Apple prépare sa Joint Venture

Anthony Nelzin-Santos |
Apple serait en train de tenter de déposer le terme « Joint Venture », notamment utilisé pour décrire une entreprise créée par deux autres entreprises en commun (coentreprise en français).

On parle évidemment bel et bien d'informatique, puisque les quatre classes internationales de dépôt visées par Apple concernent :

- les services dans une boutique impliquant des ordinateurs, des logiciels, des périphériques et des appareils électroniques ;
- la maintenance, l'installation et la réparation d'ordinateurs, de périphériques, de réseau, et d'appareil électroniques ;
- la formation et les services d'apprentissage (toujours pour les mêmes appareils) ;
- le support technique et les services de consulting.

La combinaison de ce service avec la marque en forme de jeu de mots laisse à penser qu'Apple pourrait bientôt lancer un service de support destiné aux entreprises sous Mac, écho à la progression du Mac en entreprise, et au manque relatif de services adaptés proposés par la firme de Cupertino.

Sur le même sujet :
- La lente ascension du Mac dans l'entreprise
- Les Apple Store font du pied aux entreprises

avatar lord danone | 
Pô compris :x Une âme charitable au secours de mon inintelligence...?
avatar Aughta | 
Je pense que tu dois te compliquer l'histoire, il n'y a rien à comprendre quand on y réfléchit. Apple veut déposer un terme, comme ça se fait souvent du moins aux états unies — je ne sais pas si c'est permis chez nous, d'ailleurs c'est comme les brevets est-ce permis en Europe ? Bon on peut polémiquer sur la légitimité d'Apple sur une expression, personnellement je trouve cela abusé, c'est comme déposé le terme NetBook, voire Laptop… Ensuite l'article parle de la maigre implantation d'Apple en entreprise, et suppose que ce terme serait justement pour un futur service professionnel de la part d'Apple. Voilà, je pense que c'est tout.
avatar mattforever | 
C'est n'importe quoi le dépôt de noms maintenant. En gros, si c'est validé, c'est comme si Total déposait "station service" ou Renault le mot "voiture". Les marques déposent des mots du langage courant qu'ils utilisent. Pour info, en France c'est possible, mais attaquer les marques qui utilisent les mots communs est quasi infaisable. Par exemple il y a quelques mois, SFR avait attaqué les autres opérateurs français pour l'usage du mot "Texto" (qu'ils avaient créé et déposé pourtant). Le juge a statué que ce mot faisait partie du langage courant maintenant et que tout le monde pouvait l'utiliser librement (comme "frigidaire").
avatar alargeau (non vérifié) | 
@ mattforever : faut dire qu'à l'époque, Bouygues appelait ça des télémessages. Rien que pour écrire ce mot, il faut presque un texto.
avatar Sebang | 
Bah, "SMS", c'est encore plus court ! ;-)

CONNEXION UTILISATEUR