Compositor rédige des documents LaTeX sans montrer le code

Nicolas Furno |

Dans certains domaines, notamment universitaires et scientifiques, rédiger avec LaTeX reste un passage obligé. Ce langage permet de mettre en page des documents qui peuvent être très longs et qui sont toujours très bien structurés. Il excelle également pour écrire des équations et autres notations scientifiques, mais il a un défaut : il nécessite d’apprendre un langage et il n’est pas très agréable à utiliser.

Compositor est un nouvel éditeur LaTeX pour macOS qui a la particularité d’être WISWYG (What You See Is What You Get). Il se présente ainsi comme un éditeur de texte lambda, mais il est basé sur LaTeX et génère des documents LaTeX. D’ailleurs, il fonctionne directement avec des fichiers .tex et n’importe pas un autre format propriétaire.

Compositor en action. Cliquer pour agrandir

L’avantage de cette approche, c’est qu’elle est plus immédiate. Vous pouvez cliquer n’importe où et changer un élément, y compris dans les en-têtes générées automatiquement. Compositor simplifie aussi l’utilisation de certains éléments plus complexes, comme les équations ou les images. Autre avantage, il ne nécessite aucune compilation du code source pour avoir un aperçu dans un deuxième temps. On peut aussi accéder à n’importe quelle section du document via la barre latérale à gauche.

Des avantages, mais aussi quelques inconvénients à noter, au moins dans la version actuelle qui n’est qu’une bêta. Pour commencer, Compositor est encore assez lent et il a tendance à monopoliser un petit peu trop le processeur, même pour taper du texte. Par ailleurs, le logiciel ne sait pas gérer les lettres accentuées pour le moment, ce qui est problématique pour écrire en français. Il reste aussi de nombreux bugs à corriger et des fonctions à ajouter, mais on ne peut pas en tenir rigueur pour une bêta.

Il reste encore du travail pour faire de Compositor une solution viable, mais c’est prometteur. Si vous rédigez des documents en LaTeX, vous pouvez essayer la bêta et l’essayer sans limite pendant trois mois. Passé ce délai, une licence est nécessaire, mais elle est vendue à moitié prix tant que la version finale n’est pas sortie : 9 € au lieu de 18. Ajoutons qu’il s’agit d’une licence à vie, avec toutes les futures mises à jour sans supplément.

À ce jour, le créateur de Compositor prévoit sa version finalisée pour le mois d’octobre. L’actuelle nécessite macOS 10.11 au minimum et l’interface n’est pas traduite en français.


avatar Oups | 

Lyx à condition d'avoir une distribution mactex déjà installées. Gratuit et fonctionnel.

avatar iGeek07 | 

@Oups

Le gros problème de Lyx c'est qu'il a son format propre, et que dès qu'on connaît la commande LaTeX et qu'on ne veut pas aller chercher la fonctionnalité dans les menus, on va insérer un bloc de code qui ne sera pas interprété dans la fenêtre de Lyx, en gros il ne sait faire que dans un sens : Lyx -> LaTeX -> version compilée.

Sinon c'est vrai que c'est pas mal (surtout pour les tableaux ^^)

avatar Azergoth | 

@Oups

Je confirme! LyX est top et permet de rajouter du code!
Parfait pour qui ne veut pas se plonger dans du full code mais veut garder le contrôle si nécessaire! ?

avatar ovea | 

Une version iOS ?

avatar Jean-Jacques Cortes | 

Je n'ai jamais eu à utiliser Latex, mais à part pour gérer des formules mathématiques, je ne vois pas l'utilité de la chose. En imprimerie, on utilise XPress ou InDesign pour mettre en forme les textes.

avatar iGeek07 | 

@Jean-Jacques Cortes

L'intérêt est de ne pas avoir à micromanager la mise en page d'un contenu. On spécifie comment on veut que les choses soient mise en place (où on laisse celle par défaut) et après on se concentre sur le texte, le contenu.
C'est très pratique pour avoir de longs documents formatés correctement et propres (avec des espacements consistants etc) : thèses, papiers.

Et un autre avantage est que c'est du code (plain text) donc plus facile à versioner avec des outils comme git. Je trouve aussi ça pratique quand on doit travailler à plusieurs sur un gros document, le boulot de la personne qui doit tout mettre ensemble est minimale puisque la mise en page est standardisée par définition.

avatar C1rc3@0rc | 

@iGeek07

Je sais pas quel est le metier de @Jean-Jacques Cortes, mais ce qu'il exprime c'est le point de vu d'un graphiste ou d'un imprimeur qui n'a pas a faire avec les publications scientifiques ou techniques.
Les imprimeurs et graphistes travaillent avec les outils Adobe et Xpress, et ils ont l'habitude de devoir formater les documents, souvent du word, avec Indesign.

Ceci dit, LaTeX est adapté a tout ce qui doit etre imprimé des que c'est pas du flyer ou de l'affiche. En gros que ce soit du texte, scientifique, mathematique, litteraire, LaTeX est fantastique. Pour les tableaux, c'est un peu plus ardu, et pour les oeuvres graphiques on ira plutot sur Indesign.
Sinon, pour l'ecriture de long documents comme des brevets, documents techniques d’ingénieurie, des doc d'utilisation, notices,... LaTeX est aussi tres adapté mais on trouve un autre outil genial, mais uniquement sur Windows et Unix: FrameMaker, qui lui est un regal pour les tableaux complexes.

Un des gros probleme avec la publication de long document, c'est qu'il faudrait enseigner a ceux qui vont les produire qu'il faut passer pas 2 phases distinctes:
- l'ecriture (composition)
- le formatage (mise en page)

LaTeX a exactement cette approche. A part une lettre d'une page ou 2 il ne faut pas se lancer dans la redaction en LaTeX directement. On commence par construire le contenu, sans s'occuper de la mise en page. Et ensuite, une fois que le texte et les illustrations sont au points on passe a la mise en page, qui avec LaTeX va tres vite (balisage simple)

avatar bobdu87 | 

Et bien mon cher Jean jacque, vous semblez ne pas savoir que bien des éditeurs, par exemple pour les romans, rémunèrent mieux les auteurs qui fournissent leur bouquin en .tex. L'avantage est qu'il n'y à aucune mise en page a faire quelque soit le format de sortie...

Et dans le milieu scientifique, c'est un passage obligatoire...

avatar occam | 

@Jean-Jacques Cortes

« En imprimerie, on utilise XPress ou InDesign pour mettre en forme les textes. »

Comme on dit en anglais : you wish.

Je viens de télécharger depuis midi trois articles de arxiv.org, le plus grand serveur d'articles scientifiques du monde.
Trois, c'est une bonne moyenne pour une demi-journée sur arxiv.org.
Format : gzipped TeX et PDF.

À l'heure où j'écris, arxiv.org héberge 1 280 643 e-prints Open Access en physique, mathématiques, informatique, biologie quantitative, statistique et économétrie.
Actuellement, la croissance est de 8000 à 11000 articles par mois.
Format de lecture : PDF. Format de source : gzipped TeX, exceptionnellement Postscript, encore plus exceptionnellement DVI ou HTML. (Il existe des outils de conversion pour ces derniers.)

Vous n'iriez pas bien loin avec une source en InDesign ou Quark XPress dans le monde des publications scientifiques. À minima, il faudrait fournir le tout en PS.

avatar zoubi2 | 

Exact, surtout en maths, physique,... sciences dures. Les éditeurs de journaux scientifiques exigent depuis longtemps des manuscrits quasiment prêts à être publiés. Faut pas déconner, non ? Les auteurs (en fait leurs labos) doivent payer pour être publiés, les "referees" (qui donnent leur avis avant publication) le font gratos, les éditeurs ne vont pas en plus s'emmerder à faire de la mise en page, non ? Le racket de la publication scientifique est un véritable scandale et coûte la peau du dos au contribuable, mais personne ne voit comment y couper (sauf les physiciens/matheux qui sont apparemment moins cons que la moyenne... mais plus informatisés).

Ceci dit, ce genre d'appli est certainement bienvenu dans le monde des sciences plus molles.

avatar 7X | 

Étonnement du béotien : on en est encore à taper du code pour faire de la mise en page ! Quand on voit les prouesses des applications graphiques, je suis très étonné. Heureusement que Photoshop est WISWYG.
Il y a très long temps j'ai lu un article du Monde du Libre vantant la construction de diaporama par lignes de code. Je n'ai jamais essayé.

avatar DarthThauron | 

@7X
Oui mais LaTeX est hyper modulable. Lorsque l'outil est maîtrisé, son usage fait gagner énormément de temps et la mise en page, travaillée en amont, est automatique. C'est une autre philosophie. Si cet outil était si dépassé, plus personne n'en parlerait. Il est tellement modulable qu'il est utilisé en égyptologie, langues anciennes etc... Il a été pensé à la base pour que de vieux documents restent compilables, afin de préserver les sources de l'evolution des technologies. Je be suis pas sûr que tous les logiciels wysiwyg n'ont pas cette capacité, surtout si ce sont des produit Microsoft ou Apple.

avatar pat3 | 

@DarthThauron

"i cet outil était si dépassé, plus personne n'en parlerait. Il est tellement modulable qu'il est utilisé en égyptologie, langues anciennes etc.."

Si je ne m'abuse, c'est sa prise en charge précoce de l'unicode (bien avant le Mac, a l'époque d'OS7 qui ne supportait que l'ISO latin), permettant d'écrire les signes diacritiques des langues anciennes, qui l'a fait adopter par les égyptologues et autres dechireurs du sanscrit.
Ça n'empêche pas sa modularité.

avatar DarthThauron | 

@pat3

Unicode précoce dans LaTeX ? Il a été conçu à la base pour l'ASCII 128 et donc ne supportait pas les caractères de code inférieur ou égal à 127. L'extension du codage a mis un certain temps. Reprends les sources de LaTeX sur Les diacritiques... \'e pour un é... c'est ce qu'il fallait encore taper à la fin des années 90 pour un source Plain TeX ou LaTeX (a moins de créer un fichier avec une table de correspondance. C'est surtout LaTeX 2e qui a étendu aux différents formats de codage.

avatar bobdu87 | 

Lol, je vais m'acheter Xpress ou Indesign pour rédiger ma thèse... alors que tex est gratuit avec un format libre et pérenne dans le temps... et ça marche sous linux, windows et OS X...

avatar Ipadivore | 

Un conseil ... pour ta thèse : FUIR Word !

avatar C1rc3@0rc | 

Bon conseil, meme si une bonne partie des thesards suent sang et eau avec Word.

Sur Mac on peut conseiller Mellel et Nisus, en plus de tout l'arsenal TeX.

A ce sujet, LaTeX, il faut faire une clean install de MacTeX et pas essayer d'upgrader depuis une version precedente, surtout si on a MacOS 10.12 ou ulterieur.

A noter aussi que LaTeX a un autre avantage en plus de sa simplicité, sa puissance, son efficacité, sa perenité, son universablité, le nombre de modeles de formatage officiels disponible auprés des editeurs qui garantissent que la publication sera pas rejeté a cause de sa mise en page,... il y a tout un ensemble d'outils d'edition et de recherche qui sont associés a LaTeX et qui vont du gestionnaire de reference, au correcteur et outil d'analyse.

Bref entre passer des jours et des mois a apprendre les subtilités du formatage dans Word ou Indesign, em s'arrachant les cheveux parce que le truc qui marchait hier ne fonctionne plus aujourd'hui, sachant en plus que dans le temps ce formatage n'est pas stable, depend d'un format de fichier proprietaire, que changer de plateforme (OS) garantit de la souffrance et des bug, que Word existe que sur Mac et Windows, pas sur Unix,... et passer un peu moins de temps pour apprendre LaTeX en ayant la garantie que cet apprentissage vaut pour la duree de sa vie pro... comment dire.

En plus LaTeX c'est un langage de balisage, comme HTML, mais en plus simple.

avatar pat3 | 

@C1rc3@0rc

"A noter aussi que LaTeX a un autre avantage en plus de sa simplicité, sa puissance, son efficacité, sa perenité, son universablité, "

Simplicité, je m'inscris en faux. Latex est tout saufs simple à prendre en main. Markdownest simple à prendre en main, Latex, non.

"Bref entre passer des jours et des mois a apprendre les subtilités du formatage dans Word ou Indesign,"

Vœu pieux, pétition de principe.
On apprend aujourd'hui à se service d'un traitement de texte wysiwyg à l'école (au collège, plus exactement), les interfaces des principaux CMS sont en wysiwyg (tyniMCE, la plupart du temps). On n'apprend pas Latex, la séparation du contenu et de la mise en forme, on n'apprend même pas les feuilles de style avant le C2i (1ère année universitaire). Et dans l'édition en sciences humaines, c'est l'éditeur qui demande i e feuille de style Word (par dépit, sans doute, après maints essais infructueux?).
Donc c'est apprendre petit à petit à taper un texte acceptable dans une interface wysiwyg VS se coltiner tout seul l'apprentissage d'un langage de programmation orienté édition de texte (à moins d'attendre d'être en fac de sciences, physique, math, ou en thèse de langues anciennes / d'histoire).
Latex ne vient qu'avec l'obligation de l'utiliser.

"em s'arrachant les cheveux parce que le truc qui marchait hier ne fonctionne plus aujourd'hui"

Tout à fait d'accord sur l'arrachage de cheveux :-) et Word est, ama connaissance et pou mon expérience, le pire des arracheurs de cheveux.

"En plus LaTeX c'est un langage de balisage, comme HTML, mais en plus simple."

Euh… ça depend pour qui. Jamais réussis à intégrer Latex (mais aussi : jamais eu besoin), alors que les bases du traitement de texte en HTML s'apprennent en une heure.
J'ai toujours entendu les Latexiens dire que Latex était simple… juste avant d'entrer dans des discussions bizantines sur la distribution à installer et les modules indispensables :-)

avatar ovea | 

Le problème n'est pas d'écrire du code,
le problème c'est la généralisation
dans les éditeurs de texte,
de la langue mathématiques,
avec ses symboles
et ses positionnements de caractères
plus étendus que toutes les autres langues.

avatar PiRMeZuR | 

Intéressant si c'est vraiment possible d'éditer rapidement une équation ou un tableau dans un document comme on le veut.

En revanche, l'argument de la complexité de LaTeX est un peu court. D'abord, ce n'est pas un langage de programmation, on n'y insère pas de logique à interpréter mais uniquement des balises pour indiquer au compilateur le type du contenu. Ensuite, c'est moins visuel mais c'est probablement bien plus simple à utiliser que Word ou InDesign à résultat égal. N'importe qui ayant besoin de LaTeX en aura probablement besoin plus d'une fois donc ça vaut vraiment le coup de passer 30 minutes à s'y familiariser pour produire des documents de qualité sans se prendre la tête ensuite.

avatar Nicolas Furno | 

@PiRMeZuR

Je suis plutôt d‘accord, mais je suis certainement biaisé.

Disons que n‘importe quel éditeur qui n‘est pas WYSIWYG sera considéré comme plus complexe aujourd’hui. Plus complexe même que quelque chose d‘aussi simple comme le Markdown.

C‘est le cas dans tous les domaines et sans doute encore plus pour les traitements de texte où le WYSIWYG est la norme depuis des années déjà.

avatar occam | 

@PiRMeZuR

« D'abord, ce n'est pas un langage de programmation, on n'y insère pas de logique à interpréter mais uniquement des balises pour indiquer au compilateur le type du contenu. »

Je suis obligé d'apporter la contradiction la plus formelle : LaTex, tout comme TeX, est bien un langage de programmation au sens le plus strict.

Pour une démonstration :
http://tug.org/TUGboat/Articles/tb11-3/tb29greene.pdf

LaTeX n'est certainement pas un langage de programmation universel particulièrement efficace, concis, ni même très élégant en dehors de son champ d'application spécifique, mais il possède les qualités requises pour un langage de programmation à part entière.

Il est Turing-complet, il offre l'équivalent de fonctions de recursion partielles, il peut être défini come machine universelle, il permet des fonctions autoréférentielles calculables au sens du théorème de Kleene, etc.

Tout comme, par ailleurs, Postscript (on l'oublie trop souvent).

Ce qui est tout à l'honneur de leurs créateurs respectifs, Don Knuth et John Warnock, qui étaient d'abord des mathématiciens très solides avant de s'intéresser à l'informatique.

avatar lepoulpebaleine | 

@occam

Excellent. Je savais déjà que LaTeX était un «vrai» langage de programmation (même si on ne l'utilise pas vraiment pour cela).
Mais l'exemple de l'interpréteur BaSiX est une découverte et une confirmation pour moi.

Complètement inutile pour mon travail. En revanche pour briller lors des dîners en ville c'est parfait ! Enfin, cela dépend du public... Pour certains LaTeX est un truc SM ?

avatar occam | 

@lepoulpebaleine

« Complètement inutile pour mon travail. »

Dîners en ville à part (les vôtres semblent bien plus passionnants que les miens...), je suis d'accord que l'incidence pratique est minuscule.

Mais toutes les fois que je plonge dans TeX, je trouve très rassurant de savoir que Knuth (comme Warnock plus tard) a été en mesure de créer un langage Turing-complet pour un domaine d'application qui, a priori, n'en demandait pas tant.

Cela me rassure quant à la teneur et à la consistance du langage vis-à-vis des formulations plus complexes.
Cela me rassure aussi quant à l'avenir : tant l'extension du langage que le portage vers un éventuel successeur doivent répondre à des critères fonctionnels précis, et la structure du langage suggère la manière de sa propre émulation.

avatar youy | 

Y a-t-il un éditeur latex wysiwyg libre et gratuit Windows ou mac ?

avatar Kappy | 

Lyx

avatar ovea | 

La seul différence entre TᴇX et PostScript pour le calcul serait, sauf erreur, les calculs
sur des rationnels pour TeX et
sur des nombres flottant pour PostScript.

Et puis forcément ? PostScript fonctionne
exactement comme TᴇX,
mais c'est un Produit Commercial.

On peut dire ce qu'on veut de TᴇX
dans le milieu pré-press
adoubé à PostScroptum,
mais TᴇX est une merveille,
fondatrice de toute l'industrie de l'imprimerie.
TᴇX est LE LANGAGE de mise en page par excellence.

avatar occam | 

@ovea

« adoubé à PostScroptum »

Post-Scrotum, vous voulez dire ? ?
Votre subconscient est en train de vous jouer des tours !
Avec @ lepoulpebaleine qui signale plus haut que « pour certains LaTeX est un truc SM », on est en train de donner l'impression que les langages de mise en page sont non seulement jouissifs, mais aussi un tantinet lubriques.

TᴇX&Drugs&Rock&Roll, on dirait.

(Et les choses ne s'arrangent pas quand on sait que “&” désigne l'opérateur bitwise AND dans certains langages.)

avatar Ipadivore | 

Testé, direction poubelle !

C'est bon pour du document basique, pas pour un document étoffé et structuré.

avatar zoubi2 | 

@lpadivore

Alors là... Dans le genre n'importe quoi vous avez la médaille d'or !!!

avatar Ipadivore | 

Ah bon ?

J'ai testé avec 3 poly de cours, et 2 thèses de doctorat ...
Ne reconnait pas \include{} ... c'est donc rédhibitoire pour mon utilisation.
et j'obtiens de manière récurrente : "Your document may be using a package that's unknown to Compositor,". Cela fait 20 ans que je rédige en LaTeX avec 3 ouvrages publiés et une bonne cinquantaine d'articles scientifiques dans des journaux nationaux ou internationaux.

C'est comme les équations LateX dans Pages, c'est trop basique pour une utilisation avancée

avatar zoubi2 | 

@lpadivore

Au temps pour moi. Je pensais que vous parliez de LaTeX en général. D'où mon irritation.

Pour ce qui concerne Compositor, je ne sais pas.

Salut et fraternité.

avatar Nicolas Furno | 

@Ipadivore

On peut importer des composants supplémentaires, les explications sont sur le site.

Cela dit, l’app était déjà lente pendant mes essais avec deux pages. Il y a un sacré travail d’optimisation à faire et je sais pas trop si on aura quelque chose de vraiment bien en octobre. Surtout quand on sait que l’unique développeur travaille dessus depuis deux ans… ?

avatar Oups | 

Donc ... lyx ;-)

avatar Mr. THZ | 

Devant utiliser la LaTeX quotidiennement, je vais me pencher sur ce logiciel !
De toute façon, ça sera toujours mieux que Overleaf ou ShareLaTeX ;)

avatar mazarie | 

J'utilise latex quotidiennement dans un flux markdown > pandoc > xelatex > PDF ou HTML. C'est d'une facilité déconcertante et permet de produire tout texte (lettre, compte-rendu...) à partir d'un simple fichier texte écrit en markdown dans sublime text d'une grande qualité typographique avec commentaires en marge, notes en pied de page. Vive LaTeX ! Du coup je ne suis pas trop intéressé par cette application mais elle a le mérite d'exister et pour des taches simples d'utiliser Latex. Il y a aussi ShareLatex

avatar DarthThauron | 

La distribution la plus universelle est TeXLive, dont MacTeX est une émanation. La TeXLive 2017 s'installe sur d'anciennes versions de Mac OS X, ce qui n'est pas le cas de MacTeX...
TeXLive se met à jour par une ligne de commande et peut donc être automatisée. Mes anciens fichiers sur Mac créés avec Texshop et MacTeX se compilent très bien sur Linux Mint avec TeXLive 2017 et TeXmaker...
TeXLive est la plus universelle...

En septembre 2000, j'étais parvenu à installer LaTeX sur Mac OS X public bêta... Ce qui m'avait convaincu dun certain intérêt pour le nouvel Unix d'Apple. La fermeture de plus en plus patente de la plateforme me fait l'abandonner définitivement.

CONNEXION UTILISATEUR