Sortir Piezo du Mac App Store a aidé Rogue Amoeba

Nicolas Furno |

Il y a tout juste un an, Rogue Amoeba était contraint de retirer Piezo du Mac App Store. Cet utilitaire chargé d’enregistrer le son produit par n’importe quelle app sur le Mac ne pouvait pas s’accommoder des exigences de sandboxing imposées par la boutique et il est désormais vendu exclusivement sur le site de l’éditeur.

Interface principale de Piezo, ici avec la sélection de la source : l’app peut enregistrer le son produit par une autre app, en plus des sources audio habituelles.

Est-ce que ce retrait contraint a eu un effet négatif sur les ventes ? Un an après, l’éditeur fait le point et prouve que c’est l’effet contraire qui s’est produit : alors que Piezo n’a reçu aucune mise à jour majeure et alors que ses concepteurs n’ont pas proposé de mise à jour importante, ses ventes ont a peine diminué et ses revenus ont augmenté. Les clients qui voulaient acheter Piezo n’ont pas été découragé par son absence sur le Mac App Store et ils l’ont acheté sur le site de l’éditeur à la place.

La différence pour Rogue Amoeba, c’est le pourcentage cédé d’un côté et de l’autre : alors qu’il laissait 30 % à Apple sur chaque transaction, les frais en cas de vente sur son site s’élèvent à moins de 10 %. Les ventes s’étant maintenues, les revenus ont logiquement augmenté. Sur chaque licence de Piezo vendue, ses concepteurs ont gagné près de 5 $ en plus par rapport au Mac App Store !

Les ventes de Piezo sont restées stables Cliquer pour agrandir

Cette différence a largement compensé des ventes légèrement plus basses et in fine, Rogue Amoeba ne peut que se féliciter d’être sorti de la boutique mise en place par Apple. L’éditeur va même jusqu’à dire que rester sur le Mac App Store aurait davantage aidé Apple, alors qu’Apple ne les a jamais vraiment aidés à vendre davantage de licences.

Naturellement, cet exemple n’est pas universel et il y a incontestablement des cas où le Mac App Store a aidé un logiciel à se faire connaître. Néanmoins, la boutique n’a pas vraiment évolué depuis son ouverture et les exemples commencent à s’accumuler pour montrer qu’en sortir peut être bénéfique. Récemment, c’est Dash qui vantait ses ventes et revenus en hausse après son éjection de la boutique.

Pour aller plus loin :
avatar Eaglelouk | 

Vu la pub que ça a fait pour Dash c'est normal. C'est plutôt le buzz d'une éjection forcée et soit disant inexpliquée qui a propulsé les ventes.

avatar C1rc3@0rc | 

Je pense que l'impact du "buzz" de ces sorties de l'App Store est tres anecdotique.

Cette categorie d'utilitaires s'adresse a un client tres particulier qui sait exactement ce qu'il cherche, et il est developpeur/ power user/ bidouilleur et a deja une certaine aversion pre-existante pour le Mac App Store et la politique d'Apple qu'll vit de maniere de plus en plus comme contraignante et un étouffement.

Donc ces exemples sont tres specifiques.
La seule chose qu'ils demontrent c'est que l'utilitaire est une categorie qui a un auditoire non negligeable sur MacOS... apres de la a demontrer que c'est un marché vraiment viable c'est une autre histoire.

avatar lamainfroide | 

Si je me base sur mon unique expérience, je suis tout prêt à croire qu'un logiciel ne se trouvant pas sur la Appstore n'a pas moins de chance d'être acheté qu'un logiciel s'y trouvant.
Quand un logiciel m’intéresse, j'ai tendance, en premier lieu, à chercher à l'acquérir via le site du développeur. Il fut un temps où l'Appstore n'existait pas, je ne vois aucune raison de changer mes habitudes maintenant.
C'est totalement différent pour les applications iOS, bien sûr, où obligation est faite d'utiliser l'appstore comme vecteur d'achat.

avatar MacGruber | 

Cette boîte fait de très bons logiciels. 👍🏾

avatar zoubi2 | 

@MacG(ruber) : I am d'accord.

avatar A884126 | 

Je suis heureux pour cet éditeur à qui j'ai acheté plusieurs logiciels et que je suis depuis de nombreuses années.

avatar levincefr | 

Je ne vais jamais sur le mac app store. A chaque fois que je veux une app, elle n'y est pas car elle va soit disant à l'encontre de la philosophie d'Apple.

J'aimerais qu'Apple s'en tienne à ce qu'ils savent bien faire. Des machines (encore que) et le système. Pour le reste, qu'ils laissent faire les pros.

avatar Domsware | 

@levincefr

Tiens, c'est le contraire pour moi. Je passe tout d'abord par l'Apple Store. Comme quoi il en faut pour tous les goûts !

avatar warmac33 | 

un peu dans le même genre, je ne mets jamais les pieds sur le MAS non plus. Si un logiciel n'est pas disponible d'une autre façon, tant pis pour lui il perd un client.

et du coup en ce qui concerne l'appstore... ben j'ai quitté iOs.

avatar jojo5757 | 

J'aimais la facilité du Mac AppStore juqu'au jour où... il ya eu le problème du certificat qui n'avait pas été renouvelé par Apple. Ce jour là je me suis dit que les logiciels du Mac AppStore ne nous appartenaient pas. Il suffit qu'apple désactive (volontairement ou non) le certificat et ça ne fonctionne plus. Ou simplement qu'il n'y ait pas de réseau pour une raison ou une autre. Et je trouve ça hyper dangereux et ça me gêne profondément. L'iPhone c'est la même chose, on y est peut être habitué depuis le début ? Mais sur un ordinateur je ne veux pas être lié/contraint ainsi...

avatar r e m y | 

@jojo5757

Il n'y a pas qu'avec l'AppleStore qu'on n'est pas réellement propriétaire de ses logiciels.
J'en ai fait récemment l'expérience en voulant réinstaller des softs sur un nouvel iMac.
J'avais beau avoir un numero de license en bonne et due forme ainsi que l'installeur des applications, le serveur de validation de license ayant été desactivé par l'éditeur (ou pour certains par le développeur de l'app), je n'ai jamais pu reinstaller ces logiciels...

CONNEXION UTILISATEUR