Une tech plus verte : comment Infomaniak veut chauffer Genève avec un data center

Anthony Nelzin-Santos |

« Nous avions fait électrifier une Renault Twingo au Tessin », raconte Marc Oehler, « c’était le premier véhicule électrique immatriculé dans le canton de Genève, mais elle est tombée en panne au milieu de l’autoroute ». C’est donc en Tesla Model 3 que le CEO d’Infomaniak nous emmène visiter son troisième data center, qui « dépasse les standards d’efficacité du marché » et utilise 100 % d’énergie renouvelable.

Au siège d’Infomaniak. Image MacGeneration.

La localisation précise doit rester secrète : « on parle d’or numérique », dit Thomas Jacobsen, directeur du marketing et de la communication d’Infomaniak, « et ici il y a tous nos lingots ». L’emplacement du prochain data center de l’entreprise est pourtant connu : il sera bientôt construit dans le nouveau quartier de La Chapelle-Les Sciers, à quelques encablures du siège de l’hébergeur, où il intègrera le réseau de chaleur urbaine.

« Il faut arrêter les mégaprojets éloignés des centres urbains », explique Thomas Jacobsen, qui cite les immenses data centers installés par Google et Microsoft dans la campagne wallonne. Un data center peut être vu comme une manière de transformer l’électricité en chaleur par l’entremise de serveurs. L’indicateur d’efficacité énergétique, ou PUE pour power usage effectiveness, mesure la part des serveurs dans l’énergie consommée par le centre dans son ensemble.

Pour 100 W consacrés aux serveurs, le data center européen moyen consomme 40 à 60 W pour la climatisation et les autres besoins électriques, soit un PUE de 1,4 à 1,6. Infomaniak « gâche » seulement 10 W, et rivalise ainsi avec les plus grands noms de la Silicon Valley en affichant un PUE de 1,1. En s’installant au pied des immeubles plutôt qu’au milieu des champs, l’hébergeur suisse veut diriger toute cette énergie vers le chauffage de 1 400 logements.

Le hall d’entrée du « DC III ». Image Infomaniak/MacGeneration.

Dès lors, le PUE importera moins que l’efficacité de la pompe à chaleur. En attendant l’inauguration du « DC IV » en 2024, le « DC III » représente le summum du savoir-faire d’Infomaniak, continuellement amélioré depuis son ouverture en 2013. Après avoir franchi les contrôles biométriques imposés par la norme ISO 27001, nous pénétrons enfin dans le saint des saints.

Les Services industriels de Genève fournissent plus d’un mégawatt d’énergie entièrement renouvelable1, qui arrive au centre du bâtiment, occupé par d’immenses tableaux électriques. Un niveau plus bas, « les onduleurs lissent le courant », explique Julien Bonnat, le directeur des opérations du data center. Tous les équipements sont dédoublés :

Nous avons quatre voies, deux rouges et deux vertes, que l’on peut suivre tout au long du data center. Deux onduleurs sont sur la voie verte, et les deux autres sur la voie rouge. Si je coupe un onduleur sur une voie, il reste le deuxième, et si je le coupe aussi, il reste la deuxième voie. Un seul onduleur peut soutenir la charge entière. Si nous perdons l’alimentation électrique, les batteries prennent le relai, et peuvent assurer une dizaine de minutes d’autonomie en attendant le démarrage des groupes électrogènes.


avatar apple78310 | 

Je ne sais pas comment fonctionnent les labels TÜV SÜD EE01 et Naturemade Star d’énergie verte en Suisse, mais si c’est comme en France, c’est du bullshit total.
En France, un fournisseur peut appeler verte une énergie consommée un soir d’hiver à 19h si un panneau solaire a produit la même quantité en Espagne en été à 14h… Ça n’a aucun sens.

avatar raoolito | 

@apple78310

dans le cadre de la compensation, j'imagine qu'on doit aussi parler de disponibilité. Un hiver à 19h, les panneaux solaires sont morts, reste les éoliennes ou l'hydroelectrique au mieux.
LE rechauffement se faisant 365 jours par an, ce n'est pas forcement idiot ?

avatar AlexSpirit74 | 

« Notre angoisse principale, c’est l’interruption de service », ajoute Thomas Jacobsen, « nous devons faire en sorte que les gens ne s’imaginent pas que tout cela existe ».

Il y a 1 mois, Infomaniak est tombé en panne, bloquant plus de 30 000 adresses e-mails. Certains de mes collègues n’ont plus eu accès à leurs e-mails professionnels pendant 3 jours…
Et c’est régulièrement comme ça, accompagné d’un support peu réactif (les réponses aux tickets arrivent au bout de 10 jours) ! Je ne peux que saluer l’alternative aux GAFAM qu’ils essaient d’offrir mais malheureusement, ils sont loin d’être à la hauteur.

avatar House M.D. | 

@AlexSpirit74

Amusante réaction et retour d’expérience, de mon côté ça fait plus de 10 ans maintenant que je fonctionne avec infomaniak, et je n’ai jamais eu le moindre souci qui ne soit réglé en quelques minutes, et ces soucis se comptent sur les doigts d’une main…

Comme quoi chaque expérience n’est pas universelle…

avatar ancampolo | 

@AlexSpirit74

Y a pas le feu au lac disaient ils…

avatar Mac1978 | 

@AlexSpirit74

Malheureusement assez d’accord. L’association que je préside ne peut que confirmer.

Maintenant, leur vraiment piètre réactivité n’est pas différente de Dropbox ou OneDrive…

avatar cv21 | 

Belle idée de réaliser une série d'articles sur ce sujet.

avatar TwistX | 

C’est vraiment une chouette boîte.
J’aime beaucoup leurs ambitions et la plupart de leur produits sont très réussi.

Mais certains ne sont pas encore à la hauteur hélas. Néanmoins, ils évoluent à grande vitesse et je suis sure que d’ici peut ça sera une solution de remplacement viable !
On le leur souhaite en tout cas!

avatar samgrosfite | 

Super intéressant !! Merci de montrer ce qui existe dans la face cachée derrière nos écrans

avatar Rapsodan2 | 

Une super boîte avec de super projets.

avatar Derw | 

Toute démarche pour optimiser l’utilisation des data center est une bonne chose. Toutefois :
1. C’est une goutte d’eau dans l’océan des impacts du numérique
2. Attention à l’effet rebond (loi de Jevons)

avatar eugenemr | 

Alors là, MERCI, article incroyable !

avatar Dv@be | 

Leur offre est de plus en plus compliquée à lire. Je regrette l’infomaniak d’il y a 10 ans : 1 offre/solution simple claire lisible et pas trop chère vu la qualité.

avatar raoolito | 

en tout cas, on démontre ici que pour fair edu vertueux, il n'y a jamais une solution, mais une quantité enorme de petites et moyennes choses.
Par exemple, demandons-nous systématiquement ce que NOUS faisons (nous, là chez nous) pour lutter contre le rechauffement climatique. Voiture utile? Datas utiles ? consommations d'eau, d'energie, achat principalement de recyclé ou reconditionne, etc... LEs acteurs exterieur sont toujours pointés du doigt, mais ils ne font d'abord que répondre à notre demande.. croissante

avatar Derw | 

@raoolito

Entre 60 et 80% des impacts du numérique sur l’énergie et les ressources sont dues aux utilisateurs (donc nous). Pas au data center…

avatar raoolito | 

@Derw

et dire que je trouvais que j'etais un peu dur mais finalement non

avatar Derw | 

@raoolito

D’après une étude de GreenIT :

Energie primaire GES Eau. Ressources

Utilisateurs. 60%. 63%. 83%. 75%
Réseaux 23%. 22%. 9%. 16%
Datacenters 17%. 15%. 7%. 8%

avatar raoolito | 

@Derw

Ok mais du coup on a des exemples de comportements à eviter? Si ce ne sont ni les data centers ni les reseaux, il reste quoi? Laisser son mac allumé la nuit?

avatar Derw | 

@raoolito

Tout d’abord, les datacenters et les réseaux n’y sont pas pour rien. Pour les GES par exemple ils représentent 37% cumulés. Il y a donc des gains possibles.
Ensuite, pour les terminaux des utilisateurs, il faut savoir que c’est comme les voitures : ils impactent beaucoup plus à la fabrication et à la destructions qu’à l’usage (pour les GES c’est 40% à la production, 26% à l’utilisation et le reste à la destruction). Pour les ressources, c’est pire vu qu’ils n’en consomment aucune à l’utilisation… Donc, si l’utilisation de terminaux électroniques (ordinateurs, tablettes, smartphones, mais aussi montres, iOT…) impactent indubitablement, c’est leur achats (par la production ET la destruction) qui polluent le plus. C’est donc la consommation. Pas de baisse des impacts drastiques sans baisse de la consommation. Déjà, conserver le plus longtemps possible ses terminaux est un bon point de départ…

avatar raoolito | 

@Derw

Merci!

avatar jnthierry | 

Article très intéressant, et quelques commentaires pertinents : top :)

CONNEXION UTILISATEUR