Ce que le MacBook Pro 16" est… et n’est pas

Anthony Nelzin-Santos |

« Incroyablement perfectionné mais profondément imparfait » : il nous a fallu cinq mots pour régler le cas du MacBook Pro 15" « toutes options », cette machine qui coutait 7 779 € lors de sa présentation, et qui devait être le vaisseau amiral de la gamme d’ordinateurs portables professionnels d’Apple. Comme s’il fallait évacuer le dernier représentant d’une génération ratée, en attendant le MacBook Pro 16" promis par la rumeur.

Quatre mois plus tard, six mois seulement après la présentation des MacBook Pro 15" 2019, le MacBook Pro 16" n’est plus une rumeur. Sans reconnaitre explicitement ses erreurs, Apple veut répondre aux critiques des journalistes et des clients, et faire oublier le MacBook Pro 15". Que reste-t-il de notre liste de souhaits ?

Image Apple.

Un « nouveau » clavier

Ce nouveau MacBook Pro inaugure une taille d’écran inédite1 ? Un détail ! Tous les regards sont tournés vers le clavier. Rendez-vous compte : dans un clip promotionnel réalisé et diffusé par Apple, une développeuse dit « la touche est de retour », et non pas seulement « ce clavier possède une touche physique ». Apple n’a jamais été aussi proche d’un mea culpa en bonne et due forme.

Comme si elle n’avait pas prétendu réinventer le clavier avec ses mécanismes papillon, la firme de Cupertino fait maintenant la promotion des bons vieux mécanismes à ciseaux. La frappe est presque deux fois plus profonde, l’écart entre les touches augmente pour éviter les dérapages, les touches fléchées reprennent leur configuration en T inversé.

Image Apple.

Bref, Apple fait du neuf avec du vieux, jusqu’au nom, puisque ce clavier reprend l’appellation Magic Keyboard. Cela dit tout ce qu’il faut savoir sur le clavier du MacBook Pro 16" : c’est le clavier que vous connaissez et que vous aimez, qui n’est pas révolutionnaire… mais qui fonctionne (on l’espère). L’innovation, en 2019, cela tient à peu de choses.

Un écran à peine plus grand dans un châssis familier

Familier sous les doigts, ce MacBook Pro 16" l’est aussi sous les yeux. Ce n’est pas une version portable du Mac Pro, qui continuerait dans la même veine brutaliste, mais un descendant direct du MacBook Pro 15". De fait, vous ne pourrez pas distinguer les deux machines sans les poser l’une à côté de l’autre (le MacBook Pro 16" est 8,6 millimètres plus large et 5,2 millimètres plus profond) ou ouvrir le capot (la touche trahit immédiatement le MacBook Pro 16").

Image Apple.

Même l’augmentation de la taille de l’écran est moins impressionnante qu’il n’y parait : on ne passe pas de 15" à 16", mais de 15,4" à 16", soit 15 petits millimètres supplémentaires. La définition passe de 2 880 x 1 800 px à 3 072 x 1 920 px, mais la résolution gagne seulement 6 ppp, et les définitions utiles sont similaires2. Mais Apple a pensé aux vidéastes, qui pourront maintenant bloquer la fréquence de rafraichissement3 de la superbe dalle IPS.

Une machine qui garde son silicium-froid

Alors quoi, ce MacBook Pro 16" n’est qu’un MacBook Pro 15" 2019 avec un clavier de MacBook Pro 15" 2015 ? Pas tout à fait : il est tout de même plus épais de 700 micromètres ! Blague à part, l’inflation des trois dimensions participe à la résolution d’un défaut majeur de conception de la précédente génération de MacBook Pro, son incapacité à refroidir les puces les plus puissantes.

Promis, juré, craché, « grâce à une architecture thermique plus avancée, le processeur Intel Core i9 […] maintient des performances plus élevées pendant plus longtemps ». Apple a agrandi les rotors et multiplié les pales des ventilateurs pour augmenter le flux d’air de 28 %, et étendu les caloducs et radiateurs. Ainsi, le MacBook Pro 16" peut encaisser jusqu’à 12 W supplémentaires.

Image Apple/MacGeneration.

Reste que le problème venait moins du processeur, dont la dissipation thermique était déjà maitrisée, que du circuit graphique, que le MacBook Pro 15" ne parvenait à refroidir efficacement. À quel point les efforts d’Apple ont-ils été facilités par les progrès d’AMD, dont les nouvelles cartes graphiques sont gravées en 7 nm, et nettement plus puissantes tout en étant sacrément plus sobres ?

L’enjeu est de taille : il ne s’agit pas seulement d’assurer le bon refroidissement de ce modèle précis, mais de l’assurer après trois ans d’utilisation et d’encrassement, et d’assurer celui des futurs modèles aux composants toujours plus puissants. Du Mac Pro au MacBook Pro, Apple a tapé plusieurs fois contre un mur thermique, à plus ou moins brève échéance. Espérons qu’elle se soit laissé suffisamment de marge.

Des options à foison, mais définitives

Le MacBook Pro 16" n’est pas la machine d’une seule puce. Faute de processeurs de dixième génération adaptés, Apple reconduit les trois mêmes processeurs de neuvième génération. Mais elle intègre les dernières cartes graphiques d’AMD, qui embarquent jusqu’à 8 Go de mémoire GDDR6. Mieux : la carte graphique la plus puissante n’est pas réservée au modèle supérieur, et vous pouvez donc acheter une machine avec le processeur Core i7 et la « grosse » carte AMD Radeon 5500M.

Apple offre jusqu’à 64 Go de mémoire et 8 To de stockage en option, à des tarifs (relativement) raisonnables. À prix égal, le MacBook Pro 16" embarque deux fois plus de stockage que le MacBook Pro 15", et une carte graphique plus puissante que les modèles autrefois en option. La facture peut toujours grimper jusqu’à 7 139 €, mais avec un processeur qui peut atteindre 5 GHz, 8 Go de mémoire graphique, 64 Go de mémoire centrale et 8 To de stockage ultrarapide.

Image Apple/MacGeneration.

Mais — c’est un grand « mais » — ces composants restent désespérément inamovibles. Avec l’iMac Pro, Apple a prouvé qu’elle peut concevoir des composants amovibles et rapides. Avec le Mac Pro, elle a promu la modularité et la flexibilité comme éléments centraux dans la définition d’une machine professionnelle. Las, au moindre pépin sur cette machine, il faudra passer en boutique… et accepter de perdre des journées, voire des semaines, de productivité.

Une machine pour certains professionnels

Au final, cette machine ne vient pas concurrencer des stations de travail portables comme le HP EliteBook 840, mais continue dans le sillon du MacBook Pro 15". C’était l’angle mort de notre analyse : Apple n’a pas jugé bon de mettre au point une version mobile du Mac Pro, et s’aligne plutôt sur les spécifications de l’iMac. Ce qui n’est peut-être pas plus mal, puisqu’elle en propose plus au même prix, et se laisse l’espace pour changer d’avis.

L’objectif du MacBook Pro 16" est clair : regagner la confiance d’une clientèle professionnelle sacrément agacée par les problèmes de fiabilité à répétition et les limites thermiques strictes. Lorsque l’on voit la réaction émerveillée de l’un des critiques les plus passionnés du MacBook Pro 15", on dirait qu’Apple est bien partie pour remporter son pari.


  1. Depuis le Macintosh Portable de 1989, Apple a proposé de multiples tailles d’écran (8,4", 9", 9,5", 9,8", 10", 10,4", 11,3", 11,6", 12", 12,1", 13,3", 14,1", 15,2", 17"), mais jamais une diagonale de 16".  ↩

  2. Soit 2 048 x 1 280 px, 1 792 x 1 120 px, 1 344 x 840 px, et 1 152 x 720 px, au lieu de 1 920 x 1 200 px, 1 680 x 1 050 px, 1 280 x 800 px, et 1 024 x 640.  ↩

  3. À 47,85 Hz, 48 Hz (un multiple de 24 Hz), 50 Hz, 59,94 Hz, ou 60 Hz.  ↩

avatar fte | 

Ce MBP pourrait être idéal pour disposer d’une machine avec macOS et Windows en parallèle, natifs ou virtualisés. Assez de stockage, assez de mémoire.

Mais... tout soudé. Quel serait le prix hors garantie de remplacement d’une carte mère dotée de 64 GB / 8 TB, si un condensateur grillait ?

avatar pagaupa | 

@fte

« Quel serait le prix hors garantie de remplacement d’une carte mère dotée de 64 GB / 8 TB, si un condensateur grillait ? »
J’ai la réponse: au moins un bras, si ce n’est deux!

avatar Dark Phantom | 

@fte

Oui bonne question, ce qui fait que c’est préférable de prendre un hp 1050 si on veut assurer Pour son boulot
Encore qu’on a pas de hp store un peu partout non plus

avatar tilho | 

Je n'apporterai qu'un élément de réponse : cher, certes, mais pas plus cher si tu as pris des options ou une grosse configuration. Les cartes mères sont généralement toutes au même prix quelque soit la configuration.

avatar Khrys | 

@tilho

"Les cartes mères sont généralement toutes au même prix quelque soit la configuration. "

Cartes mères "seules" ou avec les autres composants (SSD, CG, RAM, Proc, etc.) ?

avatar marc_os | 

@fte

« si un condensateur grillait ? »

C’est vrai que ça arrive tous les jours ce genre de panne sur Mac.

Pour ma part, j’ai jamais vu ce genre de panne sur Mac. Mais sur des DELL de bureau même pas portables, ça oui, et pour 100% des machines là où je travaillais à l’époque !

avatar fte | 

@marc_os

"C’est vrai que ça arrive tous les jours ce genre de panne sur Mac.

Pour ma part, j’ai jamais vu ce genre de panne sur Mac."

Ce que tu ne vois pas n’existe pas ?

Il y a pourtant toute une série de MacBook Pro dont l’alim présente un défaut, plusieurs générations sont affectées, un condensateur mal dimensionné qui grille très souvent. Je n’ai, pas de chance, pas choisi cet exemple au hasard. Cherche sur YouTube. Tu verras des vidéos qui montrent le problème et l’exact composant.

avatar marc_os | 

@fte

Le problème c‘est sur tu généralises. Et YouTube, dsl, ce n’est pas une source fiable comme les SAV.

avatar macinoe | 

Ou des gens qui gèrent un parc de machine professionnelle par exemple.
Eux ils peuvent te dire si ces pannes existent.

Mais bon, l'avantage avec ces machines quasi irréparable, c'est qu'il n'y a pas besoin d'une panne grave comme celle d'un condensateur pour entrainer des remplacements lourds et onéreux.

https://www.mac4ever.com/actu/132218_un-taux-de-pannes-record-pour-les-c...

avatar fte | 

@marc_os

"Le problème c‘est sur tu généralises."

Aucune généralisation. Des modèles spécifiques sont affectés.

"Et YouTube, dsl, ce n’est pas une source fiable comme les SAV."

Bla bla. Des sources reconnues sont, well, reconnues, sur YouTube ou ailleurs. Et le SAV d’Apple n’est pas une source fiable, du tout. Une infime proportion de claviers étaient affectés qu’ils disaient. Ah ah ah. Quelle source. Bref.

avatar Razielou | 

Important mais concernant les dimensions et la relative déception des avis : si vous venez des générations 2014/2015 vous avez au final une machine plus fine, plus légère avec un écran plus grand. Donc tout bénéfice pour vous si vous avez fait l’impasse sur la génération papillon.

avatar anonx | 

@Razielou

Machines qu’ils ont le plus réussi en tout !!!

Moins fin? Oui, mais des ports 😇

Aucun intérêt pour ma part de changer 😁

avatar nicopulse | 

Oui... du tout collé, tout soudé, comme d'hab, très bon point pour la réparation, l'environnement, et le portefeuille.

avatar gaurejac | 

Voilà enfin une machine presque recommandable, après 3 générations de machines à mon sens totalement ratées et à éviter à tout prix (depuis les 13" et 15" 2-TB de 2016).

C'est dingue qu'il ait fallu 3 générations depuis les MacBookPro13,x pour se débarrasser de ces claviers mauvais dans tous les sens du terme.
C'est dingue qu'un soucis de finesse jusqu'auboutiste ait engendré des machines qui ne respirent pas, qui pourrit la vie avec l'absence d'USB-A, avec des nappes d'écran fragiles, et si compliquées à démonter...
alors que les générations d'avant (2013-2015) étaient presque parfaites : puissantes, suffisamment fines, clavier parfait, connectique OK, démontables facilement, stockage non soudé et upgradable...

On a l'impression avec tous les macbook pro 2016-2019 que le marketing a demandé n'importe quoi aux ingénieurs et que personne avec du bon sens pratique n'a à un moment mis le hola.

Bref.. une meilleure machine que les précédentes, mais le stockage soudé ça continue à me rebuter...

avatar Guizilla | 

@gaurejac

Le stockage soudé on s’y fait.

avatar mk3d | 

@Guizilla
Non

avatar Snoopy007 | 

@mk3d

Si !

avatar fte | 

@Guizilla

"Le stockage soudé on s’y fait."

Non.

avatar macinoe | 

"On s'y fait"
J'aime bien.
Parler d'un choix de consommateur comme d'une catastrophe naturelle ou d'une maladie. Comme s'il n'y avait pas d'autre solution que de subir.
Ça en dit long sur la totale dépendance de certain.
Quand on en arrive à un tel point, il est peut-être temps de réfléchir à un plan B non ?

avatar fte | 

@macinoe

"Quand on en arrive à un tel point, il est peut-être temps de réfléchir à un plan B non ?"

Oui.

avatar Dimemas | 

Ah mais c’est clair... le niveau de dépendance affective de certains ici est vraiment flippant

avatar Toinouco | 

@macinoe

😂

avatar roms.nc | 

@Guizilla

Pour le coup, la carte logique de mon mbp 2018 est hs, déjà on m’annonce 3 a 4 semaines d’attente et que vu que le ssd est dessus Ben que mes données sont perdues (heureusement j’ai des sauvegardes, mais cela reste inacceptable!!).

avatar pocketalex | 

Non, on ne s’y fait pas MAIS....

Les prix ont baissé, ça relativise, car il est TRES gênant de se retrouver coincé en espace car les options « confort » étaient hors de prix. C’est exactement le cas des modèles 2016-2019. Là, j’ai pris 2 To interne, c’était pas trop cher, et je minimise la possibilité de me retrouver coincé. Au dela de 1 To, il est plus facile de faire du menage qu’avec 256 ou 512 Go ou l’on risque de passer son temps a faire ça. Tout le temps. Voire de se retrouver coincé faute de place, ou de devoir faire des choix difficiles, etc.

Bref ce problème du tout soudé concerne surtout les budgets modeste, donc les 13". La on parle d’un 16", d’une station de travail pro, en théorie, la question budgétaire devrait moins poser de soucis, vu que c’est un investissement, vu que c’est un cout mais aussi un outil de travail (donc un moyen de gagner de l’argent) vu qu’il est amorti. On se comprend.

Tout ce que n’est pas un ordinateur personnel acheté sur ses deniers personnels

Donc problème moindre pour ce 16".
Et idem pour la RAM, surtout vu les quantités proposées... (16 de base, ce qui est tres large, et 32 en option pas cher, ce qui est TRES TRES large)

avatar macinoe | 

Oui, tu confirmes un des avantages que représente le tout soudé pour Apple.
Prendre plus que ce dont on a besoin en prévision de l'avenir, chez Apple et au prix Apple de 2019.

Loin le temps où l'on pouvait faire évoluer sa machine au gré du besoin du moment, au tarif du moment en se fournissant chez d'autres fabricants moins chers.

Maintenant il faut parier sur l'avenir et prendre un prêt pour doter confortablement sa machine sans en avoir besoin immédiatement et sans même savoir si on en aura besoin un jour.

C'est tout bénef... pour Apple.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR