Surface Pro X : des performances pas top pour la rutilante tablette Arm de Microsoft

Mickaël Bazoge |

La Surface Pro X est le nouveau pari de Microsoft dans le secteur des tablettes hybrides sous Windows 10 fonctionnant avec un processeur Arm. L'éditeur de Redmond n'est pas un nouveau venu sur ce marché ; en fait, c'est même un pionnier si on remonte à 2013 et à la Surface RT qui, elle aussi, roulait avec un processeur Arm ! En début d'année dernière, les premiers PC « Windows sur Arm » se lançaient avec des promesses alléchantes comme une autonomie record (20 heures et plus !) et une connectivité LTE intégrée. Mais ces ordinateurs se sont révélés être de véritables 🐌.

Image @TechRadar

Malgré ces échecs, Microsoft n'a pas lâché l'affaire : le mois dernier, l'entreprise dévoilait le Surface Pro X, un hybride équipé de la puce SQ1 développée en collaboration avec Qualcomm sur la base du Snapdragon 8cx. La puce, qui embarque le modem LTE Snapdragon X24 pour la connectivité en tout temps, comprend aussi et surtout un processeur Arm cadencé à 3 GHz, ce qui devrait lui offrir des performances que les précédents PC du même tonneau ne pouvaient pas assurer.

D'après les premiers tests (The Verge, Engadget, TechRadar), la puissance est au rendez-vous… mais seulement pour les logiciels adaptés Arm 64 bits. Microsoft en a optimisé quelques-uns. Mais il n'y a pas grand chose d'autres : Adobe a promis que les applications du Creative Cloud seront adaptées, pour le reste on reste sur sa faim.

Le stylet se cache sous le clavier détachable. Image @Engadget

La tablette fait fonctionner les logiciels x86 grâce à sa couche d'émulation, mais uniquement pour les apps 32 bits, les plus nombreuses certes… mais des logiciels x86 64 bits comme Lightroom ne pourront pas s'installer sur l'appareil ! Bien évidemment, les applications émulées sont moins rapides. Et il faut oublier les gros jeux. Selon les tests Geekbench réalisés par TechRadar, l'iPad Pro 12,9 pouces s'est montré de 40% à 50% plus rapide que la Surface Pro X (en mono comme en multicœur).

Autre déception, Microsoft promet « jusqu'à 13 heures d'autonomie en utilisation normale », mais quand on s'en sert vraiment en continu, la tablette ne va guère au-delà des 6 heures, d'après The Verge. Et une dizaine d'heures avec des périodes de veille. On est donc encore assez loin des promesses qui accompagnent les ordinateurs Arm.

La Surface Pro X conserve sa béquille ajustable. @The Verge

C'est d'autant plus dommage que la Surface Pro X a des qualités indéniables dans son design, sa conception, son écran, etc. Mais l'hybride n'est pas spécialement bon marché : il faut en effet compter 1 169 € pour la configuration de base (8 Go de RAM, 128 Go de stockage), sans accessoires. Cette nouvelle tentative « du camp d'en face » donne en tout cas un relief nouveau à l'iPad Pro, sa puissance, sa logithèque, ses capacités.

Surtout, la Surface Pro X nous renseigne en creux sur les difficultés de transplanter un modèle informatique « traditionnel » sur une architecture Arm moderne. Ça n'a pas beaucoup changé depuis 2013, finalement. Apple a sans doute cela en tête depuis un moment, alors que les premiers Mac dotés d'un moteur « maison » sont annoncés — par la rumeur tenace — pour l'année prochaine.

avatar Furious Angel | 

Quel merdier... Comme quoi un mac arm ne serait pas si évident, il faut que les développeurs suivent. Je pense qu’Apple aurait un petit avantage pour motiver les développeurs, parce que tous les macs seraient amenés à adopter cette architecture, alors que sur Windows il y a toutes sortes de configurations possibles. Mais ça reste une transition douloureuse, bonne en théorie mais très complexe en pratique.

avatar Mickaël Bazoge | 

@Furious Angel

En fait, Apple est en train de mettre en place tous les outils qui vont bien, entre Catalyst et SwiftUI. Et puis il ne manque pas grand chose pour fusionner l’App Store iOS et le Mac App Store. Mais c’est vrai que ça va être rock’n roll, surtout au niveau du support des logiciels « historiques » (bon, tout ce qui est 32 bits a déjà été balancé par dessus bord…).

avatar Furious Angel | 

@MickaëlBazoge

J’ai pensé à Catalyst mais on a vu que le portage n’est pas si facile. Et les apps iPad n’ont pas forcément des fonctionnalités aussi poussées que les versions desktop (comme Photoshop). Mais à long terme, c’est sûr que ça serait intéressant pour les développeurs de pouvoir (relativement) facilement développer les apps pour mac/iPadOS

avatar Mickaël Bazoge | 

@Furious Angel

Tout à fait. Mais vu le bazar qu’est Catalyst actuellement, comme tu dis, un Mac Arm avec que des apps provenant de l’iPad (par exemple), ça risque de faire un peu bizarre.

avatar Dimemas | 

C’est un peu hypocrite votre article !

Donc en gros, Microsoft a fait un portable sous arm, et il est puissant sur des applications arm et il n’y en a pas beaucoup....

Whoah quel scoop !!!

En attendant Apple catalyst ou pas catalyst, c’est du pareil au même !
Oh mais wait, ça fait plus d’un an que des tas de gens hyper informés ici (joke inside) nous rabâchent que Adobe et compagnie ont forcément développé déjà une version arm et vous dites l’inverse !
Ça alors ...

avatar macinoe | 

Si on considère iPadOS comme la version Arm de macOS, le problème est tout de suite moins ardu.
Il y a déjà un OS et une logithèque Arm chez Apple. Il manque juste une machine un peu plus orientée laptop.

Pourquoi s'emmerder à faire des portages et une longue période de transition ?
Pour prolonger de quelques années un OS vieillissant de toute façon voué à se faire remplacer ?

avatar Furious Angel | 

@macinoe

Je suis d’accord mais sur un ordinateur, j’attends plus que sur une tablette (on le voit avec Photoshop). Pour moi une tablette et un ordinateur ne sont pas faits pour la meme chose et il faut plus qu’un portage (dans un sens ou dans l’autre)

avatar macinoe | 

Rien ne dit que la migration vers Arm se fera sur toute la gamme des "ordinateurs" Apple d'un coup.
Apple peut très bien garder un fond de gamme intel pour les pro pendant encore longtemps et commencer les arm sur une gamme grand public très nomade comme celle du macbook air.

avatar fousfous | 

@macinoe

Je pense que c'est plus simple de faire comme le passage à Intel: tout d'un coup pour que la transition soit rapide.
Et il va falloir forcément des modèles pro plus puissant pour montrer que les processeurs ARM c'est pas que le mobile. J'imagine bien une version 250W à mettre dans le Mac Pro pour afficher lors du Keynote que c'est l'ordinateur le plus puissant.

avatar macinoe | 

Vous rêver.
Arm c'est precisement une architecture sur laquelle tout a été pensé pour une faible consommation énergétique.

avatar fousfous | 

@macinoe

Il suffit juste de doubler le nombre de cœur pour doubler la puissance, tu doubles aussi la consommation mais c'est largement en dessous des processeurs Intel pour plus de puissances.
Et ça c'est la version bourrin sans toucher à l'architecture et je suis sur qu'Apple à les moyens de modifier tout ça, surtout que l'année prochaine c'est le 5 nm.

avatar byte_order | 

@fousfous

Doubler le nombre de coeur n'augmente pas la vitesse d'emulation d'une série séquentielle d'instructions x86. Cela double seulement le nombre de série d'instructions x86 émulées en parallèle.

Au lieu d'avoir 1 app x86 lente, vous pourrez en avoir 2 de lentes sans ralentissement supplémentaire. La bonne affaire !

avatar iPop | 

@Furious Angel

Pourtant une tablette est un ordinateur réduit à sa plus simple expression.

avatar Furious Angel | 

@iPop

Un smartphone aussi si on va par là. Mais pour moi une tablette c’est la mobilité extreme (un architecte peut s’en servir sur un chantier, un serveur en salle...) et le tactile (éventuellement complété par le stylet) alors qu’un ordinateur est associé à une certaine sédentarité (meme un portable, cf exemples de l’architecte et du serveur). Donc l’usage est différent, donc l’interface aussi, donc un portage est possible mais pas forcément facile.

avatar pocketalex | 

@macinoe

"Si on considère iPadOS comme la version Arm de macOS, le problème est tout de suite moins ardu."

m'est d'avis que c'est E-X-A-C-T-E-M-E-N-T ça

Pourquoi se faire ch*** a remplacer un x86 qui tourne à 130 km/h par un Arm qui va tourner à 88 km/h, et qui va ... émuler du x86 si les apps ne sont pas compilées ???

C'est exactement ce qu'il se passe dans l'univers PC, et c'est un peu normal, je doute qu'Apple, avec 2 transitions CPU dans son histoire, chaque fois avec une nouvelle génération énormément plus puissante que la précédente, donc pouvant assurer une fluidité via l'ému, se lance dans une 3e transition ... Pourquoi ? Quel intérêt ? Quel intérêt de faire tourner MacOS sur un CPU Arm ?

La puissance ? on est loin du compte, les meilleurs CPU ARM sont à peu près équivalent à un bon Intel moyen de gamme, des CPU que l'on ne trouve même pas dans les machine Apple, mais plutôt dans les PC LowCost. Sur certaines fonctions ciblées, les CPU ARM déchirent, OK, mais l'avantage d'un CPU x86, c'est justement de balancer du lourd tout le temps, sur toute tache, et non sur une lecture "4k" ou une décompression d'image.

L'autonomie ? Si c'est pour faire comme les PC Dell ou Microsoft, sous Windows Arm, avec 20h d'autonomie mais tellement de lenteur que la moindre tache prend 3 à 6x plus de temps, quel intérêt ???

Les apps ? Tu parles, l'ensemble de tout l'écosystème va être condamnée à tout recompiler ses Apps, du pauvre dev dans son coin à Adobe/Microsoft/Etc/Etc, faut vraiment un intérêt "fort" derrière, et là on l'a pas

Le prix ? Pour Apple, surement. Pour le consommateur, ça reste à voir

La sécurité ? Il me semble que parmi les failles CPU relevées ces dernières années, il avait des Axx dans le lot, donc pas à l'abri d'une faille demain.

Bref, j'ai beau retourner le problème dans tous les sens, je ne vois pas l'intérêt d'un switch de l'écosystème Mac vers les CPU Arm. Autant utiliser les Arm pour des taches spécifiques qui apporteront à la machine, en complémentaire du CPU Intel, et ça Apple le fait déjà : gestion de la touch bar, Puce T2, Carte d'accélération Vidéo pour lire plusieurs flux 8K pour le Mac PRO, et surement d'autres usages à venir rendant les Macs uniques, ça OK

Mais remplacer le CPU directement ? non, je vois pas

Sauf à présenter un iPad dans une coque de MB12", et tournant sous iPad OS. Et là, OK, je vois la chose. L'écosystème d'Apps existe, il est énorme, optimisé Arm, ça tourne à fond de ballon, les ténors arrivent (Adobe Photoshop, etc)

Et là ça a du sens

avatar Dimemas | 

Entièrement d’accord avec ce que tu dis !

avatar oomu | 

ben vi... arm.

faire passer l'informatique "grand public" (et la cohorte d'outils, bibliothèques des développeurs et tout l'univers académique) à ARM sera violent.

Apple pourra compter sur l'app store pour forcer des recompilations; mais ce n'est qu'un partie du gigantesque enfer que ça sera entre les bugs, l'attente de nouvelle version, les abandons sur la route, etc.

Si j'étais vous, j'économiserai déjà pour le rachat de licence ou accepter les abonnements...hahaha !

avatar Achylle_ | 

Oh contraire, je maintiens que c'est une très bonne nouvelle.
Car oui, sur de l'émulation, les perfs s'écroulent.
Mais quand il s'agit d'app optimisées, on est largement au niveau des CPU classiques et ça c'est un sacré tour de force je trouve

Donc Apple, avec son ecosystème optimisé pourrait tout à fait sortir un mac ARM performant et avec une autonomie descente.
Mais ça c'était avant ipadOS. Maintenant c'est certain que le mac ARM sera l'ipad avec ipadOS.

avatar reborn | 

@Achylle_

Certain je sais pas, même Intel affirme qu’Apple va lancer un mac ARM.

avatar macinoe | 

Qu'est ce qui empêche d'appeler Mac un appareil tournant sur un dérivé d'iPadOS ?

avatar Ghaleon111 | 

Ce qui fait d’un Mac un Mac c’est Mac OS.
Un dérivé de iPad os serait une grosse régression.

avatar macinoe | 

Ce n'est qu'un nom qui a designé des systèmes d'exploitation très différents sur des plateformes matérielle très différentes par le passé.

avatar pocketalex | 

@ Ghaleon111

Pour l'utilisateur mainstream, l'immense majorité donc, c'est passer d'un écosystème point & clic historique avec de nombreuses app complexes et un OS complexe, à des Apps simple à l'usage, qui font peu de choses mais qui le font bien, et un OS qu'un papi ignare ou un enfant de 4 ans prend en main et utilise sans se poser de question

Est-ce une régression ? ça se discute...

avatar Ghaleon111 | 

@pocketalex

Utilisant tous les jours iPad os, se serait bel et bien une régression y compris avec les bugs sur des choses basiques qu’il n’y a pas ailleurs ou encore les innombrables restrictions et quelques ergonomies complexes qui compliquent l’usage de la machine, des apps qui sont loin de faire tout bien par rapport à leurs équivalents desktop et qui oblige à diverses contorsions qui font perdre temps et manipulations quand le logiciel Windows/Mac est plus simple à appréhender avec beaucoup d’indications et raccourcis (oui beaucoup de logiciels desktop sont simple à utiliser), des apps de bases qui régressent comme les mails qui deviennent compliqués à utiliser dans l’app mail par exemple ou encore sa conception préhistorique du multitâche qui est inefficace et que Apple n’a pas améliorer (on est loin de celui d’android, Mac OS et w10)
Même sélectionner du texte c’est devenu pénible depuis les dernières maj!

C’est tellement fermé et de moins en moins pensé utilisateurs en rajoutant beaucoup de complexité pour des choses simple comme bonjour sur Windows ou android ou Mac OS.

Ça me désole de voir le chantier que c’est devenu alors que j’attendais vraiment iPad os sur mon iPad Pro.
Regarde aussi ce que donne les aberrations des apps iOS sur Mac, si ça ce n’est pas une régression fonctionnelle et ergonomique.

avatar huexley | 

En gros on va transformer un ordinateur avec toutes ses libertés en distributeur de Coca-cola avec toutes les restrictions et abonnements à la clés. C'est merveilleux.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR