Le fondateur d’Anobit se confie sur la culture d’Apple

Anthony Nelzin-Santos |

Ariel Maislos a quitté Apple il y a un mois, un an après l'acquisition d'Anobit, la société spécialisée dans les contrôleurs SSD qu’il a fondée et dirigeait. À l’occasion d’une conférence organisée par l’Israel Semiconductor Club, il s’est confié sur les conditions de la vente de sa société et la culture d’entreprise d’Apple.






Ariel Maislos à gauche. Image Shmuel Auster.




« Nous collaborions déjà étroitement avec Apple » explique-t-il, « lorsque vous travaillez dans l’industrie de la mémoire flash, il est plutôt difficile de ne pas tomber sur Apple à un moment ou à un autre, comme client ou comme partenaire — et c’était un très gros client. » Entrepreneur en série, Maislos ne cherchait pas nécessairement à vendre Anobit, qui ne manquait ni de clients ni de fonds.



Mais il avait avec Apple « une bonne relation », si bien qu’une « appréciation mutuelle » s’est développée. Et comme Apple était particulièrement intéressée par les technologies d’Anobit, ce qui devait arriver arriva. L’acquisition était de plus facilitée par le fait que les équipes d’Anobit resteraient en Israël, formant même le noyau d'un centre de recherche et de développement d'Apple.



Maislos a pu avoir un aperçu de la culture d’entreprise d’Apple pendant l’année où il y a travaillé. Il peut la comparer à celle d’Intel, qui a investi 32 millions de dollars dans Anobit en 2010. Chez Apple, « il faut être aux avant-postes pour rester à votre poste et il est attendu énormément de chacun. Apple attend que tout ce que vous fassiez soit génial. » Les choses seraient légèrement différentes chez Intel : le fondeur attend que chacun soit au mieux de sa forme, sans pour autant obliger à se dépasser.



Une pression spécifique à Apple qui trouverait ses racines dans cette sorte de blessure originelle qu’est la quasi-faillite de 1997. « Personne ne peut imaginer un futur dans lequel [Apple] commet des erreurs », explique-t-il, ce qui justifie cette recherche permanente de l’excellence. Intel a aussi connu de mauvaises passes, mais n’a pas été à ce point marquée et est donc plus confiante dans l’avenir. Bref, pour ne pas regarder dans le rétroviseur et revivre ce passé funeste, Apple avance.


Tags
avatar Yanik | 
Personne n
avatar Yanik | 
Personne ne peut imaginer un futur dans lequel [Apple] commet des erreurs » Mais pour le présent, pas besoin d'imaginer... Un constat suffit. -----> OK, je suis déjà très très loin, regardez le petit point à l'horizon.
avatar Stardustxxx | 
@ Yanik Toi tu cherches la merde ;)
avatar Ephaistos78 | 
Qu'est ce que ça serait si Apple n'était pas en recherche permanente de l'excellence ??? Il ne manquerait pas un peu d'objectivité ?
avatar bidon_essence | 
Apple a du lui un gros cheque a l'"occupant"...pour faire autant de lèche...
avatar Jimmy_ | 
J'ai toujours trouvé l'expression "se confier" abusive lorsqu'un journaliste parle d'un entretien (une interview en bon français).
avatar Steeve J. | 
J'adore tous les petits Haters qui sautent sur les news et leurs commentaires comme des mouches sur des merdes en croyant qu'ils vont être "intéressants" et qu'en plus eux ils savent ! Mais en général ils ne connaissent rien du tout !
avatar iAnn | 
@ bidon_essence C'est marrant les différentes interprétations que l'on peut faire d'une même interview : moi j'y vois plutôt une manière détournée pour dire l'enfer d'être pressé par apple jusqu'à la dernière goutte... et toutes les personnes ne donnent pas forcément le meilleur d'elles-mêmes sous la pression extrême... Les grands créatifs ont souvent besoin de se sentir libre et de pouvoir respirer pour que l'inspiration surgisse.
avatar niroz | 
@bidon_essence "L'occupant" ? Vous parlez des israéliens? Vous devriez avoir honte. Vous devriez plutôt les remercier d'avoir inventé la technologie que vous utilisez tous les jours, la clé USB. Et ne mélangez pas tout, ici on parle d'Apple, pas de géopolitique.
avatar Silverscreen | 
Pareil : un ex-employé qui dit "mon employeur ne tolérait pas autre chose que l'excellence" ça signifie en clair qu'il bossait pour des casse-burnes de première. Et nulle part il ne dit : "ils recherchaient l'excellence et, en conséquence, ne se trompaient jamais"… Y'en a qui voient ce qui les arrange. En l'occurrence je pense que la peur de l'échec est le pendant de la recherche permanente de la perfection et ça peut être extrêmement paralysant pour une entreprise, empêchant les mea culpa constructifs ou les initiatives risquées mais potentiellement payantes. Je trouve que cette culture de l'excellence peut, paradoxalement, expliquer le fiasco de Maps (et le départ de Forstall), dont l'équipe a notoirement pris soin d'ignorer tous les signaux qui annonçaient un loupé inhabituel jusque là (malgré les bugs signalés encore et encore par les beta testeurs)… "Un bug où ça ? Moi je vois pas de bug. C'est un "feature". On n'a rien qui buggue. D'ailleurs, on a pas le droit d'avoir des bugs, c'est contractuel…"
avatar XiliX | 
Je me demande comment on peut être à son poste si on y est toujours avant ??? :p
avatar Macuserman | 
Je m'étonne de la faible capacité des lecteurs Macgé à partir en dérive. Anobit. Et vous vous réagissez pas? Je sais pas. On peut lancer un. Nos femmes sont accrochées Anobit. Voilà. Ça c'est une vrai réaction.
avatar Applesoft | 
Encore une n-iéme interview qui montre à nouveau ce qu'on savait : Jobs savait mettre la pression et obtenir le meilleur de chacun. Il arrivait à vous convaincre que vous pouviez le faire et vous arriviez à le faire... alors qu'au départ, vous étiez persuadé que ce n'était pas possible. Probablement usant de bosser avec le gars ! Il a toujours considéré que le meilleur sort de la contrainte et de l'urgence. Il usait de plusieurs méthodes : monter les uns contre les autres en créant des cellules secrètes qui se concurrençaient (management par la terreur :)))), flatter l'égo ("je pensais que t'étais le meilleur, je suis déçu") etc... Probablement pas très marrant au quotidien mais là où Jobs était clairement hors-norme, c'était sa capacité à élever votre propre ambition.
avatar i-han | 
Commentaire politiquement correct de Maislos, puisque apple est un de ses clients sur un marché du SSD en pleine progression Bref, sans interet
avatar Marc Duchesne | 
Avoir un emploi est un privilège. Il y a aucun mal à exiger 100% d'un employé, c'est pas de l'exploitation car il en retire un salaire qu'ils ont accepté.
avatar Philactere | 
@Marc Duchesne : 'Avoir un emploi est un privilège. ' Faut-li qu'un état soit au bord de la faillite pour lire une phrase pareille...
avatar iAnn | 
@ Marc Duchesne "Avoir un emploi est un privilège" on doit pas avoir la même conscience des choses... Et donner à 150 ou 200% de sa personne pour même 2 millions par mois, ce n'est pas un privilège, mais de la prostitution !!! Bon actuellement le marché du travail n'est pas autre chose sur terre.
avatar Feroce | 
"Une pression spécifique à Apple qui trouverait ses racines dans cette sorte de blessure originelle qu’est la quasi-faillite de 1997" Quand on voit ce qu'est devenu OS X Server, on se dit qu'apparemment, ils n'ont pas encore été assez traumatisés.
avatar mypiano-coach | 
@iAnn Toi, t'as typiquement la mentalité du Français moyen. Un travail, pourquoi faire et en plus, je devrais être motivé. Tu préfère le modèle hexagonal qui se répartit de cette manière Je bosse 365 jours par an moins 104 jours de WE, moins 30 jours de congé, moins 30 jours de grève... Le bizeness modèle français dans toute sa splendeur et ne pose pas la question de savoir pourquoi l'innovation n'existe plus dans ton pays...
avatar Yves_M | 
@mypiano-coach, Faudrait connaître un peu les chiffres avant de déblatérer sur les salariés français. Sachez que mi-2012 : - les salariés allemands ne travaillaient en moyenne que 34,6 h - 33,7 au Danemark - 30,40 au Pays-Bas contre 35h en France (Alternatives Economiques, Janvier 2013). Ensuite, qu'est-ce que travailler 100% ? Où se situent les 85% et les 110% ? Et pourquoi, travailler plus que nécessaire ? Pour que Tim Cook et ses acolytes dirigeants d'entreprises touchent des salaires mirobolants ? Moi, je suis salarié par nécessité et je travaille pour vivre et ne vis pas pour travailler.
avatar mypiano-coach | 
@Yves_M Je peux comprendre votre choix personnel et je ne dénigre pas quelque travail que ce soit, certains étant également pénibles. J'observe de manière générale le climat ambiant à la française de ces derniers mois où les valeurs du travail et du standing de certains sont systématiquement critiqués. Il ne fait pas bon ces derniers temps dans votre pays de "réussir", c'est presque devenu un défaut... La France est pour la plupart des Belges francophones, le grand pays dont nous avons hérités culturellement. Vu de l'extérieur, cependant, un courant étrange, un peu nationaliste de repli sur lui même avec le sentiment profond que le Français jalouse un peu plus ses voisins, se ressent et personnellement, ça m'attriste profondément.
avatar mbpmbpmbp | 
@mypiano-coac : tu m'as l'air très très mal renseigné sur les innovations françaises l'ami. J'ai bossé sur un projet qui en parlait : elles sont partout, et ont un impact mondial (la plus impressionnante : petrole bio à base d'algues compatible avec les moteurs existants, made in sud de la France). Renseigne toi un peu...(plutot que de tenir le discours cliché du blasé de la France.)
avatar bidon_essence | 
Anobit, 1, 2, 3 partez !!!
avatar iAnn | 
@ mypiano-coach français moyen... peut-être ou sûrement. Mais les déductions sur le fond de ma pensée sont totalement erronées. Je ne suis pas contre le fait de travailler, au contraire, mais sur l'exploitation, l'abus de pouvoir, le harcèlement moral ou autre que peut avoir une personne qui se croie supérieure du seul fait d'être un" employeur"...
avatar Mac Mic | 
@iAnn : 'donc profession libérale, et les trente cinq heures, heu... c'est la moitié d'une semaine de travail (dont une partie est du bénévolat et le maximum de l'échange), avec l'insécurité en plus et totalement surtaxé ; mais la liberté à un prix.' T'es quoi alors ? Toubib ?
avatar iAnn | 
@ Mac mic On pourrait dire Artiste... mais je ne m'identifie pas à un métier, c'est une obligation sociale dans le monde actuel qui lorsque l'on a de la chance se rapproche un peu de ce l'on est intérieurement.
avatar darkwolf | 
iAnn: C'est sûre, si on pouvait gagner des ronds sans "travailler" sa serait vachement mieux pour être soi-même ou son moi profond, ou je ne sais quoi... Là, on est dans le monde, tu sais, il y a des chinois, des americains, des allemands, enfin tout un tas de monde qui ne veulent pas sombrer et qui sont en concurrance... pensez pouvoir vivre à la cool et cela pendant des lustres est un doux rêve. Un métier, sa fait vivre et manger... avant le métier c'était chasser pêcher pour nourir sa famille, maintenant il y a un peu plus de choix... mais le principe reste le même.... Alors autant se donner les moyens de choisir un métier qui est le plus plésent possible tout en garentissant le plus possible son but premier : faire vivre sa famille et soi-même le mieux possible.
avatar gela | 
Incroyable ici ce qu'on apprend sur la France. Ça ferait un excellent article de Libé. Ou dans Courrier International : « La France vue par elle-même ». Allez, encore quelques années et ont est vraiment Kaput. On va y arriver.
avatar iAnn | 
@ darkwolf être dans le monde, n'empêche pas pas d'ouvrir les yeux, d'être en accord ou pas avec ce qui est mis en place et d'accepter le style économique et social qu'on nous impose... Les économistes éclairés sonnaient déjà la sonnette d'alarme avant les années 90 sur une société basée sur la production et la consommation comme base financière de fonctionnement. Alors que des "éminences scientifiques" à la demande des USA dans les années 70 avaient données leur seule conclusion possible pour garder une économie avec une croissante permanente : la guerre et la maladie... sans oublier l'oppression humaine.
avatar darkwolf | 
@iAnn: d'accord... ouvrir les yeux c'est bien... En fait, j'avoue, je n'ai pas du tout compris où tu voulais en venir ? Et pour en revenir à ton précédant poste, j'espère bien que tu n'es pas contre le fait de "travailler".
avatar iAnn | 
@ darkwolf ...que le "travail" devrait être l'expression de son savoir faire dans le plaisir et le partage de ses compétences ; et non une exploitation de l'être humain par l'être humain... bien que certains ce fourvoient "volontairement" pour de la notoriété, du pouvoir, de l'argent à cette prostitution légale, alors qu'une majorité subit ce système pour à peine survivre alors que totalement exploités pour créer la richesse mondiale qui ne leur profite nullement. Je ne crois pas à "l'oisiveté" qui a toujours démontré surtout accompagnée d'argent qu'elle plongeait l'homme dans une certaine décadence ou inertie.
avatar boussiko | 
Marc Duchesne entièrement d'accord avec toi. sans compter une autre chose. quand on est une entreprise la plus puissante, celle dont on attend le plus en terme d'innovation techno, elle est en droit d'espérer que chacun de ses employés se dépassent.
avatar darkwolf | 
@iAnn... ok et où est la limite ? L'exploitation démarre à quel moment ? Autre question, vaut-il mieux travailler sereinement pendant quelques années au risque de mettre à mal toute une communauté ou un pays, ou vaut-il mieux "s'acharner" au travail pour offrir de belles perspectives à nous et à nos enfants ? Je demande car on peut bien se protéger dernière nos acquis mais la réalité est là : - La concurrence étrangère est bel et bien là et surarmée . - Sans blé, un pays est à la ruine, et le blé, pour l'avoir, il faut de l'effort collectif. - On a méchamment tendance à se reposer sur nos lauriers. Donc pour essayer de faire simple : - Si tu peux travailler et être payé pour cela, c'est bien, si en plus c'est un travail qui te plait c'est top... et si en plus tu es bien payé pour cela, alors sa devient vraiment, mais alors vraiment un privilège... Sinon, fait tout ce que tu peux, pour sauver la pense familiale .... les acquis sont les pertes potentielles de demain.... il faut en être conscient... Par contre, c'est moi ou on dérive :D
avatar iAnn | 
@ darkwolf dérive totale ;-)))
avatar darkwolf | 
@iAnn : Eh voilà, on est tout seul maintenant :)

CONNEXION UTILISATEUR