Unix à jamais #3 : Yellow Dog Linux, du Power Mac G3 à la PlayStation 3

Anthony Nelzin-Santos |

Nous sommes en novembre 2005. Je casse ma tirelire pour acheter un Power Mac G4 Graphite de seconde main. Agacé par les plantages à répétition de Mac OS 9.2.2 et ennuyé par les lenteurs de Mac OS X 10.2, je décide d’installer Yellow Dog Linux, une distribution GNU/Linux dont le nom revient souvent dans la presse spécialisée. Sans le savoir, je viens de rejoindre une communauté d’utilisateurs qui s’intéressent aux systèmes « simili-Unix » mais doutent encore des capacités de Mac OS X.

Depuis les années 1980, des bidouilleurs de génie s’attachent à faire tourner d’autres systèmes sur Mac. MacBSD, aujourd’hui connu sous le nom de NetBSD/mac68k, est ainsi le premier système BSD adapté aux machines dotées d’un processeur Motorola 68k en 19921. En exécutant le Système 7 comme une tâche Mach, MacMach n’était pas loin de concurrencer A/UX, mais disparait en 1994. MachTen, lui, passe des processeurs 68k aux processeurs PowerPC et survivra jusqu’au début des années 2000.


avatar Florent Morin | 

Excellent article, encore 👍

avatar totoguile | 

Merci !!!

C’est marrant de voir que je ne suis pas le seul à avoir fait la transition pc win -> pc Linux -> macOS x 😅

Pour moi macosx ct vraiment le « Linux facile et compatible ms office »

avatar YetOneOtherGit | 

@totoguile

"Pour moi macosx ct vraiment le « Linux facile et compatible ms office »"

Il faudrait arrêter de confondre Unix et le noyau Linux.

MacOS ce n’est absolument pas Linux 😉

MacOS X grâce à son héritage NeXTSTEP peut être considéré comme l’UNIX réellement user friendly si tu veux, mais certainement pas le « Linux facile»

Les article de MacGe sont vraiment excellent à minima il devrait permettre de bien nommer les choses🤓😉

« Mal nommer les choses c’est contribuer au malheur du monde»
Albert Camus 😉

avatar totoguile | 

@YetOneOtherGit

T’es y peu dur 😉 oui tu as raison Linux is not Unix, je partage simplement l’impression que j’avais à cette époque.

En 2001/2002, je faisais du support réseau et système, j’administrais des Linux red hat (5.2?) et du Solaris pour hpov nnm. Bref une forte philosophie unix en tête .

avatar YetOneOtherGit | 

@totoguile

"T’es y peu dur 😉"

Yep 😉

Mais en toute bienveillance 😛

avatar Florent Morin | 

@YetOneOtherGit

« BSD facile » peut-être ? 😁

avatar YetOneOtherGit | 

@FloMo

"« BSD facile » peut-être ? 😁"

Le lance pas sur l’explorations des branches d’Unix à partir du grand schisme BSD / System III cela risque d’être long 😁

Au passage le projet GNU où Linux a remplacé l’arlésienne Hurd est clairement dans la branche BSD comme NeXTSTEP, OS X, Xenix/SCO …

avatar Captain Bumper | 

Novembre 2005? Mais on était déjà à Tiger (sorti en avril 2005), il y avait déjà mieux que Jaguar
Et étonnamment si je trouvais bien 10.1 et 10.2 lents et lourds, je trouvais 9.2.2 rapides et plutôt stable.

avatar Nesus | 

@Captain Bumper

Je n’ai pas le même souvenir. Pour moi 9.2 était vraiment une horreur. Je passais mon temps à le redémarrer parce qu’il plantait et le démarrage était vraiment très long.

avatar Captain Bumper | 

@Nesus : ça se voit que tu n’as pas connu les systèmes 7.5.1, 7.5.2 et 7.5.3
Les bombes 💣 étaient bien plus fréquentes que sous Mac OS 9 (obligation de redémarrer). Sous Mac OS 9.1.x et 9.2, j’avais plus souvent des « fermetures inopinées » de programmes (comme sous OS X) pour erreurs type 1 ou 3 (ou -1 ou -3) qui n’étaient pas des erreurs bloquantes avec redémarrage obligatoire.
Quant au temps de démarrage ils étaient assez équivalents entre un 9.2, un 10.1 ou un 10.2 (relativement rapide par rapport à mon MBP 16 que je trouve bien lent à démarrer par rapport à ses prédécesseurs). Néanmoins 10.1 et 10.2 présentaient souvent des beachball multicolores qui donnaient l’impression que tout se traînait.

avatar Nesus | 

@Captain Bumper

Heu… j’ai un Mac depuis 1989 avec un SE/30. Mais bon, vous devez avoir raison.

avatar Captain Bumper | 

@Nesus : et donc? C’est pas le sujet. Mac OS 9 faisait moins de « bombes » que le système 7.5.x où les erreurs type 11 et type 10 étaient légions. On trouvait nombre d’articles sur la fameuse 7.5.2. J’ai beau chercher, j’avais pas autant de plantage avec hard reboot avec Mac OS 9.1/9.2. Le débat il est là pas ailleurs.

avatar Nesus | 

@Captain Bumper

Je cite : « ça se voit que tu n’as pas connu les systèmes 7.5.1, 7.5.2 et 7.5.3 ».

Et votre postulat de base était de comparer 10.1 et 10.2.
C’est marrant cette amnésie qu’un grand nombre de gens sur internet ont, alors qu’ils peuvent se relire.
Vous êtes parti d’un postulat faux, pour avoir un argument d’autorité, qui ne vaut rien.

Système 7, c’était les reconstructions de bureau perpétuelles, la très mauvaise idée d’avoir Norton utilities dessus, mais dans l’ensemble, si je ne m’amusais pas à copier plusieurs fichiers les uns après les autres, ça ne se passait pas trop mal. En même temps, à l’époque je passais mon temps à supprimer des fichiers du système pour gagner quelques Mo qui me manquait. Du coup, ça me semblait assez normal d’avoir des problèmes. Après, il y a eu système huit, qui est juste le pire système que j’ai eu. J’ai sauté direct à 10.1 (non, je n’avais pas payé pour une beta) et je n’avais jamais eu un système aussi stable. La béquille de 9.2 n’avait d’intérêt que de faire tourner des logiciels pas encore universel. Chaque fois que je voyais un Carbon, je pleurais de devoir lancer ce système sans intérêt qu’était 9.2. Et qui en plus plantait. Et comme c’est l’époque où je me suis mis à acheter les Power Mac (donc des tours chères), je trouvais ça très chiant. Et entre une bombe qui oblige à éteindre et rallumer le Mac et une erreur avec un numéro abscons, pour moi, il n’y a aucune différence. J’ai perdu ce que j’étais en train de faire. A partir de 10.1, je n’ai plus jamais connu ça.
Sans doute votre machine n’était pas assez puissante pour trouver Ten mou, ou alors votre mémoire, ou pas.

Donc non, entre 10.1 ou 2 et 9.2 puisque c’était votre thèse de départ, 9.2 était bien pourri. Et j’ai connu système 7 et 8 pour l’affirmer, même si ça n’a absolument AUCUN rapport.

avatar Captain Bumper | 

@Nesus : tu dis que tu trouvais 9.2 peu stable. Je n’ai en rien comparé avec 10.1 ou 10.2. Je dis juste que la série 7.5.x en comparaison était bien pire et les bombes plus nombreuses. C’est un fait établi, peu importe les expériences personnelles. Et je comparais la rapidité (et non la stabilité) de Puma et Jaguar vs. OS 9.2. Point. Donc les « postulats de départ » c’est toi qui les vois là où il n’y en a pas.
Enfin pour infos Carbon n’a rien à voir avec Classic et ne demandait pas le lancement de Mac OS 9.2. Carbon se lançait nativement dans OS X. Alors si déjà tu commences a tout mélanger on peut douter de la fiabilité de ton témoignage. Et ton témoignage n’a qu’une valeur bien faible et personnelle. Dans les faits ça a commencé à s’améliorer avec 7.6 la stabilité (notamment trap et exception mal implémentées sur les PPC qui généraient des erreurs système type bombe) puis avec 8, 8.1, 8.5, 8.6 (que tu n’as jamais testé apparemment) qui plantaient moins (sauf cas particulier) que 7.5.x. Quand on relit les revues d’époque on le sait tout ça. Pour le reste, j’en reste là.

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Captain Bumper : il faut se souvenir que les mises à jour majeures étaient payantes, et relativement chères pour un budget estudiantin.
avatar Captain Bumper | 

@Anthony Nelzin-Santos

Certes, mais on trouvait toujours un DVD d’installation chez qqn 😉

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Captain Bumper : il faut aussi se souvenir de la part de marché d’Apple à l’époque (et puis ce n’est pas trop le genre de la maison).
avatar guibrush | 

Je lis partout que Linux n'est pas un OS mais un noyeau... Je n'arrive pas à comprendre la vraie différence en fait.

avatar Florent Morin | 

@guibrush

Le noyau est le cœur du système. Il fait le lien avec le matériel. Il gère l’affichage, la mémoire, les accès CPU, le système de fichiers, etc.

L’OS s’appuie sur le noyau pour offrir une suite logicielle exploitable par l’utilisateur.

Donc un OS peut changer de noyau sans impact visible côté utilisateur.

avatar koko256 | 

@FloMo

Cela a toujours été le cas ? Pour moi Linux était un OS comportant le noyau et des modules complémentaires et GNU (ou redhat) apportait les utilitaires et des outils d'administration. La frontière était un peu floue avec la gestion de l'interface graphique mais globalement bien définie. Mais j'ai l'impression que le sens a changé. C'est le cas de la notion de multitâche. IOS a toujours été multitâche au sens noyau mais pas au sens OS (nouvelle définition).

avatar Florent Morin | 

@koko256

Historiquement, le système GNU avait un noyau Hurd inachevé.

Linux a été développé pour Minix, un UNIX low-cost.

Linux est ensuite passé en licence libre et a été intégré au système GNU.

avatar YetOneOtherGit | 

@FloMo

"Linux a été développé pour Minix, un UNIX low-cost. "

Andrew Tanenbaum va te tuer 😁

Non Linux n’a pas été développé POUR Minix.

Minix est une source d’inspiration pour Torvalds.

Et la bataille entre Tanenbaum et Torvalds fut épique autour des enjeux micro noyau vs noyau monolithique.

CONNEXION UTILISATEUR