 via un adaptateur.

Certes, le MacBook n'est pas forcément la machine qui a le plus besoin du Thunderbolt 3 — on imagine d'ailleurs que les prochains MacBook Pro en auront la primeur —, mais quitte à n'avoir qu'une seule connectique, autant avoir la meilleure.

Car oui, il n'y a toujours qu'un seul port USB-C sur le MacBook. Il faut encore utiliser un hub si on veut le recharger et brancher un périphérique en même temps. Heureusement, l'écosystème USB-C s'est largement enrichi depuis l'année dernière et on trouve aujourd'hui des adaptateurs et hubs beaucoup moins chers que ceux d'Apple. Un câble Griffin permet même d'avoir un simili MagSafe.

Des performances au niveau du MacBook Air

Le MacBook est le premier portable d'Apple à bénéficier de Skylake, la dernière microarchitecture d'Intel — l'iMac Retina 5K en est équipé depuis la fin de l'année dernière. Skylake apporte de multiples améliorations qui aboutissent à de meilleures performances et une autonomie prolongée. Le GPU est plus modulable et prend en charge de nouvelles tâches, et il y a une meilleure répartition des rôles entre le processeur et le système d'exploitation sur la gestion des performances, entre autres.

Comme avec la génération précédente, Apple a un peu personnalisé les processeurs du MacBook. La fréquence de base du Core m3-6Y30 définie par Intel est 0,9 GHz, mais Apple l'a rehaussée à 1,1 GHz. Même chose pour le Core m5-6Y54 qui tourne à 1,2 GHz au lieu de 1,1 et pour le Core m7-6Y75 cadencé à 1,3 GHz au lieu de 1,2.

La puce graphique intégrée est une Intel Graphics 515, cadencée à 300 MHz de base. Sa fréquence maximum est de 850 MHz avec le Core m3, 900 MHz avec le m5 et 1 GHz avec le m7. Le nouveau MacBook jouit par ailleurs d'une mémoire vive de 8 Go plus rapide (1 867 MHz au lieu de 1 600).

Sur Geekbench, qui teste les performances globales, le MacBook début 2016 1,1 GHz affiche une progression de 8 % par rapport à l'ancienne configuration équivalente. Le modèle 1,2 GHz a pour sa part un score supérieur de 14 % par rapport à son prédécesseur et fait un peu mieux que le MacBook Air 13" début 2015.

Cliquer pour agrandir

Dans les tests applicatifs, le gain de performances est plus significatif. Pour un export de 500 photos avec Aperture, les nouveaux MacBook 1,1 et 1,2 GHz sont respectivement 21 % et 30 % plus rapides que leurs prédécesseurs. L'export d'une vidéo d'environ 3 minutes avec iMovie prend respectivement 14 % et 30 % moins de temps. Le gain est d'environ 30 % pour les deux machines sur un export avec Final Cut Pro.

Il ressort de tous ces benchmarks que le MacBook 2016 1,1 GHz fait globalement aussi bien que le dernier MacBook Air Core i5 (avec 4 Go de RAM) et que le modèle 1,2 GHz est à deux doigts du MacBook Air Core i7.

Cliquer pour agrandir

Les nouveaux MacBook restent fluides en toutes circonstances, même avec la définition supérieure de 1 400 x 900 pixels. Rappelons que le MacBook 2015 avait un petit problème de fluidité à ses débuts, mais celui-ci a été réglé par OS X El Capitan.

Les MacBook sont toujours silencieux, absence de ventilateur oblige, et chauffent très modérément. Lors de l'ensemble de nos tests intensifs, il n'est arrivé qu'une seule fois que le système nous conseille via une notification de quitter une application lourde pour ne pas dégrader les performances générales.

La puce graphique intégrée a fait des progrès. Sur Valley Benchmark, le gain est d'environ 30 % en définition native, mais le nombre d'images par seconde reste inférieur à celui des MacBook Air, qui ont moins de pixels à gérer.

Performances en images par seconde. Cliquer pour agrandir

Sur Cinebench, qui teste les performances OpenGL, le bénéfice est moins important. Il est de 10 % environ et là encore les derniers MacBook Air font toujours mieux.

Performances en images par seconde. Cliquer pour agrandir

Le GPU intégré est très utile pour épauler le CPU dans les tâches lourdes (de plus en plus de logiciels y font appel et Apple met clairement l'accent sur cela avec Metal), mais il ne suffit pas pour profiter des gros jeux 3D récents. Dans Tomb Raider, sorti en 2013, il faut régler les graphismes au minimum et désactiver tous les effets pour obtenir tant bien que mal 30 images par seconde.

Un SSD plus rapide

Sur les 256 Go du SSD de la configuration de base, 230 sont réellement utilisables. Et sur les 512 Go du SSD supérieur, on profite véritablement de 477 Go.

Comme Apple l'a annoncé, le stockage flash est plus rapide. Le modèle 256 Go et celui de 512 Go ont respectivement un débit maximum de 1,3 Go/s et 1,4 Go/s en lecture, alors qu'on ne dépassait pas les 900 Mo/s avec ceux de 2015. C'est aussi plus rapide en écriture, avec des débits maximums respectifs de 700 et 900 Mo/s, quand on stagnait auparavant en dessous des 500 Mo/s.

SSD 256 Go - Cliquer pour agrandir
SSD 512 Go - Cliquer pour agrandir

En utilisation courante, cela ne change rien, le démarrage et le lancement des applications étaient déjà ultra rapides. C'est lors de manipulations de gros fichiers, typiquement quand on travaille sur des vidéos, que le bénéfice apparait. La copie d'un fichier de 8,76 Go prend 25 secondes sur les nouveaux MacBook, contre 32 sur leurs prédécesseurs.

Une meilleure autonomie

La capacité supérieure de la batterie combinée aux optimisations de Skylake doit conduire à une heure d'autonomie en plus, selon Apple, soit 10 heures de navigation web en Wi-Fi et 11 heures de lecture de films iTunes.

Nous avons effectivement mesuré du mieux. Dans notre « test 0 % », qui consiste à recharger la page d'accueil de MacGeneration toutes les 30 secondes avec Safari et à relever les mails toutes les minutes avec Mail, les deux nouveaux MacBook ont tenu 11 h 45. C'est presque trois heures de plus que la génération précédente. Précisons que le logiciel compte dans ce genre de test ; celui de l'année dernière avait été réalisé sur Yosemite, moins optimisé qu'El Capitan, en particulier sur le MacBook.

Cliquer pour agrandir

Dans le « test 100 % », nous lançons l'animation 3D de Valley Benchmark avec les réglages à fond et la luminosité de l'écran ainsi que le son au maximum. Les MacBook se sont éteints au bout de 3 heures, comme les précédents modèles à quelques minutes près. On remarque que les machines de 12" tiennent beaucoup plus longtemps que les autres portables sur ce test, ce qui s'explique par le fait que les processeurs Core m tempèrent plus fortement leur consommation.

Enfin, les nouveaux MacBook ont tenu une moyenne de 7 h 30 dans notre test empirique, 30 minutes de mieux. Ce test consiste à utiliser la machine dans le cadre d'une journée de travail classique chez MacG : l'écran est réglé à 80 % de luminosité ; Safari est beaucoup sollicité avec de nombreux onglets ouverts ; Mail relève les courriels toutes les minutes ; Tweetbot est lancé ; Reeder constamment ouvert pour les RSS ; Dropbox synchronise régulièrement des fichiers ; Spotify joue de la musique ; Byword sert à rédiger les articles ; et une poignée d'autres logiciels (Pixelmator, Numbers) est utilisée ponctuellement.

Les MacBook Pro Retina et les MacBook Air Core i5 font toujours un peu mieux, mais il faut garder à l'esprit qu'il y a forcément des disparités d'usage. On peut par ailleurs facilement augmenter l'autonomie d'au moins une heure en baissant la luminosité et en quittant quelques applications. Au bout du compte, l'autonomie du MacBook est suffisante pour assurer une journée de travail essentiellement bureautique.

Pour conclure

Un an après, le MacBook est toujours une machine aussi séduisante. Fine, légère et compacte, elle est en plus très plaisante à utiliser grâce à son trackpad Force Touch, son nouveau clavier et bien évidemment son magnifique écran Retina. Elle a aussi des bienfaits insoupçonnés, comme son silence de fonctionnement et la qualité de ses haut-parleurs.

Cliquer pour agrandir

Dans sa génération 2016, le MacBook fait maintenant jeu égal avec le MacBook Air au niveau des performances... parce que ce dernier n'évolue plus. La réussite est en trompe-l'œil donc, mais finalement, le MacBook Air perd bien un de ses avantages.

Reste la carence en connectique qui joue toujours en défaveur du MacBook — surtout quand Apple ne daigne pas faire évoluer l'unique port vers la technologie la plus complète, le Thunderbolt 3 — et le prix, encore élevé.

Malgré des qualités indéniables, le MacBook est toujours pris en étau entre le MacBook Air meilleur marché et le MacBook Pro autrement plus performant.

Finalement, le principal intérêt de cette nouvelle génération est d'avoir fait baisser le prix de l'ancienne. On trouve des MacBook 1,1 GHz début 2015 à partir de 1 059 € sur le refurb. Le voilà, le juste prix.

Note

Les plus :

  • Très compact et très léger
  • Autonomie en hausse
  • Progrès sur les performances
  • Écran Retina

Les moins :

  • Prix
  • Caméra FaceTime 480p
  • Un seul port USB-C
  • Pas de Thunderbolt 3
Tags
avatar vrts | 

une bien belle machine à écrire (non péjoratif) toute collée et soudée à l'intérieur.

avatar NestorK | 

@vrts :
Le tout collé soudé vaut quasiment pour toutes les machines d'Apple aujourd'hui à quelques rares exceptions...

Quand au Mac Pro 2013 modulable, bon courage pour trouver les pièces dans le commerce comme un gpu ou un disque dur.

avatar C1rc3@0rc | 

Si tu regardes le note de "reparabilité" c'est
- iPhone c'est 7/10
- MacBook Air 4/10
- iPad pro 2/10
- MacBook 1/10

l'iPhone est ce qu'il y a de plus fin et qui dispose du moins d'espace et qui est censé durer le moins longtemps. Pourquoi est il celui qui est le plus facile a reparer?

Le Macbook air est la seconde machine la plus facile a reparer chez Apple.
Niveau épaisseur et poids il est proche du Macbook (l'utilisateur ne voit pas la différence en terme de transportabilité).
Il s'ouvre facilement et se referme aussi facilement.
Ce qui gâche la reparabilité ce sont surtout les composants non standard (ssd) et la RAM qui est soudée.
Mais c'est l'ultrabook par définition, jamais égalé.

Un meilleur écran, un trackpad 3D, du thunderbolt 3 et de l'USB 3 et cette machine enterrerait tous les portables jusqu'aux stations de travail portables, qui elles restent inaccessibles (et n'existent pas chez Apple de toute facon)

Le Macbook, qui est un netbook et rien d'autre, est construit comme un iPad. Pour une seule et unique raison: obsolescence programmée et rentabilité maximale.
Il n'y a aucune autre raison qui explique que cette pauvre machine soit conçue de la sorte.

Jobs avait enterré les netbook avec l'iPad. Le Macbook ressuscite le netbook dans ce qu'il a de pire, avec un prix délirant en plus. C'est un terminal jetable et rien d'autre.

avatar patrick86 | 

"Le Macbook air est la seconde machine la plus facile a reparer chez Apple."

Non. La seconde est l'iPhone, puisque la première est le Mac Pro, avec 8/10. Puis avant le MacBook Air, viennent le Mac mini et l'iMac, avec respectivement 6/10 et 5/10.

Bref. On comprend mieux comment vous établissez vos analyses : sur des données incomplètes ou erronées.

"Le Macbook, qui est un netbook et rien d'autre […] C'est un terminal jetable et rien d'autre."

Foutaises. (Cf le précédent article sur le sujet, pour ma réponse détaillée).

avatar C1rc3@0rc | 

Et tu n'as pas vu que je ne considérai que les machines portables, bien sur...
Il faut comparer ce qui est comparable et c'est ce que je fais moi.

Le Macbook est un netbook. Il est construit comme une tablette, avec un processeur de smartphone qui arrive au mieux a s'aligner sur un iPad.
C'est une machine qui est faite pour ne pouvoir etre utilisée que comme terminal relié au reseau, comme un iPad ou un iPhone, et relié par Wifi (pas de 4G possible!).
Aucun argument ne tient contre cela.
Cette machine n'a aucune autonomie.
Si le réseau est inaccessible, le Macbook devient rapidement inexploitable, tout comme une tablette.
Que l'on prenne les critères d'une tablette ou d'un ultrabook il est mauvais par rapport a chacun.
C'est l'exemple même qui faisait dire a Jobs qu'un netbook c'est meilleur que rien.

avatar Pommeduverger | 

@C1rc3@0rc :

Je vois pas en quoi un MacBook serait un NetBook. C'est une machine tout à fait capable pour un usage polyvalent : bureautique, multimédia et internet. Bref ce que doivent faire la plus part des utilisateurs.

Et je ne comprends pas ton argument sur le réseau. Il faut très bien tourner OSX et ses programmes, c'est donc une machine tout à fait capable. Puis quand bien même le réseau et le sans fil ne sont en RIEN de mauvaise chose aujourd'hui avec le développement du Cloud … moi même je ne branche jamais rien à mon MBA.

Mais dans son format il ne faut pas lui demander de faire tourner du final Cut elle n'a jamais été pensé pour ça.

Pour l'ipadisation du MacBook, Apple le clame haut et fort et c'est loin d'être nouveau … Dès 2010 la doctrine Back to the Mac le prônait.

avatar pocketalex | 

@Pommeduverger : "le macbook est un netbook ou un terminal" ... nan mais MOUHAHAHA

A mon avis tu vas ramer pour expliquer la vie à C1rc3@0rc, je pense que tu te bas contre des moulins :)

avatar Macounette | 

"Si le réseau est inaccessible, le Macbook devient rapidement inexploitable, tout comme une tablette."
Non, mais qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme c*nneries. Tu as réfléchi à ce que tu dis?
En fait non, tu es un troll fini.
Le Macbook est une machine tout à fait capable et autonome. Ce n'est pas pour rien qu'elle est idéale en déplacement. Dans l'avion par exemple. Mode avion. Office. VLC pour visionnage de vidéos. De quoi s'occuper pendant de longues heures. Et oui, la batterie tient le coup, 10% par heure en visionnage de film tout en étant hors-réseau.
Une excellent cru, ce Macbook. Je n'en ferais pas ma machine principale mais en machine secondaire il est tout à fait convenable.

avatar patrick86 | 

@C1rc3@0rc :

"Le Macbook est un netbook. Il est construit comme une tablette, avec un processeur de smartphone qui arrive au mieux a s'aligner sur un iPad."

L'électronique des ordinateurs n'a jamais eu vocation à rester figée. Elle évolue depuis l'invention de l'informatique.

"C'est une machine qui est faite pour ne pouvoir etre utilisée que comme terminal relié au reseau, comme un iPad ou un iPhone, et relié par Wifi (pas de 4G possible!).
[…]
Cette machine n'a aucune autonomie.
Si le réseau est inaccessible, le Macbook devient rapidement inexploitable, tout comme une tablette."

Conneries.

Le MacBook n'est pas plus dépendant du réseau que n'importe quel autre Mac portable. On peut-même dire qu'il l'est moins que les MacBook Air entrée de gamme, puisqu'il offre, de base, 2 fois plus de stockage que ces derniers.

Il offre également une autonomie un peu meilleure que le MacBook Air 11", 2 fois plus de RAM (en config de base) et un écran meilleur sur tous les points, en plus d'être un poil plus grand.

Aucune fonction de ce MacBook n'est davantage dépendante du réseau que les autres Mac. Pas même l'échange de fichiers qui, malgré l'unique port UCB-C, peut être réalisé sans réseau. USB-C est le nouveau standard et des stockages externes l'utilisant arrivent sur le marché. Problème réglé.

"Aucun argument ne tient contre cela."

Il y a mieux que des arguments : l'évidence, et la réalité des vraies gens qui utilisent véritablement cette machine. Réalité dont votre discours purement théorique est complètement déconnecté.

avatar patrick86 | 

"une bien belle machine à écrire "

Les gens qui tiennent cette critique ne devraient pas essayer de comprendre à quoi peut servir un ordinateur. C'est pour eux une perte de temps et d'énergie.

avatar vrts | 

Et "netbook" ca va ? Tu vas pas le prendre mal ?

avatar patrick86 | 

@vrts :
Ultrabook.

avatar vrts | 

va pour "machine à ecrire de luxe qui va sur internet"

:)

avatar patrick86 | 

@vrts :

Vous manquez d'imagination. :-)

avatar iBaby | 

@patrick86 :
Et vous d'à-propos.

avatar Pommeduverger | 

@vrts :

Va pour ordinateur tout simplement … pourquoi essayer de trouver des analogies puéril ?

avatar sysko96 | 

Netbook rapide

avatar Jetel | 

@patrick86 :
Dans le fond oui et non.

avatar pocketalex | 

@patrick86 : "une bien belle machine à écrire "

C'est un ordinateur, il est donc utilisable comme une "machine à écrire" au même titre que l'est le macbook pro, le mac pro, et tout PC laptop/desktop vendu dans le commerce

Il est évident que c'est ce qu'a voulu signifier son auteur, sinon c'est un zoo fini, on est bien d'accord :)

avatar enzo0511 | 

@vrts :
Il faut que tu réalises que c'est l'avenir de l'informatique
Tout sera miniaturisé soudé collé

avatar alan1bangkok | 

@enzo0511 :
Le futur oui mais l'avenir, pas certain...

avatar enzo0511 | 

@alan1bangkok :
En effet

avatar C1rc3@0rc | 

Le probleme de l'informatique c'est que le secteur est en crise après avoir été annoncé comme le messie pendant des années et le dernier pilier du dogme de la croissance économique continue.

Aujourd'hui le PC est au point mort depuis qu'Intel a imposé son monopole avec le x86 et que celui-ci a buté et rebondi contre le mur technique de la finesse de la gravure. Adieu les Ghz, adieu les multicore, adieu l'efficacité énergétique: Intel est condamné a faire des x86 qui sont suroptimisés pour en faire le moins possible!
La majorité des x86 actuels sont moins puissant que les modèles précédents.

Aujourd'hui a part le Macbook air, tous les derniers modèles de Mac sont moins puissants et moins fonctionnels que le modele qui les précédent! C'est un fait, amère a constater.

OS X est moins optimisé que des ancienne versions, mais surtout il est moins ergonomique et fonctionnel.

Et comme quasi tous les PC sont encore collé sur le x86, ils se vendent pas. Pour relancer leurs ventes les constructeurs cherchent des relais de croissances, jusqu'a en créer de toute pieces: smartwatch, electromenager connecté, pseudo domotique, et le retour régulier du netbook. Et y a le cloud, cette imbecilité, ce zombie qui est a l'informatique ce que la 3D est a la video.
Et Apple se (re)lance dans les services...

C'est pas l'avenir tout ça, c'est le passé qui est réchauffé est remballé par le marketing surfinancé.

avatar Flash | 

@enzo0511

"Tout sera miniaturisé soudé collé"

Ca c'est juste pour te la mettre profond enfaite.

Heureusement qu'il existe les PC montés qui ne pourront jamais être "soudé, collé".

avatar Pommeduverger | 

@Flash :

Ce n'est pas du tout dans la philosophie d'Apple.

Apple offre des solutions clefs en mains souvent fermé.

Il n'y a pas de mieux ou de moins bien, c'est une approche comme une autre qui a ses avantages.

- Machine plus compact et légère
- design plus soigné
- plus de place pour la batterie en interne
- possibilité d'agencer les composants à sa guise.

avatar enzo0511 | 

@Pommeduverger :
Les gens gueulent parce qu'ils veulent du Apple en étant nostalgiques de la rue Montgallet et de surcouf

Du coup ils veulent des vieilles tours grises mais ils veulent du top design et changer ce qu'il y a dedans

Bref avoir le beurre et l'argent du beurre quoi

avatar Lonesome Boy | 

Comment se fait-il qu'il y ait aussi peu de différence en puissance brute avec le MBP Core i5?

avatar kelkun | 

La puissance du processeur est liée au Turbo Boost.
D'ailleurs ils n'ont pas encore pu tester la version avec le plus gros processeur de 1,3 mais comme il a un turbo boost de 3,1Ghz (la même fréquence que le MBP core i5 de base), il y'a des chances que le MacBook 1,3 rejoigne réellement le MBP, à quelque chose près.

Contrairement à la rumeur populaire, les performances de ces MacBook sont excellentes, on peut envisager des choses complexes, même monter de la 4K sur Final Cut Pro ou iMovie. Autant dire que s'il n'avait pas le handicap des connectiques, il serait parfait.

avatar ecosmeri | 

@kelkun :
Heu j'ai quand meme un doute sur le montage en 4k hein. J'ai un mbpr de 2014 avec 8go de ram et deja quand je commence a voir plus de 5 min de video montée ( et encore sans retouche juste assemblage + accelleré et ramenti) ,avec des rush en 1080p en 30 et 60 fps, ca commence a chauffer et tu vois que l'ordi commence à peiner (avec uniquement fcpx d'ouvert) j'ai des doute pour le mb

avatar rolmeyer | 

@ecosmeri :
Il a dit montage possible et c'est vrai il y des vidéos de test sur YouTube. Celui qui achète cette machine pour faire du montage 4K n'a pas acheté la bonne machine.

avatar adixya | 

Même à l'Apple Store on te dit que ce n'est pas la machine pour faire du montage vidéo 4K ou de l'édition de RAW...

On peut passer à la suite ou on va boucler sur cet aspect du macbook, genre dans trois ans on y est encore à rabâcher ça ?

avatar patrick86 | 

"on peut envisager des choses complexes, même monter de la 4K sur Final Cut Pro ou iMovie. "

C'est exagéré. Le MacBook ne peut pas calculer du lourd longtemps, parce que le CPU abaissera sa fréquence d'horologe pour ne pas trop chauffer.

Mais comme il y a tout un monde entre TextEdit et Final Cut Pro, ce MacBook peut malgré tout répondre à bien des usages.

En fait, il est très adapté à tout ce qui ne nécessite qu'occasionnellement et sur des petites durées de la puissance (exporter l'album photo de l'anniversaire du petit dernier passera très bien), mais est léger la majeur partie du temps.

avatar rolmeyer | 

@patrick86 :
Mais oui envisager ne veut pas dire que c'est fait pour ça. Tu es en vacances, et bien tu peux monter un petit clip même en 4K, ce sera juste un peu plus long. Mais ce n'est pas et n'a pas vocation à être une machine principale sauf pour ceux où un iPad ou un ChromeBook suffirait. J'en suis à mon troisième MacBook Air 11 et franchement c'est une machine qui a aussi ses limitations sans pour autant avoir déclenché autant de commentaires hostiles et infondés que ceux sur le MacBook 12. Ce soir j'ai même essayé Minecraft et c'est parfaitement jouable et dans le silence contrairement ou MacBook Air qui lui ventile à mort.

avatar patrick86 | 

@rolmeyer :

"Mais oui envisager ne veut pas dire que c'est fait pour ça."

Bien entendu. :-)

Nous sommes d'accord dans l'ensemble. ;-)

avatar malcolmZ07 | 

@patrick86 :
Il est possible de faire de l'édition 4K légère sur MacBook 12 , et du full HD sans problème : http://youtu.be/KnapaZYD2cU

avatar patrick86 | 

@malcolmZ07 :

Merci pour le lien.
Perso, je n'achèterais pas cette machine pour cet usage principal, mais ça reste évidemment intéressant de pouvoir le faire occasionnellement. :-)

avatar charloug | 

Peut-on connecter ce MacBook à un écran Thunderbolt Apple? Via quel adaptateur? Je ne trouve pas...

avatar laurent100469 | 

@charloug :
Non ce n'est pas possible.

avatar owen459 | 

Il me semble que lors de son dernier keynote, Apple a annoncé un adaptateur, mais il n'est toujours pas sorti.

avatar Saussau083 | 

Je ne comprends pas ce que la définition à de différent avec la résolution, quelqu'un pour m'éclairer ?

avatar bugman | 

@Saussau083 :
L'un représente le nombre de points total de l'écran (en x et en y), l'autre le nombre de points sur une mesure (le pouce).

avatar fredseg | 

À quand un modem 4G... ?

avatar iPhilGreat | 

Une personne bienveillante pourrait-elle éclairer cette fin de paragraphe :

" Mais attention, ne vous jetez pas sur le Core m7 en pensant que les performances seront décuplées, il n'en est rien. "

Merci d'avance

avatar Pierre H | 

Oui idem, on aimerait bien savoir ce que ça veut dire en vrai. Ok, il va pas être massivement plus rapide, mais les premiers benchs qui trainent sur internet annonce des performances d'environ 20 à 25% plus élevées que le modèle 1.2. Donc pas si mal...

avatar pillouti | 

Le même en 13" (idéalement 14") et je le prenais...

avatar Memo | 

@pillouti :
Idem. J'attends un 14". Si possible avec 2 ports usb et thunderbolt 3...pitetre en juin

avatar rolmeyer | 

@Memo :
Ben ça va s'appeler MacBook Pro et avec un tout autre prix.

avatar iBaby | 

Conclusion en forme de reprise : oui, il y a des écrivains ou des journalistes (non péjoratif) qui sauront tirer profit de cette bien belle machine à écrire, le Mac n'étant pas réservé aux technophiles hardcore.

avatar patrick86 | 

@iBaby :
Bonne conclusion. ;-)

avatar poulpe63 | 

Bizarre qu'un core i7 à 2,2 GHz (MBA début 2015) soit moins performant qu'un core i5 à 1.4GHz (sur iPhoto) (MBA début 2014) :\

https://img.macg.co/2016/4/macgpic-1461654789-898658452764-co1-jpt.jpg

Et le MBA avec 4Go de mémoire est forcément limité par rapport au MB avec 8 Go (surtout avec El Capitan)

Aller Apple, encore un effort, car pour le moment le MBA i5 à 1349€ est plus performant que le MB à 1799€ (1888€ si on rajoute l'accessoire qui rajoute un port USB)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR