iA Writer 6 crée des liens entre tous vos fichiers Markdown

Nicolas Furno |

iA Writer (49,99 €) reçoit une mise à jour majeure, c’est même la plus grosse depuis la sortie de la toute première version de l’éditeur de texte en 2010 d’après ses concepteurs. De fait, après quasiment deux ans de développement, la liste de nouveautés est longue comme le bras et les changements sont conséquents. Le plus gros est sans aucun doute l’ajout des « wikilinks », des liens internes qui relient deux fichiers indexés par l’app. Un wikilink est créé en saisissant deux crochets et l’auto-complétion s’active alors pour suggérer le nom de l’un des fichiers stockés dans la bibliothèque.

Création d’un nouveau lien interne, avec les lasers et surtout l’auto-complétion qui suggère tous les fichiers dont le nom correspond à ce que vous saisissez.

Une fois un lien établi, on peut cliquer dessus pour afficher le fichier correspondant. Cette fonction s’inspire des « wikis », le plus connu étant Wikipédia bien entendu, car elle permet d’organiser des connaissances de façon interactive. Vous cliquez sur un lien pour passer d’un fichier à l’autre et l’interface a gagné un historique de navigation qui permet de revenir aux fichiers précédents, comme dans un navigateur web. Les wikilinks sont actifs directement dans l’aperçu et peuvent aussi être suivis en utilisant la touche lors d’un clic ou en utilisant le raccourci clavier ⌘↩︎ quand le lien est sélectionné.

iA Writer n’est pas la première app à adopter cette méthode d’organisation du contenu, on pense notamment au gestionnaire de notes Obsidian qui a fait de ces connexions entre éléments son élément central. L’éditeur de texte spécialisé dans le Markdown ne va pas aussi loin, mais cela reste un ajout très puissant, qui permet d’envisager d’utiliser l’app en guise de gestionnaire de notes ou de gestionnaire de connaissances de manière plus large. D’ailleurs, vous pouvez même créer un nouveau lien sans ajouter de fichier en amont et l’app se chargera de le générer à votre place.

Dans cette vidéo, je clique sur un wikilink, ce qui ouvre un fichier différent dans la bibliothèque, puis je reviens au fichier original grâce à la barre de navigation en haut de l’interface.

Cette nouveauté majeure n’intéressera pas tous les utilisateurs de l’app, mais elle peut être entièrement ignorée si vous ne cherchez qu’un simple éditeur Markdown, qui était la position d’iA Writer à l’origine. La liste des changements est encore longue et les autres nouveautés vous intéresseront peut-être davantage. Si les améliorations pour les mots-clés qui sont insérés avec le # de Twitter et qui sont désormais suggérés en fonction de ceux que vous aviez saisis concernent encore plutôt la prise de note, vous apprécierez peut-être la meilleure gestion des métadonnées, avec la possibilité d’exploiter leur contenu dans un document.

Sur le plan visuel, les tâches Markdown terminées sont désormais estompées et rayées et on peut choisir la couleur de surlignage préférée. L’éditeur a été revu, notamment pour insérer ou retirer automatiquement quelques éléments typographiques, dont les parenthèses, crochets et autres accolades. Comme toujours avec iA Writer, un soin particulier a été apporté à cette fonction et il est notamment très simple d’ajouter des parenthèses autour d’un texte, en le sélectionnant puis en utilisant la touche de clavier correspondante.

Utilisation des métadonnées sur un iPad : les informations saisies en tête du fichier, entre les séries de tirets en haut à gauche, peuvent être utilisées comme variables dans le document final, comme le montre l’aperçu à droite. La possibilité d’avoir cet aperçu en parallèle du texte est une autre nouveauté d’iA Writer 6, spécifique à l’iPad.

Plusieurs autres options ont été ajustées dans l’éditeur de texte, avec notamment des raccourcis clavier modifiés ou encore l’arrêt de toutes les assistances du système (vérifications orthographiques, auto-correction et autre ponctuation intelligente) dans les blocs de code. Sur les appareils mobiles, iA Writer 6 ajoute aussi un tout nouveau menu éclair qui remplace l’ancien mécanisme pour saisir des tâches, passer du texte en gras ou italique, insérer un titre, etc. Ce menu est personnalisable, vous pouvez y placer les commandes qui vous sont utiles.

Sur iPadOS, iA Writer 6 récupère aussi une fonction présente dans l’app macOS depuis des années : l’aperçu en vue scindée, avec l’éditeur de texte ouvert à gauche et l’aperçu à droite. Par défaut, les deux vues synchronisent leur position, mais vous pouvez désactiver cette synchronisation dans les préférences internes de l’app. Toutes les autres nouveautés de l’app, dont l’ajout des wikilinks, sont aussi compatibles avec les iPhone et iPad.

Quelques nouveautés d’iA Writer 6 affichées sur un iPhone, dont le nouveau menu éclair à droite.

iA Writer 6 est une mise à jour gratuite pour tous ceux qui avaient acheté l’app auparavant et ses concepteurs n’ont pas cédé à la tentation des abonnements. L’éditeur de texte est vendu uniquement sur l’App Store, sous la forme d’un achat unique et final, avec un tarif de 50 € pour le Mac et aussi 50 € pour l’iPhone et iPad. C’est 20 € de plus qu’avant pour chaque app et à 100 € les deux, ce n’est pas donné, mais encore une fois, c’est une licence finale et non un abonnement.

Les deux versions sont traduites en français et elles nécessitent iOS 12 et macOS 10.11 au minimum. Une version de démonstration est proposée sur le site officiel : valable pendant 14 jours, elle est toutefois réservée aux Mac.


avatar powergeek | 

Bien vu la mise à jour gratuite 👍

avatar mateodu13 | 

Petite question d’un néophyte : que signifie l’expression - ou le mot "Markdown" dans un français intelligible pour n’importe qui ?

avatar stefhan | 

@mateodu13

« Markdown est un langage de balisage léger créé en 2004 par John Gruber avec l'aide d'Aaron Swartz. Il a été créé dans le but d'offrir une syntaxe facile à lire et à écrire. Un document balisé par Markdown peut être lu en l'état sans donner l’impression d'avoir été balisé ou formaté par des instructions particulières. » Source Wikipédia

Des exemples :
https://www.ionos.fr/digitalguide/sites-internet/developpement-web/markdown/

avatar mateodu13 | 

@stefhan

Merci j’ai compris avec le liens qui est plus explicite pour un petit cerveau comme le miens.

Je m’aperçois que je connais ce système de mise en page de textes bruts avec des balises depuis près de 13 ans.
Il est utilisé sur les forum internet pour la mise en page des textes publiés (avec ou sans images stockées sur un site internet distant, vidéos avec une intégration des liens YouTube, GIF avec une intégration des balises GIPHY par ex, etc).

https://www.forumactif.com/phpbb

avatar marc_os | 

@ mateodu13

> Il est utilisé sur les forum internet pour la mise en page des textes publiés

Mais pas ici.
Le markdown, c'est le retour aux principes des logiciels de traitements de texte sur PC sous MSDOS ou similaire (sans interface graphique) et que j'ai découverts en 1984*.
Une avancée significative ! 🙃

(*) Cette même année, la modernité arrivait avec MS-Word pour Macintosh. Où on avait aussi SimpleText. 😉

avatar iPop | 

@marc_os

Jamais trop compris pourquoi Apple changea SimpleText en TextEdit.

avatar pat3 | 

@marc_os

"Une avancée significative ! 🙃
(*) Cette même année, la modernité arrivait avec MS-Word pour Macintosh."

C’est vrai que le choix du wysiwyg était à faire à l’époque pour démocratiser l’informatique ; mais il s’est fait au détriment d’une connaissance de la machine réduite aux représentations de ses interfaces.

avatar mateodu13 | 

@marc_os

MS-DOS j’ai connu également. Pas en 84 (j’avais 7 ans) mais pas beaucoup plus tard puisque j’ai connu également la révolution Windows 95.

avatar marc_os | 

@ stefhan

Extrait de l'article que vous citez :
Pour mettre en forme le texte, Markdown utilise des éléments intuitifs. Dans ce cas, même le texte accompagné de ses balises sera assez facile à comprendre pour les hommes.

iA Writer est la preuve que l'objectif n'a pas été atteint.
Car sans éditeur dédié...

« Markdown utilise des éléments intuitifs » 😳
Je serais curieux de savoir combien de personnes ici savent à quoi sert la balise "accent grave" `autour` d'un bout de texte.
Quant au "double accent grave" ``... là présentement je sais juste que ça existe. Enfin je crois.

avatar pat3 | 

@marc_os

Intuitif non, lisible par un humain oui, compréhensible en 1/2h et convertible de texte à diaporama et de diaporama à mindmap en un clic avec le logiciel dédié. Et pour de fichiers de quelques ko.

Le seul vrai problème du Markdown c’est la gestion des images, qui reste tributaire de l’emplacement des fichiers.

Mais dans un workflow d’écuyer pour le web, c’est extrêmement pratique.

avatar iPop | 

@pat3

Le Markdown prend sa source dans le balisage typographique de base de la machine à écrire. Oui il est intuitif : souligner les titres, mettre des tirets pour une liste, etc.
Son texte est lisible par n’importe quel éditeur, même sans rendu.
D’autre versions l’on complexifié pour des instructions HTML, le Hashtag pour les titres, l’incorporation d’images ou de liens, etc…

avatar pat3 | 

@iPop

"D’autre versions l’on complexifié pour des instructions HTML, le Hashtag pour les titres, l’incorporation d’images ou de liens, etc…"

Le hashtag pour les titres, c’est déjà dans la version 1. De Grüber et Schwarz. Les complexifications apportées par là multimarkdown et par le Common mark ont été appportées pour réduire les ambiguïtés du markdown originel.
Quand tu dis que le Markdown est intuitif, moi je dis qu’il a une courbe d’apprentissage courte. On est d’accord, c’est assez facile à apprendre… mais ça n’empêche pas qu’il faut l’apprendre, et selon d’où on part, ça peut prendre plus ou moins de temps.

avatar Nicolas Furno | 

@marc_os

> Je serais curieux de savoir combien de personnes ici savent à quoi sert la balise "accent grave" `autour` d'un bout de texte.

Ben tous ceux qui connaissent le Markdown… 🤷‍♂️

Je comprends pas trop l'argument, c'est un langage informatique qui nécessite un apprentissage comme tous les autres, sauf que la syntaxe tient sur une feuille A4 donc l'apprentissage est rapide. Donc oui, je sais à quoi servent les `autour du texte, c'est pour insérer du code, car je les utilise tous les jours. Quelqu'un qui n'utilisera jamais la syntaxe Markdown ne le saura pas, oui… et alors ?

avatar occam | 

@nicolasf

Passant en revue les fichiers (.md [!]) qui témoignent de mes échanges passés avec notre camarade @marc_os, il me semble qu’il est fondamentalement un apôtre du WYSIWYG, et que donc aucun formatage se basant uniquement sur des balises explicites ne saurait le satisfaire.

Ce qui pose la question de l’engin typographique rendant instantanément le formatage, ainsi que de sa dépendance au contexte et au substrat OS. C’est précisément cette dépendance que les « Markup Languages » — dont HTML est devenu le plus répandu, et Markdown le subset le plus svelte — entreprennent de réduire au niveau de l’écriture, en introduisant une couche intermédiaire de balisage explicite, indépendante de l’environnement.

(N’oublions pas que Markdown est un pun typiquement grubérien par rapport au MarkUP.)

Le problème conceptuel est exemplifié par cette objection de notre ami : « Car sans éditeur dédié… »
Objection compréhensible mais inexacte, car le Markdown peut s’écrire sur pratiquement n’importe quel éditeur de texte, même le plus rudimentaire. Seul le rendu formaté peut venir à manquer ; or nous sommes obligés de constater que les plug-ins à vocation de « Markdown Reader » pour à peu près tous les éditeurs de texte modulaires, toutes plate-formes confondues, sont désormais pléthoriques. De même pour les navigateurs.
Pour se trouver en situation d’impossibilité de visualiser le formatage Markdown, il faut vraiment le vouloir, et le chercher.

avatar Nicolas Furno | 

@occam

Tout à fait, le plus gros avantage du Markdown c’est qu’on peut se contenter de TextEdit. D’ailleurs, Gruber n’utilise que BBEdit et même si l’éditeur intègre sûrement des outils pour simplifier la saisie, il me semble qu’il est toujours en mode « manuel ».

J’aime autant avoir les raccourcis clavier d’iA Writer pour éviter d’avoir à taper tous les * [ et autres ` à la main, mais c’est un confort, rien d’indispensable.

avatar iPop | 

@marc_os

Comme je l’ai déjà expliqué, le Markdown fut enrichi de plusieurs versions. L’original prend sa source sur la machine à écrire, c’est simple, facile et clair pour tout le monde.

avatar pat3 | 

@iPop

"Comme je l’ai déjà expliqué, le Markdown fut enrichi de plusieurs versions. L’original prend sa source sur la machine à écrire, c’est simple, facile et clair pour tout le monde."

Pas au dire de son inventeur, qui parlait plutôt du mail comme modèle…

avatar occam | 

> « …ses concepteurs n’ont pas cédé à la tentation des abonnements »

Le tweet lié comporte néanmoins cette phrase fatidique :
« Later this year, we'll offer a buy per platform vs general subscription option. »

À noter que la version Android est déjà offerte avec l’option abo.

avatar Khrys | 

@occam

Le tweet a été supprimé il y a 5 jours. Une erreur de publication ou une prédiction (trop) anticipée?

avatar iPop | 

*tain j’adore cette application !

avatar haenggifab | 

La version 6 est pour le moment disponible sous iOS et IPadOS, mais pas encore sur MAC. Dommage que cette mise à jour ne soit pas synchronisée.

avatar Nicolas Furno | 

@haenggifab

Si si, elle l’est sur macOS. 🤔

avatar haenggifab | 

Chez moi je n’ai que la 5.6 disponible, sur l’Apple Store.

avatar haenggifab | 

J’ai insisté ! Je viens d’avoir IA Writer macOS, version 6 à l’instant.
Merci Nicolas🙏

avatar Nicolas Furno | 

@haenggifab

Ouf ! Parfois l’App Store est un peu capricieux…

avatar iPop | 

@nicolasf

Le mien s’est mit a jour sans crier gare avec la surprise que le clavier à fonctions à disparu 🤯

avatar Nicolas Furno | 

@iPop

C’est remplacé par le nouveau menu éclair si je comprends bien (j’utilise très peu cette fonction).

avatar properso | 

J'ai acheté cette application à sa sortie, ça coutait bien moins cher à l'époque... Franchement, j'aime bien cette appli, elle est devenue un peu plus compliquée mais reste quand même simple et intuitive. Je n'ai jamais eu de bogues avec, tout se synchronise bien avec tous mes appareils...

Est-ce que ça vaut 100 € maintenant ? Si on en a l'utilité, certainement... Si on veut se faire plaisir, aussi, c'est un régal de l'utiliser... Après, si on revient sur terre, si on s'en sert juste comme un traitement de texte, c'est cher...

CONNEXION UTILISATEUR