Pour Qualcomm, la puce Apple M1 valide la stratégie Snapdragon pour PC

Mickaël Bazoge |

L'arrivée en fanfare d'Apple sur le marché des puces pour les ordinateurs de bureau et portables fait sensation. Sur les nouveaux Mac, la puce M1 a créé un véritable gouffre par rapport aux processeurs Intel de leurs prédécesseurs, et la Pomme ne fait que s'échauffer : les systèmes-sur-puce des futures machines pro s'annoncent encore plus impressionnants.

La puce SQ1 de Microsoft au cœur de la Surface Pro X. Elle repose sur la plateforme Snapdragon 8cx de Qualcomm.

Le contraste avec ce qui se passe en face est saisissant : pendant qu'Apple a plutôt réussi le lancement de sa transition, les puces ARM qui équipent les PC sont à la traîne. Depuis 2017, Microsoft travaille avec Qualcomm sur des puces spécifiquement optimisées pour ses Surface ARM. Malheureusement, le résultat est loin d'être à la hauteur des espérances des deux entreprises… et des utilisateurs (lire : Surface Pro X : des performances pas top pour la rutilante tablette Arm de Microsoft).

Qu'à cela ne tienne, chez Qualcomm on voit dans le lancement des Mac M1 une « validation » du pari fait par l'entreprise avec Windows pour Snapdragon. Chez PCMag, Cristiano Amon, le président du fondeur, se réjouit d'avoir investi très tôt dans cette technologie avec Microsoft. Pour Alex Katouzian, vice-président en charge de la mobilité chez Qualcomm, la puce d'Apple entérine « ce que nous avons fait ces dernières années. La gamme de produits de Qualcomm va devenir de plus en plus forte au fur et à mesure que nous élargissons notre champ d'action ».

« Les gens disent que l'imitation est la plus belle forme de flatterie. Regardez ce qui est arrivé avec l'Apple M1 », ajoute-t-il dans une autre interview pour AnandTech. « Le discours produit [à Apple] est pratiquement le même que ce que nous disons depuis deux ou trois ans ». Concernant les perfs' modestes de sa propre puce de bureau, le dirigeant de Qualcomm assure que les feuilles de route des constructeurs sont pleines de machines de plus en plus puissantes. Il promet aussi des SoC Snapdragon plus performants à l'avenir, sans s'avancer sur une date.

La plateforme Snapdragon 8cx, la plus récente à ce jour, a été présentée en décembre 2018, et depuis c'est le calme plat. « Je peux vous dire, [la prochaine génération] arrive », indique-t-il, en ajoutant : « Nous sommes à 100% impliqués sur ce marché. Je pense que Microsoft l'est aussi ».

Nous ne sommes [qu'une entreprise à] 170 milliards de dollars, mais vous savez, cela aide quand une entreprise à 2 000 milliards de dollars vient dire : « Oui, c'est ça qu'il faut faire ». Et devinez quoi, nous avons été submergés d'appels pour nous demander si cela allait arriver [les puces ARM dans les PC]. On est à 100% derrière tout ça.

Pendant que les utilisateurs de Mac se frottent les mains, Qualcomm cherche à relativiser : il manque encore aux nouveaux ordinateurs d'Apple des fonctions qui font partie du quotidien des PC sous Snapdragon. « [Sur nos ordinateurs], vous avez une expérience d'appels vidéo qui donne la sensation d'être présent avec le correspondant », vante Katouzian auprès de PCMag. Une manière de souligner la qualité médiocre de la webcam des MacBook Air et Pro (même si la puce M1 améliore quelque peu l'ordinaire).

Le dirigeant de Qualcomm remarque aussi que les PC Snapdragon ont commencé à intégrer le support de la 5G : « Vous n'avez pas besoin d'acheter une caméra séparée, un micro ou un modem », détaille-t-il. Tout cela est vrai, bien que le partage de connexion se soit amélioré entre iPhone 12 et Mac et qu'il existe des solutions logicielles qui transforment un iPhone en webcam. Mais évidemment, ce serait mieux si tout ça faisait partie du Mac, ce qui sera peut-être le cas sur les prochains portables.

Alex Katouzian pointe aussi un autre atout, celui du prix : Qualcomm commercialisant ses puces à qui veut, on peut trouver des PC ARM pour toutes les bourses. Un avantage qui pourrait se réduire si Apple lance un MacBook Air plus abordable en 2022, comme l'a prédit Ming-Chi Kuo récemment.

Qualcomm, qui vient de lancer sa nouvelle puce mobile haut de gamme Snapdragon 888, est aussi un fournisseur d'Apple avec ses modems 5G. Mieux vaut donc éviter trop de déclarations à l'emporte-pièce, comme cela avait été le cas en 2013 quand un des responsables de l'entreprise avait qualifié les 64 bits de la puce A7 de « gadget marketing ». Avant de se lancer à son tour…


avatar BeePotato | 

@ redchou : « - Ce n’est pas le point défendu ici, il dit cela pour dire qu’ils sont sur la bonne voie, et appuie son propos en montrant qu’Apple prend le même chemin. »

Si, c’est bien de cela qu’il est question ici : sa fable marketing où il parle d’imitation (de Qualcomm) par Apple. C’est de cela qu’on se moque, tellement c’est ridicule (pour des raisons historiques mais aussi de logique).

L’autre partie de son discours, où il dit que l’usage de cette approche par Apple vient confirmer que c’est une approche viable, je n’ai rien à redire à son sujet. Il a tout à fait raison sur ce point, et il est tout à fait possible que la visibilité d’Apple vienne aider la filière des PC à processeur ARM (à condition que ces processeurs gagnent en puissance, pour être plus proches de ce que propose Apple que de ce qu’on a pu voir jusque là).

« Qu’est devenu l’eMate ? Ou encore l’Archimede? »

Là n’est pas la question : il s’agissait juste de rappeler qu’Apple n’avait pas eu besoin de Qualcomm comme source d’inspiration.

« - Je ne vois pas où ils essayent de se présenter comme de grand innovateur »

Avec sa fable sur l’imitation, il se place dans le rôle de l’innovateur meneur de jeu dont les autres s’inspirent pour savoir quoi faire. C’est cette partie-là de son discours qui était ridicule et inutile.

« Qualcomm utilise de l’ARM depuis un peu plus longtemps que 2017... »

Depuis une petite quinzaine d’années, si je ne m’abuse (pour comparaison, on rappellera qu’Apple a contribué à la fondation de l’entreprise ARM il y a trente ans et a utilisé des processeurs ARM dans divers produits presque sans discontinuer depuis cette date).
Mais là, on discutait de l’usage de processeurs ARM spécifiquement dans des ordinateurs personnels classiques.

avatar redchou | 

@BeePotato

« - Ce n’est pas le point défendu ici, il dit cela pour dire qu’ils sont sur la bonne voie, et appuie son propos en montrant qu’Apple prend le même chemin. »

Si, c’est bien de cela qu’il est question ici : sa fable marketing où il parle d’imitation (de Qualcomm) par Apple. C’est de cela qu’on se moque, tellement c’est ridicule (pour des raisons historiques mais aussi de logique).
- C’est vous qui êtes ridicule, il ne parle a aucun moment d’imitation dans le sens de copie, mais bon, si ça vous amuse...

L’autre partie de son discours, où il dit que l’usage de cette approche par Apple vient confirmer que c’est une approche viable, je n’ai rien à redire à son sujet. Il a tout à fait raison sur ce point, et il est tout à fait possible que la visibilité d’Apple vienne aider la filière des PC à processeur ARM (à condition que ces processeurs gagnent en puissance, pour être plus proches de ce que propose Apple que de ce qu’on a pu voir jusque là).
- Il serait bien de ne pas lui faire dire ce qu’il ne dit pas du coup...

« Qu’est devenu l’eMate ? Ou encore l’Archimede? »

Là n’est pas la question : il s’agissait juste de rappeler qu’Apple n’avait pas eu besoin de Qualcomm comme source d’inspiration.
- C’est une autre époque, et un autre moment. Dire que le M1 est le descendant du processeur de l’eMate est une belle connerie.

« - Je ne vois pas où ils essayent de se présenter comme de grand innovateur »
Avec sa fable sur l’imitation, il se place dans le rôle de l’innovateur meneur de jeu dont les autres s’inspirent pour savoir quoi faire. C’est cette partie-là de son discours qui était ridicule et inutile.
- C’est votre fable, pas la sienne, il dit juste que le pari d’Apple, d’un processeur où tout est intégré va dans le même sens que ce que fait Qualcomm..

« Qualcomm utilise de l’ARM depuis un peu plus longtemps que 2017... »
Depuis une petite quinzaine d’années, si je ne m’abuse (pour comparaison, on rappellera qu’Apple a contribué à la fondation de l’entreprise ARM il y a trente ans et a utilisé des processeurs ARM dans divers produits presque sans discontinuer depuis cette date).
- Toutes les entreprises utilisent de l’ARM dans divers produits depuis plus longtemps que Qualcomm dans ce cas...

Mais là, on discutait de l’usage de processeurs ARM spécifiquement dans des ordinateurs personnels classiques.
- Oui, du coup la comparaison est tout aussi débile que de dire que Qualcomm parle de copie...

avatar BeePotato | 

@ redchou : « - C’est vous qui êtes ridicule »

Non. Mais merci de l’avoir pensé. :-)

« il ne parle a aucun moment d’imitation dans le sens de copie, mais bon, si ça vous amuse... »

Personne ici n’a parlé de copie (enfin si, toi, dans un bout de discussion sur le RISC et IBM, mais c’était accessoire). Le sens du mot « imitation » est suffisamment clair pour ne pas avoir à lui substituer un autre mot.

« - Il serait bien de ne pas lui faire dire ce qu’il ne dit pas du coup... »

Gné ?

« Dire que le M1 est le descendant du processeur de l’eMate est une belle connerie. »

Heureusement que personne (mais cette fois, vraiment absolument personne !) ne l’a dit, alors. :-)

« - C’est votre fable, pas la sienne, il dit juste que le pari d’Apple, d’un processeur où tout est intégré va dans le même sens que ce que fait Qualcomm. »

Alors là, je plaide coupable : je m’étais en effet contenté de l’article de MacGénération, qui m’avait laissé penser qu’il parlait d’imitation au sujet du fait d’équiper des ordinateurs de type PC avec des processeurs ARM — c’était cela que je trouvais ridicule.
Mais je viens d’aller lire l’interview sur Anantech et on y voit effectivement qu’il parlait d’imitation dans la façon de vanter les mérites de l’approche SOC.
Du coup, ok, c’est nettement moins ridicule (même si parler d’imitation reste un peu tiré par les cheveux car ça fait déjà des années qu’Apple tient ce genre de discours au sujet de ses SOC dans les iPhone et iPad).

« - Toutes les entreprises utilisent de l’ARM dans divers produits depuis plus longtemps que Qualcomm dans ce cas... »

Toutes, non. Certaines, oui.

« - Oui, du coup la comparaison est tout aussi débile que de dire que Qualcomm parle de copie... »

Je ne sais pas de quelle comparaison tu parlais, mais encore une fois personne n’a parlé de copie, le mot « imitation » étant suffisamment clair.
Cependant, comme dit ci-dessus, je n’avais pas compris de quelle supposée imitation il parlait.

avatar redchou | 

@BeePotato

« il ne parle a aucun moment d’imitation dans le sens de copie, mais bon, si ça vous amuse... »
Personne ici n’a parlé de copie (enfin si, toi, dans un bout de discussion sur le RISC et IBM, mais c’était accessoire). Le sens du mot « imitation » est suffisamment clair pour ne pas avoir à lui substituer un autre mot.
- Voici la première réponse à mon premier commentaire:
« Donc dire qu’Apple « copie » est juste la quintessence de la blague 😂 »
Oui, personne.
Je parle ensuite de copie à propos des processeurs RISC de manière ironique...

« Dire que le M1 est le descendant du processeur de l’eMate est une belle connerie. »
Heureusement que personne (mais cette fois, vraiment absolument personne !) ne l’a dit, alors. :-)
- Personne. 🙄

« - C’est votre fable, pas la sienne, il dit juste que le pari d’Apple, d’un processeur où tout est intégré va dans le même sens que ce que fait Qualcomm. »
Alors là, je plaide coupable : je m’étais en effet contenté de l’article de MacGénération, qui m’avait laissé penser qu’il parlait d’imitation au sujet du fait d’équiper des ordinateurs de type PC avec des processeurs ARM — c’était cela que je trouvais ridicule.
- CQFD. 🤷‍♂️

Mais je viens d’aller lire l’interview sur Anantech et on y voit effectivement qu’il parlait d’imitation dans la façon de vanter les mérites de l’approche SOC.
- Bravo.

avatar BeePotato | 

@ redchou : « - Voici la première réponse à mon premier commentaire: »

En effet, je l’avais oublié celui-là.
Cela dit, il n’y a pas une bien grosse différence entre imitation et copie, hein.

« Heureusement que personne (mais cette fois, vraiment absolument personne !) ne l’a dit, alors. :-)
- Personne. 🙄 »

En effet, personne. Yeux levés au ciel ou non. :-P

« - CQFD. 🤷‍♂️ »

Note toutefois que, comme je l’ai fait remarquer juste après le passage que tu as cité, son histoire d’imitation reste très exagérée, Apple ayant déjà présenté ses SOC comme ça par le passé.
C’est juste qu’il ne tombe pas dans le ridicule absolu que laissait croire l’article de MacG.

« - Bravo. »

:-D

avatar Hasgarn | 

« Je vous l’avais dit, hein, hein ! »
Oui, mais vous ne l’avez pas réussi 😀

avatar redchou | 

@Hasgarn

Intel a bien torpillé le truc quand même, en menaçant de faire des procès pour leur système d’émulation de code x86...

avatar reborn | 

Je pense que Microsoft l'est aussi

Oui totalement.. 🤣🤣🤣

Les gars l’initiative Windows on ARM existe depuis dec 2016 🤯.. vous avez fait quoi de concret depuis ? Pas grand chose...

Nous ne sommes [qu'une entreprise à] 170 milliards de dollars, mais vous savez, cela aide quand une entreprise à 2 000 milliards de dollars vient dire

Voila, j’ai arrêté de lire quand il commence à comparer les capitalisations boursières.. Mais quel est le rapport ? 🤦‍♂️

Ah, et vos machines ne tournent pas sous macOS donc bon.. 🙄

avatar rolmeyer | 

@reborn

2016...pour W10. Mais windows natif Arm existe depuis longtemps.
2012 est sorti une Surface et une tablette Nokia la 2520, avec un Windows 8 desktop Arm appelé Windows RT. C’etait la copie exacte du la version X86.
Problème, pas d’apps natives autre que celles de MS et de puce assez puissante pour piloter le hardware.
2020....ben on en est quasi au même point. Bon une émulation de x86 en plus, qui n’existait pas sur RT.

avatar pocketalex | 

@ rolmeyer

tout à fait, merci pour ton commentaire on ne peut plus clair

J'ajouterais même "une émulation de x86 en plus, qui n’existait pas sur RT" oui ... mais on est LOIN des prouesses et de l'optimisation de Rosetta 2. C'est tout bête, mais ça fait une sacré différence. Une énorme différence

Une app x86 qui tourne sur le plus puissant des PC ARM est actuellement inutilisable
Une app x86 qui tourne sur M1 est aussi rapide, sinon plus, que la même App sur un core i5

avatar snorky22 | 

Ils paniquent...

avatar frankm | 

C’est pas là qu’il y en a un qui dit : « pathétique »

avatar Sindanárië | 

@frankm

C’est le boulot de pagaupa, ça !

avatar DamienLT | 

@frankm

Attend je m’y colle :

Pathétique... 😐

avatar Dimemas | 

Amd va présenter a priori le K12 (un équivalent du m1) au CES 2021

Donc oui ARM est intéressant mais pour l’instant c’est trop tôt pour certaines choses

Déjà toutes les applications ne marchent pas sur arm.
Mais ça va venir !

avatar pocketalex | 

@ Dimemas

"Amd va présenter a priori le K12 (un équivalent du m1) au CES 2021"

Pour le moment, on a encore rien vu, et "équivalent du m1" ... faudra voir clairement car les annonces, c'est facile à faire
Du coté de chez Apple, les Macs Silicon sont disponibles dans les rayonnages et on peut les acheter de suite, on est pas dans les promesses futures et hypothétiques, mais dans les promesses tenues

Bon

Mais même si Qualcomm ou AMD sortait un CPU "équivalent du m1", ça ne voudrait absolument pas dire que le marché PC basculerait

Des PC sous ARM, il en est déja sorti. Aucun développeur n'a voulu porter ses apps sur ARM, car ils attendaient tous ... que les machines se vendent
Aucun client ne s'est rué sur ces machines car ils attendaient tous... que les logiciels soient portés (sinon émulation et pas à la rosetta ... et performances de merde)

Le serpent s'est mordu la queue, et l'affaire à fait pssshit. Foirage total.

Je souhaite tous mes voeux de réussite aux futurs PC sous ARM, mais il y a de très grandes chances pour que ce soit un énième ratage. Pour les mêmes raisons

Et à chaque ratage de ce genre d'initiative, on en est à la 3e tout de même, souvenez vous la surface RT, souvenez vous les PC ARM de 2018, l'ensemble du marché, constructeurs, éditeurs, clientèle, se rue sur le x86 de plus belle.

Le marché PC n'est pas le marché Mac. Le PC est englué dans le x86. Peut-être trop englué pour arriver à en sortir.

avatar Manuko | 

« [Sur nos ordinateurs], vous avez une expérience d'appels vidéo qui donne la sensation d'être présent avec le correspondant »

Donc là, ils nous expliquent qu'il savent faire des smartphone avec écran 13" et clavier 102 touches ?!?

avatar Kounkountchek | 

C’est sur les serveurs que ça pourrait être intéressant aussi

avatar mauy | 

@Kounkountchek

Oui cela existe depuis un moment d’autant que les entreprises comme Amazon Web Services ont des instances arm64 basées sur les processeurs de chez Ampere Computing me semble-t-il (ils sortent un 128 coeurs ces mois-ci d’ailleurs qui consomme tout de même dans les 300watts).

https://amperecomputing.com/ampere-altra-built-from-the-ground-up-for-th...

Les économies d’énergie pour ces acteurs du cloud sont énormes et directes en termes de coûts. Ça pousse bien de ce côté
-là entre AWS, Google, Alibaba, Microsoft Azure pour avoir des processeurs plus efficient au niveau ratio de puissance de calcul par watt.
Je pense que ces acteurs ont plus d’influence dans ce domaine dans la mesure où Windows et les serveurs Windows ont moins la mains mise sur ces infrastructures.

avatar corben | 

Les mecs l’ont mauvaise car les ARM sur PC ne datent pas d’hier vu qu’ils en proposaient déjà à MS sauf qu’Apple est venu leur mettre un gros coup de pied au cul

avatar Rayban | 

@corben

A ce niveau la ce n’est plus un coup de pied ... Apple les a carrément catapulté loin derrière ... Ça sent le discours marketing d’enrobage de chocolat tout ca ... en gros ... panique a bord !!!

avatar IceWizard | 

@Rayban

« A ce niveau la ce n’est plus un coup de pied ... Apple les a carrément catapulté loin derrière ... Ça sent le discours marketing d’enrobage de chocolat tout ca ... en gros ... panique a bord !!! »

Il serait intéressant d’utiliser un détecteur de stress vocal sur un enregistrement des propos du gars de Qualcomm.

avatar Gandalf | 

@Rayban

Qualcomm a marqué l’essai (c’était un essai) et Apple vient de le transformer en propulsant la balle entre les poteaux (un home run comme on dirait au base ball).
Au début du rugby l’essai ne servait qu’a avoir le droit de taper la transformation pour marquer le point.

Là on y est Apple à marqué le point.

avatar Rayban | 

@Gandalf

C’est exactement cela ... :p ...

avatar pocketalex | 

@corben

Apple a mis un coup de pied au cul aux PC ARM, mais ça c'était pas difficile, mais également aux PC x86

C'est du coup de pied à la Street Fighter II

Pages

CONNEXION UTILISATEUR