Aperçu des nouveautés de FileMaker Pro 13

Anthony Nelzin-Santos |

FileMaker enchaîne les mises à jour de son gestionnaire de bases de données avec une régularité métronomique : un an et demi après FileMaker Pro 12, voici FileMaker Pro 13. Avec cette nouvelle version, la filiale d’Apple ne s’est pas contentée de peaufiner les fonctions existantes, même si elle l’a aussi fait. Elle a surtout totalement changé de modèle économique, à la faveur de son arrivée sur une nouvelle plateforme — le web.

Une carrosserie plus stylée et un moteur plus performant

FileMaker Pro 12 avait inauguré un nouveau format de fichier (.fmp12), un champ conteneur de fichiers multimédia et de nouveaux modèles. Sans surprise, FileMaker Pro 13 consolide ces acquis et les étend.

Résolument « professionnel », FileMaker Pro 13 ne peut combler le vide laissé par la disparition de Bento, le gestionnaire de base de données « grand public » de FileMaker. Il en récupère toutefois des idées, notamment dans la création de thèmes : au-delà des onze nouvelles « solutions de départ », il sera plus facile de créer de nouveaux thèmes grâce au glisser-déposer et au sélecteur de champs.

Version après version, FileMaker Pro ressemble de moins en moins à un gestionnaire de bases de données et de plus en plus à un outil de création de solutions métier.
Version après version, FileMaker Pro ressemble de moins en moins à un gestionnaire de bases de données et de plus en plus à un outil de création de solutions métier.

FileMaker Pro 12 avait inauguré un inspecteur en forme d’inspecteur graphique de feuilles de style, une solution redoutablement efficace encore améliorée avec l’apparition de styles. Chaque objet peut désormais être défini par un style, qui peut être modifié de manière globale — de la même manière que l’on définit des styles de texte dans Word ou Pages, par exemple.

Chacun de ces styles contient jusqu’à 283 paramètres (dont un nouveau, les images d’arrière-plan) dans chaque état d’un objet (normal, survolé, appuyé). Autant dire que les possibilités sont, en pratique, infinies. D’autant que l’on peut conditionner l’affichage de certains champs à des actions prédéfinies, de quoi introduire un peu de dynamisme et faire en sorte qu’une base FileMaker ressemble moins à un long formulaire qu’à une application métier.

FileMaker Go, le compagnon mobile de FileMaker, reçoit quant à lui une nouvelle interface adaptée à iOS 7. Les gestes sont mieux pris en charge, la rotation de l’écran peut déclencher l’exécution de scripts, et sept claviers sont disponibles selon le type de champ (un clavier adapté pour taper des chiffres, un autre pour entrer des adresses e-mail…). FileMaker Go peut scanner des codes-barre et codes QR : plus besoin d’une douchette pour entrer des données ou interroger la base en scannant un produit.

Les deux bases précédentes, dans FileMaker Go 13.
Les deux bases précédentes, dans FileMaker Go 13.

À ces changements en surface répondent des changements en profondeur : FileMaker Advanced adopte ainsi le chiffrement AES 256. On peut désormais stocker des images sous la forme d’une chaîne base64 et l’interface d’une base peut s’adapter à la longueur des différentes localisations (interface responsive) — mais la fonction la plus pratique, notamment pour les usages mobiles, est sans doute la possibilité d’exécuter des scripts côté serveur.

Aucun de ces changements n’est néanmoins aussi important que celui qui les englobe et « fait » FileMaker Pro 13.

Le web, quatrième plateforme de FileMaker Pro

FileMaker est né sur Macintosh au milieu des années 1980, comme portage d’un logiciel MS-DOS réalisé par Nashoba Systems. Acheté par Claris en 1988, il a débarqué sur Windows quatre ans plus tard, avant d’arriver plus récemment sur iOS. Après le Mac, le PC et iOS, donc, FileMaker s’attaque aujourd’hui à une quatrième plateforme : le web.

Bien sûr, FileMaker Pro permettait déjà de publier sur le web, mais cette nouvelle version va plus loin : le Web Direct de FileMaker Pro 13 permet de travailler sur une base FileMaker dans un navigateur web. Il ne s’agit pas (encore ?) d’un client web complet, mais cette fonction permet (enfin !) de consulter et d’ajouter des données dans une base FileMaker sans FileMaker Pro.

Web Direct se limite pour le moment aux navigateurs de bureau, mais FileMaker promet qu’il sera compatible avec les navigateurs mobiles « bientôt ». On pourra alors, pour la première fois, entrer des données dans une base FileMaker Pro depuis un appareil Android ou Windows Phone, par exemple. Les administrateurs FileMaker Pro remarqueront par ailleurs que l’interface de gestion du serveur n’est plus en Java, mais en HTML5.

Web Direct n’est pas tout à fait indépendant de FileMaker Pro, puisqu’il faut tout de même un FileMaker Server pour rendre les pages. Un nouveau fonctionnement qui justifie un nouveau modèle économique : une licence de FileMaker Pro vaut toujours 349 € HT (ou 209 € HT dans le cadre d’une mise à jour), mais par ailleurs et comme d’autres avant elle, FileMaker se rapproche du modèle SAAS en proposant une tarification mensuelle.

Le même FileMaker Pro peut être « loué » 9,50 € HT par mois, tandis que FileMaker Advanced est proposé à 14 € HT par mois et FileMaker Server à 29 € HT par mois dans le cadre d’un contrat annuel de licences en volume réglé annuellement — FileMaker Server Advanced disparaît. Pour connecter un client FileMaker Go à un serveur FileMaker ou utiliser Web Direct, il faut par ailleurs acheter des blocs d'accès concurrents, par tranche de cinq utilisateurs pour 25 € HT par mois. Pour les organisations nécessitant plus de 50 connexions simultanées, FileMaker propose par ailleurs une licence illimitée de FileMaker Server.

Ce changement n’ira assurément pas de soi, surtout quand la maison-mère, Apple, a dans le même temps cassé le prix de ses logiciels et simplifié leur mode de distribution. Ce mode de tarification peut néanmoins mieux répondre aux impératifs comptables de certaines sociétés. Et FileMaker est convaincue qu’il sera moins coûteux et plus pratique pour nombre de ses clients.

Des informations supplémentaires et des vidéos sont rassemblées dans un centre de ressources pour FileMaker Pro 13. Une version démo est disponible, valable 30 jours.


avatar ysengrain | 

" …et potentiellement plus cher qu'une licence traditionnelle selon vos besoins "

Ah oui ? Le prix avoisine celui du concurrent 4D

avatar Caramel10 | 

Es-tu un loup ?

avatar Boumy | 

J'espérais une solution facile et bon marché de création de formulaire de db online. :( qlq un connait un équivalent de lime survey?
Merci

avatar virgilerl | 

Deux Sniffs
1- On ne peut pas tout acheter chez Apple
2- Bento a disparu

Son prix est justifié

avatar Caramel10 | 

Bento ! Son nom portait son destin : Il apparait puis disparait sous tes yeux ! Quelqu'un à déjà joué et gagné au bento ? Ben non, personne !

avatar Anabys | 

Il y aura probablement des gens pour me prouver par A+B que c'est totalement débile de dire ça, mais je le dis quand même : PHP+MySQL ça existe depuis longtemps, c'est gratuit, beaucoup plus puissant que FM, et pas tellement plus difficile à maîtriser.

avatar Caramel10 | 

MySQL, il faut apprendre les commandes de base rien que pour créer sa première table et sa première clé primaire, voilà la différence !
Et puis sache que MySQL n'est pas gratuit, sauf pour un usage communautaire qui ne va pas créer de revenu ni pour le développeur, ni pour le bénéficiaire ! C'est une confusion fréquente ! Si, si, c'est dans la licence. Si tu avais cité PostgreSql, là on aurait pu dire que monsieur s'y connaissait !

avatar oomu | 

absolument pas comparable

php et mysql demandent de solides compétences techniques, ne serait ce que pour créer une base de donnée cohérente et efficace (clés, indexages, vues, etc)

PHP est extrêmement médiocre pour créer et gérer des formulaires, se contentant d'être simplement un récepteur post/get (pas d'api standard de templating).

BREF on se retrouve à réinventer le monde au lieu de simplement mettre en place filemaker ou équivalent et commencer à être productif.

On développe en PHP une solution spécifique reposant sur une base de donnée générique comme Mysql
alors qu'on créé des formulaires, stocke, enregistre et on exploite des données avec filemaker.

avatar Caramel10 | 

Attention à la tarification serveur qui ne prend plus en compte qu'une seule connexion Filemaker Go là ou la version 12 n'était que limité par le nombre de connexions simultanées (Filemaker Pro ou Go). De même pour le WebDirect qui remplace l'IWP.
Si les utilisateurs de la solution en mode client serveur ne verront pas de différence avec la tarification déjà pratiquée, et même peut-être une baisse pour les anciens utilisateurs de Filemaker Serveur Advanced, puisque celui-ci disparait, les utilisateurs de la solution mobile (jusqu'à 40 utilisateurs) risque de sentir passer la dragée : exemple 1 serveur seul avec une connexion Filemaker Go 1044 € HT à l'achat ou 348 € HT annuel à la location. Avec 5 clients Filemaker Go en simultané 900 € HT de plus à l'achat (180 € HT la connexion) ou à la location 648 € HT au lieux au lieu de 348. En sachant qu'elles ne s'achètent que par paquet de 5, le deuxième connexion vous revient aussi à 900 € HT à l'achat ou 648 € HT à la location. Bien sûr, le prix initial du serveur s'amoindrit avec un nombre de connexions plus élevés, mais l'addition va considérablement s'alourdir pour les utilisations avec des iBidules. Ajoutons à cela qu'au delà de 20 clients WebDirect, Filemaker recommande de déployer le serveur web sur un deuxième serveur et le coût va augmenter d'autant (en investissement et administration).
Cela étant dit, il reste de nombreux avantages :
- l'interrogation serveur ODBC JDBC ne nécessite plus d'achat supplémentaire
- Le WebDirect est bien plus respectueux des possibilités du client Filemaker Pro et offre une interface Web enfin moderne.

Côté client, je salue les évolutions pour les développeurs (gestion des styles, PopOver, accès direct aux rubriques et aux thèmes, etc). Pour les utilisateurs, les PopOver dont les développeurs vont probablement user et abuser vont rendre la consultation et la saisie bien plus efficace.

Les évolutions que je souhaite (et je ne dois pas être le seul) :
- Connexion native (ou via un pilote ODBC dans le pire des cas) à PostgreSQL,
- Possibilité d'afficher les tables externes à l'horizontale et pas seulement à la verticale, et pouvoir y mettre une barre de défilement horizontale. C'est tellement bête qu'on se demande pourquoi ils n'y ont pas pensé.
- Possibilité d'afficher des données dans des grilles (et non des valeurs multiples) pour les tables externes afin de ne pas avoir à passer des lustres pour afficher un tableau de données dans un formulaire ou de réaliser un simple agenda. D'autres, comme Windev le propose, alors pourquoi pas Filemaker. Une grille cliquable, c'est quand même autre chose qu'un WebWiever qui demande 30 000 lignes de codes !
- Des champs de données spécifiques à des données très répandues : coordonnées géographiques, températures, etc.
- Quelques fonctions statistiques un peu plus élaborées : polynômes, complexes, khideux, logarithmes divers, etc.
Au boulot !

avatar sekhmet | 

@ Anabys
j'ai déjà créé avec Filemaker une mini appli pour Ipad en 3 heures qui est utilisée dans un musée.
Et de zéro, sans même utiliser de solution préconstruite.
Je vois vraiment pas comment on peut comparer avec du dev MySQL.
D'abord le temps de développement est x10 quand tu es face à un développeur expérimenté Filemaker, et j'exagère pas du tout.
Ensuite comment je fais pour installer MySQL sur mon ipad ?

Sur le fond de cette nouveauté. Plusieurs choses sont les bienvenues. Le WebDirect remplace la publication Web instantanée avec beaucoup d'amélioration. Cependant ça reste réservé à des navigateurs qui supporte le HTML5, donc prudence face au public à qui on s'adresse.
Filemaker GO (pour ipad/iphone) était "gratuit" même en mode client/serveur. il devient payant de ce point de vue là.
par contre on va avoir un client IOS vraiment plus sympathique. Et c'est la grosse nouveauté à mon sens. Les claviers personnalisés, le support des gestes, les genre d'onglet spéciaux ipad, etc.... c'est vraiment apprécié.

avatar bdc | 

L'amateur (dans tous les sens du terme) de base de données que je suis est particulièrement perplexe par l'évolution de FMP.

J'utilise ce logiciel pour des besoins personnels depuis la version 3; et je me suis réjoui de ses avancées progressives.

Mais là, je suis vraiment dépassé par la technicité, et horrifié par le prix ! J'ai acheté FMP 12 l'année dernière, je n'imaginais pas devoir remettre plus de 200 euros (quasiment les 2/3 d'une licence pour passer à la 13...)

Autant Bento était trop limité, autant cette dernière version s'éloigne de mes besoins.

Et que dire de la disparition (si j'ai bien compris) de la possibilité de mettre en place une version web, sauf à passer par la version serveur ?

Donc, j'en reste à la 12, et je passe mon tour !

avatar marenostrum | 

ils ne font plus de recettes alors ils bidouillent sans cesse des nouvelles formules de tarification pour en revenir aux abonnements mensuels, comme Adobe et d'autres.

ça va éliminer les indépendants.

avatar Pancrasse | 

Il y a une série de nouveauté que MacG n'a pas pu détailler, qui améliorent vraiment le programme, même dans sa version bureau.
J'ai eu la chance d'être invité par FileMaker pour une séance de démonstration dans les locaux de Apple ici à Bruxelles une semaine avant la sortie. Les développeurs présents me le confirmaient : ces petits changements (en apparences) vont permettre des changements vraiment substantiels. Et surtout les applications créées dans FM pourront atteindre un degré de finition & de convivialité vraiment enviable.

Par exemple les boutons Pop-up qui permettent l'ouverture d'une "fenêtre" sans changer de modèle.
La visibilité conditionnelle des objets.
Les boutons de boîtes de dialogue personnalisantes par calcul.
Et le reste !

C'est sans doute payé cher, mais en voyant cette version j'ai enfin le sentiment d'un FileMaker qui n'est pas en retard sur son temps...
Je regrette qu'ils n'ont pas intégré Plan dans Mac pour visualiser les adresses...
Sinon beau progrès.

avatar tdml | 

sans vouloir offenser quiconque, il est rare de trouver sur MacG un article autant truffé d'erreurs.
Par exemple, non des moindres, il est possible de travailler et de modifier des données via le web depuis FileMaker 4...

CONNEXION UTILISATEUR