Mac ARM : pas encore une réalité, mais plus un rêve

Christophe Laporte |

Voilà maintenant des années qu’il se murmure qu’Apple pourrait abandonner l’architecture x86 pour au moins une partie de ses ordinateurs. La rumeur est tenace et devient à chaque fois plus crédible quand on compare la hausse de performances enregistrée à chaque révision d’iPad ou d’iPhone.

En ce qui concerne les performances brutes, le processeur A8X de l’iPad Air 2 affiche des résultats séduisants qui montrent très clairement que cela n’est plus de l’ordre du fantasme, mais bel et bien une possibilité à court ou moyen terme.

Pour la première fois, en matière de performances brutes (au niveau du processeur), l’iPad Air 2 s’approche véritablement du MacBook Air. Sur le test multi-core, la tablette d’Apple fait quasiment jeu égal avec le MacBook Air entrée de gamme.

L'écart se resserre sur ce test, car l'iPad Air 2 possède trois cores contre deux pour le MacBook Air
L'écart se resserre sur ce test, car l'iPad Air 2 possède trois cores contre deux pour le MacBook Air

Toutefois, quand il s’agit du même test effectué sur un seul core, le MacBook Air conserve un certain avantage : 1806 pour le petit dernier de la gamme iPad contre 2534 pour le MacBook Air de dernière génération. Toutefois, l’iPad Air 2 réalise un meilleur score qu’un MacBook Air de 2011.

Les graphiques recensent les performances réalisées chaque année par l’iPad haut de gamme et le MacBook Air entrée de gamme du moment
Les graphiques recensent les performances réalisées chaque année par l’iPad haut de gamme et le MacBook Air entrée de gamme du moment

On insistera sur le fait que Geekbench 3 [3.2.2 - US - 8,99 € - Primate Labs Inc.] a été pensé et conçu pour donner des résultats qui sont comparables entre plate-formes et appareils différents.

Évidemment, il ne s’agit que d’un aspect des choses. Mais petit à petit, l’écart se resserre. Apple ne s’en cache pas d’ailleurs dans son discours : « Le point de départ des performances rapides et fluides de l’iPad Air 2, c’est la puce A8X. Avec son architecture 64 bits et ses trois milliards de transistors, elle affiche une vitesse et des graphismes qui rivalisent avec de nombreux ordinateurs personnels ».

Alors, à quand un ordinateur équipé d’une puce Apple ? Il ne faut pas perdre de vue une chose : Apple conçoit elle-même ses puces pour ses terminaux iOS. Elle est donc capable de bâtir une puce ARM sur-mesure pour ses ordinateurs. Elle en est largement capable et a embauché à tour de bras dans ce domaine depuis plusieurs années déjà.

Une version d'OS X pour ARM en cours de développement

D’après nos informations, Apple planche depuis plusieurs mois déjà sur une version ARM d'OS X. Si cela peut en surprendre certains, cela n’a rien d’étonnant. Quand le système d'Apple était disponible uniquement sur PowerPC, la Pomme menait également des tests sur d’autres architectures. Le Californien travaillait avant tout à une version Intel de son système d’exploitation (lire : OS X sur Intel : aux origines du projet Marklar), mais en parallèle, elle suivait de près d’autres architectures.

Des logiciels phares d’Apple auraient également eu le droit à une déclinaison ARM. Et la surprise, par rapport aux retours que nous avons eus, c’est que l’aspect « performances » ne semble pas du tout inquiéter les ingénieurs d’Apple.

De nombreuses optimisations auraient été portées au code d’OS X. La marque à la pomme aurait d’ores et déjà atteint un niveau qualité satisfaisant dans ce domaine.

Dans cette équation, il y a un point qu’Apple n’aurait pas oublié de prendre en compte, c’est la compatibilité Windows. Elle explorerait différentes solutions afin que ses ordinateurs puissent ne pas perdre cette fonctionnalité qui lui a permis de vendre des millions d’ordinateurs dès lors que Boot Camp et les premiers logiciels de virtualisation sont apparus sur le marché.

A quand le premier Mac ARM ?

Si le passage à ARM semble tout à fait possible d’un strict point de vue technique, encore faut-il qu’Apple l’envisage d’un point de vue stratégique et commercial. Les puces Core M Broadwell attendues de longue date ne sont plus très loin et répondent aux attentes d’Apple : consommation en baisse, performance en hausse, moins de dissipation thermique….

Le Core M (Broadwell) permettra de concevoir des châssis d'une épaisseur de 9 mm
Le Core M (Broadwell) permettra de concevoir des châssis d'une épaisseur de 9 mm

Mais avec un processeur maison, Apple gagnerait en flexibilité. L’argument du sur-mesure est très important. Elle pourrait produire des ordinateurs qui se distingueraient plus franchement de la concurrence. De plus, elle serait sans doute en capacité de faire des économies, surtout si elle parvient à produire des synergies avec les puces qu’elle développe déjà pour ses terminaux iOS.

Quoi qu’il en soit, la machine qui semble la plus adaptée à ouvrir le bal, c’est indiscutablement le MacBook Air. L’argument de la puissance brute sur cette machine est secondaire par rapport à celui de la mobilité et de l’autonomie. On peut imaginer que le jour où Apple franchira le pas, elle le fera en douceur. Elle continuera pendant quelque temps à commercialiser des MacBook Air Intel à côté de ses machines ARM. La Pomme a souvent utilisé ce procédé lors d’une rupture technologique. C’était le cas pour le passage à Intel ou pour le passage au Retina.

Cette transition pourrait être moins douloureuse d’un strict point de vue technique que les précédentes. Si le passage à Intel constituait sur certains points un saut vers l’inconnu, c’est beaucoup moins le cas avec ARM, ne serait-ce parce qu’iOS et OS X ont de nombreuses API en communs.

De plus, avec le Mac App Store, Apple maîtrise les canaux de distribution. Celui-ci pourrait s’adapter en fonction de la machine qui s’y connecte et distribuer le code exécutable correspondant.

Un passage à ARM ne signifierait pas forcément la fin (immédiate en tout cas) de la collaboration avec Intel. Dans un premier temps, on pourrait imaginer que la gamme grand public adopte l’architecture ARM alors que les machines Pro resteraient dans le sillon d’Intel.

Il est bien difficile de savoir comment le Californien s’y prendrait le jour où il déciderait de se lancer dans une telle transition, mais une chose est certaine : en interne, Apple travaille activement à faire en sorte que le logiciel et le matériel soient prêts au grand passage vers ARM. Reste à savoir quand…

Tags
#ARM
avatar nono68200 | 

"Dans un premier temps, on pourrait imaginer que la gamme grand public adopte l’architecture ARM alors que les machines Pro resteraient dans le sillon d’Intel."

J'adore toujours cette façon de nommer les gammes... Comme si le MacBook Air était réservé au grand public et le Pro aux professionnels... Je connais beaucoup plus de personnes qui ont un Macbook Pro qu'un MacBook Air en fait...

avatar Baptiste.A | 

Effectivement, je suis moi-même dans ce cas...

avatar nono68200 | 

Moi aussi en fait... On m'a déconseillé le MacBook Air pour sa faible puissance. Donc je vois beaucoup de publicité pour le vendre, mais peu de gens l'avoir au final.

avatar Baptiste.A | 

Pour le connaitre un peu (un ami en a un) c'est en fait un très bon produit... mais pas pour tout le monde.
Il est bien pour les étudiant qui n'ont pas besoin de puissance, juste d'un ordinateur pour de la bureautique légère (prendre les cours, rédiger des rapports...).
Il peut aussi être conseillé également en tant que deuxième machine.

avatar FreddyF | 

@Baptiste.A :
J'utilise un MacBook Air 11" core i7 et 8 Go de RAM et je fais du développement avec Xcode sans problème, de la gestion de photo dans iPhoto ou des films dans iMovie (il suffit d'un écran externe pour la maison).
Le public auquel s'adresse le MBA est plus important que ce que vous pensez ...

avatar Baptiste.A | 

Dans iMovie avec des fichiers RAW, sans GPU, le MBa ne monte même pas à 30fps en Full HD...

avatar Hasgarn | 

Et on est obligé de faire du RAW avec iMovie ?

Clairement, pour son utilisation, son MBA semble lui convenir, mais bien sur, pour d'autres, ce ne serait pas suffisant.

avatar Baptiste.A | 

Je ne pense pas que le RAW soit obligatoire, mais la qualité est meilleur pour le montage ;)

avatar hmmmr | 

@Baptiste.A :
En fait c'est assez con de monter en raw alors qu'un proxy prores fait aussi bien l'affaire, gros gain de fluidité.
Le raw est utile en phase d'etalonnage seulement, dans tous les cas, monter des videos tournées avec une alexa, red ou au mieux une blackmagic dans imovie.. Ca doit pas etre courant.

Pour apporter de l'eau au moulin des defenseurs du air, il y a bien longtemps qu'une hd5000 et un i7 font tourner photoshop ou illustrator sans aucun pb, after effect peu etre un peu mojns avec des effets lourds, le vrai seul inconveignant c'est son ecran TN de merde.

avatar FreddyF | 

@nono68200 :
Sa faible puissance ?? Mais tu veux faire quoi avec ? A moins de faire du montage professionnel intensif ou de la retouche photo ou du dessin 3D, je ne vois pas ce qui empêcherait d'avoir un MacBook Air comme machine principale.
C'était peut-être vrai en 2009, plus maintenant !

avatar Baptiste.A | 

Le proco des MBa n'est qu'un bicoeur basse conso donc faible fréquence... de plus il n'y a pas de GPU, donc dans la plupart des applis qui demandent du calculs, ça risque de ramer ...

avatar greggorynque | 

@nono68200 :
Malheureusement l'argument inutile de la puissance des ordinateurs portables continue visiblement de faire mouche !

Pourtant si les ventes de Pc baissent c'est avant tout car les machines d'aujourd'hui n'apportent plus de valeur d'usage, car la puissance disponible est suffisante depuis 5 ans.

J'utilise un "vieux" macbookair pour faire énormément de modélisation 3D et de traitement photo, et ce de façon tout à fait satisfaisante ! Mes besoins sont supérieurs à ceux de 99% de la population et pourtant j'arrive parfaitement à travailler sur des machines "anciennes"

Le seul intérêt du MacBook Pro aujourd'hui c'est l'écran Retina, et la connectique.

avatar nono68200 | 

En effet, je suis plutôt d'accord là-dessus, et je pense même que mon prochain ordinateur sera un MacBook Air vu les avis, mais seulement quand il aura l'écran Retina (parce que après y avoir goûté, on ne revient plus en arrière... ^^)
Qu'entends-tu par contre par la connectique ? Les deux machines ont les mêmes, non ?

avatar greggorynque | 

@nono68200 :
La différence est assez minime aujourd'hui mais il y a quand même un port HDMI et un deuxième TB

Même si le TB est assez inutile pour le commun des mortels ils permet surtout de mettre un port ethernet (via adaotateur) sans monopoliser un des deux USB

avatar patrick86 | 

"Le seul intérêt du MacBook Pro aujourd'hui c'est l'écran Retina, et la connectique."

+ l'écran 15" et les SSD de 1 To.

avatar joneskind | 

@nono68200 :

Ça dépend de ce que tu fais, mais quand il faut choisir entre le MacBook Pro classique de 2012 et le MacBook Air 2014, je conseille le Air. Pour le Chipset graphique plus puissant et l'autonomie.

avatar Baptiste.A | 

Faux! la GT650M avec 1Go de mémoire GDDR5 de 2012 est bien plus efficace que le chipset graphique de 2014 avec de la simple DDR3 partagé avec le CPU, surtout lorsqu'il y'a besoin de 3D (par exemple en jeux)....

avatar joneskind | 

@Baptiste.A :

Le MBP 13" classique de 2012 n'a pas de CG. C'est une HD4000.

avatar Baptiste.A | 

C'est vrai, moi je pensais plus au 15 pouces ... ;)

avatar nono68200 | 

Non moi c'était plutôt entre le MacBook Air mi-2104 et le MacBook Pro mi-2014. ;) Donc rien que le retina m'a donné envie d'aller vers le MacBook Pro. (Surtout avec Yosemite) Puis comme je fais de la photographie, on m'a dit que ça pourrait ramer sur le MacBook Air donc deuxième raison. Après le codage en effet je ne pense pas que ça se voit la différence.

avatar C1rc3@0rc | 

""Dans un premier temps, on pourrait imaginer que la gamme grand public adopte l’architecture ARM alors que les machines Pro resteraient dans le sillon d’Intel."

J'adore toujours cette façon de nommer les gammes... Comme si le MacBook Air était réservé au grand public et le Pro aux professionnels... Je connais beaucoup plus de personnes qui ont un Macbook Pro qu'un MacBook Air en fait…"

Il n'y a pas d'ordinateur pro ou perso, c'est l'utilisateur qui en fait une utilisation professionnelle ou personnelle. Un hobbiste peut s'acheter un Mac Pro pour jouer avec et une réceptionniste fait un usage pro de son iMac 21"…

Nombre de pro que je connais utilisent un MBAir dans leur travail, parce qu'il fonctionne, est simple et efficace et remplit bien ses fonctions sans avoir a se casser la tete avec des parametrage et de la maintenance: si Apple vend de plus en plus de Mac c'est parce qu'ils satisfont la demande des clients.

Le passage a ARM a plusieurs avantage:
- le cout d'une puce ARM est très inférieur a celui d'une puce x86
- le rapport performance/consommation sera toujours largement meilleure sur ARM que x86
- les puces ARM sont très souples et otpimisables en fonctions du besoin
- ARM a une politique de licence, c'est un marche multi-acteur ouvert. x86 c'est Intel.
- iOS c'est 95% OS X
- ce qui est optimise pour iOS est optimise pour OS X
- a part la gestation de l'interface et de la telephonie, ce qui fonctionne sous iOS fonctionne sous OS X: la transition est déjà faite a 95% donc pour un Mac ARM
- OS X et iOS se programment avec les meme API dans 95% des cas, donc une recomplilation et un travail d'adaptation de l'interface sont nécessaires pour passer d'une version iOS a OS X et une recompilation suffit pour passer d'OS X x86 a OS X ARM.

Apres la question des performances:
Aujourd'hui la puce ARM de l'iPad air se place entre a un MBA 2011 et un MBA 2014. L'evolution de la puissance des processeurs Ax par an varie entre un doublement et une augmentation de 60%.
Les puces x86 ont une évolution située entre -10% et +10% a chaque génération, pour une consommation qui n'évolue pas beaucoup (Intel triche avec la définition du TDP: sur un Core - M le TDP est de 15watt pas de 4w…)
-Jusqu'a lors Apple optimisait des puces Ax pour la consommation. Pour une puce desktop Apple peut optimiser la puissance…
- en terme de performances graphiques, le GPU intégré au SoC ARM est plus efficace que l'unité graphique incluse dans les Core ix, et ça c'est un fait qui est rarement pris en compte…

Finalement, il faut aussi prendre en compte un élément fondamental: le marche ARM est fortement concurrentiel avec une liberté de réalisation extreme: on voit par exemple des processeurs totalement différents comme le A8x d'Apple, le k1 de Nvidia (en fait un GPU embarquant des core ARM) ou les puces d'Applied Micro (X-Gene,Helix, Catalina).
Cote X86 y a Intel qui est une société qui a vécu sur un modèle monopolistique depuis les années 80 dont le potentiel d'évolution est quasi asséché...

avatar joneskind | 

@C1rc3@0rc :

Le problème du terme "professionnel" quand on parle d'informatique c'est qu'il ne prend pas en compte une utilisation professionnelle de l'outil au sens "travail" mais plus au sens "besoin de puissance calcul"

Un prof, un médecin, un comptable, c'est un professionnel mais qui n'a pas besoin d'un Mac Pro. C'est ce que je voulais dire, d'une manière un peu maladroite. Mais ça n'a rien de péjoratif chez moi !

avatar Baptiste.A | 

"Voilà maintenant des années qu’il se murmure qu’Apple pourrait abandonner l’architecture x86 pour au moins une partie de ses ordinateurs."

Euh... ça fait un an et demi qu'on en parle réellement, pas beaucoup plus...

avatar Christophe Laporte | 
Cela fait au moins trois ans ! http://www.macg.co/2011/05/arm-une-nouvelle-migration-pour-le-mac-35623
avatar Baptiste.A | 

Oui mais il y a trois ans ce n'était pas crédible...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR