Edge et Firefox s'accrochent à Safari dans les navigateurs de bureau

Florian Innocente |

Sur les ordinateurs de bureau, Edge et Firefox viennent mordre les mollets de Safari. Dans certains cas, ils sont enfin parvenus à lui passer devant.

Dans son relevé mensuel de l'usage des navigateurs web à travers le monde et les plateformes, StatCounter voit Edge sur une tendance l'amenant à pouvoir dépasser Safari sur les ordinateurs de bureau et Firefox en embuscade. C'est même déjà le cas lorsqu'on observe des régions comme l'Europe ou un pays comme la France.

Chrome, toutes plateformes de bureau confondues, reste hors d'atteinte, avec plus de 65 % de part d'usage à travers le monde en janvier dernier (idem il y a un an). Dessous, tout en bas, Edge était à 9,54 % et Safari se plaçait de moins en moins devant lui, à 9,84 %. Firefox continuait de progresser depuis quelques mois et talonnait les deux à 9,18 % (Opéra était à 3 % et le vieil Internet Explorer à 1,06 %).

Le rapport de force — Chrome loin devant et les autres réunis dans un mouchoir de poche — est une constante, mais la courbe pour Edge n'a cessé de se rapprocher de celle de Safari depuis octobre. Le navigateur d'Apple ne chute pas, au contraire, mais il se détache de moins en moins de son poursuivant.

Navigateurs de bureau au niveau mondial

Lorsqu'on zoome sur l'Europe puis sur la France, Edge a déjà pris légèrement le dessus sur Safari. Avec d'autres différences : chez nous, par exemple, Firefox est le second navigateur utilisé (15 % en janvier en léger déclin) et si Chrome domine largement c'est moins fortement (58,18 %).

Navigateurs de bureau en France

À l'inverse, prenez les États-Unis et chacun est clairement dans sa ligne, personne ne se marche dessus. Chrome était à 60 % en janvier (57 % il y a un an), Safari bon deuxième avec un gros 18 % (19 % en janvier 2021) puis Edge à 12 % (10 % il y a un an) et Firefox à 6,49 %.

À chaque pays c'est une leçon différente mais au niveau mondial on voit que Edge grignote peu à peu des parts sur Safari — qui a tout de même comme handicap de ne pouvoir se battre que depuis la seule plateforme Mac. Sa place dans ce classement n'en est que plus méritoire.

Le navigateur de Microsoft, à l'inverse, existe sur toutes les plateformes de bureau, ce qui lui donne potentiellement une force de frappe autrement plus importante. Il a été lancé au printemps 2015 et c'est en janvier 2020 que le navigateur est revenu avec le moteur Chromium en remplacement de celui de Microsoft.

Le tableau est totalement différent lorsqu'on bascule sur les usages de ces navigateurs dans leurs versions smartphones. Au niveau mondial, Chrome glisse sur une pente douce depuis septembre qui l'a ramené à 62 %, son niveau d'il y a un an. Tandis que Safari monte régulièrement et se situait à 26,7 % (25 % en janvier 2021). Quant à Edge il est noyé dans les "autres", le troisième acteur est Samsung Internet.

Navigateurs sur smartphones au niveau mondial

Il y a quelques jours nous avons lancé un sondage autour de l'usage des navigateurs sur Mac. Sans grande surprise, Safari reste premier chez nos lecteurs avec pour le moment 52 % des réponses en sa faveur tandis que 25 % l'utilisent en compagnie d'un concurrent.


avatar marc_os | 

« ils sont enfin parvenus à lui passer devant »

Enfin ?
Pourquoi enfin ?

Question subsidiaire : Le fait que Chrome soit grand premier et soit devenu de facto l'Internet Explorer d'aujourd'hui en ce sens que les développeurs se moquent de plus en plus de la compatibilité de leur code Javascript avec Safari vous réjouit-il ?

avatar bibalox | 

@marc_os

Tout est une question de point de vue.

Si on regarde côté parts de marché en effet Chrome est le nouvel IE et ça ne me rassure que moyennement (jamais bon d'avoir des monopoles comme ça).

D'un point de vue de développeur front, c'est vraiment Safari le nouvel IE dans le sens où son respect des standard est vraiment limite. On est constamment obligé de devoir poser des rustines pour Safari là où le comportement est globalement homogène sur les autres navigateurs.

avatar koko256 | 

Comme souvent avec les luttes de navigateur, l'hégémonie d'un navigateur pousse les web designer à ne tester que pour celui-ci et inciter les utilisateurs à le choisir au détriment d'une optimisation de leur site. Bref retour au temps d'IE (mais au moins Chrome fonctionne correctement sur toutes les plateformes).

avatar byte_order | 

C'est pas l'hégémonie, c'est le fait que le support multiplateforme cela à un coût, et ce coût, les commanditaires veulent rarement le payer.

La situation actuelle c'est au mieux 2/3 pour Chrome, 1/3 pour le reste. Cibler uniquement les 2/3, sachant que depuis les smartphones vous ignorez ainsi ceux sur iPhone, ce n'est pas vraiment aussi facile à justifier (aka "on s'en fout d'eux") que cela l'était quand IE représentait > 90% des internautes.

Donc la compatibilité au dela des 2/3 de Chrome est encore bien présente et doit être géré.
Mais l'optimisation, là, par contre, non.

En gros, cela doit pouvoir être visitable avec autre chose que Chrome. Mais si cela fonctionne moins bien, là le coût de l'optimisation revient sur le devant de la scène.
Et faut dire qu'en ce qui concerne le suivi des standards Web, Safari est le premier responsable de ne pas les implémenter tous ni parfaitement, en partie pour des raisons de protectionnisme. Apple ne veut pas que Safari sur iOS ne soit trop puissant, car une partie non négligéable d'apps natives, dont Apple tire un profit, pourrait parfaitement tourner en tant qu'apps Web sinon, là où Apple ne pourra plus en tirer profit. Résultat : le standard Web des notifications qui est implémenté par Safari des années après tout le monde, par exemple...

avatar BLM | 

Question: quelles qualités exceptionnelles de Chrome justifieraient son utilisation ?

avatar debione | 

@BLM |
Le fait que comme mentionné la majorité des développeurs optimisent pour Chrome car il respecte mieux les standards que Safari.
Une autre chose c'est les services Google. L'écrasante majorité des gens utilisent Search, même ceux qui utilisent un autre moteur de recherche utilisent de temps à autres Google pour sa pertinence (mais l'inverse n'est pas vrai, rare sont les utilisateurs de Search qui utilisent un autre moteur pour des question de pertinence. On ajoute Gmail et youtube et on se retrouve comme avec Apple (safari), on utilise ce qui est proposé principalement.

Perso, j'ai abandonné gentiment Safari, vu que celui-ci n'est plus mis à jour sur les vieilles versions de MacOS et iOs, je suis passé par Chrome et finalement j'ai mis tout mon parc sous Firefox, et même lors d'un achat nouveau je n'utilise plus Safari. Car je devrai l'abandonner à un moment (j'ai arrêté les maj de iOs et MacOS au delà de n+1).

avatar warmac33 | 

Je suis très majoritairement sur Android et windows 10, et encore un tout petit sur Mac.
Mon clouod est chez google (agenda, contacts, photos), et chrome me permet extrêmement facilement de m'y connecter à partir de n'importe quelle plate-forme.
D'ailleurs pour l'anecdote, si je suis passé d'iOs à Android en 2011, c'était entre autres parce que google proposait déjà un vrai cloud sur smartphone, tandis que l'iphone végétait à mort...

avatar cecile_aelita | 

Je reste sur safari quand même lol.

avatar Adodane | 

C'est des stats, ça vaut ce que ça vaut ...

avatar Amaczing | 

@Adodane

Ça vaut ce qu’on veut bien leur dire. Hormis le fait que safari se fait distancer par un micro$ et un panda roux.

avatar YetOneOtherGit | 

Il est intéressant de voir les conséquences de l’ouverture du marché du browser suite à la fin en queue de poison de la procédure anti-trust contre MS : Une domination impressionnante d’un acteur 😎

La croyance dans les bienfaits miraculeux de la libre concurrence repose sur des mythes datés et finalement une adhésion en “l’efficience des marché” dans une vision néo-liberal qui a depuis longtemps montré sa cohérence toute théorique tant elle dépend d’une somme de conditions qui n’existent jamais dans la réalité.

Si l’ouverture du marché des stores d’app à lieux il sera passionnant se faire un bilan à un horizon de 5 ans des conséquences de ce changement de paradigme 😋

M’est avis que cela sera peut-être assez loin des attentes idéologiques de certains 😎

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit

Juste pour mettre en perspective, en 2002, Internet Explorer représentait 95% de part de marché des navigateurs web utilisés dans le monde.

On est avec un acteur majeur, mais sa domination n'atteint pas les mêmes proportions quand même. Ce qui signifie que durant ces 20 dernières années, les standards Web ne sont pas dictés ni uniquement ni arbitrairement par Microsoft ni Google (sinon AMP serait omniprésent partout, par exemple).

Entre une domination à 95%, obtenue par abus de position et non pas au mérite et une domination à 65% avec des offres concurrentes, je préfère nettement la seconde. Si cela fait de moi un idéologue d'y voir un bienfait comparé à la situation de 2002, cela me va, hein.

> Il est intéressant de voir les conséquences de l’ouverture du marché du browser suite à
> la fin en queue de poison de la procédure anti-trust contre MS : Une domination
> impressionnante d’un acteur 😎

Oui, mais... mais un *autre* acteur.

> Si l’ouverture du marché des stores d’app à lieux il sera passionnant se faire un bilan à
> un horizon de 5 ans des conséquences de ce changement de paradigme 😋

Il serait intéressant dès aujourd'hui de débattre de pourquoi Apple s'y oppose si frontalement si elle n'a pas à craindre de réelles conséquences en fait...

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

En résumé : « les révolutions ne font jamais que déplacer les injustices »

RDV dans 5 ans pour analyser ensemble les conséquences de tes fantasmes d’ouverture s’ils adviennent 😜(En espérant évidemment un rien d’honnêteté ) 😉

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
> En résumé : « les révolutions ne font jamais que déplacer les injustices »

Pas que, non.
Elles déplacent aussi les seuils de tolérance de ces injustices. Car elles créent des précédents.
A minima, elles brassent les acteurs concernés, redistribuent les cartes un peu plus que le statu-quo, qui par définition fait tout pour les concentrer dans les mains de moins en moins d'acteurs.

Attention au whataboutisme : il est facile de prétendre que cela ne change au final rien et donc de quasi cautionner le laisser faire, c.a.d. l'impunité.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

" il est facile de prétendre que cela ne change au final rien"

Pas mon propos: cela changera dans des proportions inconnues la part du gâteau entre des multinationales puissantes.

Pour le reste il y aura sans doute beaucoup de cocus qui pleureront sur leurs faux espoirs 😎

avatar CorbeilleNews | 

@byte_order

« Attention au whataboutisme : il est facile de prétendre que cela ne change au final rien et donc de quasi cautionner le laisser faire, c.a.d. l'impunité. »

Et oui merci de le préciser, voilà qui est valable dans beaauuuuucoup de secteurs de notre société, merci également aux lobbyistes pour cette société verrouillée par ceux qui ne veulent pas perdre leurs grands avantages a coups de milliers ou dizaine de milliers d’euros par an en critiquant ceux des plus démunis de quelques dizaines quand ils en ont … : le fameux faites ce que je vous dis et pas ce que je fait !!!

avatar YetOneOtherGit | 

@CorbeilleNews

"merci également aux lobbyistes"

Sans les lobbyistes bien des choses auxquelles tu adhères n’existeraient pas : à commencé par la mode de la chasse aux GAFAM qui n’est vent à l’esprit des politiques que par le travail des lobbyistes. 😎

Croire que les lobby ne représentent que les intérêts des grandes entreprises est une ineptie.

avatar CorbeilleNews | 

@YetOneOtherGit

Peut-être mais il y a des causes plus nobles que d’autres et se battre avec les mêmes armes que les adversaires ou celles que l’on est autorisé à utiliser

avatar YetOneOtherGit | 

@CorbeilleNews

"a des causes plus nobles que d’autres"

Notion extrêmement subjective et basée sur des considérations morales personnelles. 😎

avatar CorbeilleNews | 

@YetOneOtherGit

Évident

avatar YetOneOtherGit | 

@CorbeilleNews

"Évident"

Et au passage on sous-estime souvent la puissance des groupes de pression ne représentant pas les intérêts des entreprises.

Syndicats, organisations religieuses, ONG, groupes de défense des minorités, groupes de défense des libertés, groupes de défense de la famille et de l’enfance… et j’en passe sont souvent très bien structurés et financés.

Comme cas extrême on peut citer la NRA ou Green Peace 😁😁😁

avatar CorbeilleNews | 

@YetOneOtherGit

NRA 🔫

avatar YetOneOtherGit | 

@CorbeilleNews

"NRA 🔫"

Yep elle même et des lobby de cette puissance sur les politiques il n’y en a pas qu’un seul 😉

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

« Si cela fait de moi un idéologue d'y voir un bienfait comparé à la situation de 2002, cela me va, hein. »

Une main mise de Google est elle meilleure que celle de MS ?

Cela se discute vraiment 😉

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
> Une main mise de Google est elle meilleure que celle de MS ?

Une main mise à 65% de Google est en effet meilleure que celle à 95% de MS.
Y'a même pas débat.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Une main mise à 65% de Google est en effet meilleure que celle à 95% de MS.
Y'a même pas débat."

Et pourtant il y a un sacré débat au regard de ce qu’est le modèle économique remarquable de Google et son impact sur la société.

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit

> Et pourtant il y a un sacré débat au regard de ce qu’est le modèle économique
> remarquable de Google et son impact sur la société.

Qui a nettement plus à voir avec les services de Google massivement utilisés par tous qu'à voir avec le navigateur que l'internaute utilise pour y accéder.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Qui a nettement plus à voir avec les services de Google massivement utilisés par tous qu'à voir avec le navigateur que l'internaute utilise pour y accéder."

C’est pourtant clairement un cheval de Troie, ce n’est pas pour rien que Google a massivement investi pour imposer Chrome, comme ce n’est pas pour rien qu’ils ont fait de même pour imposer Android.

C’est vraiment surprenant chez toi cette légende noire d’Apple et cette légende dorée de Google 🤭

A titre personnel les entreprises ayant choisi le remarquable modèle économique de la valorisation absolue de l’activité des utilisateurs représentent un bien plus grand danger pour la société qu’un Apple accroché à son vieux modèle de vente de biens et de services si XX° siècle.

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
> C’est pourtant clairement un cheval de Troie

Pas autant que Google Search, leur premier service historique.
Ou même GMail. Ou Youtube. Ou Google Maps.

Google capte bien plus d'information ainsi que par le fait que l'internaute utilise ou pas Chrome. Evidement, si "en plus" le navigateur est Chrome, ils captent encore un peu plus d'info, mais l'essentiel l'est tout autant quelque soit le navigateur.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Pas autant que Google Search, leur premier service historique.
Ou même GMail. Ou Youtube. Ou Google Maps."

C’est un tout et tu sais bien que Google n’a pas accordé une telle importance stratégique à Chrome pour rien 😉

C’est une clé de voûte avec Android de la puissance de Google.

Mais là nous parlons de stratégie business pas de vision technique.

Nous parlons d’un tout pas des parties

avatar debione | 

@YetOneOtherGit |
Trois choses: Il y a une grosse différence entre 95% de part de marché et 60%.
Il y a une grosse différence dans le sens ou Chrome actuellement est un choix, et non pas une imposition par Google.
Les navigateurs autres que ceux de Google sont quand même assez à l'aise (jamais eu de problème avec Firefox par exemple) partout sur le web la ou du temps d'IE tu ne pouvais simplement pas accéder à certain sites.

Actuellement, cela ne se discute pas sur le simple fait que Chrome respecte les standards.

Quand au bienfait que vous mettez en cause de l'ouverture obligée, vous oubliez un peu vite que du temps d'IE celui-ci ne respectait pas du tout les standards.
Bref, on est passé d'une époque ou une entreprise "bloquait le net pour les autres navigateurs" à une époque ou aucun navigateur ne bloque plus rien.

Jusqu'à preuve du contraire, le domination de Google dans les navigateurs ne vient d'un verrouillage mais d'un choix éclairé de l'utilisateur. On choisit d'utiliser ou non google, la ou on n'avait pas le choix avant. Donc oui clairement, l'ouverture fut d'un bénéfice sans nom. Et c'est ce qui est réclamé concernant l'ouverture d'Apple et de son store. Laisser le choix à l'utilisateur. Je ne sais pas si les bénéfices seront autant patant, mais pour ceux intéressé oui, il y aura un bénéfice.

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Il y a une grosse différence dans le sens ou Chrome actuellement est un choix, et non pas une imposition par Google."

Tu crois vraiment que l’adoption de Chrome est le fruit du libre arbitre? 🤭

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit:

Je vais vous éclairer car la vous vous débattez dans la confiture.
Entre l'obligation d'utiliser un navigateur spécifique car sinon vos pages ne s'affichent pas et utiliser n'importe quel navigateur qui marchera de toutes les manières.
Exemple: J'ai du changer de navigateur pour des histoires de non compatibilité de Safari (pas mis à jour). De fait j'ai téléchargé Chrome, FF et Opera. Je les ai testé, il me restait FF et Chrome à égalité à mes yeux. J'ai décidé de prendre FF pour la simple raison que j'ai déjà assez de choses chez Google (c'est cette même raison qui ne me feront jamais utiliser le Cloud d'Apple ou Apple music), car à mes yeux l'un n'était pas supérieur à l'autre.
C'est un non choix selon vous? Ou c'est simplement le fruit d'un listing de chose que j'attends d'un navigateur?

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Entre l'obligation d'utiliser un navigateur spécifique car sinon vos pages ne s'affichent pas et utiliser n'importe quel navigateur qui marchera de toutes les manières."

Cela se serait fait mécaniquement comme pour toutes les innovations, il y a une période de variété et d’incompatibilité, puis une période de consolidation.

L’anecdotique négociation entre le DoJ et MS durant la période d’appel du jugement en première instance qui avait décidé de dementeller MS, n’est strictement pour rien dans l’évolution de la donne.

Google a juste eu l’intelligence de mettre des moyens énormes pour conquérir le marché, ce serait advenu quoi qu’il arrive tant c’était dans leur intérêt et tant ils étaient les seuls à avoir un intérêt stratégique à le faire.

Le MS de l’époque avait complètement raté la compréhension du changement de paradigme du Web.

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit:

Ah, et Apple n'avait pas d'intérêt à imposer webKit, FF sa solution et consort.

Vous oubliez une chose essentielle dans votre équation: Chrome est un excellent navigateur qui ne pervertit pas le net. Si vous pensez qu'être un excellent navigateur n'a rien à voir avec son succès, alors on peut dire aussi que le succès de l'iPhone n'a strictement rien à voir avec ces qualités. Les gens utilisent chrome ou des iPhones non pas parce que c'est de bon produits, mais uniquement parce que ce sont des moutons qui achètent uniquement ce qu'on leur dit d'acheter.

Je ne prends pas les gens d'aussi haut que vous, car sinon, je serais obliger de vous dire que vous n'êtes qu'un moutons sans cervelle qui utilise de l'Apple parce que Apple vous a dit d'utiliser de l'Apple. Vous utilisez de l'Apple parce que Apple vous l'a dit ou parce que les produits correspondent à ce que vous attendez? Si vous utiliser de l'Apple parce que cela répond à vos attente, alors vous devez admettre que les gens utilisent aussi Chrome pour les mêmes raisons.

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Vous oubliez une chose essentielle dans votre équation: Chrome est un excellent navigateur"

Nullement puisque je rappel que Google a mis des moyens exceptionnel sur son produit.

C’est la force de Google: ils proposent d’excellents produits pour pouvoir extraire la matière première qu’ils valorisent pour leur business qu’est l’activité de leurs utilisateurs.

Ils ont toujours mis le prix pour pouvoir extraire cette matière première 👏

Mais tu sais comme moi que la qualité technique d’un produit n’est qu’une toute petite part de son succès.

Google à une puissance exceptionnelle pour obtenir l’adoption à ses offres comme l’a Apple sur d’autres enjeux.

La clé c’est toujours la puissance du marketing et de la stratégie.

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Je ne prends pas les gens d'aussi haut que vous, car sinon, je serais obliger de vous dire que vous n'êtes qu'un moutons sans cervelle qui utilise de l'Apple parce que Apple vous a dit d'utiliser de l'Apple. Vous utilisez de l'Apple parce que Apple vous l'a dit ou parce que les produits correspondent à ce que vous attendez? Si vous utiliser de l'Apple parce que cela répond à vos attente, alors vous devez admettre que les gens utilisent aussi Chrome pour les mêmes raisons."

Je suis comme tout le monde une victime du marketing et je suis conscient qu’aucun de mes choix ne repose réellement sur un plein libre arbitre.

Et au passage les produits Apple ne représentent qu’une petite part de nos usages informatiques mais cet Œcuménisme est lui aussi le fruit de manipulation 😉

avatar cecile_aelita | 

@debione

« je serais obliger de vous dire que vous n'êtes qu'un moutons sans cervelle qui utilise de l'Apple parce que Apple vous a dit d'utiliser de l'Apple »

Ah non, ça c’est pour moi lol 😋!
C’est moi la nana stupide, égocentrique et narcissique (quoi que vu certains commentaires de ce matin, visiblement je ne suis même pas une fille 😅).

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit

Un peu plus que l'adoption de Safari n'est le fruit du libre arbitre sur iOS, oui.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Un peu plus que l'adoption de Safari n'est le fruit du libre arbitre sur iOS, oui."

Il n’y a pas de libre arbitre statistiquement significatif en matière commerciale 😎

Pour le reste le manichéisme d’une vision où Google incarne le bien et Apple le mal est on ne peut plus impressionnant et inquiétant.

Le tout sauf Apple quoi qu’il en coûte alors même que les risques pour la société proviennent bien plus de la puissance des entreprises issues de la révolution du Web que des acteurs de la vieille économie.

La puissance d’Apple ou de MS n’est que peu gênante pour la société, celle de Google, Meta ou Amazon c’est une tout autre histoire.

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"mais d'un choix éclairé de l'utilisateur"

🤣🤣🤣🤣🤣🤣

De la puissance absolue de Google et de son remarquable marketing.

Un choix éclairé du consommateur, on croit rêver.

Le libre arbitre du consommateur: ça n’existe pas 😎

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit:
"Le libre arbitre du consommateur: ça n’existe pas 😎"
Perso, je pense que libre arbitre pur n'existe pas. Mais ici vous confondez deux choses: l'obligation d'utiliser webkit ou IE a son époque car il n'y a pas d'autres possibilité, et avoir le choix d'utiliser ce que vous voulez car in fine il n'y a pas de grosses différences.

Et au passage, même si je ne l'utilise pas, Chrome est un excellent navigateur, avec beaucoup de retrocompatibilité (bien plus que Safari par exemple). Pas une immonde bouse qui perverti le net comme l'était IE.

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Mais ici vous confondez deux choses: l'obligation d'utiliser webkit ou IE"

Le consommateur lambda se fiche totalement de ça: c’est le rouleau compresseur marketing de Google qui a imposé Chrome, pas la technologie.

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit:

Ah ben oui je suis con. Un navigateur qui n'affiche pas correctement les pages (comme me le fait Safari parce que pas mis à jour) n'a strictement rien à voir avec son utilisation ou non. D'avoir ou pas accès à certaines extensions n'a strictement rien à voir aussi.

La preuve que ce que vous dites est en partie du gros Bullshit: la disparition d'IE. Si on vous suit, JAMAIS IE n'aurait disparu... Car les consommateur était tous sous IE et ils l'ont tous quitté. Pourtant, d'un oint de vue puissance marketing Microsoft n'a strictement rien à envier à Google.

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Si on vous suit, JAMAIS IE n'aurait disparu..."

Non, si on ne comprend pas mes propos 😎

IE était condamné car MS ne comprenait pas réellement le changement de paradigme et essayer maladroitement de le brider, il n’y avait ni vision, ni réelle stratégie.

Un acteur tel Google qui avait toute les raisons stratégiques et tactique de mettre réellement les moyens pour conquérir le marché ne pouvait que réussir quoi que fasse MS.

Nous sommes face à des enjeux business et non tech ici.

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit:

Vous oubliez une chose: C'est que IE s'est pété la gueule le jour ou les politiques ont mis un holà. Et pas du tout le jour ou Google est arrivé avec Chrome. Rien à voir avec une vision stratégique ou autre. Ils n'ont pas su s'adapter aux contraintes que leurs ont imposé les politiques, mais ça c'est subsidiaire à la décision politique. Si les politiques ne s'en était pas mêlé, Apple aurait coulé, le marché de la téléphonie serait tout ATT et le net ne fonctionnerait que sous IE.

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Vous oubliez une chose: C'est que IE s'est pété la gueule le jour ou les politiques ont mis un holà"

Vision très réductrice de la chaîne de causalité.

Tu confonds comme souvent corrélation et causalité 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"coulé, le marché de la téléphonie serait tout ATT"

Cas fort différent: le dementellement d’AT&T est un enjeu de marché intérieur et sur cela la politique anti-trust fonctionne encore comme l’a montré encore récemment le dementellement du cartel du livre auquel Apple participait.

Sur IBM et MS, le politique a clairement baissé son froc et les évolutions des positions de ces entreprises dans le business sont le fruit d’évolution de paradigme business nullement d’actions politiques.

pour finir l’analyse de la création des baby-bell est loin d’être aussi bénéfique que certains ne le fantasmaient et le marché US des Telecom est bien loin d’être un Eldorado pour les consommateurs.

Et je ne parle même pas du massacre de Lucent et des merveilles qui étaient issues des Bell Labs.

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

"Apple aurait coulé"

Là encore la vision un peu légendaire d’un MS sauvant Apple sous la contraintes des politiques.

C’est un peu plus compliqué que cette trivialité.

avatar YetOneOtherGit | 

@debione

Un célèbre papier de Greenspan qui met de façon intéressante en perspective la vision des lois anti-trust issue du XIX° siècle

http://www.polyconomics.com/ssu/ssu-980612.htm

The world of antitrust is reminiscent of Alice's Wonderland: everything seemingly is, yet apparently isn't, simultaneously. It is a world in which competition is lauded as the basic axiom and guiding principle, yet "too much" competition is condemned as "cutthroat." It is a world in which actions designed to limit competition are branded as criminal when taken by businessmen, yet praised as "enlightened" when initiated by the government. It is a world in which the law is so vague that businessmen have no way of knowing whether specific actions will be declared illegal until they hear the judge's verdict — after the fact.

In view of the confusion, contradictions, and legalistic hairsplitting which characterize the realm of antitrust, I submit that the entire antitrust system must be opened for review. It is necessary to ascertain and to estimate: (a) the historical roots of the antitrust laws, and (b) the economic theories upon which these laws were based.

../..

To sum up: The entire structure of antitrust statutes in this country is a jumble of economic irrationality and ignorance. It is the product: (a) of a gross misinterpretation of history, and (b) of rather naive, and certainly unrealistic, economic theories.

.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR