Tesla : les nouveaux commandements d'Elon Musk

Nicolas Furno |

En 2006, Elon Musk établissait le « Master Plan » de Tesla. Le constructeur automobile avait été fondé trois ans plus tôt, mais à l’époque, il n’avait encore rien sorti sous sa marque. Il n’y avait pas encore de voiture Tesla et pourtant son charismatique cofondateur établissait un plan en trois temps :

  • Créer une voiture de sport ;
  • utiliser l’argent gagné grâce à cette voiture pour en créer une moins chère ;
  • utiliser l’argent gagné avec cette deuxième voiture pour créer un troisième modèle encore moins cher.
Le Roadster, premier véhicule à porter le sigle Tesla.
Le Roadster, premier véhicule à porter le sigle Tesla.

Tesla Motors a suivi ce plan tout au long des dix dernières années, tout en essayant de fournir une source d’énergie propre grâce à l’énergie solaire. Tout d’abord en 2008 avec le Roadster, une voiture de sport électrique conçue avec Lotus et vendue plus de 100 000 $. Un véhicule cher et exclusif, puisque le constructeur en a écoulé à peine plus de 2350 unités pendant toute sa carrière, qui s’est terminée en 2012.

L’argent collecté par ces ventes a servi à lancer en 2012 la Model S, la première voiture vraiment conçue par Tesla et le modèle actuellement le plus vendu. Cette berline familiale reste un véhicule premium, son tarif est plus abordable avec, à sa sortie, une version commercialisée aux États-Unis juste en-dessous des 60 000 $. Son succès n’est plus à démontrer et le constructeur a vendu environ 100 000 exemplaires depuis son lancement, il y a quatre ans.

La Model S, première voiture conçue par Tesla (photo Norsk Elbilforening (CC BY 2.0)
La Model S, première voiture conçue par Tesla (photo Norsk Elbilforening (CC BY 2.0)

Grâce à cet argent, Tesla Motors a investi pour produire la Model 3, une berline qui vise la majorité du marché avec un prix d’appel autour de 35 000 $. Cette voiture n’est pas encore sortie et on ne l’attend pas avant la fin de l’année 2017, mais elle vient conclure le premier plan d’Elon Musk. Il était donc temps d’évoquer la suite, ce que le patron du constructeur vient de faire en publiant un nouvel article sur le blog officiel de l’entreprise.

Que contient ce « Master Plan, Part Deux » (sic) ? À nouveau, les grandes lignes directrices des années à venir sont énoncées autour de quelques axes essentiels. Côté énergie, la fusion récente entre Tesla Motors et Solar City permettra d’offrir aux particuliers une solution clé en main pour collecter l’énergie solaire et la stocker. Cela prendra la forme d’un panneau solaire qui intègre une batterie et Elon Musk promet une installation très simple.

La future Model 3, première voiture « abordable » de Tesla.
La future Model 3, première voiture « abordable » de Tesla.

Du côté des véhicules, le patron de Tesla établit à nouveau un plan en trois temps :

  • Couvrir tous les besoins avec un petit SUV et un pickup, mais aussi un poids-lourd et un bus ;
  • atteindre l’autonomie totale pour tous ces véhicules ;
  • mettre en place un service de partage.

Prenons ces étapes point par point. La première est la plus simple, il s’agit d’exploiter la plateforme et de répondre aux différents besoins du marché. Comme la Model 3 est une version réduite de la Model S, Tesla pourra certainement proposer une déclinaison plus modeste de la Model X, son SUV. Quant au pickup, il peut s’agir d’une version agrandie de la Model X, avec une carrosserie différente.

Proposer un bus et un camion électriques capables de concurrencer les poids-lourds et les cars actuels nécessitera certainement plus de travail. Néanmoins, ces gros véhicules ont aussi moins de contraintes que des voitures individuelles. Un bus, par exemple, s’arrête très souvent et si les arrêts sont correctement équipés, il peut se recharger à chaque fois. Proterra fait déjà tourner des bus électriques outre-Atlantique et il suffit de 10 minutes pour charger complètement un véhicule vide, avec une autonomie maximale qui dépasse les 400 km.

Proterra commercialise déjà des bus électriques aux États-Unis.
Proterra commercialise déjà des bus électriques aux États-Unis.

Les deux autres étapes s’enchaînent logiquement. Les voitures Tesla sont d’ores et déjà partiellement autonomes, mais le constructeur ne s’en est jamais caché, ce n’est qu’un début. D’ailleurs, Elon Musk insiste sur ce point, c’est pour cela que le pilotage automatique des Model S et Model X est qualifié de bêta. La fonction n’est pas encore au point pour une autonomie totale et il faut la considérer comme une assistance de conduite très avancée, plutôt qu’en tant qu’autopilote à proprement parler.

Néanmoins, le futur est très clair de ce côté : l’intelligence artificielle des véhicules va s’améliorer et un jour, une Tesla pourra vraiment conduire toute seule, sans aucune intervention humaine. Elon Musk reste prudent sur la date et prévient qu’il faudra aussi attendre les autorisations légales, ce qui pourrait prendre du temps. D’après lui, il faudra des tests menés sur 10 milliards de kilomètres avant que les législateurs valident cet usage. À titre de comparaison, l’autopilote de Tesla conduit sur environ 5 millions de kilomètres par jour à l’heure actuelle. L’an dernier, il disait qu’il faudrait attendre deux ans, mais il est manifestement moins optimiste.

Il faut dire que l’opinion publique a un petit peu changé suite au premier accident mortel en Tesla, alors que le pilotage automatique était actif. Elon Musk a beau défendre les bons résultats de ses voitures, qui ont connu beaucoup moins d’accidents que les autres, il a beau mettre en avant sur Twitter les bonnes nouvelles (un piéton a été sauvé par l’autopilote d’une Model S à Washington), le fait est que cet accident a rappelé à tous que la fonction n’était pas encore parfaite. Ce rappel retardera-t-il l’arrivée des véhicules complètement autonomes ? Quoi qu’il en soit, Tesla n’a aucune intention d’arrêter et son CEO le confirme à nouveau.

Le pilotage automatique de Tesla est très impressionnant, mais pas suffisant pour ne pas prêter attention à la route.
Le pilotage automatique de Tesla est très impressionnant, mais pas suffisant pour ne pas prêter attention à la route.

Quand les Tesla seront vraiment autonomes, on pourra appeler sa voiture depuis n’importe où et elle viendra nous chercher d’elle-même. On pourra se laisser conduire et faire autre chose, ou alors elle pourra se conduire seule pour chercher quelqu’un. La conclusion est dès lors logique : on pourra partager la voiture plus simplement.

Comme nous le suggérions, la voiture du XXIe siècle sera partagée, et Elon Musk le reconnaît avec deux idées d’implémentation. Dans les villes, le constructeur prévoit de proposer des véhicules que l’on pourra commander pour ses trajets, à la manière d’Uber, mais sans conducteurs. Mais la bonne idée, c’est que n’importe quel propriétaire de Tesla pourra louer son véhicule en participant à un programme de partage commun. Il suffira de s’inscrire sur une app mobile et sa voiture sera proposée à tous les utilisateurs du service.

En fait, le constructeur a déjà prévu cette finalité : les portières de sa Model X s’ouvrent d’elles-mêmes quand son propriétaire approche. Ajoutez l’identification des personnes autorisées par le smartphone et vous obtenez un véhicule parfaitement adapté au partage.

Une Model X, portes ouvertes. Le premier modèle pensé pour le partage ?
Une Model X, portes ouvertes. Le premier modèle pensé pour le partage ?

Cette idée permettra de baisser le prix d’achat d’une Tesla, sachant que la plupart des véhicules particuliers ne sont pas utilisés plus de 5 à 10 % du temps. C’est bien vu pour l’entreprise qui pourra ainsi toujours vendre des voitures, tout en adoptant ce nouveau modèle.


Tags
avatar florian1003 | 

@elbibou :
N'importe quoi sur toute la ligne ! Et l'hydrogène tu le produits comment ? Le procédé est ultra gourmand en énergie ! En gros le rendement total d'une voiture à batterie est de 70%, celui d'une voiture à hydrogène de 35% et celui d'une voiture thermique essence de 15% ...

avatar ovea | 

La grandeur de l'ambition industrielle n'étant plus à remettre en cause chez Tesla – on s'en contentera, il reste toujours cette fameuse boîte noire pour eux – l'IA, qui ne pourra être une boîte blanche qu'avec une réelle volonté de créer des processeurs spécialisés prenant de grandes dimensions de variables … en tout cas bien plus que celles des quaternions utilisées dans les GPUs.

Après ce constat, l'état de l'art des drones nous indique peut-être le chemin d'une ambition auto-limitée par le bon sens, mais qui le restera encore longtemps sans enclave sécurisée pour ces algorithmes.

avatar gwen | 

Pour les bus électriques, il pourrait aller voir à limoges. La bas ça existe depuis plus de 50 ans. Mais bon, il y a encore des fils en hauteur.

avatar Adishatz | 

@gwen :
À Limoges on a des bus électriques depuis 50 ans... et le nouveau maire voulait les supprimer ! Les politiques ont toujours un temps de... retard *<(;O))

avatar Un Type Vrai | 

A Nancy, ils ont été supprimés avant de revenir à la place d'un hypothétique Tram 2 (mais du coup, plus lourds et avec pas mal de travaux de voiries).

...

avatar Hideyasu | 

Je sais pas si quelqu'un saura me répondre mais les Tesla et les voitures électriques plus globalement utilise l'énergie du freinage pour recharger les batteries, serait-il possible de récupérer l'énergie dans les amortisseurs par exemple ?
Tout mouvement mécanique peut créer de l'électricité, ça serait sympa pour augmenter l'autonomie en ville surtout.

avatar Jippi | 

Il faudra qu'un jour, les voitures autonomes fassent office de voiturier.
Elle te dépose, et ensuite va chercher seule la meilleure place de parking disponible !

avatar pifpaf | 

Avoir une voiture c'est bien rouler avec c'est mieux pouvoir rouler partout c'est encore mieux, bref sur le site Tesla il y a l'emplacement des superchargeurs et il n'est pas question d'aller faire un tour en Italie encore moins en Espagne et l'Irlande n'y pensons pas, on oublie les pays de l'Est. Dommage leur SUV est sacrément tentant pour justement voyager.

avatar hdam1959 | 

@pifpaf :
Je crois que vos informations sont déjà dépassées, en tout cas pour ce qui concerne l'Irlande.

avatar WiLDCaT | 

Ne vous énervez pas contre ceux qui pensent qu'ils ne feront jamais confiance aux voitures autonomes. Ils n'auront pas le choix, tellement dangereux c'est mecs(humains) qu'il serra interdit de rouler car "on" est trop dangereux sur la route.
Ou peut-être justifier :
-jamais une goutte d'alcool dans le sang
-aucune mauvaise vue, trop longue réactivité, tremblements, ouie etc...
-parcoure sans faute
-temperament au volant constant(ne jamais s'énerver contre un autre robot conducteur trop lent/précautionneux)
-ne pas avoir la pédale facile(pollution)

Bref vivement X1000000 !

avatar Orus | 

Elon Musk, toujours plus fort et innovant.
Que Tim Cook en prenne de la graine avec tous les milliards de dollars dont Apple ne fait rien ou presque.

avatar Patrick | 

Vraiment dommage pour les tarifs car je participerais bien à rouler à l'énergie "propre"

avatar DouceProp | 

Le service de partage... Ce que va présenter Apple d'ici quelques années à tous les coups !
Dommage qu'il n'y ait pas la fusée pour monsieur tout le monde dans ce plan en 3 temps.

avatar Katsini | 

Bravo pour cette voiture avant-gardiste, belle qui plus est.
Pour ma part merci, je passe mon tour. Passionné de sport mécanique et général et en particulier du monde automobile, je n'apprécie pas du tout le monde de l'électrique, même si je reconnais que son devenir est inévitable.
De là à envisager une voiture qui se conduit toute seule, j'préfère encore prendre le bus, c'est dire...

avatar anonyme (non vérifié) | 

Si vous aimez la conduite sportive je ne souhaite pas être un piéton quand vous serez dans les parages. Il y a des circuits pour ça.
Pour ce qui est du bus, ça tombe bien, c'est prévu.
Le bus est un moyen de transport plus adapté que la voiture en ville, beaucoup plus économe en énergie et il réduit la place occupée par les moyens de transports dans les grandes agglomérations. Le bus est une aubaine pour les villes, la voiture les rend un peu moins habitables. Pas l'inverse.
À une époque où nous sommes vraiment très nombreux sur terre (ce qui est génial) et toujours plus proches les uns des autres dans les grands hubs urbains (ce qui est également génial), nous avons besoin de moyens de transport qui s'adaptent à cette situation inédite dans notre histoire.
Doublez dans votre tête la population de Paris, Londres ou NYC et vous verrez que la voiture n'est vraiment pas un moyen de transport adapté au 21ème siècle.

J'ai hâte de vivre l'accomplissement du master plan II, et de voir ce que le master plan III nous réserve \o/

avatar IceWizard | 

@hdam1959
L'hydrogène est bien trop cher à fabriquer, stocker et distribuer.

C'est surtout qu'on ne sait pas comment l'empêcher d'exploser en cas d'accident. Une voiture à hydrogène c'est une bombe sur roue. Quand on saura stocker l'hydrogène dans un "conteneur chimique neutre" solide ou liquide l'ère de la voiture à hydrogène commencera réellement.

`

avatar hdam1959 | 

@IceWizard :
Pas d'accord. Le danger d'explosion est un facteur de plus qui complique l'utilisation de l'hydrogène dans le transport automobile. Mais le problème fondamental reste la fabrication, la distribution et le stockage de ce gaz aux molécules très petites.

avatar iYoung | 

Bel article MacG.

Rholala quel bande de sceptique. On peut tous la fermer et attendre de voir ce que ça donne?! Je sais pas si vous remarquez mais souvent lorsqu'on prévoit un flop ou un truc du genre sceptique à mort la chose nous surprend toujours. Et dire que récemment y en a qui râlait sur le streaming; vraiment.

Mais bon à chacun son opinion

avatar LudwigVonMises | 

Tesla c'est le futur nouveau scandale type Enron.

avatar IceWizard | 

@LudwigVonMises
"Tesla c'est le futur nouveau scandale type Enron."
Pas forcément. C'est vrai que Musk fait de la cavalerie financière, que ces projets ne rapportent pas d'argent, et qu'il finance le tout avec des promesses sur un avenir glorieux. Sans parler du rachat par Tesla, de sa propre boite de panneaux solaire pas loin du dépôt de bilan. Mais il est possible que cela fonctionne réellement à long terme, rapportant des montagnes d'argent. C'est une startup géante et comme les médias oublient généralement de le dire, le taux de réussite de ce genre d'entreprise ne dépasse pas les 50%. Pile => beaucoup d'argent gagné, Face => beaucoup d'argent perdu. Tesla c'est un placement hautement spéculatif.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR