Bloqueurs de pub : c’est grave docteur (pour MacGeneration) ?

Christophe Laporte |

Pour beaucoup, c'est la nouveauté n°1 d'iOS 9. Le classement de l'App Store en atteste d'ailleurs : l'arrivée des ad blockers (bloqueurs de pub) va indiscutablement créer une secousse sans précédent dans l'industrie publicitaire.

La plus grosse crise de l'histoire de MacG ?

Et MacGeneration dans tout cela ? Ce n'est pas dans nos habitudes de communiquer sur notre cuisine interne, mais vous avez été assez nombreux à nous demander, soit par mail, soit dans les commentaires, si la montée en puissance des outils de blocage publicitaire a un impact économique sur notre société.

Pour la faire courte : oui. La montée en puissance des bloqueurs de pub a un impact important sur notre activité économique et met en péril notre entreprise à moyen terme si nous n'arrivons pas à apporter une réponse efficace à ce problème.

La semaine dernière, MacGeneration a discrètement fêté son seizième anniversaire. 16 ans, c'est l'adolescence et parfois c'est compliqué, très compliqué. Cela résume bien la situation actuelle.

La problématique des bloqueurs de pub n'est pas nouvelle. Mais elle représente pour nous un véritable manque à gagner depuis 18 mois environ. Et cela va en s'accélérant. En moyenne, sur un site high-tech, plus d'un internaute sur deux bloque la publicité.

L'internet mobile n'était que très peu touché par ce phénomène. Mais avec iOS 9, on ne serait pas étonné de voir des taux similaires d'ici quelques mois (voire quelques semaines).

Vous vous en doutez bien, nous ne sommes pas restés les bras croisés face à ce phénomène. Mais les réponses simples et efficaces n'existent pas. En attendant que les différents projets que nous menons arrivent à leur terme, nous avons engagé un plan d'économie drastique. Durant l'été, nous avons changé d'hébergeur et avons revu notre architecture en profondeur. Pour la première fois de son histoire, MacGeneration se séparera d'un collaborateur pour raison économique. Pour la première fois de son histoire aussi, MacGeneration va finir l'année dans le rouge.

Là où la situation est frustrante, c'est qu'en parallèle, nous enregistrons des chiffres records en matière d'audience. On n'a jamais eu autant de lecteurs et pourtant nos recettes fondent. Drôle de logique…

Tout n'est pas noir pour autant. Nous ne découvrons pas ce problème aujourd'hui, et l'un de nos mérites (autant se lancer des fleurs) est d'avoir anticipé la situation en travaillant depuis des années à d'autres formes de financement. Notre activité d'éditeur de livres (on vous recommande la lecture de notre petit dernier consacré à iOS 9) et les abonnements au Club MacG dans nos apps iPhone/iPad sont en progression constante. Mais cela ne suffit pas (pour le moment) à inverser la tendance. Mais sans cela, nous aurions peut-être déjà mis la clé sous la porte.

Comment MacGeneration gagne-t-il sa croûte ?

MacGeneration est une société comme une autre, avec 9 salariés travaillant à temps plein. Cela n'a rien d'extraordinaire en soi, mais derrière son écran, parfois on ne se rend pas très bien compte du travail réalisé de l'autre côté.

Nous sommes totalement indépendants. Nous ne sommes pas une entité d'Apple (on nous le demande fréquemment) et nous n'appartenons pas à un groupe de presse ou quoi que ce soit.

Nous gagnons de l'argent de quatre manières différentes :

  • la publicité classique que nous vendons soit directement soit à l'aide de régies partenaires
  • l'affiliation
  • la vente de livres
  • le Club MacG

C'est notre première source de revenus que les bloqueurs de publicité mettent en péril, mais pas uniquement… Certains s'en prennent de plus en plus aux liens traqués qui nous empêchent de toucher une commission lorsque vous passez commande par une boutique en ligne en passant par l'un de nos sites…

Si l'on voulait vraiment se plaindre, on évoquerait également le comportement d'Apple qui n'est pas très loyal en matière d'affiliation avec tous les sites qui l'utilisent pour l'Apple Store. À chaque lancement d'un produit qui marche fort (ex: l'iPhone), Apple stoppe pendant quelques semaines le calcul d'une commission sur les ventes effectuées sur l'Apple Store auprès de clients venus de sites extérieurs. À l'inverse, pour un produit qui se vend dans des proportions bien moindres (ex: le Mac mini…) les commissions ne sont jamais mises en pause, ou alors elle reprennent très vite lorsque visiblement les ventes ne sont pas aussi fortes qu'escomptées (ex : iPhone 5c ou l’Apple Watch).

En ce qui concerne la publicité, nous n'avons pas de doctrine arrêtée, si ce n'est que nous sommes les premiers utilisateurs de nos sites (avec la pub qui va avec). Comme vous, nous n'aimons pas les formats trop intrusifs comme les habillages. Cela nous arrive d'en vendre, mais à un prix premium ! Et pour les autres formats comme les vidéos, si on l'accepte, c'est avec un "capping" faible (en clair, vous ne la subirez qu'une fois pendant toute la durée de la campagne).

Beaucoup de régies ont du mal à comprendre notre mode de fonctionnement. Cela nous a contraints à changer plusieurs fois de partenaires commerciaux. On a connu beaucoup de déboires notamment sur le mobile où c'est encore la jungle.

Le problème avec les bloqueurs de pub

Partir en guerre contre les bloqueurs de pub, cela reviendrait à faire exactement la même chose que l'industrie de la musique lorsque Napster a débarqué. C'est perdu d'avance.

Malheureusement, les bloqueurs de pub sont une mauvaise réponse à un vrai problème : la publicité sur internet qui est devenue envahissante sur certains sites.

Très honnêtement, en terme de pression publicitaire, on ne joue pas dans la même cour que d'autres médias. Il y en a toujours trop. Et je ne suis pas certain que de « la bonne publicité » existe. Quoi qu'il en soit, comme expliqué plus haut, nous essayons en permanence de trouver le meilleur équilibre possible.

Comparaison n'est pas raison, mais bon... - Cliquer pour agrandir

Le souci avec les bloqueurs de pub, c'est qu'ils ne font pas la différence. À partir du moment où un d'entre eux est installé, il ne fait pas le distinguo entre un site lesté de dix bannières et un site qui en a seulement deux.

Il y a le mécanisme de la liste blanche, mais c'est fastidieux pour l'utilisateur. Il y a également « les publicités acceptables » d'Adblock Plus, mais son fonctionnement est loin de faire l'unanimité.

Dans un monde parfait, le mode opératoire des ad blockers devrait être inversé. L'utilisateur devrait l'activer uniquement lorsqu'il s'estime importuné. Ou mieux encore, il devrait y avoir une sorte de netiquette pour la publicité. Si certaines règles ne sont pas respectées, alors le mécanisme de blocage de publicité se met en œuvre. Ce serait beaucoup plus juste…

Dans cette passe d'armes sur la publicité, nous avons l'impression d'être des victimes collatérales. Beaucoup suspectent Google de regarder Adblock Plus avec une certaine bienveillance. Le géant de l'internet paie sa dîme à la société allemande, une stratégie motivée dans le but d'affaiblir ses concurrents.

Si Apple avance ses pions dans ce domaine, elle est loin d'être innocente. Certes, elle pense au confort et à la vie privée de ses utilisateurs. On ne peut pas lui reprocher. Mais c'est également une manière de s'attaquer directement à Google. C'est sans doute la plus grande initiative d'Apple contre son meilleur ennemi depuis bien longtemps.

Bloqueurs de pub : quel est le but d'Apple ?

Et il y a une hypocrisie assez incroyable. Au lieu d'intégrer directement dans Safari un bloqueur de publicité (Apple se serait probablement heurté à quelques problèmes), elle a juste intégré le dispositif le permettant… Et ce qui est encore plus "amusant", c'est que dans toutes ses présentations, elle n'a jamais promu le Content Blocking comme un moyen d'éradiquer la publicité ! En off, les responsables de cette fonctionnalité ont un langage beaucoup plus cru : il s'agit de tuer la publicité.

Toute l'hypocrisie d'Apple, c'est de lancer dans la foulée du mécanisme de blocage de pub, la nouvelle application Apple News : une solution (plus ou moins réussie) qui permet au lecteur de s'informer et une nouvelle manière pour les éditeurs de gagner de l'argent. Pour l'heure réservée aux seuls américains, laissant le reste du monde sur le carreau sans alternative au content blocking.

On peut regretter tout d'abord que le modèle retenu par Apple soit celui de la publicité. Un Apple Music de la presse, avec un abonnement mensuel, aurait été beaucoup plus intéressant… mais aussi beaucoup plus complexe à mettre en place au vu des innombrables acteurs du secteur.

D'un côté, Apple facilite comme jamais le blocage de contenus publicitaires pour iOS, de l'autre, elle s'assure que son service d'actualité ne sera pas gêné par ce type d'outils. Par contre, elle impose certaines règles aux régies qui vont très certainement pousser les éditeurs à utiliser iAd, sa régie publicitaire…

L'autre truc marrant avec Apple News, c'est qu'on ne voit jamais de pub dans les démos !
L'autre truc marrant avec Apple News, c'est qu'on ne voit jamais de pub dans les démos !

Vers un monde meilleur ?

L'une des idées reçues répandues au sujet des bloqueurs, c'est qu'ils vont rendre le web meilleur. Alors, si la logique va jusqu'au bout des choses, certains sites web vont effectivement rapidement perdre leur sapin de Noël.

Mais la nature a horreur du vide. La publicité va revenir d'une manière ou d'une autre. On voit déjà certaines grandes marques privatiser des sections entières de sites de news (lire aussi Apple News : une exclusivité pour mieux vendre de la pub). Sur bien des sites, la ligne entre éditorial et contenu sponsorisé risque d'être de plus en plus floue, pour ne pas dire invisible. Il n'y a qu'à voir le nombre de sites qui « oublient » d'indiquer en début ou fin d'article lorsqu'il s'agit d'un publirédactionnel.

Extrait d'une home page d'un site d'actualité, 4 des 5 articles sont soit une publicité, soit réalisé avec un partenaire soit sponsorisé
Extrait d'une home page d'un site d'actualité, 4 des 5 articles sont soit une publicité, soit réalisé avec un partenaire soit sponsorisé

On se plaignait que la publicité était trop intrusive, elle risque de devenir incolore et je ne suis pas certain (en tant qu'internaute) qu'on y gagne au change.

L'autre conséquence, c'est qu'on risque de voir disparaître une certaine idée du net à laquelle on tient beaucoup au sein de MacGeneration, celle de la « gratuité » de l'information. La magie d'Internet à notre sens, c'est de pouvoir accéder à une montagne d'information sans bourse délier. Désormais, dans la plupart des médias, dès qu'un article fait plus de trois paragraphes, l'internaute est invité à mettre la main au porte-monnaie pour le consulter.

Nous avons toujours été attachés à ce que le contenu de MacGeneration soit disponible gratuitement. Et c'est sans doute cela qui a tant retardé le lancement de notre offre payante sur le web. Nous ne voulons pas privatiser une partie de notre contenu. Nous pensons avoir trouvé une formule intéressante. Enfin, ce sera à vous de juger quand celle-ci sera lancée dans quelques mois…

En attendant, si vous voulez nous soutenir, ce ne sont pas les moyens qui manquent. Vous pouvez vous abonner au Club MacG, acheter nos livres, mettre nos sites sur liste blanche… Nous avons une page qui vous explique tout cela…

D'autre part, si vous avez toujours voulu faire de la réclame sur l'un de nos sites, c'est le moment ou jamais de vous manifester.

Ne voulant pas finir sur une note trop sombre, nous avons une bonne nouvelle à partager avec vous : MacGeneration et iGeneration vont bientôt avoir une petite sœur !

avatar EBLIS | 

Je suis d'accord avec toi, ce site est une horreur sur pc, j'en avais déjà parlé ici même.

De plus quand je vois ceci et si les données son juste, je me pose des questions (tiré de societe.com) :

MACGENERATION, société à responsabilité limitée est en activité depuis 10 ans.
Implantée à LYON 7EME (69007), elle est spécialisée dans le secteur des activités des agences de publicité. Son effectif est compris entre 6 et 9 salariés.
Sur l'année 2014 elle réalise un chiffre d'affaires de 556 600,00 €.
Societe.com recense 1 établissement actif et 2 événements notables depuis un an.
Francois LAPORTE, est gérant de la société MACGENERATION.

avatar Eric L | 

Je ne doute pas que sur PC ce soit une horreur mais celà viens du PC, pas du site. C'est encore arrivé à une amie il n'y à pas longtemps avec un PC fraichement installé : internet impraticable jusqu'à l'installation d'un bloqueur de pub. Les PC sont inévitablement bourré de virus qui ajoutent des pub par dessus les site que tu visite, (je n'utilise peut-être pas les bons termes technique) mais c'est un peu du troll/spam en pub. C'est la navigateur et pas le site qui est en cause.

Pour ce qui est du CA, des 9 salariés… je ne vois pas ce qu'il y à comme question à se poser ?!!!

avatar DVP | 

Sais tu que sur un PC fraichement installé, lorsque tu cherche "Chrome" via Bing depuis Internet Explorer, le premier lien qui sort est tres souvent... un malware!

Ca t'installe bien chrome, via une page qui ressemble beaucoup à celle de google (on se dit juste 'tiens, ils ont changé le look") mais derriere ca te rajoute des machins qui te rajoutent de la pub de partout.

avatar oomu | 

@DVP

exactement ce que j'ai vu aujourd'hui sur un ordinateur d'étudiant.

La personne en question avec un "chromium" récupéré d'un site qui ressemblait assez bien à google, trouvable très facilement. Le faux chromium était évidemment aussi la source de trojans tel connect5364 (bundle dans l'installateur).

avatar Oyoel | 
Je surf tous les soirs sur MacG/iGen avec un PC, et tout va bien, je pense donc que oui, ça ne vient pas des sites, mais du PC. Ta remarque sur le CA oublie que nous sommes 9 salariés en CDI.
avatar DVP | 

Une petite question concernant la pub: vous êtes rémunérés au clic ou à l'affichage (ou ca depend :) )

avatar Oyoel | 
Ca dépend de la campagne ;)
avatar EBLIS | 

"spécialisée dans le secteur des activités des agences de publicité" ? Je croyais que vous étiez journalistes, comment vous êtes vous casés dans ce secteur car quand je lis la description il ne contient que des agences de pub, affichage de pub, courriers promo ou marketing?
Oui ok pour le CA, mais ça laisse quand même une belle marge pour que la société et ses employés en vivent plutôt bien non?
Je ne troll en aucun cas, je tiens quand même à le préciser, je suis juste curieux et veux comprendre ce qui est en jeu.

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@EBLIS
Visiblement tu n'as jamais dirigé une affaire et tu confonds chiffre d'affaire et bénéfices. Un conseil : reste salarié parce qu'avec une telle confusion tu boufferais ta boîte en trois ans, compte tenu du fait que tout le monde te tombe sur le dos (impôts, SS, etc) au bout de trois ans :-)

avatar EBLIS | 

Même si je ne suis pas un gestionnaire je vois ce que j'ai eu pendant un moment en charges patronales sur mes fiches de paie, mais de là à crier famine... C'est un peu exagéré je trouve. Et non je confonds pas CA et bénefs, je disais juste que je suppose qu'il y a de la marge. Et pour répondre à ton attaque et sans rancune de ma part, j'admets ne pas avoir continué mon affaire en solo car travailler+prospecter+gérer ne le laisser pas assez de temps par semaine pour me concentrer sur mon travail et le faire bien.

avatar oomu | 

@EBLIS

"spécialisée dans le secteur des activités des agences de publicité"

Le 21e siècle et les réalités de la presse.

(cela dit, de tout temps la presse d'information a eu une activité pub et on rigole pas avec. mais c'est devenu une compétence majeure d'un journal. Les natives ads, le suivi du google ranking, les scripts, etc tout cela est un métier technique qui exige d'être maitrisé.)

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@EBLIS : Christophe en parle un peu plus loin dans les commentaires : c'est un peu là où la CCI a rangé la boîte, parce que si une partie de MacG fait du journalisme, l'autre vend de la pub. (De la même manière, ils m'avaient rangé la boîte qui me servait à légaliser les revenus de mes sites dans « programmation informatique » parce que j'avais eu le malheur de parler de code à un moment.)
avatar EBLIS | 

Merci pour l'info. Je vais essayer de retrouver le comm de Christophe.

avatar oomu | 

@EBLIS

un nombre considérable de PC sont pourris de trojans, malwares, etc qui injectent des PUBS PARTOUT (dans le navigateur, autour du navigateur, dans le code des sites et dans les pages de recherches du navigateur : PARTOUT)

j'ai encore passé aujourd'hui 3h à remettre en état des portables d'étudiants. De nombreux trojans (entre autre hein) rajoutaient des pubs EN PLUS DE CELLES officielles du site (imaginez la débâcle...)

Beaucoup d'utilisateurs PC ne voient pas la vraie version du web. (je dis ça très sérieusement).

MacG est identique sur Os X ou Windows.

avatar EBLIS | 

Pour ça je te rejoins, combien de fois des utilisateurs me ramènent leurs pc pour que je les remette sur pieds et je me demande parfois comment ils font pour négliger leur machines à ce point. Mais ce n'est pas mon cas, fort heureusement.

avatar ziggyspider | 

C'est bizarre, je n'utilise pas de bloquer de pub et sur MacG c'est loin d'être envahissant. C'est plutôt ton PC qui est vérolé.
Pour ne pas être emmerdé par la pub, il suffit d'éviter les sites qui en abuse, surtout que généralement le contenu est du même acabit …

avatar R1x_Fr1x | 

Nous abonner et acheter vos livres sont les meilleurs moyens de vous soutenir. Courage!

avatar frankm | 

Exactement. Car si MacG disparaît ça fera une belle place pour une pub 4x3

avatar C1rc3@0rc | 

La question est plutôt de savoir quel devrait être le prix de l'abonnement si, disons 90% des lecteurs actuels souscrivaient et dans le cas ou MacG abandonne totalement la publicité en échange.

Cela en rapport au bénéfice publicitaire disons d'il y a 2 ans (avant l'emploi systématique d'Ad block plus)

Jusqu'a présent le modèle publicitaire a un avantage pour les éditeurs: il génère des bénéfices détournés (mais pas innocent quant a l'impact sur la forme et le fond)!

avatar nono68200 | 

Le problème je trouve, ne se trouve pas sur MacG ou iGen, qui savent "cacher" ou du moins limiter la publicité sur les pages. Le problème se trouve sur d'autres sites, qui en mettent de partout.
Quand on veut simplement avoir une réponse à une question, et qu'on a d'abord une vidéo obligatoire, ensuite une publicité avec image en plein écran, et finalement pleins de mini-publicités textes sur tous les côtés de la page, ça peut donner envie de bloquer tout ça rapidement. Et quand on bloque la publicité d'un site, on l'a bloque partout, tout simplement. :-/

avatar flagos | 

Personnellement, j'étais vraiment gené par le fait que les pubs MacG font de l'IP tracking alors que j'avais bien choisi le DNT.

C'est sur, c'est moins envahissant que de mettre des bannières de partout mais je n'aimait pas qu'on me rappelle mon historique sur amazon ou je ne sais plus quel site.

avatar reborn | 

Donc Apple c'est le grand méchant loup au final ?

Internet deviendra ce qu'il est destiné à être. Il y aura du contenu de qualité payant et des passionné qui feront ça par passion.

En attendant va falloir jouer sur les émotions et pousser les visiteurs régulier a mettre les sites qu'ils aiment vraiment en liste blanche.

avatar frankm | 

Ils veulent faire chier Google en tirant copieusement à la sulfateuse sur la pub. Il y aura des dommages collatéraux !

avatar Sokö | 

Merci d'avoir expliqué les choses simplement et sans pathos. Fidèle lecteur depuis de nombreuses années, d'abord sur le mac, sur l'iPad maintenant, je vous soutiens.

avatar C1rc3@0rc | 

@frankm
Apple ne realise pas de bloqueurs de publicité, ce sont des developpeurs tiers qui le feront.

La dynamique anti-pub vient de la demande des internautes. Beaucoup ont fuit les media classiques qui ne sont plus que des catalogues de pub, pour la pub et par la pub.
Ces media impliquent une passivité du lecteur/auditeur/spectateur, pas internet!

Internet a ete concu pour etre ouvert et dynamique et surtout c'est l'internaute qui a le pouvoir, (au moins jusqu’à un certain point).

Apple a bloqué Flash des le depart d'iOS!
Les lobbies publicitaires, principaux defenseurs de Flash, ont mené une campagne contre Apple en tentant de faire croire que les intentions d'Apple étaient perfides et qu'Apple était hypocrite avec sa déclaration officielle affirmant que Flash représentait un danger de sécurité majeur et une surconsommation de ressources injustifiable...
On ne peut aujourd'hui que reconnaitre la véracité du discours d'Apple et saluer le courage qu'a eu la société contre les lobbies publicitaires...

Aujourd'hui Apple ne fait que pousser la logique de la reprise de controle du contenu par l'internaute en étendant le puissance des modules qui sont monnaie courante des autres navigateur, a commencer par Firefox et Google Chrome!

Pages

CONNEXION UTILISATEUR