Fermer le menu

Test de l'iMac Pro 2017 : une machine qui sait rester cool

Anthony Nelzin-... | | 20:30 |  98

Parce qu’il a bien failli remplacer le Mac Pro, parce qu’aucun autre Mac n’est aussi puissant, parce qu’il ne vaut pas moins de 5 499 €, l’iMac Pro mérite un traitement particulier. Avant de vous livrer notre avis général, nous vous proposons d’étudier certains aspects de l’iMac Pro, pour mieux comprendre cette machine très spéciale et mieux informer votre éventuelle acquisition. Deuxième article de cette série, que vous pouvez suivre avec le mot-clef « Test iMac Pro 2017 », consacré au système de refroidissement.

L’iMac Pro est très puissant, il suffit de lire la fiche technique pour s’en convaincre, même s’il vaut toujours mieux le confirmer. Reste à savoir si cette puissance est maîtrisée, c’est-à-dire si le système de refroidissement de l’iMac Pro est capable d’encaisser les demandes les plus exigeantes. Voici quelques éléments de réponse, après quatre jours et un peu plus de 800 000 points de mesure.

L’iMac Pro que nous testons : Intel Xeon W octacœur à 3,2 GHz, 32 Go de mémoire ECC à 2 666 MHz, 1 To de SSD, AMD Radeon Pro Vega 56 avec 8 Go de mémoire HBM2.
L’iMac Pro que nous testons : Intel Xeon W octacœur à 3,2 GHz, 32 Go de mémoire ECC à 2 666 MHz, 1 To de SSD, AMD Radeon Pro Vega 56 avec 8 Go de mémoire HBM2.

Le système de refroidissement occupe une place centrale dans la conception de l'iMac Pro. Littéralement, même, puisque le radiateur coupe la carte-mère en deux. L’image suivante, fournie par Apple, montre l’espace interne de l’iMac Pro est organisé :

  • le système sonore, les deux « L » inversés comprenant des haut-parleurs et une chambre de résonance, encadre tous les composants ;
  • la carte-mère, qui occupe les deux tiers inférieurs de la machine, s’étend autour du radiateur ;
  • la partie gauche est occupée par le processeur Intel Xeon W, entouré par les quatre emplacements RAM, le tout surmontant les ports ;
  • la partie centrale de la carte-mère comporte les deux barrettes SSD ;
  • la partie droite est occupée par la puce graphique ;
  • la carte-fille qui recouvre partiellement la partie droite de la carte-mère est l’alimentation.
L’intérieur de l’iMac Pro. Image Apple.
L’intérieur de l’iMac Pro. Image Apple.

Noyés dans la pâte thermique, le processeur et la puce graphique sont chacun recouverts d’un dissipateur, qui mène tout droit au radiateur par le biais de caloducs. L’air frais est aspiré depuis le bas de la machine, non seulement à travers les évents du bord inférieur de l’écran que l’on retrouve sur tous les iMac, mais aussi à travers une rainure au dos.

L’air chaud est expulsé sous le pied, comme sur les autres iMac, mais à travers une large grille d’évacuation. Si le haut du pied peut devenir franchement brûlant après plusieurs heures de calcul intense, la coque n’est jamais particulièrement chaude, seulement tiède. Mieux vaut toutefois laisser une bonne quinzaine de centimètres entre l’iMac Pro et le mur le plus proche. Autrement, vous sentirez clairement une lame d’air chaud entourer la machine, une sensation assez désagréable.

La grille d’évacuation de l’air chaud, cachée sous le pied.
La grille d’évacuation de l’air chaud, cachée sous le pied.

Laissez-lui un peu d’espace, et vous oublierez presque que vous êtes assis face à un ordinateur, tant l’iMac Pro est remarquablement silencieux. Il est difficile d’entendre ses ventilateurs, même en saturant son processeur et sa carte graphique, sauf à être seul dans une pièce calme, auquel cas on peut entendre un ronronnement grave. Ce qui peut vouloir tout dire : ce silence peut être obtenu en limitant les performances des composants.

C’est ce que l’on pourrait croire en lisant le graphique suivant, qui montre l’évolution de la fréquence et de la température du processeur pendant 75 minutes de pleine charge, dans un environnement avec une température ambiante de 21 degrés. L’enregistrement commence après quelques heures d’« échauffement » : la température du processeur est déjà à 57 degrés et monte progressivement à 65 degrés, avant de connaître quelques pointes à 68 degrés.

La fréquence du processeur, bloquée à 3,9 GHz pendant près d’une heure, chute soudainement à 3,2 GHz. La température descend immédiatement sous les 55 degrés, et la fréquence repasse à 3,9 GHz après quelques minutes. Une interprétation naïve consisterait à dire que le système atteint ses limites thermiques, et doit franchement limiter les performances du processeur pour faire baisser la température.

Cliquer pour agrandir

Ce serait oublier que la fréquence de 3,9 GHz ne correspond ni à la fréquence de base du processeur Intel Xeon W-2140B de notre machine de test (3,2 GHz), ni à sa fréquence maximale en Turbo Boost (4,5 GHz). C’est un palier intermédiaire, qui impose de revenir sur le fonctionnement de Turbo Boost 2.0. Turbo Boost est souvent présentée, y compris par MacGeneration, comme « la fonction permettant d’augmenter ponctuellement la fréquence d’un cœur ».

Ce n’est pas faux, mais ce n’est pas tout à fait vrai non plus, puisque plusieurs cœurs peuvent bénéficier d’un coup de boost. L’ampleur des gains dépend, selon Intel, « du type de tâche, du nombre de cœurs actifs, de la consommation estimée, et de la température du processeur ». Depuis le mois de septembre, le fondeur ne donne plus les différents paliers ou les fréquences par cœur, ce qui complique la compréhension de cette fonction.

Partons du scénario le plus simple : vous utilisez une seule application, qui n’adresse qu’un seul processeur, pendant quelques minutes. Une paire de cœurs, le cœur « matériel » et son jumeau logiciel, va monter à 4,5 GHz, tandis que les autres attendent à une fréquence réduite à 1,2 GHz. Compliquons les choses : vous utilisez une variété d’applications, certaines optimisées pour le multi-threading et d’autres pas. La fréquence maximale de la première paire de cœurs baisse à 1,2 GHz, mais les autres paires de cœurs passent à 3,2 voire 3,5 GHz.

Enfin : vous saturez les 16 cœurs du processeur avec une application pleinement optimisée. La fréquence maximale de la première paire de cœurs plafonne maintenant à 3,9 GHz, et les autres cœurs tournent à 3,2 GHz. Lorsque la température augmente, la fréquence de la première paire de cœurs peut tomber ponctuellement à 3,2 GHz, la fréquence de base du processeur. Le fonctionnement de Turbo Boost prévient la surchauffe, et le système de refroidissement est suffisamment puissant pour permettre la reprise rapide des opérations à la fréquence maximale.

La modulation de la fréquence est donc moins impressionnante qu’il n’y paraît, parce qu’il ne s’agit que d’une baisse de 20 % sur 12,5 % des cœurs processeur, qui dure quelques secondes à la fois pendant une période de quelques minutes. Reste à savoir si cette modulation est plus importante lorsque la température grimpe d’un cran supplémentaire, en saturant aussi la carte graphique. Après tout, le système de refroidissement du Mac Pro tenait aussi la charge du processeur, mais s’effondrait dès que les deux cartes graphiques tournaient.

Bonne nouvelle : après avoir mis la carte graphique à l’épreuve pendant douze heures, une première fois avec une température ambiante de 21 degrés et une deuxième fois avec une température ambiante de 24 degrés, il semble qu’Apple ait retenu la leçon. La température du processeur frôle les 90 degrés et celle de la carte graphique les dépasse parfois, mais les deux n’approchent jamais des limites dangereuses. On aperçoit plus clairement les limites du système de refroidissement de l’iMac Pro, toutefois, Turbo Boost étant désactivé plus fréquemment.

Un extrait de 75 minutes de notre relevé de températures, alors que le processeur et la carte graphique sont saturés par de multiples opérations concurrentes (rendu 3D avec OpenCL, calcul de nombres premiers, exécution en boucle d’une démonstration d’un jeu vidéo en définition native, génération de polygones). La température monte rapidement, et se stabilise autour de 90 degrés, 12 degrés de plus que la température maximale d’un iMac Retina 5K. La modulation de la fréquence du processeur intervient plus rapidement : Turbo Boost est désactivé plus fréquemment, mais la machine n’est pas brûlante au point qu’il ne puisse pas être réactivé, comme le montrent les fortes variations de la température du processeur, qui correspondent aux coups de boost. Une fois les applications quittées, la machine retrouve sa température de base après quelques minutes. Cliquer pour agrandir

Surtout, l’iMac Pro reste imperturbable. Le pied est certes brûlant, mais seule la partie centrale de la coque dépasse les 40 degrés, et les ventilateurs restent très discrets. Les quelques pour cent de ressources disponibles suffisent à utiliser la machine de manière suffisamment fluide pour partir à la recherche d’un renseignement dans Safari ou prendre des notes, et bien sûr à manipuler les applications à l’origine de la charge de travail.

Ces applications quittées, l’iMac Pro retrouve sa température de croisière après quelques minutes, preuve de l’efficacité de son système de refroidissement. Bien sûr, ces tests réalisés en plein hiver à quelques mètres d’un radiateur ne disent rien des capacités du même système en pleine canicule avec une climatisation défaillante. Cette inconnue plane sur l’iMac Pro, comme celle du vieillissement de ce système, que l’on ne pourra dépoussiérer sans démonter la machine.

Pour en terminer avec les aspects énergétiques, mentionnons la consommation de l’iMac Pro, un élément qui permettra de calculer son coût d’utilisation à long terme. Sur une prise 230V, il consomme un peu moins de 7,6 W en veille, et 0,3 W éteint. En « rythme de croisière », l’écran à fond avec quelques applications de base lancées, il consomme entre 100 et 150 W. Le processeur et la carte graphique saturée, il exige 300 W. À ce régime, l’alimentation affiche une efficacité de près de 93 %.

Le premier « épisode » de cette série était consacré au processeur Intel Xeon W. Le troisième épisode de cette série sera consacré à l'écran et au SSD du point de vue des photographes et vidéastes.


Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


98 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar pocketalex 04/01/2018 - 01:10

@leo3D

un core-i, si puissant soit il (et les i9 sont TRES puissants) n'est pas un Xeon, la ram n'est pas ECC, et je ne sais pas quel SSD tu as en interne

Bref, je parlais de prix à composants comparables

Ta config est très sincèrement intéressante, i9 + dual 1080 ti ça doit balancer à fond de ballon, mais ce n'est pas les mêmes catégories de composants

avatar leo3d 04/01/2018 - 10:05 via iGeneration pour iOS

@pocketalex

Les Xeon sont des processeurs hors de prix pour une utilisation serveur. Le rapport prix puissance n’est pas justifié pour la majorité des possesseurs d’ iMac Pro. Tout comme la Ram ECC. Sérieusement pour du Photoshop FinalCut. Un bon i9 de la ram normal un bon NVMe suffit pour en faire une machine bien plus puissante et moins chère.

avatar fte 04/01/2018 - 10:36 via iGeneration pour iOS

@leo3d

"Les Xeon sont des processeurs hors de prix pour une utilisation serveur."

Non. Il y a une très large variété de Xeon, allant de l’embarqué miniature au super calculateur dans le top 100 des plus puissants super calculateurs. En passant par la station de travail individuelle. Et les serveurs. Des tas de types de serveurs. Serveur tout seul ne veut rien dire, le seul point commun est qu’il n’y a en principe personne assis devant toute la journée.

"Le rapport prix puissance n’est pas justifié pour la majorité des possesseurs d’ iMac Pro."

Qui sont les possesseurs d’iMac Pro ? Source ? Statistiques démographiques ? Tu as des chiffres ? Ou un doigt baveux ?

Il s’en est vendu tant que ça déjà qu’on puisse faire des stats et tirer des conclusions ?

"Tout comme la Ram ECC."

OK. Celle-là est vraie. Mais c’est ce que le Xeon utilise, et ça fait plus sérieux. *cough*

Passons.

"Sérieusement pour du Photoshop FinalCut. Un bon i9 de la ram normal un bon NVMe suffit pour en faire une machine bien plus puissante et moins chère."

Ah. Tu sais l’usage de tous les professionnels ? Tu as des profils détaillés à nous proposer pour étayer ton argument ? Ou c’est le même doigt baveux qui parle ?

Non parce que de mon côté, déterminer les besoins de clients et choisir les configurations appropriées n’est pas chose évidente. Et mon gros problème avec Apple est l’absolue rigidité de leur offre et l’impossibilité d’obtenir des configurations adaptées et adaptables à moins de très sérieusement sur-dimensionner (et encore, si c’est seulement possible de sur-dimensionner) et de se faire littéralement raquetter sur le prix des maigres choix de configuration laissés ouverts.

Oh. Et il est où le Mac avec i9 ?



avatar pocketalex 04/01/2018 - 10:40

@Leo3D

je suis bien d'accord avec toi, et même, je pense que nombre de "pros" qui vont investir dans l'iMac Pro feraient le même taf tout aussi confortablement avec l'iMac i7 mais bon

Le Xeon, c'est sur, c'est pas mal d'attributs pas forcément utiles pour des boulots de graphisme, pour le montage vidéo je suis moins d'accord car avec des softs bien optimisés 8/10/14/18C, tu obtiens des performances qu'un i7 n'offrira jamais. Mais faut voir aussi ce que tu entends par "montage", si les sources c'est des rushes fullHD ou 4K en ProRes, c'est pas pareil que du raw 8K, et faut voir aussi les projets derrière, entre le simple montage cut avec 3 effets, et les montages plus complexes et plus enrichis

Mais les Xeons, c'est aussi des attributs utiles comme le nombre de lignes PCI, offrant des conditions d'E/S que les i7 n'ont pas

Bref c'est une multitude de points dont certains seront, c'est sur, totalement inutiles pour certains

Apple aurait sorti un iMac i9 ou i7-8700K et une bonne CG dedans type Vega ou 1080 ti, c'est sur, moi j'hésiterais pas longtemps ... pour mes besoins

Si monter un hackintosh i7-8700K avec la 1080 ti qui marche à 100%, sans bug, sans glitches, et le TB3 fonctionnel à 100%, la aussi j'hésiterai pas longtemps, mais aujourd'hui ça n'existe pas.

Par ailleurs, c'est pas impossible que je termine avec un iMac i7, plus je lis les benchs de l'iMac Pro, plus je compare avec mon quotidien, et plus je me dis qu'un iMac i7 me conviendra très bien au fond.

avatar leo3d 04/01/2018 - 10:06 via iGeneration pour iOS

@pocketalex

Samsung Pro NVMe de 518go plus 64 Go de ram.

avatar NestorK 03/01/2018 - 09:20 (edité)

@pocketalex

Apple a fait du bon boulot et pousse vraiment loin les limites de ce qu'on peut glisser dans un tel chassis, c'est évident. Malgré tout, je trouve les températures relativement élevées et tributaires d'un design pas franchement adapté à une machine sédentaire de ce calibre.

Enfin, la vérité, c'est qu'on ne pourra tirer de franches conclusions sur cet iMac que d'ici 12 à 24 mois.

PS : j'aimerais bien voir un tel système de refroidissement "adapté" à un MacBook Pro où la "finesse" du chassis prend tout son sens quand on trimballe sa machine...

avatar ForzaDesmo 03/01/2018 - 12:59

@NestorK

+1

avatar fte 03/01/2018 - 09:35 via iGeneration pour iOS (edité)

@pocketalex

"prouve que la partie refroidissement de cette machine est totalement maîtrisée"

1. Maintenant, machine neuve et propre, sans poussière. En sera-t-il de même lorsque les ventilos - époussetables en Apple Store uniquement - seront chargés de poussière collée à la nicotine ?

2. En sous-cadençant quelque peu le Xeon d’Intel, au point qu’Intel a jugé bon de lui attribuer un autre numéro de référence histoire que personne ne confonde et ne méjuge le Xeon de série plus puissant.

3. En sous-cadençant Vega et en adoptant un profile de refroidissement agressif à ce qui ressort des benchs GPU, à moins bien entendu que les drivers soient pourris, ce qui est une hypothèse malheureusement très crédible.

4. Les températures atteintes montrées dans ce test ne sont pas anecdotiques. Mon PC à pleine charge CPU et GPU est 30 degrés plus frais. Donc maitrise, si on veut. Disons que ça ne prend pas feu.

Donc oui, superbe maîtrise pour l’expérience d’achat et le bling en Apple Store. Sur la durée et en utilisation réelle, ça reste à prouver.

Le Mac Pro 2013 aussi était superbement maîtrisé. Jusqu’à ce que les cartes vidéo crâment. Puis recrâment. Voire recrâment encore. Et recrâmeront sans doute, hors Apple Care cette fois.

avatar pocketalex 04/01/2018 - 01:23

" En sera-t-il de même lorsque les ventilos - époussetables en Apple Store uniquement - seront chargés de poussière collée à la nicotine ?"

+1 sur ce point, et c'est un véritable problème, je suis bien d'accord avec toi

"Le Mac Pro 2013 aussi était superbement maîtrisé. Jusqu’à ce que les cartes vidéo crament."

et +1 aussi, mais c'est sur les 12 prochains mois qu'on va voir vraiment ce qu'il en est pour ce modèle

avatar fte 04/01/2018 - 01:33 via iGeneration pour iOS

@pocketalex

"mais c'est sur les 12 prochains mois qu'on va voir vraiment ce qu'il en est pour ce modèle"

C’est vrai dans les deux sens : il est beaucoup trop tôt pour pouvoir avoir un avis concret sur cette machine, on ne peut ni la condamner absolument ni la couvrir de lauriers. On peut cependant avoir un avis partiel, la base étant connue : extérieur iMac, intérieur Mac Pro.

Une chose est certaine cependant : c’est une version 1. Et tu sais ce qu’il est raisonnable de faire avec les versions 1. ;)

avatar 0MiguelAnge0 03/01/2018 - 13:29 via iGeneration pour iOS

@pocketalex

Je suis d’accord avec toi: la partie CPu et GpU n’a rien à craindre: c’est plutôt la dalle 5K qui va rendre l’âme en premier, obligeant à un épluchage et au passage un clean de la ventilation.
Et ce sera reparti pour 6 mois...

Mes Xeons 5690 (2x 12cores @3.46GHz) en charge dans un Mac Pro 5.1 atteignent 75C.

Pourtant ils sont en 32nm versus ces nouveaux Xeon en 14nm...

avatar Bigdidou 03/01/2018 - 14:48 via iGeneration pour iOS (edité)

@pocketalex
« parceque ce sont des gens habitués a tirer des conclusions et des affirmations sur des machines qu'ils ne possèdent pas »
Et encore moins essayées.

« Ce sera quoi leur prochaine démonstration que cette machine est une daube ? Et qu'Apple va dans le mur... »
Ben Circee a l’air de se faire plus rare ;)

Donc, superbe machine pro se refroidi bien.
Elle est pas belle, la vie ?

avatar pocketalex 02/01/2018 - 23:16

Macg, ce serait possible de comparer les différents benchs avec le Macbook 12", parceque vous ne parlez que d'imac 5K et de MBP

avatar Dodo8 03/01/2018 - 00:28 via iGeneration pour iOS (edité)

@pocketalex

Quel intérêt ? Les deux ne sont pas dans la même galaxie.

avatar pocketalex 03/01/2018 - 17:29

@dodo8

c'était une touche d'humour

avatar Desseaux 02/01/2018 - 23:56 via iGeneration pour iOS

Moi je m’interroge.
Mon MBP retina début 2013, il est toujours chaud chaud.
Ça doit tourner autour de 60-70 degrés au repos.
Et dès que le processeur (i7) s’emballe, ça tourne autour des 90-105 degrés.
Après, il a l’air de pouvoir tourner des heures et des heures à 100-105 degrés sans jamais que ça influe négativement le turbo boost

avatar reborn 03/01/2018 - 01:24 via iGeneration pour iOS

@Desseaux

C’est normal, ça doit être du Haswell (voir inferieur)

Les nouvelles architecture chauffe moins de base.

A moins de travailler sur de la photo, le ventirad de mon touch bar 15" ne se déclenche jamais et le macbook reste froid ou tiede et parfaitement silencieux.

Le parle de macbook mais c’est valable aussi pour les pc équipé de ces processeurs qui chauffent moins.

avatar Issou la chancla 03/01/2018 - 06:47 (edité)

95 degrés normal? ...
Mon PC de jeu dépasse jamais les 70 après 6h de jeu intensif ... Core i7 légèrement overclocke et ventirad Noctua.
Même la carte graphique va pas aussi haut. Ses deux ventilateurs font deux fois la taille de ceux de l ‘iMac. pro
Évidement 95 degrés et plus n’est pas normal’ putain
C'est une machine qui doit pouvoir tenir à pleine charge pendant des jours. A 95 degrés et plus, je donne pas cher de sa durée de vie. Tapez "ventirad xeon w" sur google et regardez ce qui est optimal pour refroidir correctement un xeon. C'est pas parce que l'air s'évacue et l'arrière pas chaud ( ...) que la température des puces à 95 degrés est correcte sans déconner. Apple a encore tout sous dimensionné.
Si les PC sont d'énormes boitier aérés équipés de ventilos et de radiateurs gigantesque, y'a un moment faut se dire qu'il y a peut être une raison à ça.

Mettez un Xeon et son ventirad Intel d'origine dans un PC, jamais de la vie il passera à 95°
Heureusement en plus que ceux utilisés par Apple sont des modèles "spéciaux" et ultra sous cadencés. Avec un Xeon normal, vous faisiez bruler vos locaux.

avatar ForzaDesmo 03/01/2018 - 12:54

@Issou la chancla

+1

"Mettez un Xeon et son ventirad Intel d'origine dans un PC, jamais de la vie il passera à 95°
Heureusement en plus que ceux utilisés par Apple sont des modèles "spéciaux" et ultra sous cadencés. Avec un Xeon normal, vous faisiez bruler vos locaux."

Ceci expliquant cela.
En sport mécanique, c'est idem, on va brider les performances pour moins consommer d'essence, parce que l'on dégrade ses pneumatiques plus vite que les autres, ou parce que l'on a des problèmes également de surchauffe. Tout ça pour cause de mauvaise ou moins bonne conception (design).
Et là, en plus on est dans des conditions IDEALES. Y a plus qu'à ce faire une pièce informatique climatisée pour optimiser la bête. Qu'est-ce que 5000€ de plus dans les charges ;o)

avatar pocketalex 04/01/2018 - 01:17 (edité)

@Issou la chancla

"Heureusement en plus que ceux utilisés par Apple sont des modèles "spéciaux" et ultra sous cadencés."

C'est sur, 3,2 GHz au lieu de 3,7 GHz et en boost 4,2 GHz au lieu de 4,5 GHz ... c'est ultra-mega-sous-cadencé...

avatar jmtweb 03/01/2018 - 07:26

iFixit attribue la note de 3/10 à l'iMac Pro. La soufflerie a une sacrée épée de Damoclès sur la tête.

avatar fte 03/01/2018 - 10:20 via iGeneration pour iOS

Mon conseil au vu de ces températures : prenez l’Apple Care avec la machine, obligatoirement.

avatar jean_claude_duss 03/01/2018 - 11:46 (edité)

c'est des machines pro, je pense qu'une bonne partie sera "achetée" en location de 3 ans avec apple care. donc en dehors du SAV apple très long, pas de souci de fiabilité sur le long terme

avatar Gliou 03/01/2018 - 10:31

Salut.
IFIxit attribue 3/10 à la réparabilité.

Vous avez tous des Xéon pour comparer la température de vos PC à ce iMac Pro?
Peut-être qu'un Xéon supporte de plus fortes températures qu'un I7 I9.

C'est impressionnant ces commentaires négatifs sur tout ce qui est nouveau. (iPhone X, iMac Pro) bientôt le HomePOD.

Et qu'il faut du temps pour s'habituer à ce qui est nouveau. (Aujourd'hui l IPhoneX n'a pas du tout les mêmes commentaires qu'il y a 2, 3 mois)

Merci MacG pour ces articles tests.

avatar fte 03/01/2018 - 11:04 via iGeneration pour iOS

@Gliou

"Peut-être qu'un Xéon supporte de plus fortes températures qu'un I7 I9."

Peut-être qu’un Xeon est fait d’adamantium. S’il est fait de silicium, il supporte les mêmes températures, ni plus, ni moins.

Physique ! Science ! Tada !

Pages